Partagez | 
 

 I'm headed straight for the castle || PV. Armin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 319
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/01/2015

MessageSujet: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Lun 18 Jan - 22:32



You know you've always been different They'll just drag you down don't you see You don't have to sit and play good boy take a stand and tear this world all apart Time draws short you've gotta make up your mind I don't offer these things every day

 


Ca faisait longtemps. C'était le moins qu'on puisse dire... Le commissariat de Mell avait ouvert depuis peu de temps. Il était encore tôt dans la matinée, et Mell s'éveillait alors que le soleil se levait, toujours assez tard en cette saison. Sifflotant un vieil air qu'il jouait parfois au violon étant gosse, le flic s'avançait vers le bâtiment encore presque désert, un léger sourire aux lèvres. La rue s'éveillait mais était encore vide ; on n'entendait presque que la mélodie qu'il sifflait plus ou moins juste, et le son de ses pas sur le pavé. Sur ses épaules, il ne portait qu'un gilet bleu sombre ainsi qu'un pantalon droit assorti, chose qu'on admettait communément comme une tenue règlementaire dans les Forces de Police Internationales ; et au-dessus, un manteau presque noir tombant jusqu'à ses genoux, celui que portaient certains enquêteurs. Par convention ou pour se donner un genre ? On ne savait pas vraiment. Dans son cas, on pourrait pencher pour la seconde option... Pourtant il n'était pas si soigné. Uniforme légèrement froissé, cravate d'argent légèrement de travers, yeux noisette cernés et à l'expression étrange, comme tous ceux qui abusaient du café pour compenser leur manque de sommeil, peut-être un petit peu de barbe... sans compter la mallette de cuir abîmé et rayé qu'il portait sous le bras comme un Kalosien porte une baguette, et ses cheveux, habituellement gominés, mais qui semblaient, ce jour-là, n'en faire qu'à leur tête. N'oublions pas ses rollers, qui lui donnaient l'air d'un innocent péquenaud. Somme toute, il aurait fait bon patineur si il n'avait pas des ambitions moins minables.

Il avait l'air d'un brave type, n'est-ce pas ?

Soit, soit, il n'avait jamais eu l'air bien maléfique, mais débarquer en plein commissariat de la manière dont il était affublé d'habitude attirerait trop l'attention – et les curieux avec. Alors que là, il était presque... cliché. Généralement il n'avait pas besoin de toute cette mise en scène pour se faire passer pour un membre de ce cher FPI, bien entendu. Même si le coup de l'homme d'affaires passait plus facilement, on lui faisait en général confiance, dans le cas de simples citoyens. Mais des flics ? Mieux valait leur ressembler un peu. D'autant qu'il était très, très bien placé pour savoir quelle tête ils pouvaient avoir. Certes, il aurait préféré ne pas être aussi débraillé, il avait l'impression de sortir du lit – ce qui n'était pas exactement faux – et il aurait pu envoyer un quelconque subordonné à la place, mais il avait l'impression qu'il vaudrait mieux que ce soit lui qui se charge de cela. Cessant de siffler, le Lieutenant ouvrit la porte du commissariat, balayant les lieux du regard. Presque personne, pour l'instant ; il devait venir d'ouvrir. Quelques uns s'étaient déjà dirigés vers la machine à café, ce qui lui arracha un sourire. Il avait l'impression de retourner plusieurs années en arrière. Certes, le commissariat d'Illumis était bien mieux organisé, probablement plus grand, et les relents de désespoir et de... vodka ? n'étaient pas aussi puissants. Le taux d'incompétence était probablement tout aussi élevé, cependant, on parlait du FPI après tout. Parfois Edward se demandait si ils n'étaient pas pires que la tristement célèbre Team Rocket à ce niveau... mais ils étaient quand même plus dignes d'intérêt.

Le brun inspecta les lieux avec plus de précision, plus particulièrement les personnes présentes. Un inspecteur à moitié endormi répandait allègrement sa salive sur ses dossiers, d'autres faisaient mine de travailler, sans grande conviction apparente. L'oeil bovin, ils fixaient leur paperasse, poussant de temps à autre un profond soupir, la main plaquée contre leur joue généralement couverte d'une barbe de trois jours. Tsst, il aurait cru qu'ils auraient un psy à leur service, étant donné leur état psychologique apparent, ils en auraient bien besoin. Peut-être qu'ils en avaient un, en vérité, mais qu'il était aussi ravagé qu'eux. Allez savoir ! De toute manière, Ed' n'avait pas la moindre raison de demander un rendez-vous. Il avait mieux à faire que raconter sa vie banale et simple. En l'occurrence, trouver le dossier sur la Team Flare... ça ne devrait pas être bien compliqué. On devait le ressortir régulièrement, n'est-ce pas ? Et il y en avait forcément un. Il avait dit ce qu'il savait, bien sûr – il n'avait aucune raison de le cacher.

En parlant du loup, il ne semblait pas là, aujourd'hui. Du moins, pas encore. Rien d'étonnant, donc, d'ailleurs il aurait été mal si on l'avait reconnu. Car si sa tête était probablement dans un document quelconque ici, seul le consultant l'avait connu personnellement – avec les autres, il ne risquait rien. Intuitif ou bien informé ? Quoiqu'il en soit, le Lieutenant avait soigneusement choisi son moment. Il n'en avait pas pour longtemps de toute manière. Le gros du travail était déjà fait. Songeant à cela, l'homme aux yeux noisette serra sa mallette contre son flanc, passant en revue son contenu tout en lançant un sourire radieux à un policier qui venait le saluer.

Il lui fallut un instant pour trouver les dossiers qu'il cherchait, et pour arracher les pages concernant sa Team de l'énorme dossier sur les criminels de l'île avant de les glisser dans sa malle. Que faisait-il dedans, d'ailleurs ? On le savait ici... ? Bah, qu'importe. Personne n'avait cherché à se mettre en travers de sa route – tant mieux pour lui d'ailleurs – ce qui lui avait tout de même permis d'aller plus vite. Apparemment, la conversation n'était pas au centre des intérêts de ces très chers flics, lesquels communiquaient principalement par grognements bestiaux et incompréhensibles – du moins était-ce ce qu'entendait Edward, il n'écoutait pas trop les quelques autres choses qu'ils pouvaient dire, ou alors seulement d'une oreille distraite. Rien n'attirait vraiment son attention. Après avoir effleuré du doigt les divers documents qu'il fouillait, parcourant du regard à une vitesse croissante les titres et noms qui s'affichait sous ses yeux, il s'arrêta brusquement. Il était là... Eh bien, leur dossier était plus rempli qu'il ne l'aurait imaginé. Même si il ne fut pas plus surpris que cela, à dire vrai. Ils ne devaient pas encore savoir que les Flare étaient ici – quoique – mais il était certain que les infos sur eux devaient être nombreuses, depuis leur dernier échec. Tout ça parce que leur leader ne savait pas tenir sa langue... Mais qu'importe. Ce n'est pas comme si tout cela allait avoir une grande importance à long terme.

Saisissant le dossier, il s'en alla tranquillement en direction d'un bureau quelconque, prenant place comme si il était chez lui, faisant tourner la chaise tournante. Il le feuilleta, son sourire s'agrandissant à chaque nom et photo qu'il apercevait. La sienne vint vers la fin, d'ailleurs. Pfft. Les enquêteurs étaient-ils pitoyables à ce point, ou Johan avait-il la mémoire courte ? Chose ironique à dire dans la mesure où lui-même n'avait absolument aucune mémoire des gens – ça en devenait limite pathologique – mais tout de même... Enfin, ça l'arrangeait ! Même si ça n'avait aucune importance, dans la mesure où il allait bientôt remplacer tout ça. Saisissant sa propre version du dossier, il fit glisser celle qu'il venait de voler dans sa mallette, de la façon la plus naturelle du monde. Il avait passé quelques heures, dans son bureau, à préparer ce document, éclairé de la seule lumière sinistre de Corona, ses doigts passant du clavier de son ordi à la tasse de café bien trop sucré qu'il avait laissé sur la table de bois. Copie conforme ? A première vue oui, ils seraient donc dupés un certain temps, en principe... mais l'intérieur était bien différent. Noms, photos, tout était faux, et rien ne ressemblait aux originaux. Sauf peut-être Edward Nygma, soit. Sur ce dossier au nom ressemblant curieusement au sien, la photo d'un étrange personnage au regard fourbe et au chapeau melon vert adressait un sourire vicieux au lecteur, et juste en-dessous, il y avait laissé un... message disons. Oh, pas une menace, il savait que ça ne servirait absolument à rien. Plutôt des énigmes.

Monsieur H. contemple la fenêtre du treizième étage d'un immeuble, songeant à sa vie misérable. Non sans pousser un soupir laconique, il finit par se décider à passer à l'acte : il ouvre la fenêtre et saute. Cependant, il en réchappe heureusement indemne ! Pourquoi ?

Il aimait bien ce genre de questions tordues, dont la réponse n'était que peu claire. Si il excellait plutôt dans les problèmes mathématiques, ces questions de logique n'avaient jamais posé de problèmes chez lui, bien au contraire.

Si la première ne vous a pas plu, laissez-moi vous en proposer une plus simple ! Qu'est-ce qui se trouve nulle part, mais partout, excepté là où il y a quelque chose, et constituerait un espoir pour vous et l'humanité imbécile ?

Railleur, lui ? Du tout. Il trouvait juste cette... signature assez amusante, et n'avait pu s'empêcher de la placer ici. De plus, c'était la moindre des choses de laisser quelque chose en échange lorsqu'on se permettait de prendre des dossiers d'une importance capitale, n'est-ce pas ? Un peu de savoir-vivre – et d'ironie – était toujours de rigueur. Lui-même aurait été ravi d'une si charmante attention.

Se relevant, Edward replaça sa mallette sous son bras, et se dirigea de nouveau vers le lieu où il avait pris le dossier, le remplaçant par le faux. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à sortir, un café à la main, pour une bonne "journée de travail"... Honnêtement, le brun avait du mal à s'empêcher de sourire. Cette petite mission l'amusait beaucoup, oui, à peu près autant que l'azote liquide ou une cartouche de Professeur Layton était susceptible de fasciner un enfant. Dommage, ce jeu fut de courte durée ! Mais il lui restait pas mal de choses à faire, pour les Flare cette fois. Aussi il ferait mieux de rentrer avant qu'un indésirable ne le reconnaisse, qu'un idiot lui adresse la parole ou toute autre calamité du genre, ou qu'il explose de rire au nez de tous ces abrutis à moitié endormis. Sans compter qu'il devrait se rendre un peu plus présentable. Une petite heure ou deux de sommeil en plus ne lui feraient pas de mal non plus, sinon il finissait lugubre et avait une humeur de Granbull, quelle triste perte ! Sur ce, autant saluer une dernière fois ses "collègues"...

Si seulement on ne venait pas le déranger à ce moment, tout serait parfait.





CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

________________________
I'm surrounded by idiots
Edward teste les lois de la gravitation en crimson × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 01/01/2016

MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Sam 23 Jan - 13:40

I'm headed straight for the castle  ✩
Armin & Edward
Il s'était encore levé tôt aujourd'hui. Trop tôt, mais c'était une habitude, visiblement son horloge interne avait des idées bien arrêtées sur l'heure à laquelle il était décent pour lui de se lever. Ce manque de coordination entre ce qu'il voulait et ce que son corps voulait permettait certes au policier d'avoir tout son temps pour partir le matin, mais il aurait préféré prolonger ses entretiens avec Morphée. Dans un coin de son esprit, quelque-chose soufflait que le café n'y était pas pour rien, que cette saloperie avait sans doute ravagé tout ce qui concernait son sommeil.. et qu'il n'avait aucune envie d'arrêter. En effet, cette pensée lui avait traversé l'esprit alors qu'il buvait son café d'un air distrait, ignorant Temmie qui lui tournait autour de sa chaise, demandant sans doute un peu d'attention. Cette bestiole était sérieusement crevante, quand l'envie lui prenait. Enfin bon. Trop tard, l'ex-Flare rechignait à le relâcher. D'une part parce qu'il reviendrait, et de l'autre parce que malgré sa déception quant à son évolution, le souvenir de celle-ci n'était pas désagréable. Pas trop.

Partant de chez lui dans les temps, avec son habituel trench coat et un croissant acheté à la boulangerie en partant, Armin avait renvoyé le Nymphali dans sa pokéball. Laisser la machine à paillettes hors de sa ball était suffisamment pénible pour qu'il ne se le coltine pas en marchant: il s'arrêtait d'un air émerveillé devant des choses triviales et cherchait à faire ami-ami avec tout Pokémon croisé. Trop sociable, do not want. Rien à voir avec Niflheim qui l'accompagnait actuellement depuis les airs et ne prêtait aucune attention aux vils humains alentours. Il arriva dans l'antre du café et du désespoir peu après l'ouverture, alors que le ciel était encore sombre et le fond de l'air un peu frais. Le climat d'Alera avait beau faire preuve de clémence niveau température, ce n'était pas non plus une île tropicale. Saluant ses collègues aux mines défaites et aux airs peu réveillés, le policier rejoignit son bureau après une brève discussion triviale et habituelle. Ils ne parlaient de rien de central. De l'anniversaire de Mr Gustave qui aurait bientôt lieu et où il faudrait aller jeter un oeil à cause des teams et autres voleurs de bas étage, du climat, de la machine à café.. non, rien de très intéressant.

Le brun s'était pourtant 'intéressé' à la discussion sans rechigner, dans l'espoir vain qu'il soit question d'acheter une meilleure machine à café. Bien sûr ce ne fut pas le cas, mais inutile de cacher sa 'déception' puisqu'il s'y attendait, en réalité.  Finissant son croissant, il s'essuya les mains avant de s'assoir à son bureau et ressortir le dossier du jour précédent. Non ce n'était pas sur les Flare, il s'efforçait de ne pas faire une obsession sur eux comme pas mal de monde aux FPI, quand bien même c'était la team qu'il connaissait le mieux. Qui l'intéressait le plus aussi, mine de rien, et malgré le fait qu'is se soit rangé, mais il refusait cette pensée. Le policier avait bien pris soin de laisser son dossier sur eux de côté pour plutôt s'occuper de cet autre cas. A priori c'était lié aux Rocket, plusieurs plaintes mentionnant leurs uniformes d'une discrétion monstre, avec un R écarlate. C'était toujours moins obvious que les Magma qui étaient carrément des panneaux de signalisation rouges à cornes, ou que les Aqua qui se prenaient pour des pirates, mais bon. En même temps ça les arrangeait, de pouvoir les reconnaitre aussi simplement, il n'allait pas cracher dessus.

Le kalosien avait passé un bon moment de sa matinée à appeler des témoins et des contacts pour avoir une idée d'où chercher pour régler partiellement et temporairement les problème que posait cette team de dépravés. Pourquoi pas définitivement ? Parce qu'un flic des FPI, c'est pas assez compétent pour ça. Il reposait son téléphone et portait une vague attention à Cassandre qui miaulait son désarroi en trouvant des paillettes dans un coin de la pièce avant que quelque-chose lui traverse l'esprit. Rien de.. très grave. Juste qu'il avait laissé Niflheim hors de sa pokéball et qu'il ne savait fichtre rien de l'endroit où il pouvait être allé. Oh, pas loin du commissariat, et c'était bien ce qui l'inquiétait: le grand monstre avait du mal avec la plupart des Arcanin des autres policiers, et il refusait qu'un combat en intérieur soit sa responsabilités. On allait le regarder aussi étrangement de travers après ça, ce qui l'agacerait profondément. Quittant rapidement son bureau, la Mistigrix sur les talons, il chercha rapidement dans l'accueil du commissariat puis sortit.. et constata que son Bruyverne était non loin, perché sur un réverbère tel une gargouille. Il avait dû faire un tour et revenir..  

" Ah, Niflheim, j'ai cru que tu étais allé nous attirer des problèmes. "

Lui dit-il avec un petit sourire, ramenant le monstre dans sa pokéball. Peut-être l'avait-il fait, mais tant qu'on ne remontait pas à lui, Armin n'en ferait certainement pas un cas de conscience. Revenant dans le commissariat, il pensa aller se chercher un café histoire de reprendre un peu d'énergie.. bien que le breuvage soit désespérément mauvais. L'histoire se répétait avec cette machine, mais il n'y pouvait rien, il se faisait volontiers avoir à chaque fois: son organisme réclamait du café. Sur cette pensée, il ne remarqua pas directement que ce type qui disait au-revoir aux autres flics en partant n'était pas de chez eux. C'est un sifflement mécontent de Cassandre qui lui mit la puce à l'oreille. Bien qu'elle ls méprise de tout son être - particulièrement le psy-, elle ne grondait pas sur ses collègues peu classy. L'ex-Flare arrêta son regard sur cet inconnu portant une mallette et qui semblait en voie de sortir et.. constata qu'il ne s'agissait pas d'un inconnu. Pas du tout même. Une grimace apparut sur son visage. C'était un gradé des Flare, il était dans son dossier. Lui qui ne pensait pas que la team aie étendu ses activités jusqu'ici, il tombait de haut. S'appliquant pourtant à ne pas le laisser paraitre, le policier se contenta de couper à la route au teameux, le regardant d'un air partagé entre la surprise et l'animosité.

" Faites comme chez vous, surtout, Novak. "

Dit-il sur un ton mesuré, en souhaitant pas agiter tout le commissariat. Il ne savait pas pourquoi le Flare s'était ramené ici comme une fleur, sur ses rollers un peu ridicules, habillé comme un idiot random et dénué de bon goût. Il n'avait aucune idée de ce qu'il y avait dans cette mallette et par dessus tout, il se demandait comment ses abrutis de collègues ne l'avaient pas remarqué. Trop enfoncés dans leur désespoir ? Trop peu réveillés alors qu'il était presque 10 heures ? Trop inattentifs aux visages dans les dossiers ? Pitié. Et lui qui disait faire une pause en ce qui concernait les Flare en ce moment, la bonne blague..

" Qu'est-ce que vous cherchez ici ? Si c'est des menottes j'en ai. "
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 319
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/01/2015

MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Sam 23 Jan - 15:16



You know you've always been different They'll just drag you down don't you see You don't have to sit and play good boy take a stand and tear this world all apart Time draws short you've gotta make up your mind I don't offer these things every day

 

Evidemment, tout ne pouvait pas se passer comme prévu. Novak releva instinctivement la tête lorsqu'il entendit le léger sifflement du Mistigrix. Pourquoi fallait-il toujours qu'un Pokémon rabat-joie vienne le perturber dans ses petits projets ? Cependant, ce fut sans anxiété aucune qu'il continua sa route. Edward était loin d'être un angoissé. Ce n'était probablement rien de grave, sans compter que ça l'amusait d'autant plus de partir comme une fleur après avoir cru s'être fait repé—

"Faites comme chez vous, surtout, Novak."

Sous le coup de la surprise, le brun tomba de haut. Littéralement. Un mauvais mouvement sur ses stupides rollers suffit à le faire s'écraser au sol de manière pas très... Flarish. Si il ne s'était pas rattrapé à temps, il se serait bien brisé le nez, mais son coude amortit sa chute juste à temps. Quelques fractions de secondes suffirent à évaluer la situation : on venait de le trouver. Sauf qu'il ne connaissait pas la personne qui venait de l'interpeller. Voix, manière de parler, tout cela ne lui disait rien. Et c'était probablement la seule personne consciente de sa condition... donc il avait encore le moyen de s'en sortir. Regardez juste et laissez-le faire. Le brun éclata de rire presque spontanément, comme si sa chute l'avait amusé. Après tout, il n'avait pas l'habitude de se retrouver dans ce genre de situations gênantes... mais mieux valait le prendre le sourire aux lèvres. Se relevant péniblement, en profitant pour détacher et ranger ses rollers, il se retourna vers la personne qui l'avait interpellé. Qui... était-ce ? Il y avait quelque chose de vaguement familier chez cette personne, mais il ne savait quoi. Ricanant toujours un petit peu, il décida de lui adresser la parole comme si de rien n'était – comme si il le connaissait. Heureusement qu'il était doué dans ce domaine... car dans le cas contraire, il serait déjà derrière les barreaux. Quoique, vu la compétence de ces chères forces de police, il avait des doutes...

"Vous m'avez fait peur. Ca vous amuse de faire des frayeurs à vos collègues ?"

Collègue, officiellement, oui. Que pouvait-on faire contre quelqu'un qui, techniquement, était flic ? D'ailleurs, Novak aurait pu croire à un flic qu'il aurait connu à Illumis, il y avait quelque chose de Kalosien chez lui – mais la manière dont il le regardait et dont il l'avait approché signifiait clairement qu'il ne le connaissait pas, ou alors pas seulement comme membre de la Police Internationale. Etait-ce quelqu'un ayant fouillé les dossiers concernant les Flare, que lui-même venait tout juste de supprimer, et ayant retenu son nom comme son apparence ? Si c'était le cas, il ne devait pas savoir grand chose à son sujet. Mais... non, le Lieutenant ne savait pas du tout à qui il pouvait avoir affaire et même en raisonnant de manière logique, aucune de ses hypothèses ne sortait du lot. C'est donc d'un air vaguement perplexe qu'il fixait le flic en trench-coat, tout en essayant de maintenir les apparences, avec certes un peu plus de difficultés que d'habitude.

"Enfin vous tombez bien, j'allais sortir mais j'aurais besoin de vous pour quelque chose. Vous me suivez ?"

Ce n'était bien entendu pas une proposition aimable, même si de loin, il y avait un air de ressemblance. Saisissant cet étrange inconnu par l'épaule, et un grand sourire niais sur les lèvres, Edward le traina avec lui jusqu' à la machine à café, l'entrainant plus ou moins de force sans pour autant forcer sa poigne. Il avait besoin d'un café pour réfléchir et surtout ça les aiderait à se fondre dans la masse. Heureusement, il n'y avait pas grand monde autour. Lançant la préparation de deux tasses, il s'appuya un instant contre un mur, tout en en profitant pour saisir une cuillère en plastique et la moitié des sachets de sucre à disposition. Haussant le ton pour se faire entendre malgré le bruit tonitruant que produisait la machine, l'imposteur ajouta, un peu tardivement certes :

"Pour répondre à vos questions, je pense pouvoir me fournir en menottes par moi-même. Et puis je suis autant chez moi que vous l'êtes~"

Le brun, saisissant son gobelet – non sans y verser une quantité absolument indécente de sucre, demanda d'un signe de tête à l'homme aux yeux bleus de le suivre. Où ça ? Dehors, bien évidemment ! Il n'était pas stupide, plus vite ils s'éloigneraient de l'enceinte, plus vite il saurait qui était ce type et ce qu'il savait à son sujet. Sans compter que si il pouvait éviter de rameuter tout le monde, ça arrangerait fort Edward. Il peinait déjà à ne pas afficher sa perplexité grandissante... C'est donc son gobelet bouillant à la main qu'il emprunta la sortie la plus proche, se retrouvant dans les rues de Mell. A peine la porte franchie, il se retourna vers son interlocuteur, tout de suite beaucoup plus grave et... manifestement, toujours aussi surpris.

"Très bien. Que puis-je faire pour vous ?"

Une façon très détournée de lui demander qui il était exactement - mais mieux valait ne pas être trop direct, surtout qu'ils étaient peut-être censés se connaitre d'une manière ou d'une autre… La question lui trottait dans la tête depuis cinq minutes sans qu'il ne parvienne à y trouver une réponse. A partir du moment où ils étaient plus ou moins en lieu sûr – plus ou moins justement, raison pour laquelle Edward s'éloignait progressivement l'air de rien – ils n'avaient plus rien de sympathiques collègues censés bosser ensemble. Ce type, qu'il ne connaissait que depuis quelques courts instants, était directement passé du statut de parfait inconnu à celui de danger potentiel, et pourtant, rares étaient ceux qui pouvaient se vanter de pouvoir nuire à Edward... voire même de connaitre son statut. Il n'avait pas peur de lui – oh, comme si il connaissait cette émotion. Seulement cet homme le perturbait. Etait-il vraiment sûr de ne pas le connaitre ? Il y avait quelque chose de vaguement familier chez lui. Ce qui, paradoxalement, ne le rendait que moins inquiétant.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

________________________
I'm surrounded by idiots
Edward teste les lois de la gravitation en crimson × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 01/01/2016

MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Mer 3 Fév - 20:43

I'm headed straight for the castle  ✩
Armin & Edward
Il n'avait même pas ri en voyant le Flare s'étaler lamentablement par terre, probablement trop occupé à rager mentalement sus l'inutilité et l'incompétence de ses collègues. Collègues encore enlisés dans leur mauvais sommeil ou plutôt le sommeil qu'ils n'avaient pas eu la nuit précédente, trop occupés à regarder des trucs du genre " Owen was hers" et autres séries fantastiques passablement étranges -. Pourquoi un tel feignant, pour commencer ? Cette sirène avait des goûts étranges, comme lui avait souvent fait remarquer Cassandre en fronçant le nez lorsque ça passait à la TV. Paresseux ? Mal coiffé ? Do not want, la Mistigrix était catégorique. S'approchant du brun, le policier eut néanmoins un sourire narquois: venir en rollers alors qu'il tombait si facilement, quelle idée. A moins qu'il aie simplement été déstabilisé par sa remarque, s'attendant à quitter le commissariat comme une fleur sans que personne ne se rende compte que l'un des types qu'ils cherchaient à arrêter venait de leur passer sous le nez. Mais si quelques uns pouffaient à la manière dont ils refaisaient lorsqu'un visiteur était assommé par le psy, personne ne semblait avoir entendu la remarque d'Armin. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Il n'en savait trop rien pour l'instant. L'homme à terre éclata de rire, ce qui fit froncer les sourcils à son interlocuteur. Quoi, il riait de sa propre chute ? A moins qu'il trouve particulièrement hilarant de manquer de se casser le nez m'enfin bon.. c'était discutable.

Une question demeurait tandis que le criminel se relevait, ôtant ses rollers sans doute pour plus de sécurité. Qu'est-ce qu'il faisait là ? Non, parce qu'on se le dise, il n'était certainement pas venu faire un simple tour du commissariat en touriste. C'était Flare, pas le premier pèquenaud venu, il avait certainement quelque-chose derrière la tête. Cette impression fut renforcée lorsqu'il lui répondit le plus naturellement du monde avec un sourire très légèrement crispé, apparemment pas trop déstabilisé, à l'inverse de ce qu'avait conclu le kalosien. 'Collègue'. Il réprima un rictus peu convaincu. Certes, les FPI était dans une position un peu particulière, mais n'allons pas non plus aussi loin. Mais en même temps, il fallait admettre qu'avec leur obsession pour les Flare, leur incompétence programmée quand il s'agissait de les arrêter, le fait qu'ils viennent majoritairement de Kalos et soient tous accro au café, il y avait de quoi rapprocher les deux groupes. Voire se demander s'ils n'étaient pas les mêmes, participant à une immense mascarade. Sans compter que lui-même faisait partie de cette bande de fées snob il n'y a pas si longtemps.. mais passons. Cassandre gardait toujours ses yeux jaunes méfiants fixés sur l'inconnu, le nez froncé. Certes il dégageait un certain charisme, mais il ne lui plaisait pas pour autant: elle ne le connaissait pas, il n'avait rien à faire ici.

Il affichait un air légèrement perplexe tandis qu'Armin portait sur lui un regard plutôt curieux. Il n'avait qu'une mallette à la main, était-ce ce qu'il avait pris ici ? Ou alors il l'avait sur lui en arrivant et ce n'était pas significatif ? C'était bien malin de ne pas l'avoir vu entrer, mais il ne pouvait pas non plus être partout à la fois, à se comporter comme un paranoïaque il tuerait son image de personne normale et ennuyeuse avec des préoccupations aussi raz les pâquerettes que la moyenne.

" Enfin vous tombez bien, j'allais sortir mais j'aurais besoin de vous pour quelque chose. Vous me suivez ? "
" Puisque j'ai le choix. "

Répondit le brun sur un ton un peu sarcastique tandis que le teameux l'entraînait du côté de la machine à café, aussi appelé LE 'point de ralliement' du commissariat. Sérieusement, s'il y avait des exercices incendie, Armin était prêt à parier qu'ils mettraient le point de rassemblement ici et non dans un endroit vraiment sécurisé. Enfin il faut aussi dire que l'ex-Flare n'opposa pas beaucoup de résistance, préférant éviter de faire une scène au milieu du commissariat. Non, curieusement, quelque-chose lui disait que mieux valait rester discret, que ce type pourrait bien tenter quelque-chose de pas très safe s'il rameutait les autres policiers, ou simplement que ces derniers feraient tout rater avec leur incompétence. Le Flare lança deux cafés et fit une razzia sur le sucre pendant que le kalosien oubliait quelques instants à quel point ce café serait décevant. Au moins ça lui ferait de la caféine, et dit comme ça il sonnait comme un intoxiqué du style Passereau, mais ce détail passerait sous silence.

Il lui répondit qu'il était chez lui ici, ce qui fit froncer les sourcils au brun. A la limite s'il avait été en cellule, il aurait certainement pu dire ça, mais pour l'instant non, il n'était pas chez lui. Pas assez snob, le café était trop mauvais.. pas assez Flare en fait. C'était du moins ce que s'imaginait le policier en prenant son gobelet, se disant que ce type se fichait bien de lui. Mais une pointe de curiosité lui disait de ne pas l'empêcher de tourner autour du pot, peut-être n'était-il pas si déterminé que cela à l'arrêter.. ouais, peut-être que c'était ça le problème latent qu'il s'appliquait à ignorer. Il lui avait fait signe de le suivre, et Armin avait très bien saisi qu'ils sortaient, sans doute était-ce plus simple pour prendre la fuite, bien qu'il le voie mal courir avec un café à la main. S'il comptait lui fausser compagnie aussi vite il aurait pu garder ses rollers. Soufflant sur le café dans son gobelet en plastique, le policier s'appliqua à ne pas sourire devant son air toujours aussi perturbé lorsqu'il lui demanda en sous-entendu comment il l'avait reconnu. Disons que le brun avait eu un peu de mal à oublier la tête de l'un de ses lieutenants, mais bien entendu il n'allait pas répondre cela. Non, il était un flic.. random.. assidu. Chose peu commune chez les FPI mais passons.

" Je répondrais bien 'vous rendre' mais on sait tous deux que ce n'est pas réaliste. "

Fit le brun sur un ton neutre, ce qu'approuva sa Mistigrix d'un léger hochement de tête, observant attentivement les mouvements de l'inconnu. Des fois que l'envie lui prenne de lancer son café sur son dresseur et s'enfuir sur ses rollers de gamin, quelque-chose du genre. Non, elle ne plaisantait pas avec les dangers potentiels, contrairement au brun qui avait décidé de prendre les choses patiemment comme le ferait une personne normale au lieu de lui rire au nez en disant qu'il ne pouvait rien pour lui et qu'il allait finir par l'agacer avec sa petite comédie qui ne faisait rire personne. Ouais, non, il n'était pas non plus aussi violent. Il n'avait même pas tellement envie de l'arrêter en fait, sinon Cassandre l'aurait déjà immobilisé, mais il voulait chercher à savoir ce qu'il avait trafiqué dans le commissariat, des fois que ça soit dangereux. Quoique, si c'étaient des explosifs dans le bureau de Holst il garderait le silence..

" Vous pourriez me dire ce que vous faisiez ici, pour commencer. On a rarement la visite de nos amis Flare, vous me voyez surpris. "
electric bird.

________________________

How about ending the world ?
Bien sûr, rien n'est moins sur que la vérité. Elle assassine sans tuer et laisse à vif, écorché.

codage par whatsername.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 319
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/01/2015

MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Mer 3 Fév - 22:45



You know you've always been different They'll just drag you down don't you see You don't have to sit and play good boy take a stand and tear this world all apart Time draws short you've gotta make up your mind I don't offer these things every day

 

Se rendre ? Bah, au moins son interlocuteur comprenait que ce n'était pas dans ses plans. Il avait trop à accomplir pour se retrouver dans une cellule crasseuse... Et – oh, que c'était mignon – son Mistigrix veillait sur lui. Comme si il allait l'attaquer, devant le QG de ce cher FPI... Le Lieutenant sourit en sortant lui-même la Poké Ball de son plus puissant Pokémon, en l'occurrence, Regius. Celui-ci, apparaissant dans un rai de lumière rouge, écrasa rapidement le sol pavé de ses pattes brunes, semblant presque poser lorsqu'il toucha pied au sol. Pas un geste, pas un mouvement indiquant qu'il soit prêt à attaquer ; un Pokémon aux muscles tendus lui vaudrait rapidement d'être considéré comme un danger, lui aussi. Simple logique... simples réflexes qui lui coûteraient la peau. Non, il connaissait Regius ; ce gros chat flemmard, quoique sûrement prêt à étriper la personne en face si il tentait quoi que ce soit, préférait adopter une attitude décontractée, presque... inoffensive. Il s'allongea simplement sur le sol aux pieds de son dresseur, lançant un regard rempli d'ennui et de mépris au duo qui lui faisait face. Qui était ce duo d'imbéciles qui avait l'air de vouloir la mort de son dresseur ? Ca n'effleurait guère le superbe intérêt de Regius. Du moins, tant qu'ils restaient à distance... Edward, de son côté, restait toujours souriant, alors ça devait aller. Et pas ce sourire légèrement altéré et... bizarre qu'il faisait de temps à autre, avec un regard étrange ; non, son dresseur semblait euphorique au possible, donc tout allait bien. Sans une once apparente de sarcasme, l'air totalement serein voire amical, le brun répondit :

"Vous comprenez vite, comparé à nos collègues, je suis impressionné. Oh, vous semblez aimer les félins, permettez que je sorte le mien ? Ne vous en faites pas, il ne bougera pas. Si votre charmant Pokémon en fait de même."

Edward n'avait aucune intention d'engranger un carnage, ou même de heurter qui que ce soit. Il voulait simplement une clarification de la situation. Et s'en sortir ? Oh, il n'avait pas trop de doutes là-dessus, mais... il fallait d'abord qu'il découvre qui était la personne à qui il s'adressait. Regius le fixait étrangement, chose qu'il remarqua en lançant un regard en coin au lion de feu ; le connaissait-il... ? Mais il n'avait reçu ce Pokémon que suite à son entrée officielle chez les Flare... Qu'importe. Il le découvrirait bien vite. Parce que l'homme en trench-coat avait laissé entendre une information qui intéressait beaucoup Novak. Mais d'abord, il lui demanda ce qu'il faisait ici. Chacun son tour, hein ? Et Edward lui-même avait proposé de lui rendre un petit service. Que répondre à cela ? C'était très simple. Le brun sortit son vieux badge du FPI. Pas de mensonge là-dedans ; après tout, il était plus authentique que jamais. C'est donc le plus naturellement du monde qu'il dit :

"Je vous ai portant dit que j'étais ici chez moi. Alors je faisais mon travail, comme n'importe quel policier. Vérifiez par tous les moyens possibles si vous voulez, ce badge est authentique. J'ose espérer que le vôtre l'est aussi, sachant que vous semblez être le plus compétent ici. Je ne doute pas qu'on ait de faux flics dans les parages..."

Bon, c'était de la triche, il le connaissait. Tout comme Holst, à qui il faisait référence en évoquant les faux flics, aurait eu une sacrée longueur d'avance... mais Holst n'aurait pas hésité une seule seconde. Il se demandait toujours pourquoi le brun en face de lui l'avait épargné quelques cinq précieuses minutes... qu'il aurait pu employer pour l'arrêter. Quel dommage, maintenant il était trop tard. Si il s'agissait de faire face, verbalement, à une personne unique, il avait de fortes chances de l'emporter. Même si un combat éclatait – mais il en doutait, son adversaire avait l'air singulièrement décent – il saurait se débrouiller. Ed' partit d'un petit rire amusé.

"Vous n'avez pas pris en compte le fait que je puisse m'être rangé ? Etrange de votre part. Je vous croyais plus malin."

Non, il n'était même pas question de le tromper sur ses intentions, il n'avait pas vraiment l'intention de cacher ce qu'il faisait. Il se moquait juste un peu de lui, qui n'avait pas pensé à cette hypothèse pourtant si idiote. Ce n'est pas qu'il voulait se montrer désagréable à l'égard de ce flic étrange, mais... il était moins intelligent que ce qu'il avait prévu, en effet. Enfin, dans le cas présent, son pessimisme ou son manque de réflexion le servait, c'était au moins louable. Edward porta alors son gobelet de café à ses lèvres, se retenant juste à temps de recracher son breuvage en portant sa main à sa bouche pour masquer sa grimace. Pris d'un rire nerveux, et contraint à avaler ce truc immonde, il murmura :

"J'avais oublié à quel point le café du FPI était mauvais, ahah..."

Le brun se redressa finalement. Pas question de rester dans une position si peu avenante et pas classe, on parlait d'un Flare, tout de même. Enfin bref. Il était temps de poser une question qui lui brûlait les lèvres plus encore que le café immonde et bouillant qu'il venait d'ingurgiter.

"Mais... vous avez beau me connaitre, personne d'autre ne m'a reconnu. D'ailleurs, que savez-vous de moi ? Je parie que vous ne connaissez même pas mon rang dans la Team. Sans une information aussi basique, n'espérez pas me voir jugé, d'une manière ou d'une autre…"

C'était idiot. C'était gamin. Il avait l'air stupide à demander cela de manière si… grossière et provocatrice, avec ce petit sourire de type "eheh, plébéien, tu penses vraiment m'avoir ? Mais tu sais pas qui je suis~". Et si il savait qui il était ? Eh bien… ce serait très drôle, ma foi.

Parce qu'un énorme doute venait de s'installer dans son esprit.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

________________________
I'm surrounded by idiots
Edward teste les lois de la gravitation en crimson × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 01/01/2016

MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Mar 15 Mar - 20:45

I'm headed straight for the castle  ✩
Armin & Edward
Avant de s'avancer à répondre quelque-chose qui n'apprendrait certainement rien à Armin et ne ferai qu'un tour de plus autour du pot, le brun jugea visiblement utile de sortir un mastodonte de sa pokéball. Libre à lui, ce n'est pas comme si Cassie était prompte à se jeter sur lui de toutes façons, mais s'il se sentait menacé par cette féline délicate, c'était son problème. Le policier tâcha de ne pas porter un oeil trop agacé sur le gros Némélios visiblement plongé dans un royal ennui par tout ce qui l'entourait. Ouais, ils auraient pu éviter ce genre de jeu d'intimidation stérile et sans intérêt qui ne mènerait personne nulle-part, mais apparemment c'était dans l'idée du Flare. Mais son interlocuteur ne lui donnerait pas la satisfaction d'y participer, bien qu'il ne nie pas que cette situation inhabituelle aie le mérite de changer son morne quotidien. Peut-être même d'allumer une certaine lueur d'intérêt chez le brun, étant donné qu'il attachait un certain soin à surveiller les Flare; parce qu'il lui arrivait de se demander ce qui lui avait pris de partir, sérieusement. Mais pour l'instant il aurait presque préféré ne rien remarqué, comme l'incompétente majorité de ses collègues, et continuer bien tranquillement sa journée. Au lieu de bâiller - ce qui aurait été de très mauvais goût- pendant que Novak s'amusait à lui parler de son "chat", le Kalosien avala une gorgée de café. Toujours aussi mauvais. Mais bon. Ca irait peut-être mieux après.

Mais quelque-chose de bien moins plat arriva lorsqu'il ouvrit à nouveau la bouche. Si au départ Armin avait espéré qu'il ne sorte pas un engin explosif de sa poche, il n'en avait tiré qu'un badge. Bon. Rien de bien inquiétant. Jusqu'à ce qu'il remarque qu'il s'agissait d'un badge a priori officiel des FPI. Tiens, à qui avait-il volé ça, exactement ? Il insistait lourdement sur le fait d'être d'ici, qui plus est, ce qui aurait fait lever les yeux au ciel à son interlocuteur s'il n'était pas supposé être un flic un peu benêt. Au lieu de ça il haussa les sourcils, visiblement impressionné, se pliant à la pantomime sans difficulté aucune. Il ne fallait pas se donner tant de mal. Quand bien même le badge était authentique, en voler un n'avait que très peu d'intérêt, mais les Flare avaient toujours été connus pour s'attarder sur des détails superficiels.. Affichant un air un peu confus, le policier se garda néanmoins d'approcher pour examiner l'objet et mettre en doute les dires de son interlocuteur. Quant au fait qu'il soit potentiellement un faux flic.. Pff, il n'avait vraiment que ça à faire ? Faire croire qu'il savait des choses dont il n'avait aucun moyen d'être au courant ? Du moins c'est ce dont Armin était certain: il n'y avait aucune chance qu'un gradé se souvienne de lui chez les Flare. Trop hautains pour ça, vous pensez bien. Est-ce que lui se souvenait des sbires ? Non. Justement.

De toutes façons, ici, il était un flic tout à fait réglo, son badge n'était pas une copie et contrairement à certains il bossait effectivement au commissariat tous les jours et supportait notamment Holst; rien à redire en clair. Mis à part que sa bestiole rose avait tendance à laisser ses foutues paillettes partout, qu'il trouvait ce job ennuyeux à souhait et avait parfois de vagues envies de meurtre de masse à l'encontre de ces personnes banales, inutiles et ennuyeuses; bien entendu. Mais heureusement qu'il gardait beaucoup de choses pour lui. Il avala une nouvelle gorgée de café comme pour faire passer son "étonnement" par rapport à cet "inexplicable" atout "inattendu": le badge officiel des FPI. Perplexe, voilà ce qu'il était. Cassandre l'était beaucoup moins, quant-à elle, et croisait ses pattes avant en regardant de loin ce lion qui se prenait pour un roi alors qu'elle était bien la seule à mériter un tel rang. Entre félins méprisants, le courant passe rarement bien, visiblement.

" Vous n'avez pas pris en compte le fait que je puisse m'être rangé ? Etrange de votre part. Je vous croyais plus malin. "
" Haha, c'est qu'en plus vous jouez les comiques. "

Laissa échapper Armin sur un ton sarcastique, marmonnant presque pour lui même histoire de faire un peu passer son agacement par rapport aux absurdités que lui lançait son interlocuteur. Bien sûr. Et s'il s'était rangé, pourquoi partirait-il comme un voleur ? Pourquoi sentirait-il le besoin d'avoir un lion pour le protéger d'une petite Mistigrix ? Pourquoi insisterait-il tant sur le fait qu'il soit un policier officiel ? Pourquoi aurait-il tant tenu à aller discuter dehors ? Pourquoi aurait-il glissé sur ses rollers lorsque le brun l'avait appelé Novak ? Pitié, s'il voulait sen arguer, il pouvait faire mieux que cela. Mais tout cela bien sûr, son interlocuteur le garda pour lui, peu désireux de se lancer là-dessus avec quelqu'un qui trouverait des parades à chaque accusation et s'amuserait à nier en sortant le plus gros mensonge possible sans pour autant que le Kalosien puisse prouver que c'était faux. D'ailleurs il ne répondait pas à sa question. C'était pourtant simple. Lui qui se croyait plus malin de tout le monde serait infichu de répondre à une question stupide à la portée du premier venu: qu'était-il venu trafiquer ici ? Armin ne comptait pas le laisser faire trois tours de plus autour du pot en évitant de répondre à chaque fois, et son manège n'allait pas l'amuser bien plus longtemps. Ce qu'il avait horreur des gens qui n'allaient pas droit au but. Pendant ce temps, Novak s'étouffait avec son mauvais café et se plaignait de sa qualité. Un léger rictus apparut sur le visage de son interlocuteur.

" Vous avez des goûts de luxe. "

Dit-il, alors que sa réponse naturelle aurait sans doute été " terrible, je ne vous le fait pas dire." . Mais non, il était un flic lambda dénué de bon goût et se contentant très bien de ce café. Ce mauvais café qu'il était désormais capable de boire sans sourciller. Un entraînement de tous les jours. Et voilà qu'il s'amusait à nouveau à le narguer. S'il avait moins de sang-froid (et s'il n'y avait pas un Némélios aussi près), Armin lui aurait probablement lancé son café dessus. Jamais ne cessait-il ? C'en devenait ridicule.  "Haha, u don't know me and u'll never know 8D" Génial. Qu'est-ce qu'il s'amusait. Mais il afficha plutôt un air tendu, comme s'il lui avait effectivement posé une colle, ou qu'il avait effectivement compté le juger à un moment ou un autre et se retrouvait désormais dans une impasse. Bien sûr il n'allait pas lui dire ça, ce n'était pas dans ses plans, ce n'était clairement pas dans son rôle non plus. Au lieu de ça il croisa les bras, se balançant d'un pied sur l'autre en observant attentivement son interlocuteur.

" Vous êtes Edward Novak, ça suffit pour connaitre votre rang. Quant aux autres.. ma foi je ne vous avais pas vu entrer non plus, donc bon.. "

Répondit-il comme si c'était évident pour tout le monde, haussant les épaules. Comme ça il évitait de dire prouver qu'il connaissait son rang, il évitait d'être un flic trop en-dehors de la norme, il était toujours une ombre. Un fade personnage d'arrière-plan qui ne ferait jamais rien d'extraordinaire. Il ne serait pas le flic qui l'arrêterait, bien qu'il le veuille, parce qu'il était un personnage ordinaire. Et les autres qui ne l'avaient pas vu ? Incompétents comme ils le faisaient si bien, voilà tout. Ils étaient chez les FPI hein, il ne fallait pas non plus se faire de trop grandes illusions par rapport à leur efficacité. Non, ça mènerait droit dans le mur.

" Enfin, vous parlez beaucoup mais vous ne m'avez toujours pas dit ce que vous faisiez ici, quel talent fou pour éluder les questions. Et l'hypothèse que vous 'travailliez ici' est aussi improbable que celle que vous vous rendiez si je le demande, donc inutile de me répondre ça. "

Tenta le brun, se disant que qui sait, peut-être finirait-il par savoir ce qu'il cherchait à savoir depuis le début, avant que ce type ne commence à s'amuser avec des questions-piège.
electric bird.

________________________

How about ending the world ?
Bien sûr, rien n'est moins sur que la vérité. Elle assassine sans tuer et laisse à vif, écorché.

codage par whatsername.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 319
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/01/2015

MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   Mer 29 Juin - 22:38



You know you've always been different They'll just drag you down don't you see You don't have to sit and play good boy take a stand and tear this world all apart Time draws short you've gotta make up your mind I don't offer these things every day

 


Ce petit jeu était lassant, terriblement lassant. Des petits sourires faux, une attitude qui pourrait être touchante de naïveté et de stupidité si elle n’était pas si écoeurante d’un côté, et… c’était lui, ou son interlocuteur tentait de maintenir une façade calme au possible ? N’importe quel flic normal aurait tout de suite essayé de l’arrêter si il connaissait son identité. Surtout alors qu’il se baladait tranquillement dans un commissariat… sérieusement, c’était ainsi qu’ils traitaient des gens suffisamment dangereux pour avoir commis des crimes contre l’humanité ? Le FPI avait bien changé depuis qu’il les avait quittés… ahah, plus sérieusement, l’attitude de ce type était aussi fausse que la sienne. Il n’était pas stupide ; sinon, il n’aurait pas esquivé sa question puérile, et quand bien même, quelqu’un de foncièrement idiot l’aurait au moins attaqué. Non… il cachait quelque chose. Il avait une raison de ne pas s’en prendre à lui. Et il lui rappelait vaguement quelque chose, quelqu’un sur qui Edward ne parvenait pas à placer de nom. Si il ne prenait pas les choses aussi légèrement, il en aurait été frustré. Mais bon, pourquoi s’énerver face à un être assez insignifiant pour qu’il l’oublie complètement ? L’homme aux yeux bruns sortit alors le dossier qu’il avait nonchalamment volé quelques minutes plus tôt, le fouillant jusqu’à trouver la page le concernant. Une photo et un simple « E. Novak », comme pour des dizaines d’autres dont la culpabilité n’avait jamais été prouvée. Certains étaient fichés, surtout des sbires, tant pis pour eux, si le FPI les attraperait ils aideraient au moins la Team à faire le ménage au niveau des membres inutiles. Mais ce n’était pas son cas. La Team avait toujours été très vigilante au niveau des gradés qui, bien entendu, en savaient infiniment plus que les larbins de base.

« Bien, je m’avoue vaincu ! Vous semblez bien informé, je suis impressionné. Juste… peut-être un petit peu trop méfiant au sujet d’un simple suspect parmi des centaines d’autres. Vous auriez pu rajouter ce que vous saviez à ce dossier, tout de même, quel manque de professionnalisme… mon prénom, mon rang, et plein d’autres détails passionnants dont vous semblez être au courant. Vous faites une fixation sur moi pour vous méfier quand aucun autre ne me remarque ? Vous m’en voyez flatté. »

Si il rajoutait tout ce qu’il s’avait au faux dossier qu’il avait placé ? Quelle importance. Ce misérable papier pouvait menacer quelques membres, mais lui s’en sortirait toujours face à la police. Ce n’était pas pour se défendre de ces ennemis ridicules qu’il connaissait comme sa poche qu’il avait fait cela, bien entendu ; plutôt pour laisser un message. Il s’ennuyait, et il jouait avec eux. De toute manière, à quoi bon ? Il y en avait un qui savait infiniment plus de détails à son sujet que le brun qu’il avait en face des yeux, et il ne se gênerait pas pour remplir les dossiers d’une biographie détaillée de sa personne si il le souhaitait. C’était peut-être arrogant, mais voyons, un Magnificent Bastard™ s’en sort toujours, n’est-ce pas ? Surtout face à des adversaires certes amusants, mais surtout dont les tentatives étaient risibles…

Plus sérieusement. Son interlocuteur avait quelque chose à cacher, il en savait trop à son sujet, ne le croyait évidemment pas lorsqu’il voulait se faire passer pour un membre du FPI (et ce en dépit de la vérité technique de ce qu’il avançait… mais tous deux savaient que la vérité pouvait être décevante). Une hypothèse commençait à devenir de plus en plus plausible dans son esprit. Ou plutôt, il était convaincu de l’idée à laquelle il songeait ; mais restait à placer un nom sur le policier brun. Son sourire, déjà écoeurant de niaiserie, s’élargit, prenant des airs victorieux, perturbants ou… carnassiers, peut-être ? Oh, non, pensez-vous, il était trop angélique pour ça. A vous en donner le diabète avec son attitude sucrée à en vomir. Voyons… qui aurait être autrefois membre des Flare pour ensuite rejoindre le FPI ? Question stupide, puisqu’il oubliait les gens comme leur manière de penser lorsqu’ils disparaissaient de sa vie. En revanche, une chose qui restait mystérieusement bien mieux dans son esprit était les faits, surtout ceux qui avaient fait du bruit. Et qu’un membre puisse quitter la Team en faisait toujours un minimum, surtout si il ne s’agissait pas d’un sbire de base – mais il doutait qu’un pauvre larbin aurait eu envie de s’en prendre à lui ou soit au courant de beaucoup de choses à son sujet ou celui de la Team. Et, maintenant qu’il y réfléchissait… n’avait-il pas vaguement entendu parler d’une histoire du type qui avait inquiété ses collègues de par l’importance du membre qui avait disparu et était devenu injoignable, empêchant toute forme de chantage (leur spécialité, ils étaient trop classes pour torturer les gens physiquement…) ?

« Je vous remercie du compliment, au passage. Je dois dire que j’admire aussi votre talent… ce n’est pas trop dur de vous faire passer pour quelqu’un de si banal et ennuyeux ? Je vous plains… mais je suppose que ça doit avoir des avantages, d’être stupide et banal. Tellement de gens le sont et vivent très bien, après tout. »

Le brun rangea son dossier, n’ayant pas l’intention de le rendre. Pas que ça le dérange en soi, mais ce ne serait pas drôle, n’est-ce pas ? A ses côtés, Regius fixait avec attention le Mistigrix de l’interlocuteur. Au cas où elle ferait un faux mouvement, sans doute, à moins qu’ils ne se jugent mutuellement. De son côté, Edward releva les yeux vers le policier, serein comme jamais.

« C’est vrai que je ne travaille pas ici – et même si mon badge est vrai, il aurait été très facile de le voler ou de le reproduire, je comprends donc votre scepticisme. Mais vous devriez le savoir, non ? Quant à la raison de ma venue, je pense que vous vous en doutez, maintenant. Parlons plutôt de votre présence ici. Ce n’est pas un lieu très sûr pour un sergent Flare, vous savez ? Surtout lorsqu’il laisse à ses alliés des infos compromettantes. Mais je suppose que vous non plus, vous ne vous laisserez pas passer les menottes… »

L’expression du Lieutenant Flare, bien que toujours paisible et souriante, perdit son je-ne-sais-quoi chaleureux. Comme si son regard s’était refroidi, éteint – ou vidé de toute émotion autre qu'une certaine appréciation amère de cette incroyable ironie du sort ; il se retrouvait face à un ancien collègue... et n'importe lequel des deux pouvait arrêter l'autre. Mais les deux en profiteraient aussi pour accuser l'autre et l'emporter dans sa chute. Ils étaient menottés par le sort, sans jeu de mots douteux, et le brun ne savait pas vraiment si c'était drôle, intéressant ou... juste extrêmement frustrant et répugnant.

« Et si nous cessions de jouer la comédie, Armin Bronev ? »




CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

________________________
I'm surrounded by idiots
Edward teste les lois de la gravitation en crimson × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm headed straight for the castle || PV. Armin   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm headed straight for the castle || PV. Armin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merac Castle Siege
» The Straight Edge's Locker Room
» A cold sweat high-headed believer ∞ 01/02 - 08:43
» Castles & Crusades : Ilryan
» Portail bizare à Dratan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: ALERA Centre - MELL :: Quartier des affaires :: Rues et bâtiments administratifs-