Partagez | 
 

 Un retard dangereux [PV Rafaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Mar 17 Juin - 13:21

Neel tira une bouffée de sa cigarette et il recracha la fumée grise dans l’air. Il avait dit rendez-vous à dix-huit heures. Il était dix-sept heures quarante. S’ils n’arrivaient pas dans les vingt minutes qui suivaient, il allait tous les tuer. Il détestait les retards.

Son groupe était arrivé sur l’île la veille en soirée. Le rouquin n’avait eu qu’une envie en posant pied sur la terre ferme ; s’enfermer dans une chambre et avoir la paix. Il n’avait pas le mal de mer, mais le bateau n’était pas son fort. Et puis il s’était ennuyé durant la route… ça n’arrangeait rien à son humeur. Il avait juste lâché un « démerdez-vous, on part demain » à ses troupes, une dizaine de sbires, et le lieutenant  avait filé vers le premier hôtel venu de Marivon pour s’enfermer dans une chambre. Et mieux valait ne pas le déranger. Heureusement, personne n’eut cette bêtise.

Le lendemain, le ton avait été donné. Ils partaient pour Mell. C’était la plus grosse ville de l’île, il y aurait sans doute des choses intéressantes à voir. Là-bas, ils devraient se disperser pour explorer la ville et voir ce qui valait le coup de s’y intéresser. Neel leur avait donné une heure de rendez-vous. Dix-huit heures tapantes dans un bar dont il avait donné l’adresse. Le Bar du Bon Coin, dans la zone ouest de la ville. Les sbires devraient lui faire leurs rapports et ils avaient intérêt à avoir des choses à dire.
Le rouquin les avait ensuite laissé pour faire son propre tour. C’était une grande ville touristique et surtout commerciale. Il y avait des buildings partout, mais toutes les entreprises ici se devaient de respecter l’environnement de l’île. Quelle connerie, pensa Neel. Qui s’en souciait ? Enfin, ça devait quand même profiter à quelqu’un tout ça vu la taille des immeubles. Le lieutenant de team s’approcha du quartier des affaires. Des banques, des compagnies d’assurance, des centres boursiers, des cabinets d’avocats aussi. Que des boites qui rapportaient bien. Il y avait des magouilles à faire ici pour rapidement s’enrichir si on trouvait le bon filon à exploiter. Ça intéresserait sans doute les supérieurs, mais il devrait creuser un peu plus d’abord. S’il trouvait le magot, il s’en réserverait une partie avant de prévenir les patrons bien sûr. Il n’était pas là pour faire le lèche-botte mais pour sortir du lot.
Puis dix-sept trente arriva et il se rendit dans le bar. Quand il donnait rendez-vous, la moindre des choses était d’y être en avance. Il était le patron après tout. L’établissement était d’un style traditionnel, un peu pub anglais, ça lui plaisait bien. Il s’assit au bar et il commanda un verre avant de prendre une cigarette qu’il alluma. Il préférait le comptoir aux tables, le barman était juste à côté et il n’avait pas besoin d’attendre pour être servi.

Dix-sept heures cinquante-cinq. Les premiers sbires arrivèrent pour leur rapport et le reste arriva à dix-huit heures. Ils avaient de la chance, il n’aurait pas toléré une minute de retard. Neel changea de place pour une table au fond. Plus discret. Chacun expliqua alors ce  qu’il avait vu, les informations récoltées. Quand le dernier parla, Neel écrasa sa cigarette dans un cendrier.

« Vous ne servez à rien. Personne n’a été fichu de trouver quelque chose de vraiment intéressant. Vous avez passé votre journée à flâner ou quoi ?! grogna-t-il. »

Tous se regardèrent les uns les autres. Ils allaient passer un sale quart d’heure… Mais l’un deux eut la bonne idée pour échapper à la punition.

« Monsieur… Tout le monde n’a pas parlé. Rafaël n’est pas encore arrivée. »

Neel haussa un sourcil. Il en manquait un ? Le rouquin n’avait pris ni la peine ni le temps de retenir le visage et le nom de ses larbins… mais en les comptant, il se rendit compte qu’on lui disait vrai. Un petit malin avait donc cru que c’était une bonne idée d’être en retard. Il avait intérêt à avoir une bonne raison.

« Allez me le chercher, gronda-t-il. »

Oui, il n’avait pas non plus réalisé qu’il s’agissait d’une fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Mer 18 Juin - 13:21

Alera, cette île luxuriante pleine de touristes. Partout, Rafaël voyait les poches tinter d'or, les cartes bleues biper dans les machines, les dépenses affluer sans compter. Et elle comprenait mieux pourquoi l'île avait été la cible de la team.
Arrivés la veille, ils avaient dormi quelques heures dans un charmant hôtel de Marivon avant de s'éloigner pour le centre-ville, Mell. Au moins une chose qu'elle pouvait reconnaître à la Team Rocket : ils ne se refusaient rien. Le lit de l'hôtel avait été des plus confortables. Ils se séparèrent au matin, chacun filant explorer un coin de la ville à la recherche d'un trésor à découvrir. Toute la journée, la sbire fouilla l'est de la ville et ses environs. Elle avait aperçu des boutiques, des bijouteries, des immeubles haut comme le ciel, et ces touristes, riches et négligeant. Mais aucun trésor. Oh, certes, il y avait des banques, une vingtaine dans une aussi petite ville. Mais Rafaël doutait que dans une île si petite, un braquage soit des plus fluctuants. Remarquez, la team Rocket n'était pas une grande frappe.

Ils avaient rendez-vous à dix-huit heures, dans un bar tranquille de la capitale. « Le Bar du Bon Coin », lut Rafaël devant la pancarte. C'était d'une simplicité... pensa-t-elle avant de regarder l'heure. 18h17. Elle était en retard. Rafaël ferma les yeux, soupira doucement pour se donner un tantinet de courage, et elle se dirigea vers la porte du bar. Mais avant qu'elle ne puisse la franchir, deux hommes en sortirent. Elles les reconnut aussitôt comme étant de son groupe. Un brun à l'allure niaise et un rouquin un peu costaud. Leur visage s'éclaircit en voyant la brune, et aussitôt, cette dernière comprit qu'ils étaient venus la chercher. La gitane fronça légèrement les sourcils. Oh. Très en retard, donc.

- Je viens.

Tous trois entrèrent dans le bar, et se dirigèrent vers un coin plus tranquille de la salle enfumée. Là-bas, la lumière était tamisée, comme un mauvais repaire de brigands. Aux odeurs âcres d'alcool et de tabac, Rafaël fronça le nez. Elle avança, escortée de ses deux camarades. Ceux-ci ne payaient pas de mine, annonçant inévitablement que la jolie brune allait passer un très mauvais quart d'heure. Ils arrivèrent à la table. Sept sbires étaient assis, entourant leur « chef », comme ils disaient dans leur jargon. Un faux rouquin à l'air vraiment pas commode, que Rafaël avait pris le temps d'observer durant leur voyage. Rafaël s'approcha. Pour l'occasion, ils avaient tous troqué leur uniforme pour une tenue « passe-partout ». Certains avaient revêtu le classique jean/t-shirt, et Rafaël n'avait pas été chercher loin non plus... Un jean foncé, bleu presque noir, accommodé d'un chemisier blanc sans manches, assez large pour ne pas mettre en valeur son opulente poitrine. Il faisait chaud sur l'île, et si jamais cela se rafraîchissait en soirée, la brune mettrait un gilet.

Ses pas s'arrêtèrent. Derrière elle, les sbires terrifiés s'écartèrent un peu, s'approchèrent des autres. Seule Rafaël restait presque indifférente, évidemment consciente du sermon qu'elle allait prendre, mais restant digne et fière. Après tout, c'était fait. Elle était en retard, mais c'était fait, point, et puis elle était là maintenant.
Alors voilà. Elle s'arrêta en face du lieutenant, le fixa, attendit la sentence. Du moins, l'autorisation de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Jeu 19 Juin - 14:13

Pour une fois, ces idiots furent rapides. A peine partis que déjà ils revenaient avec le sbire manquant. … ou plutôt « la » ? Neel haussa un sourcil en voyant une jeune femme approcher. Au nom de Rafaël, il s’était attendu à un homme. Mais il était vrai que de nos jours, les gens avaient la tendance idiote de donner des noms de garçons aux filles et vice versa. Enfin, peu importe.
Quand elle s’arrêta devant lui, Neel prit quelques secondes pour l’observer des pieds à la tête. Elle était grande et fine, plutôt jolie avec ses longs cheveux encrés. Si sa chemise ne laissait pas dévoiler grand-chose, son jean en revanche montrait qu’elle disposait d’une taille séduisante et des cuisses musclées qui étaient néanmoins féminines. Quel âge avait-elle ? Vingt-trois ans ? Vingt-cinq à tout casser ?

Le rouquin joua un instant à faire tourner le verre qu’il avait en main. Les autres sbires chuchotaient entre eux, ils avaient tous l’air d’avoir peur de se faire crier dessus. Elle, elle restait droite et fière. Elle n’avait pas l’air d’avoir peur de lui. Intéressant. Prenait-elle sur elle ou cette fille ne le craignait vraiment pas ? ça l’intriguait, mais il ne savait pas si ça l’énervait ou si ça lui plaisait. La jeune femme sortait un peu du lot en tout cas. Par contre, ça n’empêchait pas qu’elle était en retard… et si les autres idiots pensaient qu’ils allaient s’en tirer en se servant d’elle, ils se trompaient.

« Quand je donne un horaire, c’est pour qu’il soit respecté. »

Il attrapa une autre cigarette et il prit le temps de l’allumer. Il souffla un nuage de fumée.

« Tu as cinq minutes pour t’expliquer. »

Et elle avait intérêt à avoir une très bonne raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Jeu 19 Juin - 15:48

    Il n'y avait plus aucun bruit dans le coin sombre du bar, aucun sbire ne voulait s'essayer à jouer au malin. Droite, Rafaël attendait patiemment que le rouquin ne parle. Mais celui-ci se contentait de la mater de haut en bas et pour être franche, la gitane détestait cela. Elle se risqua bien cependant de le faire entendre, du moins pour le moment. Ce n'était ni le lieu ni le moment. Surtout pas le moment.

    « Quand je donne un horaire, c’est pour qu’il soit respecté. »

    Premier sermon, cependant incroyablement calme. Rafaël ne put s'empêcher de hausser un sourcil surpris. Pas de gueulante ? Ce n'était peut-être pas l'endroit. Elle resta silencieuse une seconde, observant l'autre s'allumer une brune qu'il porta à ses lèvres. Rafaël n'avait jamais compris, et ne comprendrait jamais les gens qui fumaient. Qu'est-ce que cela pouvait apporter ? C'était sans doute comme l'alcool, un substitut de bonheur qu'on s'accordait parfois, pour paraître moins triste. Plus important.

    « Tu as cinq minutes pour t’expliquer. »

    La brune ferma les yeux un instant. C'était son tour de parler.

    - J'étais à l'est de la capitale, à la frontière de la ville voisine. Elara. On raconte que cette ville fut la première de l'île, et qu'elle est aujourd'hui partiellement abandonnée.

    Un sbire ricana. Que faire d'une ville abandonnée ? Pas d'habitant, donc pas de richesse, rien à voler. Cette gamine allait se faire démonter. Rafaël l'ignora complètement pourtant, et elle continua :

    - On raconte également qu'elle est hantée, et que c'est pour cela qu'une arène de type spectre y a été bâti. À cause de cela, peu de touristes osent la fréquenter. Pourtant, j'ai entendu dire que sa plage décelait un trésor, enfoui dans son sable lorsque la marée était basse. (Elle se tut, prit le temps d'observer quelques secondes celui qui était son supérieur aujourd'hui.) C'est pour cela que j'étais en retard. Je suis partie jusqu'aux côtes d'Elara pour voir ce qu'il en était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Jeu 19 Juin - 16:53

« J'étais à l'est de la capitale, à la frontière de la ville voisine. Elara. On raconte que cette ville fut la première de l'île, et qu'elle est aujourd'hui partiellement abandonnée. »

Neel haussa un sourcil qui était l’équivalent d’un « et ? » silencieux. Mais il la laissa finir.

« On raconte également qu'elle est hantée, et que c'est pour cela qu'une arène de type spectre y a été bâti. À cause de cela, peu de touristes osent la fréquenter. Pourtant, j'ai entendu dire que sa plage décelait un trésor, enfoui dans son sable lorsque la marée était basse. C'est pour cela que j'étais en retard. Je suis partie jusqu'aux côtes d'Elara pour voir ce qu'il en était. »

Des ruines cachées avec un trésor ? Hm. C’était à vérifier, mais c’était la piste la plus intéressante qu’il avait. Les autres lui avaient parlé de banques, de bijouteries… rien d’intéressant qui sortait du lot. Mais un trésor dans des ruines… C’était souvent là qu’on trouvait les pokémons légendaires et les vieux objets avaient beaucoup de valeur. Pourquoi pas même des fossiles, pensa Neel en touchant d’une main la pokéball de son Rexillius. Oui, il y avait peut-être de quoi tirer profit de tout ça. Il prit une bouffée de sa cigarette et il regarda tous les sbires.

« Il semblerait que au moins quelqu’un ait vraiment travaillé ici. »

Il se redressa alors et il choppa le premier sbire à portée par le col, le planquant contre un mur. Il lui souffla sa fumée à la figure. Il avait l’air en colère.

« Quant à vous autres, bande d’incapables, vous feriez bien que vous activez un peu plus, grogna-t-il. »

Il le relâcha brusquement, le faisant tomber à terre.

« Tirez-vous, cracha-t-il. Sauf toi, dit-il à Rafaël. »

Ses subalternes ne se firent pas prier et ils prirent la poudre d’escampette sans demander leurs restes. Neel se retourna alors vers Rafaël. Il s’avança jusqu’à être devant elle. Une fois debout, le rouquin la dépassait de plus d’une tête.

« La prochaine fois que tu es en retard, je te tue. »

Non, il n’allait pas vraiment la tuer bien sûr… mais elle risquait fortement de se faire frapper si elle jouait avec ses nerfs. Oui, il frapperait une femme. Egalité des sexes, elles ne parlaient que de ça, alors il n’y avait pas de raison. Mais à vrai dire, Rafaël lui inspirait plutôt autre chose que de la violence… avec ses formes et son joli visage, la jeune femme lui donnait envie d’autre chose.

« Et maintenant, tu m’expliques avec plus de détails cette histoire de ruines et ce que tu as vu là-bas. Si on doit se déplacer, que ça ne soit pas pour rien. »

________________________
Vincent frappe et fume en #cc0000.



Après le boulot... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Ven 20 Juin - 8:44

    « Il semblerait que au moins quelqu’un ait vraiment travaillé ici. »

    Rafaël retint un soupir soulagé. Ça lui avait plu. Première étape de passée. Mais le lieutenant semblait énervé. Lorsqu'il plaqua le premier sbire venu contre le mur, tous les autres reculèrent. La gitane elle ne quitta pas sa position. Après tout, il ne s'était pas encore adressé à elle, et s'il y avait bien une chose que la belle avait retenu du fonctionnement de la team, c'était que la hiérarchie était la plus importante. Si on ne lui donnait pas l'ordre de bouger, elle ne bougerait pas.

    « Tirez-vous. Sauf toi. »

    Il s'était tourné vers elle. Et merde, pensa la jeune femme, qui ne put retenir un léger froncement de sourcils. Du coin de l’œil, elle observa ses camarades se sauver sans demander leur reste, et évidemment, elle les envia un peu. Le rouquin s'approcha d'elle, et pour soutenir son regard, Rafaël dut lever la tête. Si elle était plutôt grande, pour une femme, lui était immense. Et bien qu'elle détestait leur proximité, elle ne bougea pas.

    « La prochaine fois que tu es en retard, je te tue », menaça le lieutenant.

    La gitane resta silencieuse. Oh, bien sûr, elle comprenait la menace. Elle le fixa, calme mais pas de manière odieuse. Elle préférait simplement l'avoir en vue plutôt que de détourner le regard. Surtout qu'elle ne supportait pas sa manière de la reluquer. Les hommes comme lui, elle les connaissait. C'était les mêmes qui venaient chez elle le soir, qui saoulaient son père avec leurs belles paroles et qui venaient dans sa chambre à la nuit tombée. Le rouquin ne lui inspirait que du dégoût, et son regard gris-vert ne se cachait pas de le faire comprendre. Il lui demanda de s'expliquer, avec plus de détails que la première fois, et là Rafaël comprit qu'elle devait se vendre. Elle quitta le roux des yeux une seule seconde, le temps de fermer un peu les yeux et de se remémorer tout ce qu'elle avait entendu aujourd'hui.

    - Il s'agirait de ruines antiques, d'une divinité de la plage ou d'une cité enfouie. J'ai entendu plusieurs versions en seulement deux heures. Je suis allée sur les hauteurs pour vérifier moi-même, mais la marée était si haute que je n'ai rien vu du tout. Mais je suis formelle, il y a bien quelque chose d'enfoui là-bas.

    Elle le regarda de nouveau, et détestant leur proximité, elle ne résista pas à reculer d'un léger pas. Mais ne perdant pas de sa verve, elle le fixa avec un léger reproche.

    - En quelques heures, je n'ai pas pu en apprendre plus. J'ai dû rentrer pour me rendre ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Ven 20 Juin - 19:58

La jeune femme avait l’air fier, elle soutenait le regard du roux sans jamais s’en défaire. Et pourtant, elle ne se montrait pas hautaine ou arrogante. Elle restait à sa place sans pour autant se montrer en position de faiblesse. Cette fille avait du cran, et si elle attirait l’attention de Neel il se dit aussi qu’il ferait bien de se méfier d’elle. Après tout, lui-même avait cherché à se démarquer du lot à l’époque où il était simple sbire jusqu’à tuer son supérieur direct… Il ne savait rien des objectifs de la gitane, mais il nota dans un coin de sa tête de la garder à l’œil.

« Il s'agirait de ruines antiques, d'une divinité de la plage ou d'une cité enfouie. J'ai entendu plusieurs versions en seulement deux heures. Je suis allée sur les hauteurs pour vérifier moi-même, mais la marée était si haute que je n'ai rien vu du tout. Mais je suis formelle, il y a bien quelque chose d'enfoui là-bas. »

Il y avait donc bien quelque chose à creuser, pensa Neel en prenant une bouffée de sa cigarette. On avait toujours trouvé des choses intéressantes dans les vieux temples. A Unys, on avait ainsi découvert un Pyrax encore vivant alors qu’on pensait l’espèce éteinte. La bestiole se cachait dans les ruines de l’ancienne civilisation qui l’adulait comme un dieu à l’époque. Ils ne tomberaient pas forcément sur un pokémon rare à Elara… mais ce serait-ce que des fresques de l’ancien temps en bon état pouvaient se vendre très chères au marché noir.

La brune fit alors un pas en arrière, ce qui n’échappa à Neel. Oh ? Finalement, elle était un peu intimidée quand même ? Ou était-ce juste l’odeur du tabac qui l’indisposait ? Sans doute la première option, car elle se rattrapa aussitôt de cet aveux de faiblesse par une pique verbale.

« En quelques heures, je n'ai pas pu en apprendre plus. J'ai dû rentrer pour me rendre ici. »

Elle lui faisait un reproche ? Sérieusement ? Neel hésita à rire. C’était la meilleure, celle-là. Mais le rouquin n’étant pas connu pour être quelqu’un qui aimait l’humour, il fronça plutôt les sourcils.

« Si c’est tout ce que tu as eu, ce n’est pas à cause de l’horaire mais parce que tu es incompétente. Néanmoins, tu as fait mieux que tous ces autres idiots. »

Ça, il ne pouvait le nier. Il promena un instant son regard dans le bar, quelques personnes le regardaient, sans doute à cause de la scène de tout à l’heure avec le sbire. Il leur jeta à toutes un regard noir. Si ces crétins continuaient de le fixer, il allait les tuer. Neel reporta son regard sur Rafaël.

« On partira demain voir tes ruines. »

Par contre s’il n’y avait rien là-bas… inutile de dire que Rafaël passerait de sbire du mois à « je vais t’en coller une pour me faire perdre mon temps ». Mieux valait pour la jeune fille que la vérité soit à la hauteur de ses dires. Mais pour l’instant, le rouquin n’en était pas là. Il fit un pas vers la gitane, s’amusant quelque peu à la tester, histoire de voir si elle reculerait à nouveau. Il ne lui faisait absolument pas confiance, mais elle lui plaisait, autant par son physique que par le fait qu’elle soit capable de faire quelque chose de ses dix doigts. Il posa alors une main contre son cou, son pouce venant toucher la joue de la jeune femme près de ses lèvres. Une invitation silencieuse pour lui montrer ce qu’il voulait d’elle.

________________________
Vincent frappe et fume en #cc0000.



Après le boulot... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Sam 21 Juin - 10:43

    Silencieuse, Rafaël fixait le roux en face d'elle. Visiblement, ce dernier se plaisait à faire durer le suspens tout en alourdissant l'ambiance. Et si cela agaçait la brune, elle n'en dit évidemment rien et attendit simplement qu'il daigne parler.

    « On partira demain voir tes ruines. »

    Oh. Très bien. La jeune femme hocha légèrement la tête en réponse. Demain, ça voulait dire une bonne nuit de sommeil, et cela, Rafaël l'attendait avec impatience. Elle était fatiguée et ses jambes étaient lourdes de fatigue. Elle s'autorisa alors un léger soupir, et ferma les yeux une seconde. Quand soudain, l'autre s'approcha d'elle. Elle rouvrit les yeux, fronça automatiquement les sourcils. Elle n'aimait pas son air suffisant et ses manières. S'amusait-il de ses réactions ? Elle lui jeta un regard noir et défiant, signifiant clairement que s'il voulait jouer, il allait prendre cher. Elle sursauta. Le rouquin venait d'effleurer son cou, grimpant sur sa joue, frôlant ses lèvres. Le geste paraissant pourtant tendre, le visage de Rafaël se ferma aussitôt, davantage, et elle lui jeta un regard de haine pure. D'une claque sèche et bruyante, elle repoussa sa main. Patron ou non, à cet instant précis, la gitane n'en avait que faire.

    - Même pas en rêve, cracha la jeune femme.

    Elle recula d'un nouveau pas, joua la sécurité. Mais elle ne quittait pas son supérieur des yeux. Après tout, elle lui devait d'une quelconque façon obéissance, bien que cela la dégoûtait, et elle devait donc attendre l'autorisation de partir.

    - Je rentre à l'hôtel. Je serai prête demain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Sam 21 Juin - 12:21

Une claque sèche et vive, tel un serpent qui attaquait. La douleur sur sa paume. La gitane avait plus de mordant qu’elle ne voulait bien  le montrer. Une vraie couleuvre, avec son air dur et sa langue acérée.  Ça plaisait  à Neel. Il arqua même un sourcil potentiellement amusé à sa remarque « Même pas en rêve ».  Il ne s’en vexa pas, le refus d’une femme à son égard n’était pas le genre de chose qui le mettait en colère. Il ne forçait pas et comprenait que non voulait dire non. Ça ne l’empêcherait pas de réessayer plus tard, mais pour l’heure il n’insisterait pas.

« Je rentre à l'hôtel. Je serai prête demain matin. »

Neel la regarda un instant. C’était clair et direct en tout cas, mais curieusement la jeune femme ne poussa pas l’insolence au point de partir. Non, elle resta droite. Sans doute attendait-elle malgré tout la permission de partir. Resterait-elle plantée là s’il ne lui disait rien ? C’était intéressant. Oui, cette fille l’intriguait suffisamment pour qu’il prenne la peine de retenir son nom.

« Bien. Sois prête à huit heures, les autres auront leurs propres ordres. »

Sur ce, il s’écarta d’elle. Il retourna à sa table et il s'assit. Il avala le reste de son verre. Il reporta son regard sur la demoiselle. Demain, ils seraient en petit groupe. Elle, lui, et peut-être un autre sbire. S'il y avait quelque chose dans les ruines, il voulait être le premier à le voir et que peu de monde le sache. Il y avait aussi cette histoire de marée bien sûr, mais ne serait-ce que se rendre sur place pourrait leur apprendre plus de choses. Ah, et il serait temps de faire comprendre à la brune qu'il en avait fini avec elle ou elle allait prendre racine.

« Tu es congédiée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Sam 21 Juin - 13:03

    « Bien. Sois prête à huit heures, les autres auront leurs propres ordres. »

    Rafaël le regarda d'un air satisfait et légèrement effronté. Bien, il avait compris qu'elle n'était pas de ces femmes faciles qu'il pouvait avoir en claquant des doigts. D'apparence docile, elle hocha légèrement la tête pour signifier qu'elle avait compris, et surtout, qu'elle était prête à partir. Sauf que l'autre se détourna, retourna à sa table et il se passa de longues secondes, quelques minutes sans que son supérieur ne l'autorise à partir. La brune fronça les sourcils. Jouait-il encore avec ses nerfs ? Rafaël pinça les lèvres, mais elle demeura silencieuse. Elle ne voulait pas jouer, seulement rentrer, alors il valait mieux se taire.

    Comme s'il se souvenait de sa présence, Nell la congédia enfin. La gitane ne put réprimer un léger soupir de soulagement, et sans rien répondre au rouquin – relancer le jeu ou exprimer une remarque désagréable pourrait la faire rester ici encore plus longtemps -, elle fit volte face et quitta le bar. Elle sentit, dans son dos, des regards insistants qu'elle tâcha d'ignorer, comme toujours. Une fois dehors, la brune leva son regard vers le ciel. La nuit tombait doucement, encore timide, et le soleil disparaissait à l'horizon. Observer le coucher du soleil avait toujours été un spectacle plaisant pour la jeune femme. Elle siffla, un son doux, discret et bref, et d'une ruelle apparut un Sablaireau. Protecteur, le Pokémon avait attendu le retour de la jeune femme. Ce dernier rejoignit sa dresseuse et frotta affectueusement sa tête contre la cuisse de la brune, qui lui offrit une douce caresse.

    - Allez Thane, on rentre. Demain sera une longue journée.

    Sans plus de détours, la jeune femme rejoignit l'hôtel qu'on leur avait affilié pour la nuit. Son repos fut bien mérité. Et le lendemain, elle était prête à huit heures – huit heures quatre précisément, ayant quelque peu traîné les pieds -, et rejoignit la bordure de la ville où avait été fixé le rendez-vous sur son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Sam 21 Juin - 17:42

Le lendemain, Neel était présent à l’endroit de rendez-vous avec dix minutes d’avance. Il avait avalé deux cafés ce matin pour se réveiller et il s’était préparé sans attendre. Pour aujourd’hui, il irait voir ce dont parlait Rafaël avec elle. Les autres sbires avaient pour mission de continuer de récolter des informations et de continuer de fouiller l’île. Ils avaient du temps devant eux, alors ils devraient leur donner un rapport qui tenait la route à son retour.
Le rouquin regarda l’heure sur son téléphone. Huit heures pile et la gitane n’était toujours pas là. Il lui avait dit de ne pas être en retard pourtant. Ça commençait à l’agacer. Mais heureusement la jeune fille arriva quatre minutes plus tard. Vincent fronça les sourcils.

« La ponctualité, tu ne connais toujours pas on dirait. »

Il s’énerverait plus tard, c’était trop tôt pour ça. Son café avait été bon ce matin, ça l’avait mis de bonne humeur. Il fit signe à la jeune fille de le suivre. Un peu plus loin un sbire les attendait dans une voiture. Neel monta à l’avant, le sbire faisait chauffeur, et ils attendirent que Rafaël monte pour filer en direction d’Elara. La route ne prit qu’une demie heure, les villes n’étaient pas si éloignées que ça les unes des autres. Mais quand ils arrivèrent ils eurent la mauvaise surprise de constater que la marée n’était pas partie et on ne distinguait rien sous l’océan. Néanmoins, au loin, on pouvait voir des rochers dépasser de l’eau. En les regardant bien il était possible de distinguer des formes travaillées, comme de vieux piliers abimés par le reflux des vagues. Mais impossible d’aller voir pour le moment. Bien. Ils attendraient et demanderaient des informations dans le village en attendant… sauf que quatre jours plus tard la marée était toujours là. Neel eut alors envie de balancer Rafaël à l’eau histoire qu’elle lui trouver quelque chose dans ces foutues ruines et pourquoi pas optionnellement la noyer. Il était d’une humeur exécrable, il détestait perdre son temps. Si bien que lorsqu’il croisa la brune le dernier jour il vint la plaquer contre un mur. Il l’attrapa par le col, la soulevant très légèrement. Son regard était dur, sa poigne ferme.

« Tu t’es bien amusée à nous faire tourner en rond pour rien ? A cause de toi, on a perdu quatre putains de jours ! »

Il resserra sa poigne sur son vêtement de façon à l’étrangler légèrement.

« On n’a rien ici, alors en attendant la flotte se décide à partir, si seulement tu n’as pas raconté n’importe quoi bien sûr, tu vas faire en sorte de te montrer utile. Tu as une heure pour me trouver quelque chose d’exploitable ou je t’envoie chercher ces ruines marée haute ou non, gronda-t-il. »

Si elle se permettait un seul mot de travers maintenant, il la frapperait.

________________________
Vincent frappe et fume en #cc0000.



Après le boulot... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Sam 21 Juin - 22:34

    Quatre jours. Quatre jours d'attente et appréhension, car plus les jours défilaient, plus Rafaël voyait le visage du rouquin se tordre et l'impatience se lire sur ses traits. Il était en colère. Du haut de la côte, fixant la falaise en contre-bas tous les jours, toutes les heures, Rafaël commençait elle aussi à douter. C'était un mauvais plan, elle n'aurait jamais dû parler de ça. Mais qu'y pouvait-elle, si la marée ne baissait pas ?

    « Tu t’es bien amusée à nous faire tourner en rond pour rien ? A cause de toi, on a perdu quatre putains de jours ! »

    Rafaël venait de rentrer à l'hôtel. Un petit hôtel sans prétention, au contraire même un peu abandonné. Six chambres, pas plus. Et avant qu'elle ne puisse regagner sa chambre, elle se fit brutalement plaquer contre le mur du couloir. Il lui fallut quelques secondes, incompréhension et surprise, pour qu'elle puisse comprendre ce qu'il se passait autour d'elle. Les mots du roux lui parvinrent aux oreilles, elle grogna légèrement. Il la serrait fort, il l'étranglait. D'instinct, la gitane agrippa la main musclée du rouquin, la griffa légèrement. Qu'il la lâche, bon sang !

    « On n’a rien ici, alors en attendant la flotte se décide à partir, si seulement tu n’as pas raconté n’importe quoi bien sûr, tu vas faire en sorte de te montrer utile. Tu as une heure pour me trouver quelque chose d’exploitable ou je t’envoie chercher ces ruines marée haute ou non. »

    La brune gémit légèrement, les mâchoires serrées. S'il continuait à resserrer sa poigne, elle manquerait de souffle. Sous la prise violente, son mince chemisier gris perle ne tint pas. Deux boutons sautèrent, les boutons du haut. Rafaël agrippa la main de Nell, griffa sa peau. Qu'il lâche ! Elle gronda pauvrement, essoufflée, inquiète.

    - Qu'est-ce que j'y peux, si la marée ne descend pas... grogna-t-elle faiblement.

    Elle essaya, sèchement, de repousser la main brutale. Ses pieds ne touchaient plus terre et sérieusement, elle commençait à s'affoler. Sa respiration s'était emballée, son cœur également. Soudainement, elle baissa la tête et mordit violemment sa main.

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Dim 22 Juin - 11:14

« Qu'est-ce que j'y peux, si la marée ne descend pas... »

C’était juste, et malgré sa colère Neel en était conscient. Rafaël n’y était pour rien, mais elle aurait pu se renseigner davantage, savoir quand la marée se baissait et quand ils pourraient passer. Si elle avait fait correctement son travail aussi ! Tous des incapables, il devait tout faire lui-même pour que le travail soit bien fait décidément. Puis brusquement il sentit une vive douleur à sa main. Elle venait de le mordre ! Neel la relâcha aussitôt mais non sans la jeter brutalement au sol. Il massa sa main en regardant la gitane au sol. Dans sa colère, il eut envie de lui rendre la pareille en la frappant… mais non. Il ne frappait pas quelqu’un au sol, et puis il doutait qu’elle veille vraiment se battre. Il la regarda un instant.

« Si tu n’es pas capable de faire quoique ce soit de correct, tu ferais mieux de quitter la team avant de te faire tuer pour incompétence. »

Neel se massa la main. C’est qu’elle faisait mal, la vipère. Au moins, elle avait du répondant. On ne pouvait pas le nier. Mais c’était mal venu face au rouquin en colère… bien qu’il se calma un peu.

« On bouge. Ramasse tes affaires. »

________________________
Vincent frappe et fume en #cc0000.



Après le boulot... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Dim 22 Juin - 12:47

    Déséquilibrée, Rafaël tomba brutalement au sol, et le bourdonnement qui résonna dans sa tête lorsqu'elle se cogna le crâne contre le mur n'eut rien d'agréable. Elle ferma les yeux et attendit simplement que la douleur passe, que l'étourdissement s'estompe. Le patron n'avait pas été tendre.

    « Si tu n’es pas capable de faire quoique ce soit de correct, tu ferais mieux de quitter la team avant de te faire tuer pour incompétence. »

    La gitane ne lui répondit pas et se retint de lui rétorquer que de toute manière, elle n'avait aucune envie d'en être, de cette team effroyable. Avachie au sol, à moitié contre le mur, elle vint alors se redresser doucement quand la douleur devint supportable. Elle s'assit contre le mur, le souffle légèrement court de l'étranglement passé. Son chemisier maintenant froissé était ouvert sur sa gorge comme un décolleté outrageant, deux boutons en moins laissant entrevoir sa poitrine généreuse à demi cachée par le soutien-gorge blanc qu'elle portait. Sa poitrine se soulevait à intervalles rapides, et quand Rafaël s'aperçut de cet échantillon de nudité, elle ramena d'une main son chemisier abîmé contre elle pour se cacher. Elle resta au sol, pour ne pas provoquer davantage le rouquin énervé, mais ses yeux gris-vert se levèrent vers lui avec hargne.

    « On bouge. Ramasse tes affaires. »

    Quoi ? Rafaël parut surprise, perplexe. Ils ne restaient pas à Elara, finalement ? La brune comprit que Neel devait abandonner l'idée du trésor enfoui. Avec la marée, c'était juste impossible. Lentement, elle se releva, tâchant de rester digne malgré la douleur qu'elle ressentait au coxis et à la tête. Son dos aussi souffrait un peu. Sa main droite restait fermé sur sa poitrine pour se cacher, et elle fixa le rouquin avec rage. Elle ne se permit qu'un « bien » sec et cassant, puis elle le bouscula pour filer dans sa chambre. Heureusement, c'était la porte juste à côté.

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Dim 22 Juin - 13:18

Neel observait la gitane se redresser. Son soudain décolleté ne lui échappa pas. Oh ? C’était donc ça qu’elle cherchait à cacher sous ses amples vêtements ? Ça se comprenait, c’était le genre de poitrine qui faisait que les hommes se retournaient… et le rouquin restant malgré tout un homme, il ne se priva pas de regarder. Franchement, ça lui donna davantage envie de passer du bon temps avec la brune… mais il se doutait bien que la jeune femme n’y serait sans doute pas disposée. Ce n’était ni le lieu –quoique, ils étaient dans un hôtel- ni le moment pour ça néanmoins.
Lorsque la brune chercha à cacher sa nudité et lui lança un regard noir, Neel haussa un sourcil. Croyait-elle vraiment que c’était le bon moment pour le provoquer ? Mais la demoiselle se montra obéissante malgré tout, cherchant à se redresser dignement. Brave petit soldat. Même dans l’humiliation et la douleur, elle cherchait à garder la tête haute. Et pourtant, elle ne payait pas de mine avec ses habits froissés et sa main qui cherchait désespérément à cacher sa poitrine. C’était pour ça que les femmes étaient faciles à avoir, un bout de peau à l’air et elles se sentaient tout de suite vulnérables. Pathétique.

Rafaël vint le bousculer et même si cela n’était pas dans un but provocateur Neel vint aussitôt attraper son bras d’une poigne ferme pour la retenir, la forçant aussi à lâcher sa chemise mais ce n’était pas vraiment calculé.

« Tu n’auras pas de troisième chance, alors tâche de montrer que tu vaux quelque chose cette fois, gronda-t-il. Si tu n’es bonne à rien sur le terrain, il faudra peut-être revoir comment tu peux te rendre utile. »

Il la relâcha et dans son geste sa main remonta pour bousculer un des seins de la jeune femme. Le contact fut extrêmement bref, quelques secondes seulement, mais le message se voulait clair. Si elle ne fournissait pas rapidement des résultats, elle aurait des ennuis majeurs. Neel n’était pas un violeur, mais rien ne lui empêchait de simplement faire peur. Et puis simplement toucher n’était  pas violer. Après ça il s’éloigna d’elle. Il en avait fini pour aujourd’hui.

Le lieutenant retourna alors à sa chambre d'hôtel où il ferma ses bagages, il les confia ensuite au sbire qui lui servait de chauffeur, le même qui avait fait le trajet à l'aller. Ils partaient dès que la brunette serait prête, et le plus tôt serait le mieux parce que là il n'avait qu'une envie ; se poser dans un bar et boire un bon verre d'alcool avec une cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Dim 22 Juin - 20:45

    Alors qu'elle pensait l'épisode terminé, Rafaël fut rattrapée de nouveau par une poigne brutale sur son bras. Elle en lâcha sa chemise, qui s'ouvrit à nouveau sur sa poitrine dénudée. Une étincelle inquiète traversa le regard de glace de la gitane, mais le rouquin ne fit rien de plus que la menacer à nouveau.

    « Tu n’auras pas de troisième chance, alors tâche de montrer que tu vaux quelque chose cette fois. Si tu n’es bonne à rien sur le terrain, il faudra peut-être revoir comment tu peux te rendre utile. »

    La menace ne fut pas qu'en paroles, puisque le lieutenant accentua sa phrase d'un geste arrogant et déplacé sur son sein. La brune en frémit de dégoût et comme la première fois, elle repoussa sa main d'une claque sèche. Un regard noir ferma un peu son beau visage, et elle recula vers la porte de sa chambre.

    - Compris, cracha-t-elle.

    Pas un mot de travers. Rafaël n'avait pas envie que le rouquin ne passe à la vitesse supérieure. Un dernier regard noir, et la gitane disparut dans sa chambre, dont la porte claqua en se refermant. Une fois à l'intérieur, la brune se laissa doucement tomber contre la porte de bois, le cœur battant à tout rompre. Elle restait digne et fière, mais ça ne l'empêchait pas d'être terrifiait quand une main la touchait de trop prêt. Elle se sentait sale. Bien évidemment, elle se changea, jeta son chemisier pour porter un pull léger bordeaux. C'était sans doute un peu chaud pour la saison, mais ça, elle n'en avait que faire. Quand elle fut prête, et qu'elle se fut remise de ses émotions, elle rejoignit la voiture en bas de l'hôtel. Ils n'avaient même pas payés leurs nuits.

    Rafaël grimpa à l'arrière, son sac sur les genoux. Elle évita tout regard avec le rouquin. Le chauffeur, simple sbire comme elle, démarra rapidement. Dans une heure ou deux, ils seraient à Mell. Durant le trajet, Rafaël observait le dos du rouquin, sa nuque, ses cheveux. Comme il serait facile de l'éliminer, d'un simple coup de feu ou de couteau. L'éliminer et prendre sa place. C'était chose courante, et la gitane possédait un petit couteau à sa cheville. Une arme précise, discrète, utile. Mais Rafaël n'était pas intéressée par le fait de monter en grade. La jeune femme posa le regard sur la fenêtre, appuya sa joue sur la vitre fraîche.
    Quand ils arrivèrent, elle sortit la première de la voiture. Nulle envie de rester plus longtemps en leur compagnie. Néanmoins... elle ne savait pas exactement ce qu'elle devait faire, à présent. Si bien qu'elle se tourna vers Nell, attendant les prochains ordres en silence. Oui, elle était un bon petit soldat, et cela n'avait de cesse de la dégoûter.

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Lun 23 Juin - 9:26

Ils partirent ainsi d’Elara et personne ne dit mot durant tout le trajet. Neel restait néanmoins attentif même s’il avait l’air de simplement regarder le paysage défiler à travers la fenêtre. Il écoutait les bruits dans la voiture, plus par habitude qu’autre chose. Les années lui avaient appris à se méfier de tout et surtout des autres. Mais il n’y eut nul incident et ils arrivèrent rapidement à Mell. La voiture se gara dans le centre, près de l’hôtel qu’ils avaient déjà utilisé lors de leur premier séjour en ville. Ils quittèrent ensuite la voiture. Neel vint attraper son paquet de cigarette à peine sortit et il en prit une qu’il alluma pour en tirer une grande bouffée.
Le programme du roux était simple. Il allait prendre un verre et se poser un instant avant d’appeler les sbires qui étaient restés sur place. Cette bande d’idiots avaient intérêt de lui avoir trouvé quelque chose à exploiter. Il remarqua alors que Rafaël attendait sans rien dire. Ah… sans doute qu’elle ne voulait pas bouger avant d’en avoir l’autorisation. Bonne petite. Neel se tourna vers elle.

« Tu peux prendre le reste de ta journée. Je vous ai assez vu, toi et ton incompétence. Mais demain, tâche de te rendre utile en trouvant des vraies pistes à suivre. »

Sur ce il s’éloigna vers les rues de la ville pour se rendre dans le bar le plus proche. Un bon verre lui ferait du bien. Et puis il avait faim aussi, il en profiterait pour manger un bout. Il irait nourrir ses pokémons ensuite et seulement après il s’occuperait d’écouter le rapport de sa troupe. Ça lui semblait être un bon programme. Quant à Rafaël, il n’avait plus envie de la voir de la journée.

________________________
Vincent frappe et fume en #cc0000.



Après le boulot... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Mar 24 Juin - 11:21

    « Tu peux prendre le reste de ta journée. Je vous ai assez vu, toi et ton incompétence. Mais demain, tâche de te rendre utile en trouvant des vraies pistes à suivre. »

    A ces mots, Rafaël adressa un nouveau regard de reproche au rouquin. Son incompétence. Ce n'était vraiment pas sa faute si la marée mettait autant de temps à descendre. Qu'y pouvait-elle ? Néanmoins, le message était passé et il était plutôt clair. Aujourd'hui, repos, et demain, travail. La gitane n'en fut pas mécontente.

    - Bien, répondit-elle, dignement. Merci.

    Elle lui adressa un dernier regard, avant de filer de son côté. L'autre sbire la suivit des yeux. Un tel déhanché, qui plus est naturel, cela ne se refusait pas à la vue. La brune était très désirable. De son côté, Rafaël profita de cette inattendue après-midi de congé pour prendre un peu soin d'elle. Elle s'arrêta dans un petit café de la ville pour se nourrir un peu, boire un bon thé – mélange authentique à l'île -, puis elle partit explorer les lieux. Sur un plan de la ville, elle aperçut une chaîne de montagnes rocheuses à Onnen, et cela réveilla en elle ses envies de montagne. Onix serait sûrement ravi d'explorer les lieux. Évidemment, pour l'heure, elle était bloquée ici, mais rien ne l'empêcher d'aller y faire un tour lorsqu'elle le pourrait.

    Le soir arrivant, la jolie brune regagna l'hôtel qui leur avait été attribué. Une nuit au calme ne serait pas de refus. Le lendemain, il lui faudrait se remettre en quête d'une piste à exploiter, et mieux valait pour elle que cette piste soit sûre. Le lieutenant ne lui donnait qu'une deuxième chance.

    La nuit fut réparatrice et dès huit heures, Rafaël était au travail. La journée ayant été particulièrement chaude, la gitane avait troqué ses lourds pantalons de montagne pour la jupe blanche de l'uniforme de la team, qu'elle avait agrémenté d'une large blouse vert d'eau pour se fondre dans la masse. La brune mettait rarement des jupes ou des robes, pourtant, mais sur l'île, la température était plus chaude qu'en montagne. Elle souffrait presque de la chaleur, elle qui était habituée à l'obscurité des souterrains. À la fin de la journée, elle retourna à son hôtel, en vue de se changer avant de rendre son rapport au lieutenant. C'est là qu'elle se fit surprendre par l'arrivée soudaine d'un type, qu'elle reconnut comme étant un sbire de sa catégorie. Un grand blond, l'air un peu mesquin, qui avait fait le voyage sur Alera avec eux. Marcus, il lui semblait. Rafaël ne se méfia pas, continua simplement sa route, quand elle se sentit soudain acculé contre le mur. Une main glissa dans son cou, l'autre sur sa hanche, et la gitane repoussa le blond avec dégoût.

    - Ne me touche pas, cracha-t-elle, glaciale.

    L'autre parut amusé. Une femme de caractère, ça se voyait tout de suite. Il lui attrapa les bras, les coinça au-dessus de sa tête, et se colla contre Rafaël qui se retrouva bloquée contre le mur. La gitane geignit, remua les jambes pour le frapper, jusqu'à ce que le blond ne coince ses jambes des siennes. Elle le frappa d'un coup de genou, il coinça sa jambe en l'écrasant un peu plus. « Laisse-toi faire, ma jolie, tu verras ce sera plus agréable », souffla-t-il à son oreille, et Rafaël se sentit fondre de répulsion quand elle sentit deux doigts se glisser sous sa jupe. Elle serra fort les dents, ferma les yeux. Ça recommençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Mar 24 Juin - 14:09

Laissant la gitane partir, le reste de la journée de Vincent se déroula comme il l’avait convenu. C’est-à-dire qu’il passa d’abord à un bar brasserie où il put prendre un apéritif et fumer une cigarette. Il s’occupa ensuite de trouver un coin au calme pour nourrir ses pokémons, plutôt en bordure de la ville. Son équipe était assez imposante, entre Vasillias et Yna avec leurs deux mètres cinquante de taille… Difficile de les sortir n’importe où sans attirer l’attention. Aetos était le plus petit des trois, mais il n’était pas pour autant le plus faible, loin de là.
Neel les laissa manger tranquillement en les observant. Si son fidèle compagnon à plume et Yna avait un appétit raisonnable avec un régime de fruits, graines ou encore de plantes vertes pour l’insecte, le tyrannosaure demandait des repas plus consistants. Le rouquin ne pouvait lui donner plusieurs kilos de viande par jour, trop cher et trop lourd à transporter, mais heureusement les entreprises d’alimentions pokémon avaient inventé des croquettes hyper caloriques pour les pokémons de ce calibre. Et puis ça devait être bon vu que le reptile ne s’en plaignait jamais, et tant mieux pensa Neel. Il serait embêtant qu’il se mette en tête de chasser d’autres pokémons pour remplir son ventre.

Une fois le trio nourrit, il retourna à l’hôtel pour dormir. Le lendemain par contre ce fut travail dès huit heures… après un bon café bien sûr. Neel alla de nouveau explorer la ville et écouter le rapport de ses sbires. Il y avait quelques pistes à surveiller et il donna ses ordres au fur et à mesure des informations qu’on lui donnait. De son côté, il avait repéré un casino. Il y avait de gros prix, comme des ct très rares et des pokémons presque uniques. On citait un porygon et ces étranges pokémons étaient introuvables dans la nature. Il y avait moyen de se faire beaucoup d’argents s’ils dérobaient les prix. Mais ne serait-il pas plus intéressant de réussir à détourner ce système pour en prendre le contrôle ? Il envoya deux sbires enquêter sur le terrain pour savoir comment fonctionnait le casino et qui le dirigeait. Il s’occuperait du reste ensuite.
Le soir arriva ensuite et Neel décida de rentrer à l’hôtel. Il mangerait dans sa chambre, il avait la flemme de manger dehors et voulait surtout être au calme. C’est ainsi qu’il passa la porte de l’immeuble et il en arpenta les couloirs. C’est alors qu’une scène interpela son attention. Un peu plus loin deux personnes étaient contre un mur. Il reconnut un des imbéciles qui lui avait donné un rapport sans intérêt et avec lui… Rafaël. Visiblement, ils étaient partis pour s’amuser. Ça ne plut pas vraiment au rouquin. Ils n’étaient bons à rien et ils pensaient qu’ils n’avaient rien de mieux à faire que prendre du bon temps, ces idiots ?! C’est alors qu’il vit la jeune femme se débattre et le blond insister. Non. Elle n’était pas consentante pour ce qui allait suivre. Neel s’approcha.

Marcus fut soudainement tiré en arrière par le col, brusquement étranglé par son t-shirt. Puis avant qu’il ne puisse se rendre compte de ce qu’il se passait il se prit un violent coup de poing dans le ventre qui le fit tomber à terre. Le sbire se plia aussitôt en deux et il lâcha quelques jurons avant de lever les yeux et de voir que son agresseur n’était autre que Neel. Ce dernier lui jeta un regard noir, puis il vint le choper par le col pour le redresser de force.

« Tu ne crois pas que tu as mieux à faire, petit con ? cracha-t-il. Si tu ne veux pas que je t’écrase la tête au point que ta propre mère ne te reconnaîtra pas, dégage. »

Le blond bafouilla qu’il était désolé, que c’était un malentendu, mais Neel le rejeta au sol sans l’écouter avec violence. Marcus chercha à se redresser, son bras douloureux d’avoir encaissé le choc de la chute -il devait l'avoir déboîté, et il regarda son chef. Là, il comprit qu’il avait tout intérêt à filer sans chercher à se justifier. S’il disait encore un mot, le rouquin allait le tuer. Il s’éloigna alors sans demander son reste. Neel en fut satisfait à moitié -il restait énervé et il avait besoin de frapper quelqu'un pour se calmer- et il se tourna vers Rafaël. Il l’observa de haut en bas. Elle avait d’aller bien, Marcus n’avait eu le temps de ne rien lui faire. Bien.

« Si tu peux marcher, va dans ta chambre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Mer 25 Juin - 20:35

    Répulsion. Dégoût. Terreur. Un méli-mélo d'émotions que ressentait Rafaël, lorsque les doigts du sbire franchirent son sous-vêtement pour pénétrer sa chair. Elle ferma les yeux, fort pour ne plus rien voir, et se mordit la lèvre si fort qu'elle s'entailla et qu'une goutte de sang carmin roula sur son menton. L’écœurement lui donnait envie de vomir, et la rage de ne pouvoir rien faire était pire que tout.
    Son corps s'était crispé si fort que lorsque Marcus fut arraché à elle, un léger cri de stupeur et de douleur franchit les lèvres de la gitane. Elle écarquilla ses grands yeux, surprise et décontenancée, pour voir Neel frapper l'homme qui tomba à terre. Instinctivement, elle se replia contre le mur, et serra les cuisses. Elle aurait pu s'enfuir, mais ses jambes ne lui répondaient pas, et elle savait que si elle bougeait, elle s'écroulerait. Son corps tout entier tremblait du choc, et les voix qu'elle entendait semblaient lui parvenir de loin, comme un pauvre écho.

    « Tu ne crois pas que tu as mieux à faire, petit con ? Si tu ne veux pas que je t’écrase la tête au point que ta propre mère ne te reconnaîtra pas, dégage. »

    Et puis, plus proche, comme s'adressant à elle :

    « Si tu peux marcher, va dans ta chambre. »

    L'espace d'une seconde, Rafaël posa sur le rouquin deux yeux gris-vert. Elle revint à elle, et comme paniquée, elle observa la scène. Le blond venait de partir, la queue entre les jambes après s'être fait violemment sermonné par son patron. Il était parti... c'était terminé. Se redressant, Rafaël serra les jambes et baissa les yeux. Humiliation. Elle baissa un peu la jupe trop remontée sur ses cuisses, remonta le pull trop descendu sur sa poitrine, ramenant à elle le peu de dignité qui lui restait. Et sans plus accorder un seul regard au roux, quand bien même il fut son sauveur, elle regagna sa chambre d'un pas fier et rapide.

    Celle-ci n'était pas loin, heureusement, et Rafaël s'y enferma d'une main tremblante. Ça allait... ça allait. La gitane regarda autour d'elle, comme perdue le temps de quelques secondes, puis elle ôta cette jupe trop courte, le reste de ses vêtements, pour filer sous la douche attenante. Mais malgré l'eau, le savon, et les frottements à outrance, l'affreuse sensation demeurait entre ses jambes.

    Sale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Mer 25 Juin - 22:11

Neel regarda la gitane. Elle était crispée, tremblante. Sur le coup, le rouquin eut l’impression de voir une enfant. Rien à voir avec l’image de la femme sûre d’elle et froide qu’elle renvoyait habituellement. Mais il supposait que ce n’était que dû au choc. Peut-être était-ce même la première fois qu’un homme l’approchait dans le but d’aller au lit avec elle, viol ou pas viol ? Il se souvenait de sa réaction quand sa chemise avait sauté et qu’il l’avait effleurée… elle avait tout de suite cherché à se cacher de façon effrayée. Généralement, quand on passait les vingt-cinq ans on minimisait la nudité. Un sein était un sein, tout le monde en avait alors ce n’était pas si grave d’en dévoiler un bout par mégarde, juste embarrassant mais sans plus.  Non, la brune ne semblait pas très à l’aise avec son corps. Une vierge peut-être ? Après tout, c’était possible.
Quand Rafaël reprit enfin ses sens et qu’elle s’éclipsa rapidement dans sa chambre, Neel la suivit simplement du regard. Ce soir, il la laisserait tranquille. Le rouquin n’était pas un exemple en délicatesse, mais il avait assez de morale pour lui laisser de l’intimité en cet instant. Le lieutenant observa les couloirs un instant, comme pour s’assurer que personne ne viendrait, puis il s’éloigna.

Le lendemain, les sbires qui étaient allés déjeuner à l’extérieur s’étonnèrent de voir Marcus avec un gros bandage sur le nez et un bleu sur la joue mais ce dernier refusa d’en parler. En revanche, ce fut autre chose pour Rafaël. On toqua à sa porte dans la matinée. Neel regarda son téléphone. Neuf heures, ce n’était pas tôt. Il avait pris le temps de se préparer et de prendre le petit-déjeuner, la gitane avait intérêt à en avoir fait de même. Il n’avait pas envie de perdre davantage de temps aujourd’hui. Dès que la porte s’ouvrit, il fut bref.

« On part dans quinze minutes. Tu es avec moi aujourd’hui, je t’attends en bas. »

Sur ce, il s’éloigna et rejoignit le hall de l’hôtel. La brune ferait bien ne pas le faire attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Jeu 26 Juin - 21:46

    La nuit avait été difficile, peuplée de rêves que la gitane aurait voulu n'avoir jamais à refaire. Elle s'était réveillée plusieurs fois, toujours couverte de sueur, et elle partait alors se rafraîchir à la salle de bain, ou boire un verre d'eau, ou marcher un peu devant la fenêtre pour aller ensuite se recoucher, sans être rassurée pour autant.

    Et avec une nuit pareille, le réveil fut difficile. Pourtant, habituée à se lever tôt, Rafaël fut debout à sept heures trente. Elle déjeuna dans sa chambre, une barre de céréales et un peu d'eau. Et quand elle s'habilla, la brune opta pour un jean classique et un léger pull large, vert d'eau. Sobre, estival. Passe-partout. Elle était prête à sortir pour rejoindre les autres et attendre les ordres. Mais on frappa à la porte, surprenant la jeune femme qui leva les yeux. Ses sourcils bruns se froncèrent un peu. Qui ? Elle ouvrit la porte, et Neel apparut devant elle.

    « On part dans quinze minutes. Tu es avec moi aujourd’hui, je t’attends en bas.»

    Des ordres, concis. Mais si énigmatiques. Et le rouquin s'éloigna. Rafaël l'observa partir, silencieuse. Elle ferma les yeux, soupira doucement, puis elle attrapa son sac et le suivit. Après tout, elle était prête. Pour une fois, elle ne le ferait pas attendre. Elle le rejoignit dans le hall de l'hôtel. Le rouquin était là, à quelques mètres d'elle, et Rafaël s'arrêta un instant pour l'observer des pieds à la tête. Neel était grand, bien plus qu'elle, et sa carrure était solide, masculine. La gitane doutait que ses cheveux soient naturels, mais cela lui donnait un style plutôt intéressant. Une chose était sûre, le rouquin était à l'aise dans son rôle de lieutenant. Quoi d'étonnant là-dedans ? Et pourtant, il l'avait aidé. Toute la nuit, Rafaël n'avait pu s'empêcher de se demander pourquoi. Cela ne devrait-il pas lui être égal ? Qu'elle se fasse malmener par un sbire, tant qu'elle faisait toujours du si bon travail, non ? Dans tous les cas, sa dure fierté, mélange de dignité et d'orgueil, lui empêchait de dire « merci ».

    La gitane soupira. Elle réfléchissait trop. Elle s'approcha alors, s'arrêta derrière lui.

    - Je suis prête, déclara-t-elle. … Puis-je savoir où nous allons ?

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Jeu 26 Juin - 23:27

A peine Neel était descendu que Rafaël l’avait rejoint. Une bonne surprise pour le rouquin, il n’avait pas eu à l’attendre. La brune vint s’arrêter à quelques mètres de lui sans un mot toutefois et si Neel ne bougea pas, il l’observa lui aussi du coin de l’œil. Elle avait l’air d’aller mieux. La brune ne ressemblait plus  à une enfant effrayée, elle avait de nouveau son assurance de jeune femme glaciale. Bien. Il n’avait aucune envie de se coltiner une traumatisée toute la journée.

« Je suis prête, déclara la gitane une fois qu’elle se fut décidée à approcher. … Puis-je savoir où nous allons ? »

Ah, oui. C’était vrai qu’il ne lui avait pas dit. En même temps, il ne lui avait pas dit grand-chose si ce n’était de venir.

« Au casino. Tu verras sur place. »

Sur ce, il l’entraina à la voiture. Cette fois-ci, pas de chauffeur et ce fut le rouquin qui conduisit, aussi silencieux qu’une tombe tout le long du trajet. Il n’avait voulu personne d’autre sur cette mission. Il n’avait pas envie qu’on vienne sauter sur la brune dès qu’il aurait le dos tourné. Non. Il n’avait pas aimé la voir en train de se faire toucher. Il avait des vues sur elle, il ne s’en cachait pas. Neel avait un côté territorial et dominateur. S’il voulait une chose, il n’allait pas aimer qu’on s’en empare avant lui. Et puis… si le roux n’était pas un violeur, il ne le tolérait pas non plus de la part des autres. Ses larbins pouvaient bien s’amuser entre eux, mais qu’ils ne viennent pas s’attaquer à leur propre camps. Neel voulait ses sbires en un seul morceau.

Neel se gara devant le casino et il fit signe à Rafaël de le suivre de près. Ils arpentèrent ainsi les couloirs de machines à sous, rempli de joueur plus souvent malchanceux que chanceux et de serveurs qui proposaient de l’alcool. Neel les ignora tous pour se diriger vers le fond de la salle et il ouvrit une porte où un gros « privé » était écrit en lettres capitales. L’atmosphère moite et lourde du jeu s’effaça alors pour l’air climatisé et un escalier plus sombre, loin de toutes les lumières des machines et de leurs bruits. Le lieutenant grimpa les marches pour arriver au premier étage. Pour l’instant, ils n’avaient croisé personne de la sécurité. Tant mieux, son rendez-vous avait respecté ses engagements. Il entra dans un bureau. Un homme ayant la cinquantaine les attendait assis sur un siège en cuir. Il se redressa.

« Monsieur Clay, je vous attendais. Installez-vous. Mademoiselle, salua-t-il Rafaël. »

Evidemment, Neel avait donné un faux nom. Il s’assit sur un confortable canapé destiné aux invités et il alluma une cigarette sans gêne. Il fit signe à Rafaël. Qu’elle vienne à ses côtés. L’homme s’installa sur un fauteuil en face d’eux. Il s’en suivit ensuite une conversation entre les deux adultes. Neel ne se cacha nullement d’être membre de team et l’homme qui s’avéra être le directeur du casino n’en fut pas effrayé. Non, ils se mirent à parler affaire. Neel lui proposait quelques avantages s’il acceptait de livrer le fonctionnement de son établissement à la team. Quand le directeur voulut négocier pour plus, le rouquin vint se montrer alors  plus que convainquant en montrant l’arme qu’il tenait sur lui. Bien. Le deal était réglé.

« Vous avez intérêt à faire comme nous en avons convenu.
- Mais certainement, monsieur Clay. J'ai été ravi de faire affaire avec vous. »

Sur ce, Neel se leva et il quitta la pièce. Une fois sorti, il passa son arme à Rafaël.

« Maintenant, il y a deux solutions. Soit ce type va être sage et on va repartir tranquillement, soit il va essayer de nous tuer. On va sortir par l’issu de secours derrière. Si tu vois quelqu’un approcher, tire. Je ne te demande pas de tuer. Tu as juste à faire comme si. »

Il sortit un second révolver de sa veste et il vérifia qu’il était chargé. Bien. Il se mit en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 930
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Lun 30 Juin - 10:06

Le casino. Mélange de richesses, de luxure et de débordements. Des murs blancs, un plafond haut, des lustres étincelants et partout, le bruit familier des pièces qui tombaient. Rafaël avait suivi le rouquin, silencieuse et attentive. Elle avait déjà repéré le casino d'Alera, tout comme les autres sbires lors du repérage général. Et si elle avait pensé que la team exploiterait sûrement l'endroit, elle n'avait pas imaginé que cela se ferait de la sorte.
Vincent s'assit sur le canapé, l'air parfaitement à son aise. La gitane fronça légèrement les sourcils lorsqu'il lui intima de venir s'asseoir à ses côtés – elle n'était pas son chien après tout -, mais parfaitement dans son rôle, elle s'exécuta sagement. Pas trop près toutefois. On leur servit des cocktails que, méfiante, Rafaël ne toucha pas. Le directeur de l'établissement se confondit en compliments durant quelques minutes, racontant combien Neel était élégant, combien la demoiselle était agréable à regarder. Puis s'en suivit un long dialogue entre les deux hommes. Mise à l'écart, la brune en profita pour observer discrètement les lieux. Dans le bureau, elle avait déjà repéré deux caméras, cachées dans l'abondance de plantes vertes, et sous le bureau, un épais bouton mal dissimulé. Pour appeler du renfort, sûrement.

« Vous avez intérêt à faire comme nous en avons convenu.
- Mais certainement, monsieur Clay. J'ai été ravi de faire affaire avec vous. »


Rafaël revint à elle. Ah, décidément, les affaires étaient terminées. Neel se leva et la jolie brune l'imita. Avant de quitter la pièce cependant, elle jeta un rapide coup d’œil en arrière. Le directeur de l'établissement venait d'exécuter un geste vers la caméra principale. Ses sourcils se froncèrent légèrement. Ça ne sentait pas bon.

« Maintenant, il y a deux solutions. Soit ce type va être sage et on va repartir tranquillement, soit il va essayer de nous tuer. On va sortir par l’issu de secours derrière. Si tu vois quelqu’un approcher, tire. Je ne te demande pas de tuer. Tu as juste à faire comme si. »

Sous les yeux surpris de la jeune femme, Neel lui tendit une arme. D'une main hésitante, Rafaël se saisit du revolver. Le métal était froid sous ses doigts, le contact dérangeant. Oh bien sûr, dans la team, on lui avait appris à se servir d'une telle machine à tuer, mais Rafaël n'avait jamais tué, et elle ne voulait pas commencer aujourd'hui. Elle leva ses yeux gris-vert vers le rouquin.

- Je l'ai vu. Je crois que...

Un brusque coup de feu retentit, l'interrompant dans sa phrase. La balle se logea dans le mur, loupant de peu Neel qui était sûrement le principal visé. Rafaël leva vivement la tête, alerte et choquée. Au fond du long couloir, deux types baraqués approchaient, la même arme dans les mains. La gitane jeta un regard inquiet au rouquin. Ils ne devaient pas rester ici. Son regard chercha, très rapidement, une issue. Et elle aperçut, un peu plus loin à droite, une porte double avec le panneau indicateur « issue de secours ». Des escaliers visiblement, pour descendre en cas d'incendie. L'issue de secours dont parlait Vincent ? La gitane n'hésita pas. Surtout qu'une deuxième balle fila, passant entre leurs deux corps, frôlant la jambe de la gitane qui gémit de douleur. L'adrénaline la fit agir mécaniquement. La main crispée sur son arme, elle tira, sans regarder, puis elle attrapa le poignet de Neel pour le tirer avec elle. Rapidement, elle s'engouffra dans l'issue de secours en y mettant tout son poids pour bousculer les portes. Deux nouveaux tirs résonnèrent dans le couloir, mais déjà, elle entraînait Vincent avec elle dans l'escalier, le cœur battant la chamade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 350
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   Lun 30 Juin - 10:40

La brune n’avait pas l’air très assurée avec l’arme en main, mais elle était sensée savoir s’en servir. Tous recevaient une formation là-dessus à l’entrée de la team, Rafaël n’avait pas pu y échapper. Mais sans doute qu’elle n’était seulement pas habituée à tirer. Après tout, il y avait une différence entre savoir tirer et pouvoir tirer. Enfin, tant qu’elle se montrait capable de se défendre.
Neel aurait pu avoir des doutes en lui donnant l’arme. Après tout, la gitane aurait pu très bien la retourner contre lui… mais quelque part, le rouquin savait qu’elle ne le ferait pas. Après tout, elle avait une dette envers lui.

« Je l'ai vu. Je crois que... »

La brune ne put finir sa phrase qu’un coup de feu fut tiré, frôlant Neel. Ah, les nettoyeurs arrivaient. Ils tirèrent à nouveau et Neel se plaqua contre le mur pour se protéger. Il leva alors son arme pour répliquer… sauf qu’il se sentit soudainement tiré sur le côté. Surpris, il tourna la tête pour voir que Rafaël venait d’attraper son poignet et qu’elle le tirait avec elle vers la sortie. Bon, elle avait repéré le chemin au moins, mais ça ne plaisait pas à l’adulte de s’enfuir comme ça. Et puis courir sans réfléchir était la meilleure façon de se faire toucher.
Tandis qu’ils dévalaient les escaliers les deux armoires à glace continuèrent à les poursuivre en tirant. Bon, il était temps de répliquer. Neel attrapa alors Rafaël par la taille pour qu’elle s’arrête et il se colla à un mur, la planquant contre son corps. Elle se mette un peu à couvert bon sang ! Ne lui avait-on rien appris à cette idiote ?! Le rouquin tira alors à son tour vers le haut de l’escalier, deux coups. Il y eut un cri de douleur. Bien. Il poussa alors la brune en avant et il se remit en route vers la sortie. Un homme se montra un peu plus haut dans l'escalier, l'autre devait ne plus pouvoir suivre à cause de sa blessure. Neel tira à nouveau mais il le loupa. Il dut toutefois rapidement se baisser pour éviter une nouvelle balle. Puis il vit que l'homme avait changé de cible. Cette fois-ci, il visa Rafaël.

« Baisse-toi ! Lui ordonna-t-il »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un retard dangereux [PV Rafaël]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un retard dangereux [PV Rafaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» Un mois de retard pour la rentrée
» Ran-Mao. Le jouet dangereux~ [. Hot? x3 ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Flood Party ! :: Vieil album :: RP terminés-