Partagez | 
 

 "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Ven 21 Aoû - 20:01



   
    In the darkness, we find many things.
    “L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.” -  Alessandro Baricco

L
a nuit tombait sur l'île, l'astre de feu avait désormais laissé sa place à son opposée et à quelques milliers d'étoiles, tandis que la capitale était illuminée par les nombreux lampadaires et certaines lumières intérieure aux bâtiments. Voilà quelques jours que Crimson était rentrée de sa mission à Onnen, elle n'avait d'ailleurs toujours pas pu rendre son rapport au lieutenant ainsi que les Pokémons volés, celui-ci gâché par un sbire. Elle avait donc du le recommencer, bien que cela lui déplaise.

L'argentée n'avait pas eu tellement de répit, à vrai dire, puisqu'elle devait à nouveau partir en mission. Au musée de Mell, cette fois, pas très loin, donc. Elle devait aller récupérer là-bas un fossile de Pokémon. Bien, encore un vol à commettre, elle commençait à s'y habituer. Bien qu'elle aurait pu s'en charger seule, la blanche avait été envoyée avec un sbire, et pas n'importe lequel, oh non. Aaron, ce fameux sbire aux cheveux verts qui l'avait escortée jusqu'à la planque le jours de son arrivée sur l'île, et qu'elle avait menacé de tuer, accessoirement. Si on oubliait cela, leur relation était restée à peu près normale le temps d'arriver à la planque, donc, puisqu'elle ne l'avait pas revu après, jusqu'au festival de l'éclipse. C'est ce jour là que tout avait basculé, simplement parce que la jeune femme avait accidentellement embrassé le sbire. Après cela, elle ne l'avait plus revu, ne serait-ce que croisé dans les couloirs de la planque, pour peu on aurait pu croire qu'elle l'évitait. Il y avait un peu de ça. Elle n'avait pas apprécié la faon dont le sbire lui avait parlé ce jour-là, peut-être nourrissait-elle de la rancune envers lui depuis.

Bon. De toute façon, elle n'avait pas trop le choix que d'accepter qu'il l'accompagne. Elle n'allait pas se remettre à contester les ordres de ses supérieurs. Alors elle sortit, vêtue de la même façon qu'à son habitude, le sbire la reconnaîtrait sûrement, si il n'avait pas oublié à quoi ressemblait sa supérieure depuis. Elle attendit donc l'arrivée du sbire, si il n'était pas déjà partit à l'avance, appuyée contre le mur de la planque, regardant du coin de l’œil chaque entrée et sortie, pour voir si le sbire aux cheveux verts allait montrer le bout de son chapeau. Elle attendit, attendit, attendit, au bout d'un moment, la sergente se demanda si il n'avait pas oublié, ou s'il n'était pas partie. Elle regarda dans la direction du musée, puis vers la porte d'entrée de la planque. Elle ne savait que faire. Rester ici et attendre un peu, au cas où le jeune homme arrive dans la minute ? Ou partir vers le musée, et prendre le risque de se retrouver seule ? 

L'argentée soupira puis se remis droite avant de faire un pas dans la direction du musée, pour finalement reprendre la position qu'elle avait il y a quelques secondes. Elle posa sa main sur sa nuque et leva la tête vers le ciel étoilé, tout en prenant garde à ne pas laisser filer sa capuche. Si le sbire était encore à la planque, elle lui laissait encore cinq minutes pour venir, sinon elle partait seule.
WILDBIRD
 

HRP:
 


Dernière édition par Crimson A. Daeva le Mar 6 Oct - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Sam 22 Aoû - 2:38

In the darkness, we find many things.
ft. La Ninja hystérique qui va encore me gifler *pleure*

« Je crois que c'est mort pour qu'on arrive à l'heure mec. Au moins on aura essayé. »

Essayer était un bien grand mot. En réalité, ils étaient restés dans leur chambre à paresser ou à essayer des bijoux volés, en laissant filer presque consciemment les minutes. Ils avaient finis par attendre la dernière minute pour quitter leur chambre d'hôtel impayée et se rendre d'un pas rapide au lieu de rendez-vous précédant la mission. Mission qu'Aaron avait acceptée pour la simple et bonne raison qu'il s'agissait de sa spécialité. Un vol.

Alors certes, il n'était pas friand de travail, mais le vol n'en était pas vraiment un pour lui. C'était plutôt un passe-temps. Alors quand on lui avait -enfin- proposé une mission de vol, il était bien sûr incapable de refuser. Quand bien même il serait sous l'ordre de sa sergente Crimson.

« C'est la gentille dame qui m'a fait un câlin ! » avait déclaré Oze quand son dresseur lui avait parlé d'elle.

Oui car, désormais, Aaron avait la possibilité de comprendre ce que disait ses pokémons. Il avait reçu, très récemment, un prototype d'oreillette SARL permettant de comprendre ce que disait ses petits monstres. Et, honnêtement, le dresseur ne savait pas s'il devait s'en réjouir ou pas. Oze racontait des choses particulièrement étranges et décalées, et s'arrêtait rarement de parler. Du coup, parfois, Aaron éteignait l'oreillette sans rien dire, histoire d'avoir la paix. Et quand il lui avait parlé de la sergente, qu'il avait rencontré durant le festival de l'éclipse, son métamorphe avait déclaré des choses étranges, comme quoi Crimson lui aurait fait des câlins, et un bisou. Elle lui avait même offert un bracelet qu'il ne quittait jamais. Le voleur ne savait pas trop quoi penser de tout ça, et se contentait de le laisser faire sans s'en soucier.

Après quelques ruelles traversées d'un pas de course, Aaron et Oze arrivèrent finalement devant la planque. Le voleur ignorait combien de minutes de retard ils pouvaient avoir -et s'en fichait pas mal- mais espérait qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur tout de même.

Il l'aperçut alors avec difficulté, cette masse noire qui ressemblait étrangement à cette ninja de Crimson. Elle attendait, au pied du bâtiment. Il fut presque étonné qu'elle ne soit pas déjà partie. S'approchant furtivement, il brisa le silence de la nuit pour signaler sa présence.

« Bonsoir. »

Le sbire se demanda soudainement si elle allait dire quoique ce soit sur le fait que, pour une fois, il portait son uniforme. C'était rare qu'on le voit avec, mais il avait estimé que puisqu'on daignait enfin lui donner une mission de vol, il pouvait au moins faire un effort, même minime. Il ne le remettrait pas avant un bon bout de temps après cette mission, c'était certain, mais au moins, là, il l'avait fait. Et rien que pour ça, il serait probablement peinard pendant un moment.

« Avant que tu ne me gifles pour mon retard, je tiens à dire pour ma défense que c'est Nee-.. Le lieutenant Rey qui m'a retenu à cause d'un rapport. » ajouta-t-il rapidement, sur la défensive.

Bien sûr, c'était un mensonge. Mais ça, elle n'était pas censée le savoir. Puis bon, c'était toujours ça de gagné. Et il ne tenait vraiment pas à se reprendre une gifle même si, là, pour la première fois, ce serait mérité. Quoique.

« Bon, on y va ? J'imagine qu'il n'y a que nous deux. » lâcha-t-il d'une voix las.

Il aurait aimé que quelqu'un les rejoigne, Rafaël de préférence, mais tant pis. Un cambriolage parfait était un cambriolage à deux, même si avec Oze ils étaient trois. Ah bah justement.

« Je comptais faire les présentations mais j'imagine que c'est pas la peine... C'est Oze. » déclara-t-il d'une voix amère en désignant son jumeau.

Oze, tout heureux, adressa son plus beau sourire à la sergente, et alla même l'enlacer, sous le regard incrédule d'Aaron. Il entendait même son pokémon lâcher des "Je suis si content de te revoir !", bien qu'elle ne puisse l'entendre. Et ce n'était surtout pas Aaron qui lui répéterait.

« Bon, allons-y. On a un caillou à voler. » dit-il en tirant son reflet pour qu'il lâche la jeune femme.

Sans plus attendre, il se dirigea en direction du musée, Oze sur les talons. Etrangement, il avait l'intuition que la soirée allait être mouvementée. Oh oui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Sam 22 Aoû - 16:59



   
    In the darkness, we find many things.
    “L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.” -  Alessandro Baricco

Q
uelques minutes encore passèrent, une ou deux peut-être, avant que le sbire ne daigne se montrer, tout en saluant la sergente. Salutation à laquelle elle ne répondit bien évidemment pas. Merveilleuse chose qu'est la rancune, n'est-il pas ? Quoiqu'il en soit, elle se redressa. Les deux Rockets allaient pouvoir partir en direction du musée et ainsi, du moins elle l'espérait, en terminer rapidement avec cette mission.

« Avant que tu ne me gifles pour mon retard, je tiens à dire pour ma défense que c'est Nee-.. Le lieutenant Rey qui m'a retenu à cause d'un rapport. »

L'argentée serra les dents et ferma les poings. Elle prenait le début de phrase de son subordonné comme une reproche, ou un provocation. La jeune femme se retint d'exaucer le souhait du sbire et porta son attention sur celui qui l'accompagnait, son sosie.

«  Bon, on y va ? J'imagine qu'il n'y a que nous deux. » Avait-il demandé avant de désigner son sosie du doigt. « Je comptais faire les présentations mais j'imagine que c'est pas la peine... C'est Oze. »

Allez, hop, une autre reproche discrète. Crimson avait vraiment l'impression que le vert lui cherchait des poux. Néanmoins, elle avait appris l'identité du sosie de ce dernier. Oze, donc, toujours aussi silencieux, mais pas méchant. La sergente ne répondit rien et s'apprêta à prendre la route quand le dénommé Oze vint la prendre dans ses bras. D'abord étonnée, la blanche accepta finalement l'étreinte avant que le jeune homme soit récupéré par Aaron. Bien, il était de toute manière temps d'y aller.

Ainsi, elle prit la route, toujours silencieuse, en compagnie des deux acolytes. C'est après un certain temps de marche qu'ils arrivèrent au musée, fermé à cette heure. Sans vraiment regarder si les deux hommes ne s'étaient pas perdus en route, l'argentée se dirigea dans la ruelle autour du musée. Afin de dénicher une entrée de service. Bingo, un peu plus loin dans la ruelle était en effet présente une telle entrée, beaucoup moins risquée que l'entrée principale, car beaucoup plus discrète. La sergente s'approcha donc de la porte. Scorpio n'étant pas en mesure de crocheter cette serrure, beaucoup trop fine pour lui, la sergente sortit de sa poche une épingle à nourrice, avec laquelle elle se débrouilla du mieux qu'elle put pour déverrouiller la porte, ce qu'elle fit sans trop de mal finalement. Ainsi, une fois ceci fait, elle entra. Sa priorité était de trouver le générateur électrique, pour l'heure.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Dim 23 Aoû - 0:15

In the darkness, we find many things.
ft. Vincent N. Rey (#ElleEstVincent)
Sans surprise, la sergente n'avait pas daigné lui adresser un mot, c'était à peine si elle lui avait adressé un regard. Malgré le temps qui s'était écoulé depuis, les souvenirs du festival de l'éclipse étaient parfaitement ancrés dans leur esprit respectif. Certes, Aaron avait peut-être réagi un peu fort, mais bon, elle l'avait embrassé contre son gré, en le poussant par terre en plus. Et par dessus le marché, elle l'avait giflé parce qu'elle devait considérer que c'était de sa faute, ou quelque chose comme ça. À vrai dire, il n'avait même pas comprit ce qui s'était réellement passé là-bas, tout était allé si vite. Mais ça s'était mal terminé. Et la blanche était visiblement rancunière, alors qu'elle était la fautive. Il n'y avait vraiment aucune logique là-dedans.

Quoiqu'il en soit, si elle ne disait rien, il se tairait aussi. Seul Oze parlait, parlait et parlait sans s'arrêter, chose qu'il faisait inlassablement depuis que son dresseur le comprenait. D'un point de vue extérieur, ce n'était que des bruits étranges semblables à des "gblrpbllrrpgbl", mais pour Aaron, c'était des paroles inintéressantes, des commentaires inutiles sur la pluie et le beau temps, la couleur des cheveux de sa sergente, la chaleur de la nuit d'été, l'excitation qu'il éprouvait pour la mission. Alors le dresseur se contentait de hocher vaguement la tête pour montrer qu'il écoutait un peu, sans réellement répondre.

Ils arrivèrent enfin au musée, devant la porte close du bâtiment. Tout heureux et comme par magie, il sortit de sa poche un crochet, prêt à crocheter toutes les serrures qui s'offriraient à lui. Mais visiblement, il s'était fait devancer. Devant lui, la jeune femme munie d'une épingle à nourrice avait déjà commencé le travail. Le voleur lâcha un petit "hmpf" à la fois moqueur et déçu. Déçu de ne pouvoir faire ce travail lui même, lui qui savait le faire si bien, si vite et si proprement. Et moqueur, car il trouvait l'épingle nourrice tout à fait primitive. Cela lui rappelait son enfance, lorsqu'il n'avait pas encore découvert les crochets. Nostalgie.

Alors en attendant que la demoiselle termine le travail, le jeune homme appela Reafan, son cornèbre, histoire de prendre ses précautions, comme toujours.

« Aaron ! Aaron !  » croassa l'oiseau à l'oreillette du jeune homme. « Qu'est-ce que je dois faire ? Je dois faire le guet ? Ca va être long ?  »

L'oiseau jeta un regard mauvais à la jeune femme, n'appréciant que très peu les inconnus.

« Ouais, je sais pas trop combien de temps ça prendra. Reste dans les parages, surveille bien et préviens-moi si quelqu'un arrive. » déclara-t-il à l'intention de son oiseau.

C'était dans ce genre de mission qu'on pouvait constater tout le professionnalisme d'un sbire comme Aaron. Il savait penser aux détails, et il accomplissait généralement la mission à la perfection, et plus encore. Et quand bien même il se faisait attraper par la police, il trouvait toujours un échappatoire. En général, Oze était très utile dans ces situations. L'oiseau alla alors se poster près d'une fenêtre et guetta la ville depuis son perchoir.

Finalement, la jeune femme avait réussit à ouvrir la porte et... Elle entra. Comme ça. Lui aurait au moins vérifier qu'il n'y avait pas de caméra ou de détecteur à l'entrée, mais non, elle entrait comme ça. Bon. Il allait devoir lui expliquer deux trois trucs si ça devait se passer comme ça à chaque fois. Il la suivit donc, referma la porte derrière eux et se posta directement devant elle lorsqu'il fut à l'intérieur, sortant immédiatement une lampe de poche.

« Bon, on est dans le hall, on peut parler tranquillement ici mais ce sera plus possible après à cause des détecteurs et des caméras. » chuchota-t-il comme s'il était le chef de la mission.

Il ne l'était pas vraiment, mais entre elle et lui, il avait bien plus confiance en son expérience personnelle qu'à celle de la jeune femme. Sans offense.

« Bon j'ai jamais fait de mission avec toi alors je sais pas comment tu marches. Mais si tu veux mon avis, on devrait aller directement désactiver la centrale d'alarme. Sauf qu'elle est au niveau du labo, à l'arrière du musée. »

Si Aaron avait donné l'impression à son Lieutenant qu'il n'avait rien fichu durant sa mission de repérage, il avait néanmoins collecté toutes les informations nécessaires. Il était probablement mieux renseigné que sa sergente, pour avoir bien visité le bâtiment de fond en comble, et surtout en sachant que les rapports donnés étaient catastrophique. C'était en partie pour ça qu'on l'avait mit en charge de cette mission.

« En attendant, on devrait essayer d'avancer en longeant les murs pour éviter d'être dans l'angle des caméras, en les neutralisant en chemin. »

Tout en disant cela, il avait sorti une sorte de grande sarbacane et glissé une petite bille dedans. Visant une caméra non-loin d'eux, la petite bille de peinture verte vint s'écraser directement dessus et ainsi bloquer la vue de l'appareil. Une petite technique qu'Aaron avait trouvé tout seul, quand il ne pouvait pas s'approcher assez près d'une caméra avec sa bombe de peinture.

« Ici on est plutôt tranquilles, mais dans les autres pièces il y aura des détecteurs de mouvements, de vibrations, alors il faudra touj-... »

Aaron fut coupé par l'obscurité elle-même. Sa lampe de poche portée par Oze venait de s'éteindre, comme ça. Son jumeau commençait à secouer l'appareil, appuyer sur le bouton, en vain. Elle ne se rallumait pas. Ils étaient dans le noir.

« ... C'est pas vrai. Y'a plus de piles. J'étais persuadé qu'elles étaient pleines. »

Techniquement, elles l'étaient, mais Oze avait cette manie de jouer avec les lampes de poche quand Aaron avait le dos tourné, ce dont il n'était évidemment pas au courant. Il se tourna vers le dernier endroit où il avait vu son supérieur, dans l'espoir de s'adresser à elle et non pas au vide car, pour le moment, il ne voyait rien.

« ... Toi aussi, t'as prit une lampe de poche, Hein ? Pas vrai ? » lâcha-t-il avec une pointe d'appréhension dans la voix.

Cette mission n'allait pas être de la tarte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Dim 23 Aoû - 3:46



   
    In the darkness, we find many things.
    “L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.” -  Alessandro Baricco

B
ien, ils étaient rentrés dans le musée. C'était une bonne chose de faite. Il faisait affreusement noir, sans lumière, la pièce était en partie éclairée par la lumière extérieure, mais plus loin, les deux Rockets n'y verraient sûrement rien. De plus, la tâche ne s'avérait pas simple puisque, d'après le sbire qui, contrairement à elle, semblait connaître l'endroit, il y avait des détecteurs, en plus des caméras. Elle daigna cette fois regarder le sbire, et écouter attentivement ce qu'il disait, puisqu'il semblait bien connaître la procédure à suivre. Ainsi, l'argentée croisa les bras, en attente d'autres explications.Elle ferma la porte, puisque Aaron s'était munit d'une lampe torche pour les éclairer.

« Bon j'ai jamais fait de mission avec vous alors je sais pas comment vous marchez. Mais si vous voulez mon avis, on devrait aller directement désactiver la centrale d'alarme. Sauf qu'elle est au niveau du labo, à l'arrière du musée. »

Désactiver les alarmes, 'est en effet ce à quoi avait songé la sergente en voulant trouver un générateur électrique en entrant sans vraiment songer au fait que tous les dispositifs de sécurité puissent être alimentés avec une source d'énergie extérieure à celle du musée. Bon, de toute évidence, toute initiative individuelle de la sergente était vouée à l’échec. La réussite de la mission semblait reposer sur Aaron. Et la blanche devait lui faire confiance, sur ce coup. Le voleur avait donc proposé de longer les murs, puisqu'il s'agissait d'un bon moyen de ne pas être repérés, et avait sortit une sarbacane accompagnée d'une petite bille de couleur verte, avant d'en faire la démonstration : D'un souffle assez puissant, il projeta la bille sur l'une des caméras, qui éclata sur l'une des caméras et y déposa une peinture verte, cachant ainsi son champ de vision. Ingénieux, la jeune femme n'y aurait sans doute pas pensé, elle espérait juste que le nombre de billes sera suffisant. Les yeux fixés sur la caméra, Crimson mit quelques secondes pour se rendre compte que la lumière produite par la lampe torche du sbire avait cessé de fonctionner, et ils étaient désormais plongés dans le noir. Elle voulut se retourner vers celui-ci, mais ne le vit évidemment pas, alors qu'elle l'entendait perdre patience.

«  ... Vous aussi, vous avez prit une lampe de poche, Hein ? Pas vrai ? »

En temps normal, le ton employé par Aaron aurait fait rire la sergente, lui qui avait habituellement l'air si indifférent. Mais là, ce n'était pas vraiment le moment de rire. Pourtant, elle aurait aussi bien ri du soudain vouvoiement adopté par le sbire, elle lui avait pourtant elle-même demandé de la tutoyer, enfin.

« Eh bien bravo, monsieur l'expert. Comment on fait, maintenant ? On y va à l'aveugle ? »

Les premiers mots qu'elle prononça depuis qu'ils étaient partis, petite vengeance par rapport aux propos du sbire tenus plus tôt, en fait. La sergente avait quand même prévu une lampe torche, au cas où. Elle n'était pas encore stupide au point de partir faire ce genre de mission les mains vides. Elle extirpa cette dernière de sa poche et à l'aveugle, l'appuya contre le sbire, ignorant totalement l'endroit touché, même si à cette hauteur, ça ne pouvait qu'un bras ou le dos.

« Tiens. »
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Dim 23 Aoû - 15:22

In the darkness, we find many things.
ft. Vincent N. Rey (#ElleEstVincent)
« Eh bien bravo, monsieur l'expert. Comment on fait, maintenant ? On y va à l'aveugle ? »

Aaron fit une moue boudeuse qu'elle ne pouvait voir. Il n'oubliait jamais rien, il était généralement paré à toutes les éventualités. Celle d'avoir une lampe aux piles pleines en était une. Il ne comprenait pas comment il avait pu passer à côté de ça.  Au moins, cela avait arraché quelques mots à la sergente, bien que cela fut piquant. Elle n'allait pas passer à côté d'une occasion de se moquer de lui après tout.

« Tiens. » entendit-il.

D'accord, mais tiens quoi ? Il tendit les bras en cherchant son supérieur dans l'obscurité. D'accord, ils étaient totalement ridicule. La mission était bien partie pourtant. Sans avoir le temps de demander où elle se trouvait, la voix de son pokémon retentit dans son oreillette.

« Oh merci ! Je l'accepte avec plaisir ! »

Lourd facepalm de la part du voleur qui comprenait qu'elle venait de donner la lampe à son jumeau, et pas à lui. Bon, il allait devoir trouver sa sergente, Oze, et convaincre ce dernier de lui donner cette lampe.

« C'est sympa mais tu l'as donné à Oze, pas à moi. Oze, allume cette lampe et donne la-moi.
- Non, elle est à moi ! »


Le jeune homme lâcha un long, très long soupir, et continua de parcourir le lieu les bras tendus, comme un demeuré, à la recherche de son acolyte. Ca ne pouvait pas commencer plus mal, comme mission, lui qui pensait s'être si bien préparé. Il n'osait même pas imaginer ce qu'ils auraient fait s'ils n'avaient pas eu de seconde lampe. Et, maintenant qu'il y songeait, ils n'allaient pas pouvoir se séparer pour la mission s'ils n'en avaient qu'une. Grosse ambiance en perspective.

Cherchant à tâtons son pokémon qui n'allumerait pas tant qu'on ne l'y forçait pas, une de ses mains rencontra alors le mur, et lorsqu'il se décala, elle rencontra quelque chose de moi dur, d'un peu arrondit, avec du tissu dessus. Il croyais avoir attrapé Oze, et dirigeait alors ses mains dans le but d'attraper son bras, ou quelque chose comme ça. Mais les mains du sbire rencontrèrent alors une masse molle. Non, deux masses molles. Rondes, pleines, il les tâta une seconde avant de les retirer vivement. Ok. Il avait une petite idée de ce qu'il venait de toucher. Mais il était dans le noir alors il n'en avait aucune certitude. Vraiment.

« Bon sang Oze, dis-moi que c'est toi... »

À moins qu'Oze ne se soit fait pousser des seins pour faire une mauvaise blague à son dresseur, il était presque sur d'avoir accidentellement peloté sa sergente. Non pas que ça lui avait déplu -elle en avait plus qu'il ne l'avait estimé-, mais il pouvait être certain que, dès que la lumière reviendrait, il allait recevoir la gifle de sa vie. Non. Les gifles de sa vie. Bon, elle l'avait embrassé, il lui avait touché les seins, ils étaient quittes... Pas vrai ?

Tout à coup, Oze alluma enfin la lampe, en dessous de son visage, mauvaise plaisanterie dans le but de les effrayer. Mais là, Aaron n'était plus du tout d'humeur à rire. Il était face à sa sergente, les mains à hauteur de ses épaules d'un air coupable. Et pour cause, on lisait clairement l'embarras et la culpabilité sur son visage. On pouvait presque voir dans son regard qu'il savait ce qui l'attendait. Ce n'était ni le lieu, ni le moment, et pourtant, il savait qu'elle n'hésiterait pas. Aussitôt, il se mit sur la défensive, protégeant son doux visage à l'aide de ses bras, n'hésitant pas à pointer son acolyte du doigt pour l'accuser, en vain.

« C'est lui ! Je le jure sur mon chapeau ! Sur tout ce que j'ai ! »

Oze, tout sourire et qui ne comprenait pas ce qui se passait, hocha vivement la tête, trop content qu'on parle de lui. Mais quand bien même son pokémon suivait son dresseur dans son mensonge et se laissait prendre la responsabilité de ses actes, il était persuadé qu'elle ne le croirait pas, qu'il allait payé. Et pour cause, lorsque Aaron jurait sur son chapeau, c'est qu'il savait que le mensonge était son dernier échappatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Mer 26 Aoû - 16:17



   
   In the darkness, we find many things.
   “L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.” -  Alessandro Baricco

C
e n'est que quelques instants après avoir tendu la lampe torche à celui que la segente croyait être Aaron que celui-ci la prit, sans l'allumer. Plus loin, elle entendit comme le bruit d'une gifle, en un peu moins fort, elle se demande sur le coup de quoi il s'agissait, elle n'allait pas tarder à l'apprendre.

« C'est sympa mais tu l'as donné à Oze, pas à moi. Oze, allume cette lampe et donne la-moi. »

Ah, voilà donc où était le problème. Le son perçu auparavant n'était donc plus inconnu à la jeune femme, un magnifique facepalm, sans doute. Et puis bon, l'argentée ne pouvait pas savoir qu'il s'agissait d'Oze, finalement, sans lumière. Enfin...De toute evidence, le sbire semblait peiner à récupérer la lampe des mains de son acolyte. Si bien que la sergente jugea bon de faire un pas dans la direction de la voix la plus proche, qui semblait être celle d'Aaron, afin de l'aider à récuperer l'objet. Elle ne fit finalement qu'un pas, pour s'arrêter à la seconde suivant celui-ci.

La Kantonnaise baissa les yeux. Bien qu'elle ne puisse rien voir à cause de l'obscurité, dans sa tête, l'image était très bien visualisée. Elle était parfaitement consciente de ce qu'il se passait. Le sbire aux cheveux verts était bel et bien en train de la peloter, oui. De nouveau, Crimson serra les poings. Bien que le sbire eut rapidement retiré ses mains, il n'allait pas échapper à son sort. Mais alors qu'elle tendit la main afin d'attraper le col du voleur, Oze alluma la lampe torche, éclairant son visage sûrement dans le but d'essayer de les effrayer.

« C'est lui ! Je le jure sur mon chapeau ! Sur tout ce que j'ai ! »

Crimson tourna la tête vers le concerné. Bien qu'il approuvait les dires de son compagnon d'un signe de la tête, il devait sûrement tenter de le protéger.

« Tu as de la chance qu'il soit là, sinon tu aurais dégusté. Je compte bien te faire payer pour ça, ça ne saurait tarder. » Murmura-t'elle au sbire pour ne pas être entendu par Oze. « Et arrête de l'accuser à tort, ça ne prend pas avec moi. »

Maintenant, elle se dirigea vers le Pokémon. Pas pour le sermonner ou quelque chose du genre, non. Lui n'avait fait que défendre son ami comme le ferait un ami digne de ce nom. Non, elle lui tendit juste la main, à la hauteur de la sienne.

« Oze ? Tu veux bien me donne la lampe, s'il te plait ? Si tu tiens tant ue ça à la garder, je te la laisserai à la fin de la mission, d'accord ? »

Le tout dit avec un sourire tout ce qu'il y a de plus sincère. Pour peu, on pourrait croire à une toute autre personne que celle qui a sermonné le sbire une petite minute plus tôt.
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Sam 5 Sep - 23:39

In the darkness, we find many things.
ft. Crimsonfall
Aaron songeait réellement que le sort s'acharnait sur lui. Pourquoi fallait-il toujours que ça tombe sur sa pomme ? Depuis quelques temps, il était devenu un aimant à emmerdes, tous les problèmes possibles étaient pour sa pomme. Il n'était pas quelqu'un de particulièrement chanceux dans la vie de tous les jours, tout du moins, il tentait de forcer lui-même la chance. Mais là, il n'avait jamais eu autant la poisse de sa vie. Et, bien sûr, les retombées allaient être lourdes. Très lourdes. Puis franchement, peloter sa sergente, même par accident, il fallait le faire. Au moins, cela lui donnerait une raison de plus d'essayer de monter en grade. Pour le moment il était sous les ordres de Crimson, mais un jour, il serait sur la même marche qu'elle et elle n'aurait plus aucun influence sur lui. Il se le jurait.

«  Tu as de la chance qu'il soit là, sinon tu aurais dégusté. Je compte bien te faire payer pour ça, ça ne saurait tarder. Et arrête de l'accuser à tort, ça ne prend pas avec moi. »

Aaron lança un regard désespéré à Oze qui le prit en pitié, l'air de dire "Qu'est-ce que tu veux que j'y fasse ? Elle y croit pas, elle y croit pas." Il lâcha alors un long soupir, tandis que le sergente s'approchait du métamorphe d'un air bien patient, voire même conciliant. Un air qu'Aaron ne lui connaissait définitivement pas, mais qui conquit Oze.

«  Oze ? Tu veux bien me donne la lampe, s'il te plait ? Si tu tiens tant ue ça à la garder, je te la laisserai à la fin de la mission, d'accord ? »

Le concerné observa un instant la main de la jeune femme, puis cette dernière. Le sourire qu'elle lui accorda lui suffit largement et il accepta naturellement de lui prêter sa lampe de poche, puisqu'elle acceptait de le rendre après. Aaron lança un regard totalement stupéfait, mais également profondément outré. Il avait préféré la donner à cette... Hystérique. Plutôt qu'à lui. Décidément, sa bonne étoile l'avait bel et bien quitté.

« Traître... » murmura-t-il entre ses dents tandis que son jumeau lui lançait le visage le plus innocent qui soit.

Sans demander son avis, il alla arracher la lampe des mains de sa sergente, ignorant les regards outrés et désapprobateurs de son jumeau. Aaron préférait compter sur lui-même que sur les autres en général, chose assez paradoxale quand on savait à quel point il pouvait être fainéant. Ainsi, le voleur se posta à l'entrée du couloir, se tournant vers la jeune femme un doigt sur la bouche pour l'intimer de garder le silence à partir du moment où ils quitteraient le hall, afin de ne pas enclencher les détecteurs disposés par là. Sans plus de formalités, le sbire s'engouffra dans le coridor, restant près des murs pour esquiver les caméras, laissant à son supérieur le choix de le suivre ou pas. Oze resterait dans le hall principal quoiqu'il en fusse, le temps que son dresseur désactive les alarmes.

Aaron longea donc les couloirs le plus furtivement possible pendant plusieurs minutes, passant brièvement devant plusieurs salles du musée ainsi qu'un plan des lieux affiché au mur. Il ne l'observa qu'une seconde pour se le remémorer rapidement, ou du moins pour la forme, étant donné qu'il avait déjà prit ses précautions de se côté là en se faisant une copie. Finalement, il arriva devant la porte du laboratoire. Fermée à clé, évidemment. Rapidement, le jeune homme sortit de sa poche des crochets et se chargea de forcer la serrure. En quelques gestes habiles, il réussit à la faire céder, un travail propre et rapide, un travail de cambrioleur professionnel en soit.

Sans plus tarder, le sbire pénétra dans le fameux laboratoire et se jeta sur un petit boîtier fixé au mur dès qu'il l'aperçut. La lampe coincée entre ses dents, il sortit immédiatement un tournevis de sa poche afin de commencer son travail consistant à démonter la machine, étant donné qu'il n'en avait pas le code. Lorsque la centrale fut mise à nue, il sortit cette fois-ci de sa poche (bien remplie) une minuscule paire de ciseaux. Avec une précision infinie, le jeune homme coupa trois ou quatre fils de couleurs différentes, et un "bip" plus tard, il rangea le tout et s'étira un moment, un sourire fier sur le visage.

« Bon bah ça, c'est fait ! »

Ils allaient désormais pouvoir s'amuser autant qu'ils le voudraient dans chacune des pièces du musée sans qu'aucune alarmes ne les enquiquinent. La vraie mission allait enfin pouvoir commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Dim 6 Sep - 2:26



   
   In the darkness, we find many things.
   “L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.” -  Alessandro Baricco

E
n quelques instants, la lampe avait changé de mains à deux reprises, de Oze à la sergente, puis de celle-ci au sbire. Bon, elle comptait lui donner, de toute façon, même si elle aurait préféré qu'il ne lui arrache pas des mains de cette manière. Enfin. Maintenant, la mission allait pouvoir réellement débuter, même avec le départ assez catastrophique qu'elle eut. Préférant laisser le sbire partir devant, l'argentée partit au niveau de la porte par laquelle ils étaient entrés, pour vérifier si personne n'arrivait, au cas où. Elle ne savait pas si le sbire reviendrait la chercher ou si il s'occuperait seul de récupérer le fossile. Elle regardait donc de nouveau le ciel, la lune et ses milliers d'étoiles, sans vraiment savoir l'heure qu'il était, elle n'avait plus de notion du temps depuis des années déjà.

Un soupir se fit entendre de la part de la blanche. Ennui. C'était une vie ennuyeuse qu'elle avait, oui. Quand bien même elle était sergente, elle ne voyait pas de différence avec la vie qu'elle menait en tant que sbire. Et avait même l'impression d'être moins respectée qu'avant. Allant même jusqu'à se demander si ses supérieurs n'avaient pas décidé de pourrir sa vie au maximum en passant le message de l'ennuyer à tous les membres de la team. Paranoïaque ? Il y avait un peu de ça, oui. Mais il y avait de quoi l'être, entre les sbires croisés absolument partout et ceux qui la bousculaient dans les couloirs de la planque sans s'excuser, détruisant au passage ses rapports. Une théoricienne du complot version Rocket, en somme.

Enième soupir. Puis la jeune femme regarda un peu le peu d'entourage visible depuis sa position. Quelques boutiques où étaient vendues des peintures et une agence de photographe. C'était un quartier artistique, après tout, d'après ce qu'elle avait entendu, du moins. Peut-être pourrait-elle s'installer sur cette île, plus tard, elle la trouvait très belle, alors pourquoi pas ? Mais elle ne pourrait pas tout de suite, évidemment, elle avait déjà ses priorités. Mais elle n'avait jamais vraiment réfléchi à des perspectives d'avenir, après la destruction de sa team. Il y avait tellement de possibilités de vies, elle aurait déjà du se faire une idée depuis longtemps, normalement. Mais il y avait cette satané organisation, la base de tout ses problèmes. Mais actuellement - et pendant qu'Aaron fait le sale boulot, cela va de soi -, elle avait du temps pour réfléchir un peu. Avoir des papiers serait déjà une bonne idée, même si elle ne connaissait pas vraiment les procédures pour se faire. Ensuite, peut-être pourrait-elle faire des vidéos de "Tuto beauté" sur internet ? Non, mauvaise idée. Ecrire un livre ? "Ma vie de Rocket", mauvaise idée aussi. Ou une vie normale, tout simplement. Un travail stable, un petit appartement voir une maison. Se marier ? ...Non. Se faire des amis peut-être.

En pensant à ce terme, cette notion d'amitié, elle se retourna, peut-être que le sbire était revenu. Mais non, rien. Elle remarqua néanmoins que les voyants rouges des caméras avaient disparu. Le sbire avait donc réussi à désactiver tout ce joyeux Bazard, ils allaient donc pouvoir se balader librement dans le musée. Elle rentra donc, et...visita, en quelques sortes. Elle n'y avait jamais mit les pieds, donc autant en profiter. De plus, elle ne savait pas où se trouvait le fossile qu'ils devaient trouver. Mais par chance, elle tomba sur une vitrine contenant quelques fossiles. Peut-être que celle-ci contenait celui qu'ils recherchaient. Elle attendit donc que le sbire vienne de lui même.
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Ven 4 Déc - 23:59

In the darkness, we find many things.
ft.Crimsonfall
La lumière de nouveau là et les détecteurs tous désactivés, Aaron s'équipa de deux pokéballs et libéra ses habitants dans un éclair rouge. Apparurent alors Nil, son miaouss indifférent, et Snoop, son fidèle Zigzaton. Ce dernier n'avait d'ailleurs pas encore eu l'occasion de faire ses preuves, et Aaron espérait avoir de bonnes surprises quant à ses capacités de vol, mais il n'avait pas trop de soucis à se faire de se côté là. Ses deux acolytes s'en allèrent immédiatement, sans qu'aucun ordre ne fut donné. Nil s'était élancé gracieusement dans les couloirs et Snoop zigzagua à ses trousses, tandis qu'Aaron inspectait la pièce.

L'arrière du musée était semblable à un débarras mêlé à une salle de repos. Quelques chaises, un canapé, une fontaine à eau, et beaucoup de rangements et de casiers. Il doutait d'y trouver quoique ce soit d'intéressant, mais savait que le labo devait être tout près, puisque du matériel scientifique y était entreposé. Il découvrit alors une porte, presque camouflée derrière un grand casier. Sans doute voulaient-ils limiter l'accès aux lieux. Et s'ils voulaient limiter l'accès, c'est que ce qui y était caché était précieux. Ni une, ni deux, Aaron atteignit la porte, et la crocheta sans difficulté avant d'y entrer. Aucune surprise lorsqu'il vit la pièce : un laboratoire.

Des paillasses, des lavabos, des tables, des machines et des rats en cages. Oui, cela avait tout d'un laboratoire, le genre d'endroit qu'Aaron ne fréquentait que très peu. Il avait déjà pénétré les laboratoires de la Team Rocket -et y avait même trouvait Oze !- mais s'y sentait très mal à l'aise. C'était un monde bien trop éloignés du sien, monde qu'il ne côtoierait jamais que celui des seringues et des tubes à essai. Mais il ne s'en plaignait pas le moins du monde.

Fouillant la pièce de fond en comble, il arriva finalement au niveau d'une vitrine. Là, joyeusement exposé, attendant patiemment qu'on l'emporte, un caillou. Un caillou à la forme si étrange qu'il passerait presque pour une sculpture assez vulgaire. Mais Aaron, expert en art, savait que cela n'avait rien à voir avec une sculpture. Ce caillou était naturel, authentique : le fossile. Sans plus attendre, le voleur ouvrit la vitrine, mains gantées pour éviter toute trace compromettante. Il prit délicatement l'objet de sa convoitise, plus lourd qu'il ne l'aurait imaginé, et le mit dans son sac. Ca y est, la mission était officiellement réussie, entre autre. Néanmoins, rien ne semblait indiquer que le fossile était la seule chose qu'ils pouvaient "emprunter" dans ce musée.

Le sac posé sur son épaule, il repartit, tout joyeux, retrouver sa collègue. Si le début de cette mission n'avait pas été joyeux, il était satisfait par son travail accomplit. Il fallait qu'il retrouve Crimson, qu'il l'informe qu'il avait l'objet en sa possession, et qu'ils s'en aillent. Ou qu'ils restent pour se servir un peu partout. Aaron avait bien envie d'effectuer cette dernière option.

Il retrouva alors Oze, qui s'était séparé de la sergente pour observer les lieux. Ce dernier l'informa qu'il avait croiser Snoop, en train de renifler le sol et courir dans tous les sens. Le sbire songea qu'il avait probablement du croiser Crimson et ne s'était probablement pas gêné pour la renifler dans tous les sens. Alors qu'ils passaient devant diverses œuvres sans intérêt particulier pour eux, Aaron s'arrêta net. Ca y est, il l'avait trouvée, la perle rare.

Entourée d'une cage en verre, une sublime parure en or décorée de diverses pierres brillait de mille feux. Il ne pouvait pas la laisser passer, impossible. Il ignorait quelle valeur historique elle pouvait avoir, mais économiquement parlant, elle valait beaucoup. Beaucoup.

Sans plus tarder, il lança une énième pokéball. Dans un éclat lumineux, le pokémon coloré se libéra, aussi brillant que le collier tant convoité. Laská, fidèle à lui même, lança de joyeux cris en enlaçant son dresseur. Celui-ci lui tapota vaguement le dos pour la forme, désactivant son oreillette Translate pour être tranquille et pointa du doigt la vitrine en verre qui abritait son bien.

« Tu vois ça ? Il me le faut. Mais je peux pas l'avoir à cause du verre autour. Tu comprends ? » dit-il en s'extirpant de l'étreinte de l'oiseau.

Aussitôt dit, aussitôt fait : le pokémon utilisa alors ses pouvoirs psychiques pour soulever la cage en verre et amener le collier jusqu'à son maître adoré. Aaron voulut se frapper de ne pas avoir pensé à utiliser son pokémon de cette manière auparavant. Le collier atterrit alors entre ses mains tandis que la vitrine fut reposée sur son socle. Le voleur tripota le collier en poussant un gémissement de bonheur infini. Il tenait là un objet de si grande valeur qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire de toutes ses dents, les yeux illuminés. Rares étaient les personnes ayant eu l'occasion de voir le rocket dans cet état, ses pokémons étaient généralement les seuls témoins et complices de ce genre de scène.

Un bruit interpella alors les deux cambrioleurs. Pas un bruit très violent, mais un bruit qui signifiait la présence de quelqu'un. Peut-être un pokémon, peut-être sa collègue... Peut-être quelqu'un d'autre.

« Crimson ? C'est toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Dim 6 Déc - 1:58



   
   In the darkness, we find many things.
   “L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.” -  Alessandro Baricco

L
assée d'attendre le sbire, puisqu'elle ne savait pas ce que faisait cet imbécile en ce moment, la sergente quitta l'endroit où elle se trouvait, mémorisant tout de même l'emplacement pour le montre à celui-ci plus tard et savoir si il s'agissait bien du fossile à voler. C'est à l'étage qu'elle partit, pour continuer sa petite visite nocturne, c'était à ce même étage qu'étaient exposés les Méga-Gemmes. Elle n'en avait jamais vu, c'était l'occasion, ce système d'évolution "au delà de l'évolution" lui était totalement inconnu. Disons que c'était assez peu commun dans les régions qu'elle avait déjà eu l'occasion de réellement visiter, même si elle avait eu vent que le champion de Jadielle -le remplaçant du tristement célèbre Giovanni, entendons- était en mesure de l'utiliser, après avoir quitté à son tour son arène. A Kalos, un certain nombre de personnes était capable d'utiliser ce pouvoir, mais la sergente n'avait jamais eu l'occasion de le voir à l'œuvre.

La blanche marchait, regardant les vitrines dans lesquelles étaient exposées les gemmes, sous lesquelles étaient inscrits des noms: Absolite, Branettite, Charminite, Dracaufite... L'argentée s'arrêta. Dracaufite... Dracaufeu ? Crimson possédait un Reptincel, qui évoluera un jour en Dracaufeu, donc. Cette gemme pourrait donc lui être utile, si le Pokémon voulait bien lui obéir un jour, du moins. Elle ne voulait pas commettre de crime mais... c'était tentant, vraiment. Un crime de plus ou de moins, de toute façon... Alors elle s'apprêta à briser, du moins tenter de le faire, la vitrine d'un coup de coude, mais ce dernier s'arrêta net quand elle entendit une voix.

« Crimson ? C'est toi ? »

C'était Aaron. Mais il était assez éloigné d'elle, et elle n'avait pas fait trop de bruit, il n'aurait pas pu l'entendre d'aussi loin. Alors... se pouvait-il que quelqu'un d'autre soit présent dans le musée avec eux ? C'est ce qui était le plus probable, et ce n'était pas bon du tout. Il ne pouvait pas s'agir d'un visiteur, logique, il devait donc s'agir d'un gardien, ou d'un agent de police qui se serait étonné de la porte que cette imbécile de sergente avait laissée ouverte dehors. Cette dernière jeta un dernier œil à la gemme, c'était dommage de ne pas en prendre possession mais elle avait ses priorités, et l'accomplissement de cette mission était l'une de ces priorités. Ainsi, elle se mit à courir dans la direction d'Aaron, au rez-de-chaussée, tout en remettant sa capuche. Elle n'allait pas prendre le risque de montrer son visage, non plus, il ne fallait pas déconner non plus. Elle avait donc remarqué Aaron, oui, près d'une vitrine, accompagné d'Oze et d'un Pokémon. Seulement, du point de vue de la sergente, une autre personne était visible, comme elle l'avait pensé. Un homme, armé, portant un uniforme de policier. Fort heureusement, toute son attention semblait attirée par Aaron, ce qui laissait à l'argentée le temps d'agir, il fallait seulement qu'elle soit rapide, puisque l'agent se rapprochait dangereusement d'un angle d'où il pourrait voir le voleur. A pas de velours, elle avait traversé la salle jusqu'au même mur que longeait l'homme. Une dizaine de mètres les séparaient. En courant, elle pourrait l'assommer mais se ferait entendre, s'exposant donc au danger de se faire tirer dessus. A sa droite, un vase était présent, celui-ci allait peut-être lui permettre d'agir comme elle le souhaitait. Elle s'en saisit donc et le jeta au loin, il n'était pas lourd et passa donc à quelques mètre au dessus de l'agent, se brisant plus loin. Entre temps, elle s'était mise à courir, l'attention de l'homme ayant été attirée par le vase brisé, elle avait eu le temps de l'atteindre et de l'assommer en joignant ses deux poings et assénant un violent coup à l'arrière de son crâne. Le représentant des forces de l'ordre s'évanouit sur le coup.

Lâchant un soupir de soulagement, puisque l'homme n'avait pas dû voir Aaron, la jeune femme s'étira, avant de s'approcher du corps gisant au sol de l'agent. Bon, il fallait se débarrasser de celui-ci. Retirant sa cape, elle fit sortir Slash de sa ball.

« Coupe quelques bouts, s'il te plait. » Avait-elle dit au Farfuret.

Celui-ci s'exécuta sans mal à l'aide de ses griffes. De son coté, avec les bouts coupés au fur et à mesure, la sergente bâillonnait l'agent. Une fois le travail fait correctement -ou pas parce que ses empruntes se trouvaient sur la cape mais osef-, elle chercha un endroit où cacher l'homme. La porte non loin sur laquelle était marqué "local propreté" était parfait pour tenir ce rôle, et par chance il était ouvert. Que demande le peuple ? C'est donc, avec un peu de mal puisque l'homme était lourd, qu'elle l'y jeta sans douceur, avant de refermer la porte. Bien, maintenant, il leur fallait se tirer d'ici vite fait. Elle avait donc récupéré sa cape puis rejoint le sbire, qui avait sûrement dû s'amuser à regarder la sergente galérer, cet enfoiré. En regardant le sac de celui-ci, elle n'avait eu aucun mal à deviner que la forme assez particulière qu'il avait désormais était celle de l'objet de la mission. Bien.

« Bien, maintenant on se tire avant d'avoir des emmerdes. »

Elle attrapa donc le sbire par le bras, espérant que Oze suive également, et le tira vers la sortie, récupérant Slash au passage, avant de se mettre à courir, s'éloignant le plus possible du musée une fois qu'elle eut soigneusement refermé la porte par laquelle ils étaient entrés - en laissant sortir les Pokémons du sbire, évidemment.
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Dim 6 Déc - 18:40

In the darkness, we find many things.
ft.Crimsonfall
Ne recevant aucune réponse, Aaron n'osa se retourner. Du coin de l’œil, il aperçut Oze, à l'autre bout de la pièce, lui lancer un regard emplit d'inquiétude. Donc, ce n'était clairement pas Crimson. Un garde de nuit ? Il s'était assuré qu'il n'y en avait pas. Tout ça était décidément très étrange. Son Cryptéro hors de sa pokéball, il ne craignait techniquement rien. Ainsi, avec le plus grand calme possible, il rangea la parure dans son sac et tendit l'oreille, entendant vaguement des très légers bruits de pas, sans doute voulait-il se montrer discret. Dans une lenteur extrême, le voleur commença à se retourner, évitant tout geste brusque, car il ignorait encore si son opposant était armé. Et avant qu'il n'ait le temps de voir quoique ce soit, un bruit survint, comme si quelqu'un venait de violemment briser un objet en verre. À l’affût, il pivota et constata qu'un garde s'était en effet faufilé derrière lui, avant de voir Crimson foncer sur lui pour l’assommer. L'homme s'écroula par terre alors que le sbire lâcha un sifflement de stupéfaction. Et dire qu'il n'avait pas bougé d'un pouce pendant tout ce temps. Sans plus tarder, sa collègue se chargea du corps, le bâillonnant et le jetant dans un vulgaire placard à balais sans aucune délicatesse. Aaron et Oze observaient la scène sans un mot, seulement une vague expression d'approbation, semblables à deux figurants dans une scène d'action. De toute façon, Aaron n'aimait pas se salir les mains. Lorsqu'elle eut finit, il fit mine d'applaudir, un sourire sur les lèvres.

« Bien, maintenant on se tire avant d'avoir des emmerdes. »

Il n'eut pas le temps d'approuver qu'il se fit emporter par sa sergente qui lui tenait fermement le bras. Il fit alors revenir son cryptéro dans sa pokéball tandis qu'Oze les suivait en sautillant joyeusement. Zigzaguant dans les couloirs, ils atteignirent la sortie sans prendre le temps d'éteindre les lumières ou de réactiver les alarmes -à quoi bon, après tout-. Nil et Snoop les rejoignirent aussitôt, sans venir les mains vides, bien sûr. Snoop n'avait trouvé qu'un bâton qu'il semblait avoir arraché à une barrière, ou quelque chose comme ça. Nil, quant lui, avait amené à son maître une chaîne en métal, qu'il avait également du trouver sur une barrière. Quoiqu'il en soit, aucun des ces objets n'avait de valeur. Le jeune homme fut déçu, mais ne voulait pas faire baisser le moral de ses troupes, il tenta un maigre encouragement :

« Bon... On fera mieux la prochaine fois, hm ? »

Les deux pokémons semblèrent ravis de la réponse de leur dresseur et ne semblèrent pas remarquer sa déception, ce qui n'était pas plus mal. Sans plus de formalités, il les fit rentrer dans leur pokéball respective, sans oublier Reafan qui avait fait le guet pendant tout ce temps, et se tourna vers sa sergente. La mission s'était plutôt bien passée, si on ignorait le fait qu'ils s'étaient fait repérés par quelqu'un. Aaron en profita pour tenter de la remercier car, après tout, elle l'avait sorti d'un certain pétrin.

« Bien joué. Sans toi, je sais pas ce que j'aurais fait. Enfin, si, je me serais barré, mais merci. J'ai toujours été plus doué pour fuir que pour me battre. Mais au moins, on a trouvé ce qu'on cherchait. La mission est un succès. » lâcha-t-il dans un large sourire qui ne lui ressemblait pas.

Il cala alors le sac sur son épaule comme pour faire écho à ses paroles. Le fossile n'était pas léger, mais Aaron ne s'en soucia pas le moins du monde. À vrai dire, il ne pouvait s'arrêter de sourire bêtement depuis qu'il avait trouvé ce collier. Cela lui avait complètement remonté le morale et, pour peu qu'il n'eut pas son chapeau, on aurait pu le confondre avec Oze avec cet air enthousiaste sur le visage.

En parlant d'Oze, celui-ci semblait particulièrement agité. Ils marchaient dans les rues de Mell de manière tout à fait naturelle, comme s'ils n'avaient pas commit le moindre crim(e). Seul le métamorphe semblait perturbé, et commençait à tirer la manche de son dresseur avec insistance. Ce dernier se décida à activer son oreillette Translate. Il lui devait bien ça.

« Aaron, Aaron ! Je sens de l'alcool, il y en a partout ! S'il te plait ! »

Le sbire roula des yeux, mais ne put s'empêcher de prendre la remarque en considération. Oze avait de sérieux problèmes d'alcoolisme, et ce depuis toujours, Aaron devait donc souvent le limiter afin qu'il ne soit pas soûl à longueur de journée. Mais après un tel succès, le voleur ne pouvait que songer à une chose. Il pivota alors vers sa sergente, le regard plein de sous-entendu et un sourire malicieux sur le visage.

« On va fêter ça ? Un petit verre ou deux avant de rentrer au QG. À moins que tu ne tiennes pas l'alcool. » conclut-il d'une voix moqueuse, plus provocateur que jamais.

Après l'effort le réconfort. Ils avaient réussi leur mission, ils pouvaient bien se détendre désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Lun 7 Déc - 0:58



   
   In the darkness, we find many things.
   “Just close your eyes, the sun is going down.” -  Safe And Sound, Taylor Swift feat The Civil Wars

A
près un certain temps passé à courir, Crimson, Aaron et Oze étaient assez éloignés du musée, c'est pourquoi elle s'était arrêtée de courir, tout comme les deux autres. Pour l'instant, ils devaient être tranquilles pour un moment, puisque n'importe qui pouvait se balader dehors à cette heure, dans les grandes villes. Et puis, avec un peu de chance, si un agent venait à les arrêter et qu'il connaissait la sergente du commissariat qu'elle avait l'habitude de fréquenter, tout se passerait merveilleusement bien. Alors elle marchait tranquillement. Aaron, lui, semblait parler avec ses Pokémons comme si il ne s'était rien passé. L'argentée eut un léger sourire en voyant cette sorte d'insouciance. Puis quelques mots arrivèrent, changeant de destinataire, c'était à la sergente que le voleur s'adressait cette fois.

« Bien joué. Sans toi, je sais pas ce que j'aurais fait. Enfin, si, je me serais barré, mais merci. J'ai toujours été plus doué pour fuir que pour me battre. Mais au moins, on a trouvé ce qu'on cherchait. La mission est un succès. »

Voilà qui étonna la blanche, tiens. Des remerciements, elle n'en avait pas souvent, pas plus que de félicitations. Neel l'envoyait presque balader quand elle accomplissait ses missions, toujours. Et des remerciements, du plus loin qu'elle se souvienne, il n'y avait que Rafaël qui lui en avait adressé. Pas que ça la dérangeait de ne pas en avoir, mais cela lui faisait toujours plaisir. Enfin, dans le cas présent, un peu moins, puisqu'ils venaient quand même de cambrioler un musée. Alors elle répondit.

« Tu connais ma position là-dessus. Je me moquais de la mission. Si j'ai fais ça, c'était surtout pour que tu n'aie pas de problèmes. »

Mieux valait le rappeler. C'est en repensant à la manière dont elle avait "sauvé'' le sbire qu'elle songea à sa cape, y jeta un œil. Pas qu'elle en veuille à Slash le moins du monde, mais elle était fichue, désormais. Des lamelles avaient été coupées de part et d'autres de celle-ci. Dans un soupir, elle la roula en boule et la jeta dans la poubelle la plus proche. Elle se retrouvait donc en simple jean avec un sweat noir. Après avoir caché le revolver en passant ce dernier vêtement par dessus la ceinture, l'argentée passa les mains dans ses poches.

« On va fêter ça ? Un petit verre ou deux avant de rentrer au QG. À moins que tu ne tiennes pas l'alcool. »

La jeune femme s'était arrêtée. C'était bien la première fois qu'on l'invitait quelque part depuis son entrée dans la Team, tiens. Pour fêter la réussite d'une mission, en plus. S'il avait s'agit d'un sbire lambda, elle aurait refusé catégoriquement, mais là, il s'agissait d'Aaron. En mettant de coté les sentiments qu'elle avait eu pour lui autrefois, il était vrai qu'elle s'était tout de même attaché à cet imbécile. Alors oui, elle pouvait faire un effort pour cette fois, même si la dernière partie de sa phrase méritait une nouvelle gifle, parce qu'il n'en avait pas encore eu dans ce Rp, après tout.

« Allez, je vais te payer ton verre de jus d'orange, ne t'en fais pas. »

L'argentée avait émit un petit rire, satisfaite de ce qu'elle considérait comme une blague, et avait scruté les environs à la recherche d'un bar. Elle n'eut pas à chercher bien longtemps, puisqu'il y en avait plusieurs dans le coin, c'est donc dans le plus proche qu'elle attira le voleur. Par chance, il restait ouvert tard, ils purent donc entrer sans problème, bien que l'endroit soit désert. Sans un mot, elle s'installa au comptoir, n'attendant même pas que les autres s'installent à leur tour parce que thug lyfe. Crimson s'adressa finalement au barman.


« Bonsoir. Je vais prendre un bière, s'il vous plait. Et pour l'enfant, là-bas, ce sera un verre de jus d'orange, avec une paille. » avait-elle dit en désignant du doigt Aaron, au cas où il ne se soit pas senti visé.

Parce que oui, quitte à sortir quelque chose de totalement random, autant aller jusqu'au bout si possibilité il y a.
WILDBIRD

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Mar 8 Déc - 19:00

In the darkness, we find many things.
ft.Crimsonfall
Aaron savait se montrer reconnaissant lorsque la situation le demandait. Ce n'était pas quelque chose qu'il faisait souvent, pour la simple et bonne raison qu'il n'aimait pas ça, trop obsédé à l'idée d'avoir des dettes, mais il lui arrivait de dire merci. Parfois. Pour l'heure, l'idée ne lui avait visiblement pas traversé l'esprit puisque le fait de lui sauver la vie semblait être une notion qui devait aller de soi pour quiconque travaillait avec lui, et en particulier Crimson. Non pas par inquiétude, ni même par affection, mais par simple de voir. Oui, Aaron considérait que c'était le devoir de n'importe qui de le sortir du pétrin, quand bien même il ne le ferait que selon son bon vouloir en retour. Alors lorsque sa sergente déclara tout simplement que, je cite, "c'était surtout pour que tu n'aie pas de problèmes", la seule chose qu'il fit fut lever les épaules en lâchant un simple : "évidemment !"

Mais revenons-en à nos moutons. Cette même sergente, habituellement si solitaire, si bourrue -et parfois même hystérique- avait bien consentit à prendre à verre, non sans accompagner sa réponse d'une provocation, et pas des moindres :

« Allez, je vais te payer ton verre de jus d'orange, ne t'en fais pas. »

Le voleur, d'abord surprit, lâcha finalement un rire moqueur. Il n'avait pas été assez préparé à ce genre de réponse de la part de sa sergente pour enchaîner avec une répartie bien placé à ce moment là, mais il y remédierait dès que l'occasion se présenterait, quoiqu'il arrive. Il pénétra donc dans le bar le plus proche en compagnie de sa collègue. Il n'était pas sûr que le fait de boire un coup avec sa supérieur fut très responsable, mais la Team Rocket était tout sauf conventionnelle quand il s'agissait des relations entre membres et supérieurs. C'était ce qui faisait sa force, après tout. Ou pas.

Il arriva donc au bar aux côtés de sa camarade et s'apprêta à commander lorsqu'elle s'en chargea à sa place, sans demander son avis.

« Bonsoir. Je vais prendre un bière, s'il vous plait. Et pour l'enfant, là-bas, ce sera un verre de jus d'orange, avec une paille. »

Aaron resta bouche bée quelques secondes, outré mais tout de même amusé qu'elle ait eut l'audace de mettre en oeuvre sa plaisanterie. Le barman obéit, lui livrant son ridicule verre de jus tandis que sa sergente recevait sa bière. Oze, quant à lui, râlait dans son coin, trop impatient qu'on lui serve quelque chose. Puisqu'elle voulait jouer à ça, le voleur allait se gêner. Il retira délicatement la paille et porta le verre à ses lèvres pour vider son contenu en une fois. Lorsqu'il reposa le verre vide sur le comptoir, il déclara joyeusement :

« Cul-sec ! » puis après avoir repoussé le verre et tendu un billet sortit de nul part (ou de la poche de Crimson) au barman « Fini de plaisanter. Deux autres bières s'il vous plaît, pour moi et mon... Frère. » conclut-il.

Oze commença à bondir de joie sur sa chaise, tandis qu'Aaron songeait au fait que sa sergente n'avait probablement aucune idée de la nature de son pokémon, son faux frère jumeau. Elle ne l'avait vu que sous cette forme et  le jeune homme n'avait jamais mentionné le fait qu'il soit un métamorphe. Mais, en vue de la soirée qu'ils allaient passer, elle s'en rendrait bien vite compte. Surtout si le pokémon buvait plus que nécessaire.

Leurs deux bières fut servies aussitôt et Oze n'attendit pas qu'on lui propose de trinquer pour boire sa boisson d'un coup. Aaron, pas surprit le moins du monde, roula des yeux et cogna symboliquement son verre contre celui de sa sergente avant de le boire aussi.

« T'as pas intérêt à être bourrée après la première bière, parce que sache qu'Oze et moi on a le foie solide. » fit-il en lui décochant un petit clin d’œil.

Si cette déclaration n'était pas un mensonge, Aaron n'avait pas mentionné que saouler Oze était une des choses les plus difficiles à faire et que la sergente risquait d'en avoir pour son argent.



Dernière édition par Aaron S. Hill le Jeu 24 Déc - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Sam 19 Déc - 4:49



   
   In the darkness, we find many things.
   “Just close your eyes, the sun is going down.” -  Safe And Sound, Taylor Swift feat The Civil Wars

P
endant que le barman s'attelait à la tâche, à la préparation de la commande de bière et jus d'orange, Crimson avait passé les mains sur les quelques mèches passées devant ses épaules, jusqu'au niveau de la poitrine, puis les avait rassemblées à leur emplacement d'origine, avec les autres cheveux. C'était bien la seule partie de son look dont elle s'occupait, mais une mèche à l'avant peut facilement embêter quelqu'un. Quelqu'un qui parle, par exemple, en tournant la tête vers un voisin, aura facilement attrapé la mèche entre ses lèvres, ce qui peut s'avérer très chiant, à la longue. C'est donc une fois qu'elle eut fini que la commande fut apportée. Le verre de bière, ainsi que le jus d'orange contenant la paille. La jeune femme ne put s'empêcher de lâcher un petit rire moqueur, elle pouvait se le permettre, après tout.

De son coté, laissant le sbire boire son jus d'orange d'un coup, Crimson se contenta de boire une petite gorgée de son verre de bière, avant d'entendre le sbire annoncer d'un air presque vantard -à l'oreille de la sergente, du moins- qu'il avait bu son verre cul-sec. Eh bien, quel exploit, il pourrait bientôt boire du champomy, attention. Puis il réclama deux bières, une pour lui, une pour Oze. Il était vrai que la sergente avait complétement omis de commander quelque chose à ce dernier. Elle soupira. Se sentant "un peu seule", en compagnie de personnes qu'elle ne connaissait que très peu, elle sortit une Pokéball et en libéra son hôte, Vulpix, sa petite protégée. La renarde ne tarda pas à sauter sur les genoux de la sergente, avant même que celle-ci ne s'abaisse pour l'attraper, pour s'installer confortablement. C'est apparemment l'endroit où elle se sentait le mieux, bien que cela pouvait parfois s'avérer handicapant, des fois. Sur le comptoir, dans un bocal, la blanche attrapa entre son index et son majeur un bonbon, qu'elle sorti de son papier bleu avant de le tendre à la petite Goupix, qui le mangea en peu de temps. Le papier trouva sa place sur le comptoir tandis que, de leur coté, les deux acolytes avaient reçu leurs bières. Bien. Oze n'avait pas pris la peine de trinquer, alors que la sergente et le sbire le firent dans les règles.

« T'as pas intérêt à être bourrée après la première bière, parce que sache qu'Oze et moi on a le foie solide. »

Vague hochement de tête l'air désespéré. Voilà que le sbire se vantait pour de vrai. Mais la question avait le mérite d'être soulevée: Crimson n'ayant jamais bu d'alcool de sa vie jusqu'à aujourd'hui, va-t-elle tenir si, comme le dit le sbire, les deux jumeaux sont capables de boire beaucoup ? Nouveau soupir. Pourquoi se poser la question ? Après tout, elle n'allait pas se laisser dépasser par ce gamin insolent. "T'es pas possible", avait-elle dit, lorsqu'un passant, à l'extérieur, cria "Mais si, c'est possible, avec la carte Kiwi !". Elle l'ignora. Elle ne savait même pas ce qu'était cette "carte Kiwi". Dans un élan de courage -ou de stupidité, chacun son interprétation-, l'argentée avala rapidement le contenu de son verre à son tour.

« Quelque chose de plus fort, qu'importe. S'il vous plait. » Avait-elle annoncé au serveur, avant de remarquer l'ardoise derrière lui sur laquelle étaient inscrits différents noms à la craie. Des alcools, sans doute. « Euh... celui là, vers le milieu. "Pastis". »

L'argentée avait prononcé ces mots sur un ton assez incertain. Elle s'aventurait sur un terrain qui lui était inconnu, après tout. Attendant sa commande, son "Pastis", la jeune femme jeta un œil au sbire. Et c'est alors qu'elle remarqua un objet auquel elle n'avait pas fait attention auparavant. Sur son oreille était présente une sorte d'oreillette. Crimson fronça les sourcils. Etait-ce pour la surveiller ? Sans demander la permission, sans rien dire même, elle appuya sur le bouton de l'oreillette à sa portée, assez fortement pour être sûre que cela ait un effet immédiat.

« Qu'est-ce que c'est que ça ? »
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   Jeu 24 Déc - 13:51

In the darkness, we find many things.
ft.Crimsonfall
La première fois qu'Aaron était entré dans un bar, encore mineur, c'était Oze qui l'y avait traîné, attiré par la forte odeur d'alcool qui régnait. C'est à ce moment là qu'il avait découvert son penchant pour la boisson, et ne s'en était pas formalisé, bien au contraire. Cette découverte lui avait permit de passer plus de temps avec son pokémon, ou d'avoir des contacts plus "humains". Boire entre collègues ou amis était la base de la sociabilisation et si, encore aujourd'hui et malgré tous ses verres d'alcools engloutis à ce jour, Aaron n'avait toujours pas de "relations sociales" à proprement parlées, il réussissait néanmoins à s'intégrer un peu partout sans trop de problème. Mais il devait bien avouer que cela faisait un moment qu'il n'était pas entré dans un bar pour un boire un coup -ou se bourrer la gueule, au choix- quand bien même Oze lui réclamait sans cesse. Et pourtant, Aaron appréciait naturellement de boire, et de se retrouver complètement soûl en fin de soirée, sans aucun souvenir de la veille. Bon, les petits tracas qui l'accompagnaient comme "arrêté ivresse sur la voie publique" ou "mais où j'ai foutu mes clés ?!" étaient un peu moins amusantes après coup, mais ça faisait partie du jeu.

Le sbire se demandait d'ailleurs si sa sergente tenait l'alcool, si elle en buvait souvent. Elle n'avait pas l'air du genre à sortir avec des amis pour boire, mais, quand il y réfléchissait, ils ne se connaissaient pas tant que ça. Aaron s'était toujours dit que ses supérieurs devaient avoir la belle vie, à boire des verres de whisky dans le mini-bar de leurs beaux appartements. Nul besoin de préciser qu'il avait une vision probablement idéalisée de la chose, c'était d'ailleurs probablement pour ça qu'il les méprisait un peu. Simple jalousie.  

Quoiqu'il en soit, pour l'heure, le jeune homme terminait paisiblement sa bière, observant du coin de l’œil sa sergente la boire rapidement. Elle ne perdait pas de temps, sans doute que sa petite provocation n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd.  

« Quelque chose de plus fort, qu'importe. S'il vous plait. Euh... celui là, vers le milieu. "Pastis". »

Du pastis ? Il venait tout juste de terminer sa bière -contrairement à Oze qui attendait depuis belle lurette- et elle commandait déjà quelque chose de plus fort. Non, visiblement, elle ne souhaitait pas perdre de temps. Sans doute était-elle plus joueuse qu'elle ne voulait l'avouer, alors il la laissa faire. Au contraire, il avait envie de voir de quoi sa sergente était capable. Il la connaissait déjà comme étant quelqu'un de déterminée à aller au bout des choses, alors soit. Ils iraient au bout des choses.

Aaron observait alors le barman sortir deux autres verres et aller chercher une bouteille, lorsque la voix de sa sergente retentit à nouveau, plus dure.

« Qu'est-ce que c'est que ça ? »

Il n'eut pas le temps de réagir qu'une pression sur son oreille déclencha un son aiguë si abominable qu'il dut arracher son oreillette et la jeter sur le comptoir, au risque de perdre un tympan, sons lâcher un joli "PUTAIN" au passage. Il eut un mal de crâne et un sifflement constant dans l'oreille pendant quelques secondes avant qu'il ne récupère l'usage total de son ouïe.

« Ca va pas la tête ? Qu'est-ce qui te prend d'appuyer sur les oreillettes des gens comme ça ?! » lâcha-t-il rapidement, un peu secoué, se massant le crâne pour recouvrer ses esprits. « C'est juste un prototype SARL, un oreillette Translate qui permet de... Traduire ? J'sais pas trop comment ça marche, mais en gros, je peux comprendre ce que disent mes pokémons quand elle est allumée. Rah mais t'as du la dérégler, c'est malin... » conclut-il en attrapant l'objet entre ses doigts fins pour essayer de constater le moindre dégât.

Sans plus de détails, il remit le gadget à sa place, et tenta de le régler comme avant. Claquant des doigts devant Oze pour lui faire signe de parler, ce dernier lâcha de joyeux "blorp blorp blouerg !" et Aaron passa une dizaine de secondes à régler son accessoires avant de saisir des bribes de mots telles que "... et de la vodka ! De la vodka avec du Gin ! On pourrait faire des mélanges, et après on boira encore du..", là où le dresseur le coupa pour lui faire signe de se taire, se tournant à nouveau vers sa sergente.

« T'as intérêt à tenir ton pastis, parce qu'Oze a bien envie de se faire quelques shot de Vodka, si tu vois ce que je veux dire. » conclut-il en attrapant le verre que venait de servir le barman, sentant déjà l'alcool couler dans son sang et finalement lui monter à la tête.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill   

Revenir en haut Aller en bas
 

"In the darkness, we find many things." - Avec Aaron S. Hill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Le Ninja et le Voleur" - Avec Aaron S. Hill
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]
» Entraînement après une soirée arrosée (PV avec Aaron)
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: ALERA Centre - MELL :: Quartier des arts :: Musée-