Partagez | 
 

 Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Mar 23 Juin - 17:58

ft. Charlotta Giovanni

C'est la danse des canards, qui en sortant de la mare se secouent le bas des reins et font coincoin~

Let me drown you in compliments~


Etait-ce une bonne idée de se rendre à la piscine alors qu'on ne savait pas nager ? Certainement pas, mais Neal n'en avait pas grand chose à faire. Au contraire, plus une idée était mauvaise, plus il avait envie de la tester ! Lors de son arrivée, à Marivon, personne ne l'avait accueilli. Quelle disgrâce envers cette icône qu'était le jeune garçon. Heureusement qu'il avait un bon sens de l'orientation, ce qui ne semblait pas être le cas de tout le monde. Bah, personne n'était parfait – à part lui, bien évidemment. Il faisait une chaleur torride ce jour-là, encore plus insupportable que dans le désert où il avait vécu, puisque le climat était plus tropical. Toute cette humidité ne lui donnait qu'une envie ; aller se baigner ! Coup de bol, il y avait justement un parc aquatique pas loin. En vérité, il était tombé dessus par pur hasard, mais on dira que c'est grâce à son flair, d'accord ?

Il acheta même un maillot pour l'occasion, un maillot de compèt' s'il vous plait, noir avec des bandes vertes sur les côtés. Quoi, tous les Pokédollars qu'on lui avait gracieusement offerts pour se lancer dans la vie ? Je ne vois pas de quoi vous parlez. De toute manière, son job d'apprenti était – faiblement – rémunéré, ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne parvienne à rembourser tous ses achats inutiles. Il entra vite dans le parc, qui était tout simplement... magnifique. Lui qui adorait l'eau, il était servi ; là où toutes les eaux de Rhode étaient agitées, remplies de Sharpedo, ou recouvertes d'une fine couche de pétrole, il se retrouva face à des dizaines de bassins limpides où nageaient avec élégance des Pokémon aux écailles scintillantes, accompagnés par des dresseurs légèrement moins gracieux. Disons plutôt graisseux, le terme était plus exact. Il y avait plein de monde prêt à polluer son espace personnel. Il allait bien s'amuser. Un sourire perfide sur le visage et un petit ricanement aigu sortant de sa gorge, il se glissa dans l'eau d'une piscine à vagues dans laquelle il avait tout juste pied.

Il passa un petit moment ici, s'accrochant aux ailes de Nietzsche-le-Psykokwak-dépressif dans les lieux où il n'avait pas pied. Ni vu ni connu, comme quoi les Pokémon eau étaient plus utiles que tout. Pas aussi fabuleux que les fées, mais tout de même. Il avait même emporté son pistolet à eau en plastique, en le cachant habilement sur le côté de son maillot en entrant. Personne n'avait fait la moindre remarque sur le chemin. Il était comme un ninja – un ninja avec une tumeur inquiétante à la hanche, mais un ninja quand même. Par moments, il projetait un peu d'eau sur une des femmes allongées sur les transats près des bassins, jolies créatures qui, après être restées des heures au soleil, avaient le même aspect qu'un cookie ayant subi le même sort. Visiblement, leurs talents en chant étaient à la hauteur de leurs goûts esthétiques ; Neal se boucha soigneusement les oreilles lorsqu'elles se mettaient à crier, mais toujours un sourire en coin au bout de lèvres, bien entendu.

Si il était hors de question d'amener Kafka ici – ce sale clown aurait gâché tout son plaisir – et qu'un Pokémon Obscur comme Jung était trop encombrant, suspect et de toute manière incapable de s'amuser, les deux étaient restés dans leurs Balls. Il avait cependant pris soin d'amener avec lui son tout nouveau compagnon, Freud, un Feuforêve gagné à un jeu concours sur le bateau qui l'avait amené à Alera – il avait volé tous les tickets, on ne sait jamais, il aurait pu perdre. Le fantôme féérique était certes invisible, n'apparaissant qu'occasionnellement derrière les gens pour les effrayer, mais il laissait tout de même derrière lui une traînée de paillettes scintillantes, qui finissaient par tomber sur la surface de l'eau. Histoire de laisser Neal briller encore plus, pour faire un mauvais jeu de mots. Ce fut d'ailleurs Freud qui repéra LA jeune femme. Enfin, jeune, rien n'était moins sûr ; même à distance et à travers sa peau, le pâtissier devinait l'énorme quantité de silicone dans ses seins. Et ses joues. Et ses lèvres. C'était peut-être un des mannequins qu'on utilisait dans ce genre de lieux pour entrainer les sauveteurs, au final. Il préférait quand même qu'elle soit bien faite de chair et d'os. Imaginez l'horreur si il se mettait à confondre les objets inanimés avec des humains ! On risquait de lui faire mettre d'hideuses lunettes de nerd.

Elle avait l'air maussade, tiens. Pourquoi tirer une telle tête dans un endroit aussi fabuleux qu'une piscine pleine de paillettes ? Oh, il allait lui redonner le sourire. A sa façon, évidemment. La demoiselle n'était pas dans une zone où il avait pied, malheureusement, mais son super-canard allait l'aider à l'atteindre. Prenant Nietzsche dans ses bras, il lui demanda d'avancer jusqu'à la blonde, le Pokémon obéissant en poussant un long soupir.

"Hey, madame ! l'interpella-t-elle en faisant un grand mouvement du bras, alors qu'il se retrouvait à ses côtés. Excusez-moi, je n'ai pu m'empêcher de vous aborder... on vous remarque de loin, je dois dire !"

Un sourire bienveillant. Un sourire tout gentil. Un sourire de connard, ouais, aurait dit Smirnoff. Mais cela, une innocente jeune mannequin à l'expression si... amicale ne pouvait le deviner, n'est-ce pas ? Et quand bien même elle décèlerait la moquerie dans ses paroles, ce n'en serait que plus drôle.

"Très joli maillot", fit-il rapidement remarquer, presque en aparté. Passer pour un porc qui la reluquait dans le but de l'énerver encore plus ? Il n'aurait pas formulé cela de manière aussi vulgaire. Disons plutôt qu'il lui faisait un compliment sur son sens esthétique. Elle le prenait comme elle le voulait, après. Si possible mal, qu'il se marre un peu.

"Vous comprenez la langue que parlent les habitants d'Unys et de Rhode ? Parce que je viens subitement de me souvenir, lors de notre fortuite rencontre, d'un poème qui vous irait à ravir. Violets are Red, Roses are Blue, This poem sucks, So do you. C'est mon poème préféré de moi-même. Vous aimez ?"

Une teigne ? Lui ? Oh oui. Oooh que oui. Et aujourd'hui, il avait trouvé une victime idéale avec qui jouer. Si c'était pas beau, tout ça.

© redSheep sur Wild Roar
Revenir en haut Aller en bas
avatar

REGION : Kanto et Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 55
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 03/01/2015

MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Mer 24 Juin - 19:38



Avec Neal "le canard" Aster


Let me drown you in compliments
Charlotta est toujours de mauvaise humeur. Et tous ses collaborateurs en payent les frais : ses sbires, ses sergents, ses employés. Mais il existe un endroit où elle se sent... Dire bien est un peu fort, mais disons qu'elle y tire moins la tronche. Et cet endroit, c'est la piscine. Elle aime l'eau, les vagues, nager, bronzer. De plus, elle n'y risque rien : ses deux énormes bouées lui permettent de flotter... Ah ah.

Mais passons.

Après s'être changée dans les vestiaires, elle entra dans le parc aquatique. On peut dire qu'il vaut la peine de payer une somme astronomique sa place : quatre bassins, des toboggans à volonté, des vagues ! Dans la piscine ! Si elle n'était pas de nature à tirer la tronche, la belle femme qu'est la boss des Rockets se serait jetée à l'eau. Mais étant donné qu'elle est ce qu'elle est, elle jeta sa serviette sur son épaule de façon gracieuse, se fit une queue de cheval et s'appliqua de la crème solaire à fort indice (histoire d'avoir l'air de ne jamais avoir le temps de bronzer, pour donner l'impression qu'elle ne fait que travailler). Puis, sous les regards des abrutis qui regardait sa plastique de plastique, elle entra à l'eau pour faire quelques longeurs : cela lui fit le plus grand bien ! Elle alla même dans le bassin de 5 mètres, où l'eau était plus froide.

« Mais ça donne du tonus, se disait elle, pour rendre la fraicheur plus supportable »

Puis, alors qu'elle se laissait flotter (pas très compliqué pour une poupée de silicone), elle entendit un « coin coin » un peu... Las. Dépressif. Bref, elle se retourna puis elle aperçut le pokémon aquatique au regard déprimé, avec un jeune homme accroché à ce dernier. Elle le scruta avec intention : que voulait-il ? Pourquoi il devait la déranger le jour de sa « pool anti-stress therapy » ? C'est pour cela qu'elle écouta d'une oreille distraite le jeune homme lui faire des compliments vaseux et surement assez satiriques... Mais si Charlotta haissait quelque chose, c'est qu'on la prenne pour une conne. Et c'est ce qu'il faisait. Puis, après lui avoir dit qu'elle avait une beau bikini (surement pour se foutre d'elle) il lui récita un poème. Dont la fin ne plus pas du tout à la boss des rockets. Il lui demanda aussi si il parlait sa langue. C'est pour cela qu'elle lui répondit un splendide

« Je parle votre langue, jeune homme »

assorti d'un adorable

« Maintenant, dégagez ou je coule votre Psykocanard de merde ».

Le jeune homme s'éloigna alors un peu. En regardant fixement sous l'eau. Sans réfléchir, elle hurla alors

« ET ARRETEZ DE ME RELUQUER !!! »

Ce qui marqua le début de la gué-guerre qui allait se dérouler entre les deux baigneurs.

--------------------------------------------------------------------------
PS: Je ne sais pas mettre une image dans un code alors l'image restera des lattes de parquet. Voila, je sers à rien.



________________________


The Boss
« Look me in the eye and beg me.
Beg me not to kill you. » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Jeu 25 Juin - 19:47

ft. Charlotta Giovanni

C'est la danse des canards, qui en sortant de la mare se secouent le bas des reins et font coincoin~

Let me drown you in compliments~


"Je parle votre langue, jeune homme."

Un vouvoiement ? Trop d'honneur ! On le prenait souvent pour plus jeune qu'il ne l'était en réalité. La précision de la jeune femme fit sourire Neal. Il avait appris comment s'exprimer correctement dans les autres régions, merci à Smirnoff, mais rien n'égalait l'élégante consonance de la langue de Shakespearow, surtout en poème.

"Maintenant, dégagez ou je coule votre Psykocanard de merde."

Cela, lui aussi le comprenait très bien. En vérité, quel que soit le langage, il était presque certain qu'il connaissait une multitude de jurons fantaisistes dont même les natifs ignoraient l'existence. Elle, en revanche, n'était pas très originale, mais soit, tout le monde ne pouvait avoir sa subtilité sans égale. Après tout, dans le monde des emmerdeurs, le Bouffon était roi. Il s'éloigna légèrement, cependant. Pas qu'il ait cru qu'elle puisse faire couler Nietzsche, elle-même serait incapable de se retrouver sous l'eau avec de tels flotteurs, mais justement parce qu'il venait de remarquer que plus il la fixait, plus elle était sur le point d'exploser. Après tout, lui aussi aurait mal vécu qu'on regarde de trop près son corps de rêve.

"ET ARRETEZ DE ME RELUQUER !"

Non, aurait-il répondu simplement, si une meilleure idée ne lui était pas venue à l'esprit. Quel était le moyen de prédilection des enfants lorsqu'ils voulaient embêter un adulte ? Le questionner. Sur tout, le sens de la vie, la raison pour laquelle le ciel était bleu et que des paquebots flottaient dans les airs. Ainsi, il répondit d'un innocent, doucereux, mignon, petit, horrible, perfide, agaçant, insupportable, méprisable...

"Pourquoi ?"

C'était tout ? Nan, c'était pas drôle si on ne poursuivait pas.

"Ne puis-je pas faire le moindre compliment au sujet de votre délicieuse personne ?"

Des larmes de Mysdibule apparurent au coin de ses yeux. Il était doué à ce petit jeu de drama-queen, ô combien doué.

"Je... je voulais juste faire votre connaissance... je suis désolé... tellement désolé…"

D'un bras, il serra plus fort le corps jaune de Nietzche, arrachant un soupir las à celui-ci, et de l'autre, il tendit la main à la blonde, un sourire "gentil" aux lèvres.

"Désolé. Je pense qu'il est temps de repartir sur de bonnes bases. Vous faites quoi dans la vie, mon cookie ? Moi, je suis pâtissier. En quelque sorte."

Apprenti ou pas, il faisait des gâteaux et donnait des surnoms de friandises douteux et vaguement sarcastiques aux personnes qu'il rencontrait. Si ce n'était pas la définition même du comic relief préparant de la bonne bouffe, il ne savait pas ce que c'était. Pendant ce temps, Freud flottait, toujours invisible, à ses côtés... sa poussière d'étoile, il la retenait, la rendant quasi-invisible.

© redSheep sur Wild Roar
Revenir en haut Aller en bas
avatar

REGION : Kanto et Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 55
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 03/01/2015

MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Dim 5 Juil - 23:46

Charlotta Giovanni a écrit:


Avec Neal "le canard" Aster


Let me drown you in compliments
« Pourquoi ? »

Charlotta entendait ce mot en boucle dans sa tête. Pourquoi. Pourquoi. Pourquoi. Pourquoi, hein ? Alors que devant elle, le jeune homme continuait à parler, la reluquée en question n'écoutait plus. Elle devenait rouge de honte car autour d'elle des gens riaient de cette splendide réponse. Noire de colère car ce petit « pourquoi » venu des profondeurs de la cruauté humaine faussement innocente l'avait non pas frustrée, non pas énervée... Plus que ça ! Cette sensation qu'on à quand on veut tuer quelqu'un. Et ça, elle connait. Puis, ce qui devait arriver arriva.

Elle entendit cet homme abject l'appeler : « mon petit cookie ». C'en était trop. Elle vira au violet. Elle devint folle de rage. Elle hurla alors :

« JE VOUS (awtch) ESPECE DE SALE PETIT (nope) de (paszentil) !!! »

Et ce petit coup d'éclat ne laissa pas les gens autour d'elle indifférents. Ils s'enfuirent presque ! Et elle trouva ça amusant. Puis elle regarda son insupportable victime... IL LA MATAIT ENCORE ! Comme il disait, il la dévorait des yeux comme un petit cookie... Puis elle fit quelque chose de mal. Elle s'approcha doucement de lui, et lui dit d'une voix douce : « vous êtes patissier hein » et elle ricana. Elle reprit alors, lui parlant tout bas mais d'un ton plus sec « hé bien moi, mon métier, c'est du tuer des gens ». Puis elle s'approcha de lui rapidement (car elle nageait très bien) en lui hurlant qu'il était sa cible et qu'elle allait le noyer. Son canard avait intérêt à être rapide sinon il allait y passer !

---------------------------------------------------------------
PS: C'est nul. Ne jamais écrire sous l'influence de la colère un RP où tu joues une colérique aux penchants meurtriers.



________________________


The Boss
« Look me in the eye and beg me.
Beg me not to kill you. » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Lun 6 Juil - 23:09

ft. Charlotta Giovanni

C'est la danse des canards, qui en sortant de la mare se secouent le bas des reins et font coincoin~

Let me drown you in compliments~


Tout vint très brusquement. Neal se délectait toujours de ces moments-là. Le climax. Certes, parfois il regrettait, mais la vie n'avait pour but que d'être une immense et très mauvaise blague. Mieux valait en rire qu'en pleurer, alors ravalons notre culpabilité et contemplons le spectacle. Le mannequin – de plastique – vira littéralement au violet, avant de hurler...

"JE VOUS ****** ESPECE DE SALE PETIT *** DE ***** !"

Tant de vulgarité ! Mentalement, Neal censurait les vilains mots qui risquaient de blesser son âme de grand enfant. Il avait utilisé pire lorsqu'il avait onze ans, cette merveilleuse époque où il servait le Groupe Ombre, mais il valait mieux ne pas le mentionner. Ou plutôt, il n'eut pas le temps de le mentionner. Il préparait mentalement une réplique cinglante pour la pousser vraiment à bout, la regardant d'un air bovin – on avait rarement l'air intelligent lorsqu'on était plongé dans ses pensées, même si l'objet de sa réflexion était particulièrement spirituel. En l'occurrence, justement, il aurait bien ressorti une petite citation d'un de ses philosophes préférés, il adooooorait la philosophie, de magnifiques contes de fée narrés d'une manière un peu spéciale.

Ce fut à cet instant qu'il se rendit compte que la blonde s'approchait lentement de lui. Une lueur menaçante dans le regard. Le garçon aux cheveux blancs hésitait entre plusieurs réactions. La peur ? Il était trop orgueilleux, en apparence du moins, pour cela. Non, il commençait à se demander quel genre de personne il avait en face de lui... et en même temps, l'euphorie commençait à le gagner. Les humains sont cruels, vous savez ? Ils aiment se battre, se détruire mutuellement. Telle est leur nature guerrière et sanglante. Qu'elle prenne part au petit jeu du "Bouffon malgré lui" était la meilleure chose qui puisse arriver. Ca allait être très, très marrant.

"Vous êtes pâtissier, hein..."

Fin constat, bravo mademoiselle. Elle faisait baisser le Q.I de tout le bassin rien qu'en ouvrant la bouche.

"Eh bien moi, mon métier, c'est de tuer des gens."

Devait-il hurler, jurer, ou bien ne pas la croire ? Il se contenta d'un sourire méprisant. Elle allait l'étouffer dans ses seins, peut-être ? Ellen avait déjà essayé, sans succès. Faut dire que cette traîtresse était plate comme une crêpe, mais...

Soudain, elle s'approcha de lui, hurlant qu'il était sa cible et qu'elle allait le noyer. Neal allait s'esclaffer en la narguant, dire "Crie plus fort, tout le monde n'a pas entendu !", mais il n'en eut pas le temps ; elle l'avait déjà saisi par les cheveux et profondément enfoncé dans l'eau. Non seulement sa magnifique chevelure allait être sali par des mains maintes fois plongées dans le sang d'immondes et sales inconnus, mais en plus, il ne savait absolument pas nager. Les yeux irrités par le chlore et la vision floue, il sentit peu à peu ses poumons s'enflammer. Il était dans la merde. Vraiment. Il avait lâché par inadvertance le plumage de Nietzsche, et commençait à étouffer.

Mais oui. Elle tuait des gens... avec un flingue ? Ahah. Si elle n'avait certainement pas la place d'en planquer un dans son maillot, Neal, lui, y avait pensé. Il sortit son fidèle pistolet à eau en plastique bon marché, mais suffisamment rempli pour lui donner un certain poids. Il tendit le bras, la surface atteignant son coude désormais, et asséna des coups violents et répétés sur l'épaule, la tête, ou n'importe quelle partie du corps de la demoiselle. De l'autre main, il chercha à saisir les pattes de Nietzche, situées juste au dessus de lui, cherchant à se hisser à la surface. Une idée venait de germer dans son esprit, une excellente, diabolique idée. Non, il en avait plein, toujours plein, surtout lorsqu'alimenté par la vengeance. Mais d'abord... il devait... survivre.

"Freud !" s'écria-t-il, un flot d'eau chlorée rentrant dans sa bouche, même si de la surface, il devait être impossible de l'entendre.

© redSheep sur Wild Roar
Revenir en haut Aller en bas
avatar

REGION : Kanto et Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 55
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 03/01/2015

MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Mar 4 Aoû - 15:27

Charlotta Giovanni a écrit:
Charlotta Giovanni a écrit:


Avec Neal "le canard" Aster


Let me drown you in compliments
« Pourquoi ? »

Bloup, bloup, bloup.

Le bruit des dernières bulles d'air qu'expirerait cet imperinent. Elle était assez fière de la tournure des événement pour tout dire. Personne n'avait crié (en imaginant, supposait Charlotta, que les autres nageurs imaginaient là une simple bataille d'eau entre une mêre et son fils) et il allait bientôt crever...

Elle mettait tout son poids sur la tête du jeune patissier quand un bruit lui parvint, étouffé par l'eau de la piscine :

« Freud ! »

Bien que ce ne soit pas le moment idéal pour citer ce Freud, elle s'en fichait à vrai dire : elle était encore en vie, ELLE. Mais quand des pailletes qui sparkleaient de façon outrageusement brillante tombèrent dans ses yeux, les brulant au troisième degrès (bon, j'abuse un peu là), elle s'en fichait moins. Elle resentit aussi un choc dur sur son visage : trois secondes plus tard, elle hurlait de douleur. Il venait de lui foutre un coup de pistolet à eau !!! Et se salopard en avait profité pour s'enfuir ! Le mannequin en plastique Zara qu'était Charlotta se mit alors en position de nage sportive et débuta une course poursite avec le canard au nom étrange. Elle aurait pu les couler trois fois si ce « sparkémon non-identifé » ne l'avait pas génée -ainsi que ce pistolet à eau de marque Leader-Price- et cela la mettait en rogne. Son psykokwak etait tout de même balèze : il venait de faire la moitié du bassin de 760 mètres et il nageait encore et... Il venait de plonger ?!

Et merde : Charlotta détestait la plongée... Elle sortit de l'eau avec l'échelle la plus proche, tout en gardant à vue le fuyard et son pokémon, « emprunta un masque, des palmes et une pilule d'A-air-eau (Hrp : from Pikachu adventures, volum 3 ou 4) pour respirer dans l'eau 25 minutes et elle repris la poursuite : sa vitesse était doublée. Elle allait le rattraper et le noyer pour de bon !

Et elle était jouasse.
-----------------------------------------------------
PS: Meh.


________________________


The Boss
« Look me in the eye and beg me.
Beg me not to kill you. » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   Lun 10 Aoû - 13:32

ft. Charlotta Giovanni

C'est la danse des canards, qui en sortant de la mare se secouent le bas des reins et font coincoin~

Let me drown you in compliments~


Cette immonde catin sale était définitivement en train de le noyer... Mais, soudain, Neal aperçut l'éclat de la poussière brillante qu'émettait Freud. Il avait donc entendu son appel ? Si c'était le cas, le Feuforêve l'avait probablement effrayée. Il aimait bien ce Pokémon. Il avait le même esprit farceur que son maître vénéré. Soudain, il sentit que la vieille madame relâchait la pression ; il en profita aussitôt pour saisir le Psykokwak flottant toujours à la surface, se hisser hors de l'eau, et prendre une grande inspiration. L'Ecremeuh, il n'avait jamais été aussi heureux de respirer ! Après avoir rapidement repris son souffle, il ordonna à Nietzche de s'enfuir le plus loin possible de cette mégère. Tyrannique mais pas stupide non plus.

Il recula donc, emporté par la nage rapide de son Psykokwak. Il devait être rouge comme une tomate à l'instant, et avait encore un peu de mal à respirer, mais mieux valait se cacher du regard du machin en plastique. Le problème, c'est qu'elle le suivait encore, et que même en sortant du bassin, elle risquait de le suivre et de lui en mettre une – ce serait pas la première fois qu'il se prendrait une baffe, oh non. Réfléchir, réfléchir... qu'est-ce qu'il pouvait faire ? Bon. Il n'avait pas trop le choix. Il suffisait de plonger, et d'espérer qu'elle ne le rattrape pas avant qu'il n'ait fui. Enfin, fui. Vu le prix de l'entrée dans le parc aquatique, il ne comptait pas en partir si vite. Juste se mettre en sécurité le temps de pouvoir attaquer de nouveau. Il se sentait comme un gosse jouant à "faire la guerre", tiens.

Il prit donc une grande inspiration et plongea de nouveau, glissant d'abord à Nietzsche de ne pas trop s'éloigner du bord – fallait pas oublier que lui ne savait pas nager. Heureusement, vers cette partie du bassin, il touchait presque le fond - heureusement qu'il n'était pas un nabot, tiens. De temps à autres, il relevait la tête, pour reprendre son souffle. Ce qui lui donna l'occasion de voir que la jeune femme était sortie, et visiblement... le suivait. Merde, elle était tenace ! Et en plus ça avait l'air de la faire marrer, toute cette histoire.

Rira bien qui rira le dernier. Lui aussi comptait s'amuser. Ils étaient venus à Maril'land pour ça, n'est-ce pas ?

Il voulut plonger de nouveau mais il constata que la blonde avait cherché un appareil étrange. C'était quand même pas un truc pour respirer sous l'eau ?! Si c'était le cas, en tout cas, le constructeur avait vraiment besoin d'employer un designer aux goûts décents, cet appareil était affreux et avait un effet particulièrement immonde sur le doux minois de la tueuse.

En tout cas, il devait s'en aller au plus vite, ou il finirait promptement noyé – ce qui n'était guère un destin agréable, si la mort n'effrayait pas vraiment Neal, il espérait au moins mourir avec panache, devant une foule de sujets ou de fans qui le regretteraient amèrement.

"Vers les échelles, viiiiiite !" murmura-t-il à Nietzsche.

Ce dernier s'exécuta, non sans gémir, et Neal le laissa dans le bassin et lui indiqua de plonger – c'était bien connu que la place d'un canard était dans une mare remplie de chlore et de gens détestables, et surtout, il gardait l'infime espoir que la blonde le suivrait – lorsqu'il escalada les échelons de métal. Où aller, maitnenant ? Il avait besoin de se cacher quelque part, mais où...  Il aperçut alors le grand toboggan. Mais ouiii, c'était parfait ! Se mettant à courir sur le rebord glissant de la piscine, non sans se faire crier dessus par le maître nageur, il se dirigea vers l'immense tube et, volant la place d'un ou deux gosses devant lui, se mit à glisser. A mi-chemin, il se plaqua contre la paroi, cessant ainsi d'avancer. Si on pouvait certainement le voir depuis les entrées du toboggan, de loin, il serait totalement invisible. La planque du siècle.

"Neal, mon cher, tu es un génie", murmura-t-il amoureusement pour lui-même.

© redSheep sur Wild Roar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let me drown you in compliments~ || ft. Le-bout-de-plastique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» COMPLIMENTS CHERE EMMANUELLE
» Quelques compliments et une question.
» (ZOMEO) ☾ Night will fall and drown the sun
» Pour pourfendre une veille bedaine, et lui vider ses pleines gibernes. [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Sud - MARIVON :: Parc aquatique :: Maril'land-