Partagez | 
 

 Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 949
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]   Lun 25 Mai - 14:55

And I wanted it, I wanted it bad
But there were so many red flags
Now another one bites the dust
Yeah, let's be clear I'll trust no one

You did not break me
I'm still fighting for peace

I've got thick skin and an elastic heart
But your blade it might be too sharp
I'm like a rubber band until you pull too hard
I may snap and I move fast
But you won't see me fall apart
Cos I've got an elastic heart
Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ?

- Partie I -


Les jours avançaient, et le dossier sur les ruines avait pris énormément de retard. Pour ne pas dire qu'il n'avançait plus. Ces dernières semaines, Rafaël était retournée à Mell et enchaînait les missions plutôt simples le temps de se remettre de sa blessure. Le lieutenant Rey la surveillait de près d'ailleurs, au cas où elle aurait la mauvaise idée de se sauver une nouvelle fois.
Cependant, ce n'étaient pas les journées à bosser sur des photos ou les missions fréquentes en ville qui faisaient avancer le dossier des ruines d'Elara. Rafaël avait déchiffré ce qu'elle pouvait, mais certaines zones de la grotte n'avaient pas été prises en photos, et sur certains clichés, le flash de l'appareil dissimulait de blanc certains dessins rupestres. Il y avait donc de nombreux trous dans les traductions de Rafaël, que la sbire ne parvenait pas à combler.

Elle était donc retournée depuis ce matin à Elara, après avoir eu l'aval du lieutenant Rocket. Sauf qu'évidemment, la marée était pleine ce jour-là et les ruines inaccessibles. Évidemment.  Rafaël avait alors passé la journée sur la plage, fouillant les quelques ruines de pierres visibles hors de l'eau à la recherche d'éventuels indices. Rien.
Quand la fatigue se fit sentir, la jeune femme retourna au village, où elle réserva une chambre au vieil hôtel pour la nuit. Elle avait déjà dormi dans cet établissement un peu lugubre, il y avait quelques mois avec Neel (pas dans la même chambre, évidemment). Cette fois-ci, le gérant, après l'avoir longuement regardé de la tête au pieds (quelque chose ne lui revenait pas ?), lui prêta une chambre au dernier étage de la demeure. Une chambre plutôt spacieuse pour une personne seule, ce qui perturba un instant Rafaël avant qu'elle ne s'installe. Soit, elle était trop fatiguée pour se questionner et méritait simplement de se reposer.

La gitane prit une longue douche bien méritée, malgré le confort sommaire de la salle de bain attenante. Il serait bon de faire quelques travaux ici, l'endroit manquait de modernisme. Mais bon. La jeune femme sortit de la douche et attrapa une serviette pendue à un crochet, mais ses doigts se refermèrent sur du vide. Hein ? Cillant, Rafaël leva les yeux. Le crochet était bien là, mais plus de serviette. Elle l'aperçut plus loin, posée sur le lavabo. … bon. Perplexe, la brune s'en saisit alors et s'enroula dedans pour se sécher. Elle était fatiguée, elle avait bien besoin de repos.
Ne se posant pas plus de question, elle sortit de la salle de bain et revêtit pour la nuit un short en coton et un long débardeur. Elle s'assit ensuite sur le lit et attira son sac à elle. Pour son repas du soir, un sandwich acheté au matin, et elle se prépara une tisane grâce à la bouilloire posée dans un coin de la pièce. Sa tasse à la main, elle se posa ensuite dans le lit et feuilleta ses différentes notes. Le mystère des ruines l'intriguait de plus en plus, et cela la frustrait de ne pas pouvoir aller au bout de sa traduction. Surtout que cet imbécile de Neel l'attendait au tournant. Mais Rafaël pouvait bien choisir, une fois ses notes traduites, de les transmettre ou non à la Team Rocket. Elle verrait.

* * *

Une heure ou deux s'écoula ainsi. La nuit était tombée derrière les fenêtres et Rafaël leva soudain les yeux de ses notes. Elle regarda autour d'elle, observant la chambre dans son intégralité. C'était bizarre. Il n'y avait aucun bruit, pas même les bruits de quelques voisins dans les autres chambres de l'hôtel. Était-il si délaissé, cet hôtel ? Et pourtant, elle se sentait comme observée. Commençant à ressentir un certains malaise, Rafaël baissa les yeux sur ses notes puis les leva discrètement pour observer la pièce. La fragile armoire au fond. Le tapis. Le petit bureau là-bas, la bouilloire et la chaise. La poubelle sous le meuble. Ses vêtements, posés sur son sac. … ses vêtements. Qui se déplacèrent soudain sur le sol.
Les yeux gris-vert de Rafaël s'écarquillèrent et elle se redressa brusquement. Quoi ?! Elle cligna des yeux, certaine de voir là un nouveau mirage, et quand elle les rouvrit, les vêtements étaient de nouveau à leur place, vaguement pliés sur le sac de la montagnarde. La sbire se rassit alors sur le matelas, l'air un peu penaud. Elle devait être vraiment fatiguée, pour que ses yeux délirent à ce point.

- Il faut vraiment que je dorme...

Soupira-t-elle en se massant le visage. Ses nuits étaient très difficiles et elle avait pris l'habitude de se satisfaire que de quelques heures de sommeil pour être en forme le matin. Il fallait dire qu'entre les cauchemars et les quelques visites nocturnes dont elle avait le malheur d'avoir droit parfois, c'était très difficile de se reposer. Mais bon, ici, loin de tout, elle serait tranquille. La jeune femme rangea alors ses notes sur les ruines, éteignit la lumière et se coucha sous les draps chauds. Une bonne nuit de sommeil lui ferait du bien, assurément. Alors elle ferma les yeux, et essayant de ne pas trop ressasser sa journée, elle chercha à s'endormir.

Ignorant qu'à quelques mètres d'elle, au travers du mur, deux yeux rouges s'ouvrirent en grand pour la fixer.

© redSheep sur Wild Roar

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 949
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]   Lun 25 Mai - 17:29

And I wanted it, I wanted it bad
But there were so many red flags
Now another one bites the dust
Yeah, let's be clear I'll trust no one

You did not break me
I'm still fighting for peace

I've got thick skin and an elastic heart
But your blade it might be too sharp
I'm like a rubber band until you pull too hard
I may snap and I move fast
But you won't see me fall apart
Cos I've got an elastic heart
Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ?

- Partie II -


Minuit passé, dans la plus haute chambre du vieil hôtel d'Elara, la jeune femme dormait profondément. Elle s'était endormie bien vite, finalement, et n'avait pas résisté longtemps à l'attraction des bras de Morphée. La chambre obscure était silencieuse.
Voici déjà quelques heures que Rafaël dormait, lorsqu'il y eut du mouvement dans la pièce. La sensation d'un courant d'air vaguement opaque, qui flottait d'un coin à un autre de la pièce. L'un des vêtements de la sbire, posé sur son sac, sembla se soulever à quelques centimètres du sol, remuant comme s'il était observé sous toutes les coutures. Il en fut ensuite de même avec diverses affaires de son sac : les notes sur les ruines, une barre de céréales, une potion, un couteau, ses Pokéball. L'une d'elle remua d'ailleurs, l'air mécontente d'être réveillé en pleine nuit, et l'ombre silencieuse la reposa sans plus y toucher.

Dans le lit, la brune endormie lâcha un faible gémissement. Cela attira le regard de l'ombre, qui posa sur elle deux grands yeux rouges. La température de la pièce semblait avoir chuté, et sous les draps, Rafaël frissonna. Mais ce n'était pas tout. Elle remuait de plus en plus, prise d'un mauvais rêve qui intéressa beaucoup l'ombre au sol. Celle-ci se matérialisa alors, deux bras deux pattes, et elle flotta jusqu'au lit. Sous les draps, Rafaël frissonna de plus belle. Dans son sommeil, l'air lui semblait devenir glacial, et endormie dans son lit, elle rêva que deux bras la plaquaient sur le matelas, l'immobilisant violemment. Elle rêva que la silhouette qui la forçait passait soudain sous un faisceau de lumière et que le visage du lieutenant Rey apparaissait, terrifiant et brutal. Et son cauchemar empira.

Perché au-dessus d'elle, flottant dans l'air aussi facilement que ça en avait l'air, l'ombre animée regardait la jeune femme avec attention. Il remua doucement les bras et une masse noire se forma au-dessus de Rafaël. La figuration de son cauchemar ? L'ombre, le fantôme, le Pokémon plutôt, étudia le rêve un moment. Pour une fois, il n'avait pas envie de faire des bêtises. Il ne voulait pas effrayer l'humaine ou mettre la pièce tout en dessus-dessous. Non, cela ne l'intéressait pas. Peut-être parce que l'humaine ici présente était jeune, qu'elle n'était ni un enfant trop bruyant ni un vieil homme grincheux. Peut-être aussi parce que cette humaine-là semblait déjà bien trop tourmentée pour pouvoir en rajouter. Il ne comprenait pas tout de ce rêve-là, mais c'était un sacré cauchemar qui semblait la terrifier. Alors il l'avala, tout simplement, ouvrant grand la bouche pour avaler tout rond la masse noire. Et aussitôt, la jeune femme endormie sembla s'apaiser. Elle cessa de trembler, de se débattre. Presque apaisée.

Le fantôme au-dessus de sa tête eut un air gourmand et satisfait. C'était bien bon, bien terrifiant, comme il l'aimait. Pour autant, cette fois, cela le laissa songeur. Il se retourna alors, flottant dans l'air, et en traversant la pièce pour disparaître à nouveau derrière le mur, il ramassa un vêtement qu'il avait tout à l'heure jeté au sol. Un étrange truc assez long, comme des lunettes, avec deux grosses coques en tissu... Étrange, étrange. Il le jeta plus loin. Mais le vêtement n'était pas fait de gaz, comme lui. Il tomba sur le bureau, entraîna la tasse avec lui qui tomba au sol dans un bruit sourd. Le Pokémon se figea aussitôt.

Et Rafaël, dans son lit, se redressa d'un bond. Regard rouge contre regard gris.
... qu'est-ce que c'était que ça ?

Le spectre, découvert, plaqua aussitôt ses petites pattes contre sa grande bouche et lâcha un grand cri d'effroi très théâtral. Le sang de la gitane se glaça. Puis il disparut.

© redSheep sur Wild Roar

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 949
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]   Lun 25 Mai - 19:55

And I wanted it, I wanted it bad
But there were so many red flags
Now another one bites the dust
Yeah, let's be clear I'll trust no one

You did not break me
I'm still fighting for peace

I've got thick skin and an elastic heart
But your blade it might be too sharp
I'm like a rubber band until you pull too hard
I may snap and I move fast
But you won't see me fall apart
Cos I've got an elastic heart
Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ?

- Partie III -


- …

Il y eut de longues minutes de silence.
Rafaël, muette de stupeur, fixait de ses grands yeux écarquillés l'endroit où s'était tenu le Pokémon il y a de cela quelques minutes. Elle ne savait pas exactement ce qu'il s'était passé. Sa tête était lourde, comme si elle n'avait pas assez dormi et que son corps peinait à se réveiller. Son esprit n'était pas réveillé. Mais elle n'avait pas rêvé. Une bestiole s'était tenue là, près de la tasse brisée au sol, un Pokémon qui avait hurlé à la mort avant de soudainement disparaître. Ce n'était pas un rêve, ou alors, elle avait de ces rêves bien étranges.

Repoussant doucement la couverture, Rafaël se redressa. Elle observa, méfiante, chaque recoin de la pièce. Il n'y avait plus personne, pour autant, elle remarquait que des choses avaient bougées. Ses notes étaient étalées au sol, ses vêtements jetés un peu partout, son soutien-gorge étrangement balancé sur le bureau. Et la tasse éclatée au sol. La sbire s'approcha et ramassa les morceaux se porcelaine qu'elle posa sur le bureau. Au cas où, ça pourrait peut-être se réparer. Autrement, elle paierait les dommages au gérant de l'hôtel, même si elle n'y était pour rien.

Silencieuse, Rafaël observa longuement autour d'elle, cherchant une nouvelle apparition du spectre. Les secondes, les minutes passèrent, sans que la bestiole grise ne revienne. Allons bon, elle l'avait effrayé maintenant ? C'était vrai qu'il avait crié en la voyant, mais des deux, Rafaël avait sûrement été la plus effrayé. Elle n'avait jamais eu peur des fantômes, elle qui croyait justement aux esprits supérieurs. D'autant plus que celui-ci était clairement un Pokémon. Un Spectrum ou un Ectoplasma, si elle ne se trompait pas, elle n'était pas sûre.

- Hé... ?

Lança-t-elle dans un souffle, d'abord incertaine. Elle se trouvait un peu ridicule de parler dans le vide à une chambre vide, mais passons. Elle fit quelques pas, hésita, puis s'assit sur le lit, fixant le bureau comme si c'était ici qu'allait apparaître la boule de gaz. Il était évident qu'elle ne pouvait pas se rendormir comme ça, avec un Pokémon sauvage suspendu au-dessus d'elle. Néanmoins, plus les minutes passaient, plus elle se sentait apaisée. Elle avait peu dormi, mais c'était comme si elle avait bien dormi, de manière apaisée et sereine. Et ce n'était pas arrivé depuis longtemps.

La sbire se massait le visage, soupirant un peu, lorsque l'ombre grise sortit de nouveau du mur. Il paraissait étonné. Pas de cri effrayé ? Pas d'objet qu'on lui lançait à la figure ? Non, l'humaine restait là, se prenant le visage entre les mains sans rien dire. Il glissa silencieusement devant elle et quand Rafaël s'en aperçut, elle eut un léger sursaut surpris. L'Ectoplasma était là, devant elle, aussi sérieux que possible. L'air contrarié et pensif.

- … Bonjour.

Tenta Rafaël après quelques secondes, un peu tendue. La bestiole n'avait pas l'air de vouloir lui sauter dessus, ni de l'attaquer sauvagement. Il ne semblait pas agressif, mais plutôt... curieux ? Brusquement, le Pokémon ouvrit grand la bouche et sortit une grosse langue rose, qui pendouilla piteusement. La gitane cilla. Non, pas vraiment agressif. Le spectre avait plutôt l'air d'un clown silencieux.

Il s'en suivit de longues minutes, durant lesquelles Rafaël essaya d'instaurer un dialogue avec le Pokémon et durant lequel celui-ci répondait par des mimes et des rires mi-effrayants mi-amusés. La sbire remarquait qu'en sa présence, il faisait un peu plus froid que d'ordinaire, cependant, le Pokémon n'était pas du tout glacial. Il vint même la regarder curieusement lorsqu'elle essaya de réparer la tasse, et même lorsqu'elle rangea ses habits éparpillés un peu partout.
Puis il repartit, aussi simplement qu'il était venu.

***

Le lendemain, Rafaël retourna sur la plage pour travailler sur ses notes. Elle ne fut pas plus avancée que la veille, et dans la journée, elle reçut un mail lui demandant de rejoindre dès le lendemain le QG de la Team Rocket à Mell. Neel devait avoir envie d'avoir des nouvelles de son rapport. Le soir venu, lorsqu'elle retourna à l'hôtel, Rafaël demanda au gérant de lui louer la même chambre que la veille. Lorsque la jeune femme prit la clef que lui tendait le vieil homme, elle crut discerner un discret sourire sur ses vieux traits. Elle l'interrogea du regard, mais déjà, le sourire avait fané et l'homme était retourné à ses occupations.

Lorsqu'elle sortit de la douche quelques minutes plus tard, le spectre était déjà là, s'amusant sur le lit avec la tasse fraîchement réparée de la veille. Il semblait étonnement content. Rafaël vint la lui prendre des mains pour la poser sur le bureau, puis elle s'assit à ses côtés.

- J'ai toujours lu des histoires de fantôme, quand j'étais plus jeune, où il était question de s'amuser à faire peur à l'autre. Tu fais de belles grimaces mais je suis sûre que si tu avais voulu me faire vraiment peur, tu l'aurais déjà fait.

Le Pokémon s'était assis sur le lit, imitant gauchement la jeune femme. Il la regardait d'un air sérieux et attentif qui clochait presque avec le personnage. La gitane eut un léger sourire.

- Je dois repartir demain, je suis attendue à Mell. Je reviendrais sûrement ici, mais je ne saurais te dire quand. Je te conseille de ne pas trop faire de bêtises, en attendant.

Elle se leva alors et silencieuse, elle se changea pour la nuit et se coucha. Tout ce temps, le spectre resta assis au pied du lit, observant la jeune humaine en silence. Comme s'il réfléchissait. Dans la nuit, Rafaël fit de nouveaux cauchemars, et il les avala tous.
Le lendemain, quand elle se prépara pour quitter la chambre, elle ressentit soudain un frisson glacé sur son épaule qui la fit sursauter. Elle se retourna, surprise, et se trouva face à l'Ectoplasma gris. Dans la clarté du jour, il était moins visible, ce qu'il sembla remarquer quand la jeune femme plissa les yeux. Il apparut alors plus visiblement et la gitane ne percuta même pas la différence de couleur avec un autre Pokémon de cette race. Il fallait dire qu'elle était assez faible.

- Oui ?

Demanda-t-elle, curieuse de savoir s'il allait lui montrer quelque chose ou lui faire des adieux surprenants. Et de la surprise, elle en eut. Le Pokémon disparut à travers le mur et revint quelques secondes plus tard avec un petit balluchon, qu'il tenait entre ses pattes comme s'il partait en voyage. La brune ne demanda pas ce qu'il contenait, elle l'accepta dans ses mains quand le spectre le lui tendit. Il pointa ensuite son sac.

- Je... dois mettre ça dans mon sac ?

Tenta-t-elle. Au hochement de tête satisfait du Pokémon, elle s'exécuta, perplexe. Il eut ensuite un grand sourire et lui tapota l'épaule, la glaçant à nouveau. Non, franchement, la sbire ne comprenait pas. Elle hésita, fit ses au-revoir au Pokémon qui lui répondit par un mouvement de la main très amusé, puis elle quitta l'hôtel.

Ce n'est qu'à mi-chemin entre Elara et Mell que Rafaël se rendit compte que le spectre l'avait suivi, et qu'il s'apprêtait à ne plus la lâcher de sitôt.

- fin -

© redSheep sur Wild Roar

________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
avatar

REGION : Unys
POKÉBALL LANCÉES : 164
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]   Lun 25 Mai - 21:17





Capture validée !

 
Un super rp à lire qui avait des airs de petite nouvelle. On reconnait bien la littéraire que tu es. ;) Félicitation pour cette capture (?) et bienvenue à Ectoplasma dans ton équipe ! ♥
Et bon courage avec lui. ')


________________________
Hue cherche Chacripan en #330033.


image by Kazu Sanbon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelle paire de yeux rouges, dans mon dos ? [capture]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Les yeux perdus dans l'vide. » ft. Dougal Wennolds.
» Le dur labeur des Sarcleurs [Abandonné]
» Un filet de sang coula...
» Perdu dans ses pensées et son manteau...
» Perdue dans la brume... - Feat Asumi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Est - ELARA :: Village déserté :: Vieil hôtel-