Partagez | 
 

 Le hibou, la renarde...et un sale cabot [solo entraînements]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 196
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 11/03/2017

MessageSujet: Le hibou, la renarde...et un sale cabot [solo entraînements]   Sam 28 Juil - 19:42

Ah, quelle belle journée ! Ce bon vent marin, chargé d'iode qui donne un goût délicatement salé jusqu'au fond des poumons quand on inspire. Cette température idéale, fraîche grâce à la mer et ses embruns, mais douce grâce au magnifique temps. Quelques nuages dans le ciel adoucissaient les rayons du soleil, et il faisait délicieusement bon lorsqu'on s'allongeait sur les pierres ou dans l'herbe qui formait un tapis moelleux.
Une journée idéale donc, selon Varro, pour laisser ses pokémons - toujours plus nombreux sans qu'il ne comprenne vraiment pourquoi - se défouler un peu. Le p'tit Ruben devenait insupportable très rapidement si on ne laissait pas sortir, et avait tendance à contaminer la Riolu et surtout cette fichue Draby qui mordait absolument t...aie !
Sans parler de sa nouvelle recrue. Ils n'avaient pas encore eu le temps de vraiment faire connaissance, mais le vétéran sentait que le hibou allait bien s'intégrer à l'équipe.

Il faut dire que ses "recrues" étaient...particulières. Anaïs, bien qu'adorable portait les traces d'un lourd passé malgré son jeune âge, et il avait fallu toute l'assurance d'Arkhay, la rigueur de Pharos et la nonchalance de Ruben pour la mettre à l'aise.
De même, Khârn était...spécial. Le terrible Tyranocif était grincheux, brutal et peut-être un peu stupide. Heureusement, il semblait avoir un très fort sens de l'honneur, et respectait particulièrement son dresseur, l'Arcanin et la Riolu pour l'avoir affronté. Cela dit, sa seule présence était toujours une épée de damoclès.
Et Alicia...cette pauvre louve avait du tellement souffrir. Aujourd'hui encore, elle n'approchait quasiment personne à part Arkhay, décidément le seul à comprendre et surmonter tous les défis, et un peu Anaïs qui était si gentille. Même son propre dresseur, elle avait encore un peu de mal.
Quant à l'anomalie par excellence, la Draby, Varro préférait ne pas y penser. Il boitait encore un peu de sa dernière morsure, où elle était restée agrippée deux heures avant que Pharos ne finisse par décider de la mettre k.o.

Ce jour-là donc, la bande entière était de sortie dans les collines et les herbes folles. Une belle promenade était de mise par ce temps magnifique. Varro avait un Hoot-Hoot qu'il commençait à soupçonner d'avoir des tocs sur l'épaule droite, et une Draby aussi tenace que flemmarde accrochée à sa jambe gauche se laissant trainer, alors qu'Arkhay et sa compagne dorée marchait à ses côtés, Pharos à huit pas sur sa droite, surveillant l'angle mort de son maître avec une éternelle vigilance, et Khârn à dix pas sur sa gauche, aussi loin que possible de son rusé rival, et Ruben et Anaïs ne cessait jamais de sauter, courir et rouler partout.

Au bout de plusieurs heures, ils se posèrent tranquillement dans les collines. Après une sieste, trop longue ou trop brève, selon les goûts de chacun, les chamailles recommencèrent. Le Nidoking et le Tyranocif faillirent en venir aux mains, alors que Ruben se mettait à sauter sur le moindre ventre à disposition.
Sentant que ça allait mal finir s'il n'intervenait pas, et étant fatigué que le Raichu et la Draby essayent de le martyriser, tandis que la gentille Anais lui pressait ses petites patounes sur le visage, Varro finit par se lever.
Voilà quelques temps, il avait gagné, à un concours un peu random auquel il avait participé plus ou moins par curiosité, une étrange gemme. En farfouillant à l'aide de Pharos par-ci, par-là, il avait déniché un fascicule expliquant ce que c'était, et comment ça marchait...mais le vieil homme n'avait jusqu'alors pas pris la peine de le lire.

Le Nidoking vint décrocher la Draby qui lui mâchouillait la botte tandis que le vétéran apprenait l'existence des cristaux Z. Un truc d'une île lointaine, qui déclenchait des trucs, grâce à des bidules et qui faisait des machins.
Wat ?
Alors...des trucs, bidules, machins...avec un seul oeil, et la vue qui baisse, Varro avait déjà assez de mal à lire le manuel. Aussi, le boucan que faisaient ses compagnons en hululant sur son épaule, en grognant, grinçant, ou faisant divers autres sons variés était assez pénible.


"Ah vos gueules ! Pharos, choppe les nabots et va les entraîner. Khârn, va faire un tour ! Les cabots, roupillez au lieu de roucouler ! Z'êtes pas des piafabecs !"

Feignant d'être offensé, Arkhay se leva, se retourna et gratta le sol de ses puissantes pattes pour soulever des mottes de terres et d'herbes et les jeter sur son dresseur qui l'invectiva de tous les noms sous le regard consterné de la Grahyena, qui s'était faite à l'étrange amitié des deux vétérans, tandis que Pharos attrapait par la queue la Draby qui mit près de dix secondes à comprendre qu'elle ne touchait plus le sol, et fit monter le Hoot-Hoot sur son bras caparaçonné.
Cela dit, le Nidoking n'était pas réputé pour sa patience, et l'oiseau ayant tendance à changer de patte, il lui arrivait de glisser et de devoir battre des ailes pour regagner son perchoir.
Khârn lui s'éloigna d'une cinquantaine de mètres pour poser ses lourdes fesses dans l'herbe et observer. Toute sa vie, il avait vécu seul, sauvage et indépendant...la vie en communauté était encore étrange pour lui.
L'infatigable Raichu lui, se contenta de sauter dans les herbes hautes, à la poursuite d'insectes trop agiles pour ses petites pattes, mais il semblait s'amuser comme un petit fou.


"Enfin tranquilles...bon, j'en étais où ?"

Ayant maintenant tout son temps pour lire, la Riolu, concernée, venant s'asseoir sur ses genoux pour lire avec lui même si elle ne comprenait rien - contrairement au fabuleux Nidoking qui continuait à l'épater après presque quarante ans de vie commune - tandis qu'Arkhay poussait sa camarade quadrupède vers son dresseur pour qu'elle se fasse gratter le ventre.
Ledit Pharos d'ailleurs, commençait à faire se battre les deux dernières recrues, avec un mélange de fermeté et de sagesse qui faisait un effet boeuf. Varro leur jetait de temps à autre un coup d'oeil, et s'étonnait toujours de l'incroyable intelligence du Nidoking.
Par contre, ce qu'il lisait, et comprenait petit à petit...ne le rassurait pas. Autant l'histoire du cristal Z, de la coopération intime avec son pokémon et les attaques surpuissantes qui en résultait, ça lui parlait...autant il lisait des trucs comme "Consomme l'énergie vitale du dresseur" ou "doit exécuter une danse" et ça ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout.

Hého ! Il n'était plus tout jeune ! C'est quoi ces histoires là ? Autant filer de l'énergie à la p'tite Anaïs encore, okay. Après tout, il avait déjà vu une rediff d'un combat où une attaque Z avait été lancée...ça claquait du poney, mais la gamine qui l'avait utilisée semblait très bien le vivre, donc ça devait pas être si fatiguant.
Mais la danse ? Quelques pages plus loin, les "mouvements" étaient détaillés...et...euh...non ? Juste créfieu de non ? La page qui l'intéressait, celle de la "combazélite" - tu parles d'un nom à coucher dehors - était peut-être une des moins pires...surtout pour lui, qui avait déjà eu à se battre plus de fois que de raison.
Mais même, il n'était pas là pour se tourner en ridicule !

Cela dit, le livret décrivait l'attaque Z comme une incroyable coopération entre le dresseur et son pokémon, et si Anaïs ne comprenait pas ce qui se lisait, elle savait lire les émotions en revanche et ne manqua pas de lui jeter un regard prévenant, ses petits yeux rouges plein de tendresse semblant tout perturbés des sentiments complexes de son dresseur.

Se disant que ça serait dommage de rater une belle occasion - surtout qu'en regardant autour d'eux, il ne semblait n'y avoir personne dans les parages - d'aider Anaïs à se sentir aimée et pleinement intégrée à sa nouvelle famille, Varro finit par se résigner et se leva. Il tenait le livre dans une main, essayant de comprendre les gestes tout en expliquant la chose à la Riolu qui l'imitait avec un sérieux candide sous le regard faussement somnolant d'Arkhay.


Dernière édition par Varro Vladovski le Sam 22 Sep - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 196
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 11/03/2017

MessageSujet: Re: Le hibou, la renarde...et un sale cabot [solo entraînements]   Lun 10 Sep - 17:10

Il était décidément trop vieux pour ces conneries ! Que les anciens scientifiques pokémon aient du retard sur les espèces que l'on trouve à l'autre bout du monde, il y a cinquante ans, d'accord. Que les îles tropicales à la noix de coco exportent des cristaux bizarres qui ont un effet synergique avec les Pokémons...d'accord.
Que ces mêmes cristaux ne s'activent qu'avec une danse ridicule, qu'il faut intégrer et réaliser avec une conviction sans faille...nnnnope ! Nope de nope de ralgamazut !

Et encore, il avait l'air d'avoir la danse la moins pourrie du lot ! Certaines étaient tout simplement inacceptables pour le vieil homme. Cela dit, même celle-ci était déjà bien gratinée, surtout que ce fichu plan au rabais était mal fichu, les postures mal indiquées, et quand il pensait avoir trouvé le truc, il se rendait compte qu'il l'avait lu à l'envers... Mais bon sang de bonsoir ! C'est dans quel sens ce truc !?
A la sixième tentative, le manuel apprit à voler et s'écrasa dans l'herbe à quelques mètres de là sous le regard perplexe de la Riolu.

Trouvant dommage que les choses s'arrêtent si vite, l'Arcanin finit par se lever se alla ramasser le livret pour le rapporter au pirate. Ce dernier soupira en le récupérant, gratifiant son vieux compagnon d'une caresse en passant, puis recommença à étudier les instructions en tenant le bouquin à bout de bras, l'âge altérant décidément sa vue.
Curieux, et soucieuse de son dresseur, Anaïs lui grimpa sur l'épaule pour examiner les postures avec lui. En tant que Pokémon, elle n'avait pas besoin de les faire elle-même mais...elle aimait la danse, et elle avait envie d'aider Varro qui se donnait du mal pour elle.
A deux, ils redoublèrent longuement d'efforts pour trouver le bon sens, les bons mouvements, puis essayèrent de se synchroniser. Un exercice cette fois plutôt aisé. Varro n'était pas un "dresseur" à proprement parler...mais c'était tout de même un vétéran, habitué au travail d'équipe et à la coopération technique. Après tout, autrefois il n'était pas rare qu'il dégaine une arme en sautant sur le dresseur adversaire alors qu'Arkhay ou Pharos plaquaient ses pokémons. Aussi, faire une petite chorégraphie relevait du jeu d'enfant.
D'autant plus que la Riolu était une renarde bien pratique. Adorable et patiente, elle pouvait aussi lire les émotions et "deviner" le tempo qu'allait suivre son dresseur, se calquant ainsi bien plus facilement sur son rythme.

Après quelques essais, Varro et elle s'estimèrent satisfaits. Ils avaient le geste, la synchro - exécuter les mouvements en même temps les aider à aligner leur...euh...énergie vitale - et bien que l'ancien Rocket était encore quelque peu récalcitrant, l'expérience semblait tout bonnement ravir la petite Riolu.
Alors il était temps de passer à la pratique réelle. Ils se contentèrent de trouver un simple rocher, plutôt que d'agresser un pokémon sauvage au hasard, et abandonnant toute gêne pendant quelques secondes, Varro et sa renarde se concentrèrent ensemble pour exécuter le rituel du cristal-Z, avec succès car bientôt une lueur irradia de la pierre que portait la Riolu, et ils sentirent tous deux une étrange...chaleur, une énergie les connecter.
Gonflée à bloc, la renarde bleue se lança à l'assaut du roc et le mitrailla de terribles coups de poings et de pieds, se changeant en véritable tornades de coups, changeant rapidement la pierre en gravats sous le regard approbateur et impressionné de Varro, qui allait mieux qu'il ne le craignait. Comme quoi, ce n'était pas si terrible ce "Cristal Z"...

Du moins, jusqu'à ce qu'il n'entende un son étrange, à mi chemin entre le couinement et le ricanement. L'ex-flic foudroya du regard son Arcanin, de plus en plus moqueur avec l'âge, qui se dressa sur ses pattes arrières avec un air très sérieux et fit mine de battre l'air de ses pattes avant.


"Sale clébard ! Tu vas voir cette fois !"

Lorsque la Riolu se retourna, impressionnée par ses propres performances face au malheureux rocher, Varro avait disparu. Elle le retrouva cependant rapidement, à quelques mètres de là, réalisant un magnifique plaquage sur le grand canidé tandis qu'Alicia s'éloignait prudemment, ventre à terre.
Les deux anciens roulèrent dans l'herbe, le dresseur tentant de s'accrocher à la crinière et à la gueule du chien-lion pour avoir un bon appui alors que celui-ci ruait et roulait, bien plus fort et massif pour l'en dégager, en cherchant à lui mordre les mollets.
Varro finit par se faire éjecter, et l'Arcanin essaya de le clouer au sol en posant les pattes dessus, mais l'ancien Rocket n'avait pas l'intention de se laisser faire. Il roula au sol, saisissant une motte de terre dans sa main pour la jeter aux yeux du canidé, le déconcentrant quelques brefs instants, juste ce qu'il lui fallait pour lui bondir sur le dos et s'agripper solidement à sa fourrure épaisse.


"Alors, on fait moins le malin hein ? Sale bête !"

Protestant vigoureusement, Arkhay s'ébroua violemment, faisant lâcher un "blblblblbl" peu élégant à Varro qui eut l'impression de passer sur le chemin le plus cabossé du monde sur le vélo aux suspensions les plus pourries de l'Histoire, mais cela ne suffit pas à lui faire lâcher prise.
Le chien-lion fit un volte-face brutal, plutôt efficace, mais pas assez pour décrocher son dresseur...qui bondit soudainement de lui-même de son dos pour se jeter à plat-ventre.


"Grenaaaade !"

Avant qu'Arkhay n'ait le temps de comprendre, s'étonnant de cette alerte dans ce paysage calme, alors que personne ne semblait s'affoler, un "Clac" douloureux sur son extrémité caudale lui fit comprendre.
La Draby. Pour une raison X ou Y - probablement l'irritabilité naturelle de Pharos - la dragonne avait servi de projectile...et la malchance avait fait que lui, le noble canidé, s'était retrouvé en cible.
Alors là, ça n'allait pas, mais alors pas du tout ! Y 'en avait assez de se faire mordre à tout bout de champ ! Ayant beaucoup moins peur de faire mal à la reptile qu'à son dresseur, l'Arcanin commença à tournoyer sur lui-même - comme les bêtes chiens bien indignes de lui ont tendance à le faire pour chasseur leur queue - en espérant que la force centrifuge décroche l'autre poinçonneuse automatique...
Mais l'animale était tenace ! Les mâchoires bien serrées, elle s'accrochait furieusement au bout de fourrure qu'elle avait mordu. Si bien qu'Arkhay accéléra, et d'un grand chien-lion il se changea bientôt en flou rouge et blanc, usant de son Extrême Vitesse en rond pour tenter de se débarrasser de la créature carnassière.


"D'abord Ebullition dans les sources chaudes, et maintenant Tour Rapide...t'as pas fini de faire des attaques que t'es pas censé connaître ?"

Le railla Varro, avant qu'une forme floue n'attire vaguement son regard. Un instant plus tard, l'Arcanin cessait de faire l'hélicoptère, la langue pendante, essoufflé et tenant encore moins bien sur ses pattes qu'après une cuite. En tout cas, il était débarrassé de la lézarde...et alors le dresseur compris, se retournant pour voir disparaître au loin la Draby-projectile.
Beaucoup trop d'élan. Lorsqu'elle avait lâché prise malgré elle, la vitesse de la rotation l'avait tout simplement catapulté au loin, vers la forêt où Ruben et la renarde - qui regardait jusqu'alors la scène avait beaucoup d'amusement - l'avaient trouvée.


"Et meeeerde...Bon, Arkhay, au boulot."

Toujours un peu hébété, le chien mis quelques secondes pour tenter de le fixer, puis se laissa tomber comme une pierre sur le flanc pour ronfler aussi sec.

"Ah non ! Non tu m'fais pas le coup du gros sac fatigué, c'est pas le moment !"

A la fois amusée de l'éternelle - et fraternelle - guerre entre Varro et Arkhay, et soucieuse du sort de la dragonne qui volait avant l'heure, la petite Riolu commença à se rapprocher avant de remarquer que le Raichu s'approchait furtivement du dresseur, tapi à raz dans l'herbe, on ne voyait pourtant que lui avec son jaune-orangé dans le vert de la prairie...mais il fallait bien être un Varro avec un angle mort important, et totalement concentré sur un gros chien roupillard pour ne pas le voir approcher.
Curieuse de voir la prochaine bêtise de son ami électrique, Anaïs ne dit rien. Et passant de la discrétion à la débauche d'énergie une fois de plus, Ruben bondit simplement sur son dresseur dès qu'il fut à côté pour lui dérober une Pokéball avant de s'enfuir en courant, brandissant son trophée au-dessus de sa tête en poussant des cris ravis.
Débordé par les événements, Varro tenta de sauter sur la souris électrique, mais le rata. Il remarqua alors que l'Arcanin regardait la scène.


"Je l'savais ! Tu dors pas, sagouin !"

Aussitôt, le canidé fit le mort, s'étalant de plus belle en ronflant exagérément fort alors que Ruben se dandinait en jouant avec sa prise, réalisant que plus il faisait l'andouille, plus la p'tite Anaïs semblait rire.
Alors il commença à jongler, à faire l'équilibriste sur la pokéball, à rouler avec elle sous le dresseur lorsqu'il se ruait sur eux pour les attraper. Il fallait se rendre à l'évidence, cette andouille survoltée était agile ! Varro savait qu'il lui faudrait de l'aide, mais Arkhay faisait semblant de dormir et Alicia refuserait de participer à la poursuite...


"Gaebora ! A moi !"

Son Hoot-Hoot, dont l'entraînement avait été interrompu par la disparition prématurée de la dragonne, lui répondit d'un "hou" avant de s'envoler jusqu'à lui. Lorsque le vétéran lui désigna le Raichu facétieux, il approuva d'un "hou-hou" avant de prendre un peu d'altitude pour fondre plus vite sur la souris qui glapit en s'échappant d'un bond de côté.
Cela dit, cette fois Varro faillit l'attraper ! S'il ne s'était pas tortillé comme une furie en lui mettant l'oreille dans l'oeil et la patte dans la bouche, le dresseur aurait sûrement réussi à le tenir.
Au lieu de quoi, Ruben s'esquiva de nouveau, fébrile, et lorsque Gaebora repassa à l'attaque, une idée brillant germa dans l'esprit fou de la souris. Il avait une pokéball dans les pattes, et un pokémon lui fonçait dessus. Ca avait marché avec la Draby, alors pourquoi pas avec le Hoot-Hoot ?


"Chu !"

Et hop ! Tir à bout portant presque, et en plein dans le mille ! La sphère bicolore heurte le hibou qui proteste, s'ouvre, émet son flash caractéristique et...aspire le Raichu à l'intérieur.
Gaebora reste suspendu dans les airs, perplexe, alors que l'ancien Rocket s'esclaffe soudainement, hilare.


"Aaaahhahahah ! Ah le con ! Il a piqué sa propre pokéball !"

Imaginant sans peine son ami jaune en pleine confusion, la Riolu se prend à rire alors que Varro finit par envoyer le Hoot-Hoot réveiller Arkhay en récupérant la balle bicolore où est enfermé à juste titre l'intenable souris.
Gaebora ne savait pas comment tirer le chien de son sommeil...alors il fit ce qui lui était naturel. Il se posa sur son épaule, et commença à penduler, comme une horloge, marquant chaque balancement d'un "hou" avec une remarquable régularité.
Le canidé entrouvrit un oeil et essaya de souffler sur le hibou pour qu'il cesse, mais ne perturba même pas son tempo. Il secoua alors l'épaule, sans succès. Le Hoot-hoot se contenta de battre des ailes pour tenir son équilibre en continuant à penduler.
Rapidement lassé de ce "hou, hou, hou" parfaitement mécanique, Arkhay se retourna subitement, obligeant l'oiseau à décoller sous peine d'être aplati...mais avait sous-estimé la ténacité du piaf, qui sauta le temps de changer de patte pendant que l'Arcanin roulait, et recommença son petit manège.

En moins d'une minute, et après cinq volte-face, Arkhay sembla capituler et s'assit, le hibou venant se percher sur sa tête pour continuer. Tout d'abord las, un éclair de génie traversa le canidé qui afficha un grand sourire qui n'inspira rien de bon à son dresseur...et bientôt, le chien-lion se mit à se balancer lui aussi, au même rythme que le Hoot-Hoot, ponctuant chaque balancement d'un "wouf".


"Nan mais tu te fous de moi ?"
"Hou."
"Wouf."
"Hou."
"Wouf."

Varro se passa la main le long du visage, profondément las, et pour ne rien arranger le Raichu décida de retourner prendre l'air. En découvrant les deux pokémons jouer au pendule, il ne comprit absolument rien à ce qui se passait mais trouvait l'idée amusante, alors il se posta à côté de la patte de l'Arcanin, et se mit à se balancer à son tour pour le plus grand malheur de leur dresseur.
Au bord du fou rire, Anaïs choisit de rajouter son grain de sel et rejoignit la troupe, à côté de l'autre patte du canidé, et pendula à son tour. Elle qui rêvait d'une famille aimante, où elle pourrait jouer, danser et se sentir en sécurité...elle ne pouvait que difficilement espérer trouver mieux que cette troupe de joyeux lurons, tous plus fous les uns que les autres.
Partagé entre l'envie de leur distribuer des baffes jusqu'à ce que k.o s'ensuive ou celle de rentrer à la maison pour vider le frigo de tout ce qui pouvait se boire, Varro finit par se laisser balancer à son tour, jusqu'à rejoindre le rythme de cette troupe de débiles.

Quant à Alicia, la Grahyena Shiney elle observait tout ça de loin avec un grimace profondément perplexe. Khârn la rejoignit, visiblement encore plus sceptique qu'elle.


"Kess'k'y'font ?"
"Je ne sais pas...je ne veux pas le savoir."

Bientôt, le Nidoking agrandit leur réunion des perplexes anonymes. Des trois, il paraissait de loin le plus consterné. Alicia pointa du museau la horde des pendouilleurs.

"Ne sont-ils pas un peu...comment dire..."
"Cons ? Si. Complètement. Tous."

Elle remarqua le regard furtif que lança le foreur au Tyrannocif, chacun posté d'un côté de la canidé. Pharos était remarquablement intelligent, ce qui n'était pas le cas du colosse de pierre...qui n'était peut-être pas si terrible que ça, se disait-elle, lorsqu'elle devait accepter que le lamentable spectacle se déroulant devant ses yeux était bel et bien réel.

"Allons chercher l'autre croco-pince, Alicia. je vais avoir besoin de ton flair."
"Mmh..."
"Tu préfères les rejoindre ?"
"D'accord, d'accord, je te suis..."

L'idée de rester en "tête à tête" avec Pharos ne lui plaisait pas. Il était grincheux, cassant, et elle le soupçonnait d'être volontairement désagréable, particulièrement avec elle. Cela dit, elle préférait encore ça à aller sonner quatre heures avec la troupe des pendules.

"Et moi ?"
"J'm'en fous. T'as qu'à jouer au con avec les autres, tu devrais pas avoir de mal."
"Tu m'traites d'abruti !?"
"Bordel, t'as réussi à comprendre quelque chose ! J'n'y croyais plus."

Immédiatement, le Tyrannocif lui sauta à la gorge et Pharos se roula en boule pour se laisser emporter par l'élan, les deux mastodontes dévalant la pente sous leur poids combiné en se distribuant patate sur mandale, tandis que la Grahyena s'éloignait prudemment, convaincue d'être tombée chez les fous.
Cela dit, ça avait au moins le mérite de faire s'arrêter les pendules. Varro commença à poursuivre les deux bourrins en les invectivant de tous les noms, accompagné par Arkhay redevenu tout à fait sérieux. Et sous les yeux hilares d'Anaïs, le Raichu chercha à prendre sa revanche sur le Hoot-Hoot, en essayant de bondir pour l'attraper en plein vol, mais l'oiseau n'avait qu'à battre des ailes pour laisser la souris s'étaler par terre, encore et encore.

Avec un profond soupir, Alicia partit à la recherche de la pauvre Draby, visiblement temporairement oubliée pour cause de stupidité de masse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 196
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 11/03/2017

MessageSujet: Re: Le hibou, la renarde...et un sale cabot [solo entraînements]   Mar 11 Sep - 16:31


Revenons un peu dans le temps.
Tandis que Varro s'échinait à comprendre un manuel décidément bien mal conçu et illustré à son goût, accompagné des moqueries plus ou moins discrètes d'Arkhay et du soutien fort mignon de la petite Riolu, Pharos lui prenait son rôle de tuteur très au sérieux.
Contrairement à ses "élèves" du jour. La Draby était visiblement un peu névrosé, obnubilée par le besoin compulsif de mordre quelque chose, si bien que le Nidoking dut lui faire lâcher prise trois fois avant la fin de ses explications qui n'étaient pourtant pas si longues.
Quant à Gaebora le Hoot-Hoot...le Foreur ignorait s'il était attentif, ou si son cerveau était déjà parti. L'oiseau se balançait sur son pied, comme un métronome.

Rapidement blasé, Pharos trouva une solution plus simple pour entrer dans le feu de l'action et jeta la dragonne contre le Hoot-Hoot, qui s'envola pour esquiver les mâchoires aériennes de la reptile.
Les termes étaient clairs : La Draby pouvait mordre Gaebora, et ce dernier devait faire de son mieux pour ne pas finir en steak tartare.

Bien évidemment, aussitôt sur ses pieds, la carnivore se précipita sur ses petites pattes pour tenter son attaque préférée, tous crocs dehors. Motivée par son étrange obsession, elle prit de court le volatile, enfonçant ses petites dents dans ses plumes et le lestant de son petit mais lourd gabarit alors qu'il battait des ailes avec panique.
Elle le mâchouilla frénétiquement, s'agrippant par tous les moyens possibles alors qu'il perdait de l'altitude jusqu'à le plaquer au sol, ouvrant grand les mâchoires avec une exultation évidente jusqu'à ce que le hibou ne lui flanque une pluie de coups de becs, répondant coup sur coup avec Picpic pour chaque Morsure qu'elle lui infligeait, picorant furieusement cette folle qui voulait le bouffer.
Un coup bien placé la fit reculer un bref instant, durant lequel Gaebora parvint à se dégager, battant des ailes à toute allure pour s'éloigner, mais la dragonne n'appréciait pas de voir son jouet à mâchouiller lui échapper et lui courut après, furieuse. Les Hoot-Hoot n'étant pas les pokémons les plus rapides ou agiles, décoller en urgence, avec une carnivore en furie sur les talons, n'était pas vraiment dans ses cordes...cependant il avait un autre atout dans sa manche.
L'oiseau fit subitement volte-face, déployant largement ses ailes pour se grandir d'un air menaçant et planta son regard rouge surmonté de ses sourcils en flèche dans celui de la Draby, qui surprise par ce changement brutal d'attitude, stoppa net sa course.


"Hooouuu...Hoot-hoot-hoooooooot !"

Lentement, il recommença son mouvement de balancier, les ailes ouvertes, penchant petit à petit la tête d'un côté, puis de l'autre, ses yeux ferment braqués sur ceux de la lézarde qui commença à l'imiter d'un air hagard, penchant la tête en même temps que lui sur la droite, puis sur la gauche, avant de commencer à perdre le rythme en se mettant à somnoler, dodelinant de la tête et se mettant à tituber sur ses pattes griffues.
Un peu plus loin, ses robustes bras croisés, Pharos approuvait cette utilisation de l'hypnose. Risquée certes, car si la dragonne ne s'était pas laissée prendre au jeu elle l'aurait percutée de plein fouet...mais l'audace était une qualité qu'il appréciait.


"Bien, gaeb'. Maintenant frappe-là, fort, pendant qu'elle ne peut pas riposter."

Et ne se faisant pas prier, le Hoot-Hoot battit des ailes pour gagner, se propulsant sur ses pattes fines pour flanquer un violent psykoud'boul, ajoutant sa force mentale à son petit gabarit pour un maximum de dégâts.
L'impact renversa la Draby sur le dos, mais la tira de sa torpeur. Le hibou tenta de profiter de cette avantage temporaire en se perchant sur la reptile pour la picorer vigoureusement, lui martelant son crâne d'acier, le museau et le ventre de coups de bec insistants...
Mais la bougresse était diablement robuste ! Et en se débattant, elle eut tôt fait de repousser son adversaire se remettre sur pattes pour partir à la poursuite de l'oiseau en fulminant.
Gaebora essaya de s'envoler, conscient que le sol ne serait pas son ami aujourd'hui, mais elle lui sauta dessus pour l'empêcher de décoller, le lardant de coups de griffes et de crocs dans une frénésie complète qui tourna rapidement au désavantage de l'oiseau, qui s'il était courageux en cherchant à rendre les coups, à essayer de vaincre plutôt que de fuir, jouait malheureusement le jeu de la dragonne.

Chaque fois qu'elle le frappait, il lui retournait tant bien que mal un coup de bec ou de serre, plus ou moins heureux, mais le hibou se rendit vite compte que plus la reptile subissait de dommages, plus elle frappait fort...et ne semblait pas prête de tomber pour autant. Dur dur de vaincre une Draby du même niveau sans posséder l'avantage du type !

Le corps à corps tournait mal pour l'oiseau, qui n'avait ni la force ni la résistance pour maintenir une lutte prolongée avec une dragonne, même à son stade le plus précoce. Il limita la casse, en battant des ailes et des serres pour perturber la reptile, le regard aiguisé du hibou lui conférant une clairvoyance qui lui permettait d'anticiper tant bien que mal les assauts frénétiques et sans grande coordination de la dragonne, mais quand bien même il percevait les coups...Gaebora ne pouvait malheureusement guère les éviter ou s'en défendre.
Il continua à ruer et à piquer du bec, mais même l'énergie du désespoir ne suffisait pas à percer la carapace d'écaille de la Draby ou à mettre fin à sa fureur sauvage.
Mais à force de se tortiller dans un nuage de poussière et de plumes volant en tous les sens, l'oiseau de johto réussit à suffisamment repousser d'un coup de patte chanceux la dragonne pour se relever, retrouvant une position plus adaptée à sa nature et s'élança de nouveau en rassemblant ses dernières forces pour lui flanquer un autre grand Psykoud'boul qui fit vaciller la Draby. Elle était tenace, mais ne savait pas se défendre, et si le Hoot-Hoot n'était pas très puissant, elle commençait malgré tout à accuser le coup, surtout face à une puissante attaque Psy contre laquelle elle n'avait aucune résistance...
Mais cela ne suffit pas à la faire tombercette fois et la dragonne lui retourna au contraire un terrible coup d'boule purement physique à son tour qui sonna sans autre forme de procès le pauvre hibou, qui n'était pas taillé pour des affrontements d'une telle violence et n'avait plus la force d'encaisser un assaut aussi direct.


"Gaeb' out ! Victoire de....Draby. Bon travail tous les deux."

Ils n'avaient presque rien écouté, se battant comme des chiffonniers...mais le Hoot-Hoot s'efforçait au moins de garder une oreille attentive, ce qui était la qualité d'un bon pokémon. Quant à la lézarde...elle était folle furieuse, intenable et peut-être encore plus sauvage que Khârn, à sa façon, mais elle était tenace et puissante. Lorsqu'elle aura grandi et pris de l'expérience, elle pourrait bien devenir une redoutable combattante, et...
Croq'.
Et la sale petite peste. Surexcitée d'avoir gagné, elle avait décidé de passer au plat de résistance et avait bondit sur le Nidoking, convaincue que sa victoire lui permettrait désormais de croquer le robuste Foreur.
Erreur, petite, erreur.

Las de cette manie décidément pénible, comme s'ils avaient besoin d'une névrosée de plus, Pharos lui flanqua une pichenette sur le museau. Sauf que cette saleté était de plus en plus coriace, et qu'au lieu de lâcher prise pour protester, elle resserra au contraire les mâchoires.
Il fallait donc employer les grands moyens...mais là aussi, la dragonne avait tiré des leçons. Elle se débattait désormais, repoussait les pattes peu pratiques pour les exercices délicats du Nidoking et changeait de cible dès lorsqu'elle sentait que sa prise glissait.
S'énervant rapidement, Pharos finit par lui flanquer une grande mandale qui lui fit voir trente-six chandelles et la saisit par la queue pour la jeter au loin, ayant pris l'habitude de s'en débarrasser ainsi en visant habituellement le Tyrannocif pour occuper les deux pénibles d'un coup.

Sauf que d'habitude, il vise, justement, il ne jette pas la pince vivante au hasard, et le vétéran violet se sentit très con lorsqu'il regarda Varro se jeter à terre alors que le pauvre Arkhay se faisait mordre la queue, se transformant bientôt en toupie.
La suite, vous la connaissez désormais.


Et maintenant, découvrons la fin de ces aventures.
Roulant jusqu'au bas de la pente en luttant comme des fous, Pharos et Khârn se castagnèrent pendant près d'un quart d'heure malgré les interventions de l'Arcanin, qui finit par aller récupérer Varro qui peinait à suivre leurs déplacements un peu trop pressés par la gravité, et qui les rappela dans leurs pokéballs respectives pour les forcer à abandonner leur joute.
Gaebora le Hoot-Hoot finit par se lasser d'esquiver le Raichu, alors qu'il était déjà fort fatigué, et finit par l'hypnotiser avec intensité. La souris n'opposa guère de résistance et tomba comme une pierre, déclenchant le fou-rire de la petite Riolu.
Quant à Alicia, elle fouilla la forêt pendant près d'une heure avant de retrouver la trace de la Draby, suspendue à trois mètres du sol, les crocs plantés dans une branche et s'étant vraisemblablement endormie ainsi. Après moult efforts, elle parvint à la faire descendre et à la trainer jusqu'à la lisière de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le hibou, la renarde...et un sale cabot [solo entraînements]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hibou, la renarde...et un sale cabot [solo entraînements]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki]
» La Fleur de l'Ouest [Solo - Entraînement]
» La Suisse 'coffre-fort' pour argent sale, un cliché dépassé
» Envoyons un hibou [Libre]
» Chouettes et Hibou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Ouest - ROZA :: Plaines et chemins :: Promenades et collines-