Partagez | 
 

 Le hurlement du coeur noble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 196
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 11/03/2017

MessageSujet: Le hurlement du coeur noble   Ven 8 Déc - 18:52

Le vétéran se hissa à la force des bras par dessus un rocher en ahanant, le visage pourpre sous l'effort. Il fallait vraiment qu'il se fasse à l'idée qu'il n'avait plus vingt ans. Toujours puissant, Varro avait cependant grandement perdu en endurance, et l'altitude et le dénivelé de l'aidaient en rien.
Il rampa à moitié une fois au sommet de l'escarpement qu'il venait d'escalader, à bout de souffle, et y trouva son plus cher compagnon assis, la tête penchée, en train de le regarder avec son espèce de demi-sourire comme s'il se moquait de lui. Pour la peine, l'ancien Rocket tendit le bras et s'agrippa à sa fourrure. N'appréciant pas de se faire tirer les poils, l'Arcanin recula en protestant et termina de hisser son dresseur sur la roche.
Mais en le voyant s'étaler sur le dos à peine à reprendre sa respiration, le majestueux canidé, peu rancunier, s'approcha pour lui lécher largement le visage, réveillant immédiatement les réactions du vétéran.


"Bordel Arkhay ! Commence pas."

Mais il avait beau râler, il lui était reconnaissant de son éternelle vigilance. Jour comme nuit, à tout instant, en tout lieu, son vieux chien était toujours là à veiller sur lui. Si bien que Varro profita de n'apercevoir aucun des deux autres larrons du jour pour caresser la tête de son ami et se relever en boitillant un peu.
Toujours agile malgré les années, Arkhay sauta de roche en roche, ne s'arrêtant de temps à autre que le temps de regarder les alentours avant de continuer sa route, signalant le chemin le plus pratique pour son dresseur sans même que celui-ci n'aie à le lui demander. Même après si longtemps, l'ex-flic restait émerveillé de l'intelligence du grand chien.
Un roulement sourd, accompagné d'un fracas sourd et bientôt suivi par de puissantes vibrations laissèrent entendre la position de la dernière recrue, Khârn, le Tyrannocif. C'était pour lui, quelque part, qu'il était revenu sur cette montagne. Le géant vert y avait certainement passé la plus grande partie de sa vie, et retrouver des lieux familiers l'aideraient sûrement à mieux vivre sa "captivité", à savoir qu'il était respecté par son dresseur.


"Ho, Khârn ! Par-ici ! Et ne fais pas s'écrouler la montagne pendant qu'on est dessus steuplé."

Un amont de pierres se souleva en réponse à son appel, et la tête familière du colosse émergea des roches, lâchant un râlement sourd en guise de réponse avant de s'agiter pour s'extraire complètement du passage qu'il se creusait à chaque pas, provoquant un petit éboulement supplémentaire. Cette sortie semblait lui plaire, et Varro se félicitait d'avoir eu cette idée.

"Arrr'k', rkk !"
"Arkhay ? Il est là-bas, regarde."

Ne s'encombrant définitivement d'aucune finesse, le géant écrasa sur son chemin tout ce qui le ralentissait jusqu'à rattraper l'Arcanin qui l'attendait en remuant la queue. Khârn était encore récent dans l'équipe, si bien que le vétéran continuait à le découvrir petit à petit au quotidien. Rapidement, il avait découvert qu'il respectait particulièrement le courage et la dignité. Arkhay en étant une incarnation vivante, il avait toute l'admiration du géant au derme de pierre, et le canidé paraissait en être parfaitement conscient et semblait essayer d'adoucir le tempérament de feu du pokémon Roche pour faciliter la cohabitation.
Mais récemment, Varro avait découvert que le Tyrannocif savait parler. Enfin, quand il était à l'abri des autres plus exactement, il essayait d'articuler. Il arrivait à étonnamment bien prononcer les K et les R, ce que le vétéran trouvait amusant, puisqu'il arrivait ainsi à quasiment prononcer le nom qu'il lui avait donné, ainsi que celui de l'Arcanin.
Il regarda avec un sourire amusé, en bondissant par-dessus des roches basses, le majestueux chien asticoter le carnivore avec de petites flammèches pour l'inciter à entrer dans un jeu. Relevant le défi, le géant essaya de l'attraper. En voyant les dégâts que provoquait le Tyrannocif à chaque fois qu'il échouait et faisait s'écrouler le décor, Varro se félicita d'avoir anticipé le potentiel destructeur du colosse et de l'avoir emmené en montagne plutôt qu'en ville. Puis il réalisa, à la troisième esquive du canidé, qu'il manquait quelqu'un.


"Ho les gars, z'auriez pas vu la p'tite bleue ?"

Arkhay se tourna vers lui, et bondit par-dessus Khârn quand celui-ci bondit pour essayer de le saisir mais s'étala juste à plat ventre, alors que le chien se posait sur son dos et aboyait en réponse. Varro se gratta le début de barbe qui poussait autour de sa mâchoire épaisse, "wouf ouah ouah" n'étant pas une réponse très clair pour lui.

"Tu peux la retrouver Arkhay ? Ca fait un moment que je l'ai perdu de vue, ça va finir par m'inquiéter, on est pas dans la zone la plus pépére du monde, s'tu vois c'que j'veux dire."

Il glissa un regard en coin à Khârn, qui ne sembla pas comprendre l'allusion contrairement au canidé qui aboya encore avant de bondir, la truffe tantôt au sol, tantôt en l'air, et disparut rapidement entre les pierres. Confiant en son infaillible flair, Varro ne lui donna pas plus de dix minutes avant de le voir revenir avec la renarde azurée. En attendant, il fit signe au Tyrannocif de vaquer à ses occupations. C'était le but de la sortie après tout. Il dut s'y reprendre à trois fois, le géant n'étant pas familier du langage en signe que Varro utilisait presque naturellement avec Arkhay et Pharos, ses vétérans de longue date, mais il finit par comprendre et s'en alla, écrasant tout en finesse les roches sur son chemin.

"Aussi subtil qu'un bulldozer en rut, hein. Je l'aurais eu à l'époque..."

Il songea aux massacres qui auraient pu avoir lieu alors...et grinça des dents. Arkhay seul avait déjà été un redoutable fléau, tout comme Pharos, qui en dépit de ses capacités inférieures, n'avait pas manqué de laisser de douloureux souvenirs sur son passage, comme bien d'autres. Aussi il préféra ne pas penser aux ravages qu'aurait causé Khârn dans la Team Rocket...en fait, il se demanda même s'il ne devrait pas surveiller que de tels pokémons ne se retrouvent pas entre de mauvaises mains.
Il tapa dans une petite caillasse et l'envoya voler avant de porter la main à son fidèle couteau, l'ayant fait réparer depuis l'affrontement avec le titan de pierre et l'avait ébréché en l'agressant avec en vain. Son contact familier, ferme, le tranquillisa. Ce n'était pas son rôle, ni sa passion, ni de son âge de courir partout à la recherche de mastodontes pour s'assurer que personne ne les attraperait.
Le vétéran galéra, encore essoufflé de son escalade en hauteur, lorsqu'il dut gravir un tas de débris laissé par Khârn, alors qu'il repensait à la difficulté qu'il avait eu pour attraper le géant au derme de pierre. Il avait été l'un des meilleurs membres de la Team Rocket, et pourtant son équipe avait été décimée par Khârn, seul. Les petits criminels n'avaient aucune chance d'attraper de tels monstres.

Environ huit minutes plus tard, s'arrêtant sur un rocher plat pour reprendre son souffle en maudissant son âge, et tourna la tête en entendant un aboiement familier. Une forme rouge et beige surgit des sentiers dans un bond élégant, suivi peu après par une petite silhouette bleue qui semblait peiner. Varro leur adressa un signe et attendit que ses amis le rejoignent en quelques sauts. Il flatta l'encolure du canidé et la tête de la renarde encore plus à bout de souffle que lui. Connaissant la puissance du grand chien, le vétéran ne doutait pas que la pauvre Riolu s'était épuisée à essayer de suivre son rythme effrayant. Une fois évoluée peut-être, serait-elle plus à même de rivaliser sur de courtes durées...

Un hurlement terrifiant fit trembler la montagne, leur glaçant le sang tant il leur était familier. Par réflexe, Arkhay se plaça d'un bond devant Varro et Anaïs, les oreilles tendues vers l'origine du son et tendu dans une posture défensive. La petite renarde leva des yeux confus vers lui, encore trop jeune et inexpérimentée pour savoir comment réagir.


" 'arn !"
"Je sais...Arkhay, on y va !"

Attrapant d'un seul geste la Riolu avant de sauter sur le dos de l'Arcanin, Varro se demanda dans quel chantier ils allaient arriver. Vu sa puissance et sa robustesse, le vétéran ne craignait pas le moins du monde pour le colosse vert...en revanche, il imaginait sans peine les vieilles habitudes ultra-territoriales de sa race brutale ressortir à la rencontre d'un étranger, quel qu'il soit, et l'ancien flic redoutait qu'il soit tombé face à un dresseur, ou même à un simple montagnard, qui n'aurait alors aucune chance d'échapper à la fureur du géant de pierre.
Une petite falaise s'écroula, signe de la violence que déchaînait sans raison et il commença à craindre d'arriver trop tard malgré la vélocité d'Arkhay, à qui il s'accrochait à la crinière pour ne pas être éjecté d'un bond à l'autre.

Il glissa à moitié de sa monture quand le canidé atterrit à proximité du combat, les protagonistes hors de vue, et profita du mouvement pour sauter à terre et laisser l'Arcanin apte à intervenir sans bride.
Un bruit de roulis résonna depuis le tas de roches qui venait de s'effondrer, et le Tyrannocif en émergea dans un cri de rage, projetant des blocs de parfois plusieurs centaines de kilos comme s'il s'agissait de cartons vides. Varro serra la Riolu terrifiée contre lui et essaya de bondir sur le côté en voyant trop tard un rocher plus lourd que lui foncer comme un obus dans sa direction. Vif comme l'éclair, Arkhay l'attrapa par le col et le tira hors de la trajectoire de justesse, le roc se fracassant contre le flanc de la montagne, un éclat aussi lourd qu'Anaïs rebondissant à moins d'une longueur de main de lui.


"Khârn ! Ca suffit ! Stop !"

Mais le géant ne l'écoutait pas. Il tournait et retournait sur lui-même, balayant les rochers comme des fétus de paille à la recherche de quelque chose. Le coeur du vieux flic se serra en imaginant un pauvre homme, venu profiter de la montagne, se faire enterrer sous une telle avalanche.
Le raidissement d'Arkhay à ses côtés, les oreilles tendues, lui révéla ce que traquait le Tyrannocif. Une forme quadrupède se tortilla pour émerger du bord de la falaise qui avait survécu à l'effondrement et s'extraire péniblement de plusieurs rocs entassés qui formaient une prison minérale dangereuse, la colère du géant vert menaçant à tout moment d'écraser la pauvre créature sous des tonnes de roche.
Varro identifia la proie du mastodonte comme étant un Grahyena, et commençait à se demander ce qu'un pokémon des plaines et des hautes herbes faisait en pleine montagne alors même que Khârn apercevait sa cible, traversant une montagne de gravats comme elle n'existait pas, prêt à faire subir le pire à ce pokémon encore à moitié coincé sous les pierres.
Il voulut mettre une tape sur l'encolure d'Arkhay et lui dire d'intervenir, mais sa main ne rencontra que le vide. Le canidé avait déjà disparu en un battement de coeur, bondissant en zigzag pour se placer, et frappa à une Vitesse Extrême le colosse furieux, l'impact le déviant suffisamment pour l'envoyer s'affaler contre la paroi. L'Arcanin secoua la tête, bien n'ayant pas subi de dégâts possiblement handicapant suite à son assaut, la peau du Tyrannocif était si dure que la frapper avec son crâne n'était pas une bonne idée, mais ça ne suffit pour pas pour le ralentir, et pendant que Khârn reprenait son équilibre, sa queue fracassant des rocs à chaque fois qu'elle frappait le sol, le canidé aida le Grahyena à s'extraire de sa cage en poussant de toutes ses forces contre les roches pour réduire la pression. En voyant le pauvre pokémon ténèbre gratter désespérément le sol avec ses griffes pour émerger, il imaginait sans peine sa terreur. Même Arkhay et Pharos, connus pour leur courage, voire leur témérité, n'en avait pas mené large face au colosse de pierre, alors un pokémon sauvage...

Paniqué, le canidé-ténèbre essaya de s'échapper loin du monstre vert, et Varro remarqua qu'il boitait sévèrement d'une patte avant. Il commença lui-même à s'élancer, espérant rejoindre Arkhay pour donner plus de poids à leurs voix pour faire entendre raison au  monstre violent. Mais il se jeta plutôt à terre, pour éviter de basculer dans le vide ou contre un mauvais roc, lorsque Khârn frappa si fort la falaise sur laquelle il courait qu'elle s'en ébranla de bout en bout, faisant s'effondrer son extrémité pour couper la route au Grahyena blessé, qui n'avait aucune chance de bondir par dessus un tel amas instable et se recroquevilla en couinant.
Un torrent de flamme jaillit de la gueule d'Arkhay et engloutit le Tyrannocif, provoquant une explosion si puissante que sa lumière éblouit Varro, alors même son son oeil valide n'était pas le plus exposé, et qu'il en sentit la chaleur sous son manteau de cuir. En relevant la tête, il découvrit l'Arcanin qui se tenait aussi fièrement qu'autrefois, à l'époque du meilleur et du pire, face au plus terrible adversaire qu'ils n'aient jamais affronté.
Cette fois, le vétéran maudit l'âge qui avait affaibli son vieil ami...dans sa jeunesse, avec sa puissance actuelle, il aurait pu affronter en Close-Combat le Tyrannocif et l'aurait mis en pièces en un rien de temps quitte à écoper de vilaines blessures dont il se serait enorgueilli avec le temps...mais aujourd'hui, Arkhay n'avait plus les armes pour affronter seul ce colosse furieux.

En le voyant bondir de côté pour s'écarter du Grahyena et éviter qu'il ne soit atteint de plein fouet si Khârn lui jetait une pierre, Varro lâcha la Riolu et lui fit signe de se mettre à l'abri avant de tirer son propre poignard, essayant de hurler pour se faire entendre, mais rien à faire. Les deux géants étaient dans leur propre monde. Khârn rugit, si fort que le vétéran se couvrit les oreilles, assourdi, en piétinant sur place avec tant de violence que le sol vibrait et provoquait de mini-éboulis à au moins cent mètres à la ronde.
En réponse, Arkhay lui cracha une nouvelle boule de feu fantastique. Pris de court dans sa démonstration de colère, le Tyrannocif la pris de plein fouet, mais ne trébucha même pas, répliquant au contraire en arrachant un bloc d'une bonne tonne du sol avant de le lancer vers son ami pelucheux. Varro s'étrangla en voyant le canidé disparaître derrière le monstrueux roc, mais quand le mastodonte bascula subitement en arrière et s'écroula dans un fracas assourdissant, il le vit en pleine forme, toujours aussi vif.

Se retournant dans un râle furieux, peinant à trouver son équilibre au milieu de cet amas de gravats qui glissait sous son poids, Khârn rampa à moitié dans l'éboulement et le fendit en deux en surface d'un uppercut terrible, déchirant rocs et débris comme s'il s'agissait de la surface de l'eau, et rata d'un cheveux la mâchoire de l'Arcanin, lui aussi en déséquilibre et lourd.
Mais Arkhay était infiniment plus agile que la montagne vivante, et lui bondit à la gorge aussitôt après l'esquive pour le renverser, mais échoua. Trop puissant, même pour lui, le Tyrannocif demeura sur pieds, s'agitant pour essayer de repousser le canidé et lui décocha un crochet court qui lui fit lâcher prise, mais s'il aurait fait volé en éclats un roche qui bloquerait un tunnel, le légendaire chien ne brocha qu'une seconde et chargea une seconde fois en pleine poitrine du géant qui bascula cette fois en arrière, sans trop de dommages.
Arkhay poursuivit l'effort et saisit à nouveau la gueule du Tyrannocif entre ses crocs pour essayer de le maintenir à terre, mais en vain. Le colosse était indomptable, invulnérable et il attrapa bientôt le canidé pour le balancer dans les airs comme s'il ne pesait rien. Varro le regarda voler comme un pantin désarticulé un instant, craignant le pire à l'atterrissage, mais bientôt fut soulagé en le voyant se retourner comme un chat en vol et tendre les quatre pattes vers le sol, retombant à terre sans dommage et repartir sur l'instant pour retourner au contact.

Le vétéran décida de participer à son tour, reprenant l'ancienne stratégie qui avait plutôt bien marché, et jeta une pierre grosse comme son poing sur le Tyrannocif. Elle ricocha sans le moindre dommage sur sa carapace indestructible, mais lui fit tourner la tête, si bien qu'il reçut la seconde en plein sur le front. Une seconde, Varro se demanda s'il s'en serait rendu compte sans le "pok" sonore que produisaient les pierres sur sa peau. Il était trop loin pour lire dans ses yeux, et ne le connaissant pas encore assez pour décrypter ses pensées d'un regard, mais il eut le sentiment que le géant n'était pas aussi enragé qu'il l'avait été lors de leur rencontre...visiblement, la capture avait adouci son tempérament. Un petit peu. Peut-être que s'il retenait Arkhay quelques instants et parvenait à se faire entendre, il pourrait calmer le jeu.

Mais le Grahyena bougea, essayant de s'échapper, grattant désespérément contre la montagne éboulé. Avec une patte invalide, il était condamné ici mais préférait ça à s'approcher du Tyrannocif qui se retourna à ce bruit, sa colère remontant d'un cran. L'Arcanin profita de son élan pour bondir par-dessus le géant vert et gronda d'un air menaçant. Khârn frappa le sol de la patte et de la queue en réponse, émettant un ronflement sourd et s'avança. Tirant sur ses réserves, fatiguant, Arkhay le noya dans un geyser si brûlant que les roches les plus proches fondirent en surface, mais qui n'arrêta pas le colosse indomptable qui lui décocha un coup si puissant que le canidé vola jusqu'au flanc de la falaise.
Comprenant qu'il ne pouvait pas intervenir si loin, Varro commença à désescalader le flanc rocheux où il se trouvait pendant que le Tyrannocif semblait chercher son souffle après son attaque brutale, l'Arcanin se remettant péniblement sur ses pattes, ayant mal digéré le coup Surpuissant.

Il sut que Khârn était encore à peu près lucide lorsque le géant préféra se tourne vers le Grahyena qui se recroquevilla en montrant les crocs, plutôt que vers l'Arcanin qui le défiait ouvertement. Mais le vétéran était d'accord avec son vieux chien, il fallait l'empêcher d'assassiner gratuitement une pauvre créature et essaya de l'appeler, maintenant qu'il était plus près. Le colosse parut "tendre l'oreille" à son cri, mais l'ignora et continua à avancer d'un pas trainant. Tenace, Arkhay retourna à l'attaque, bondissant tous crocs dehors pour le mordre, mais fut attrapé en plein vol par le géant qui fit soudainement volte-face et le jeta à nouveau contre la falaise sans effort apparent, ni réel dommage.
Une forme bleue se jeta dedans le géant vert, déterminée à l'empêcher de continuer. N'étant guère surpris de voir Anaïs recommencer son éclat de courage, il frappa violemment le sol de sa queue, provoquant un tel vacarme que la Riolu se recroquevilla, consciente qu'elle n'aurait pas la force d'encaisser un coup direct contrairement à Arkhay, mais resta campée devant lui.
La respectant, Khârn essaya de s'écarter, mais la petite renarde continuait à sauter d'un côté ou de l'autre pour l'empêcher de passer. Si bien que sa patience limitée fut vite à bout et il lui hurla dessus. En réponse, elle lui décocha un coup de pied en pleine figure qui le fit grogner. Malgré l'intérêt stratégique du coup, l'écart de puissance était tel que la Riolu ne le blessait guère plus que les pierres de Varro, mais le message était clair.

Si bien que Khârn l'attrapa, se disant que la meilleure solution était de l'éjecter comme Arkhay, mais la minuscule renarde lui glissa rapidement entre les doigts et lui décocha un second kick en pleine poitrine qui ne le fit même pas tousser. Agacé, il lança les deux bras en avant et se fit tromper par les virevoltes habiles de la Riolu qui le frappa au tibia, avant de s'éloigner en sautillant et couinant, s'étant à nouveau blessée face à la dureté sans limite du colosse.

Cette fois, il réussit à la saisir par la patte valide et la leva la tête en bas à hauteur de visage pour lui lancer un regard las. Se sentant à la fois mal à l'aise et ridicule, la renarde ne se découragea pas et leva ses petites pattes en garde, comme le lui avait appris Pharos, et décocha un "un-deux" standard sur le nez du géant qui ne sut pas trop s'il devait rire ou soupirer. Si bien qu'il éluda la question, trop complexe pour son petit cerveau, et lui colla une pichenette sur le museau et la jeta au dresseur qui approchait à grands pas. Varro dut sauter pour intercepter la Riolu au museau rougit par le petit coup, plus vexée que blessée, mais s'étala au milieu des rochers.
Un torrent ardent fit disparaître le géant vert, noircissant sa carapace cette fois, signe que même son derme insensible avait sa limite, mais Arkhay tirait la langue après ce dernier coup, commençant à s'épuiser. Il fit un bond pour se tenir à quelques pas à peine du colosse devenu noir, furieux, et grondait. Khârn tenta de l'assommer d'un direct violent, son poing glissa dans la fourrure du canidé quand il se déporta de justesse, et se jeta de tout son poids contre le monstre, n'ayant plus la force d'utiliser toute sa vitesse, et ne causa aucun dommage et fit juste tituber d'un pas en arrière le Tyrannocif, qui pivota et faucha ses pattes d'un coup de queue.

Varro essaya de se relever, serrant encore la Riolu contre lui, se demandant comment arrêter ce combat qui durait depuis trop longtemps. Il se refusait de les rappeler dans leurs pokéballs, craignant que leur combat d'honneur ne se transforme en rancune, voire pire, s'il ne les laissait pas le régler, et la renarde troubla sa réflexion en s'agitant. Il s'efforça de la retenir, préférant éviter de la laisser retourner au casse-pipe, mais la petite était combattive, et se tortilla si bien qu'à force de gigoter et lui coller ses pattes dans la figure et le ventre, finit par lui faire desserrer son étreinte et bondit à nouveau dans la mêlée, s'envolant presque littéralement d'un saut impressionnant pour atterrir, maladroitement cette fois, sur la tête du Tyrannocif, sous le regard stupéfait d'Arcanin qui peinait à se relever.
Déboussolé, pris de court par cette agression insolite, Khârn commença à tituber et essayer de repousser la renarde qui s'agrippait à ce qu'elle pouvait pour rester sur sa tête. Ses pattes n'étant pas bien agiles, l'opération était assez complexe. Trouvant là l'opportunité de frapper une dernière fois, Arkhay se propulsa de toutes ses forces dans le poitrail du Tyrannocif, le renversant sur le dos alors que la Riolu glissait dans un jappement paniqué, et sauta sur son ventre avec le peu d'énergie qui lui restait d'énergie dans l'espoir de le retenir au sol. Trouvant l'idée pas mal, Anaïs l'imita, bondissant à nouveau sur le Tyrannocif qui essayait de les repousser maladroitement, affaibli par ses brûlures, et ne voulant pas les exécuter malgré qu'il soit encore apte au combat. Bientôt, Varro se précipita à son tour, alors qu'Arkhay commençait à glisser, sauta sans aucune classe sur Khârn qui se demanda ce que signifiait tout ce merdier.

A eux trois, ils parvinrent à calmer petit à petit le Tyrannocif, qui était trop fatigué malgré tout et trop malhabile pour gérer ces trois "adversaires", puisqu'il y en avait toujours un pour lui sauter dessus lorsqu'il en repoussait un autre, jusqu'à ce que tous finissent par être à bout.
Khârn finit par se laisser tomber sur l'arrière-train, abandonnant la lutte, Varro étant déjà depuis un moment sur le dos à bout de souffle. Voyant enfin le géant rendre les armes, Arkhay se laissa tomber à son tour, la langue pendante et le souffle lourd. Seule Anaïs trouva encore la force dans sa jeunesse d'une dernière action, et escalada une fois de plus le Tyrannocif pour se poster sur sa tête, se tenant à ses épines craniennes, et brandir fièrement sa petite patte en l'air pour clamer la victoire. Le vétéran éclata d'un rire nerveux, et même Khârn se laissa prendre au jeu et s'étala de tout son long, faisant rouler la petite renarde par terre, qui revint de plus belle plastronner sur son ventre.

Arkhay fut le premier à se rappeler la raison de cette terrible bagarre, tendant les oreilles en direction du Grahyena qui avait profité de la mêlée qui le mettait hors de portée du géant vert, pour escalader avec une peine infinie l'éboulis et s'échapper. A bout de force, il se leva malgré tout sur ses pattes et commença à le suivre, ignorant étonnamment les appels de son dresseur, et vacillant sur ses membres épuisés, bondit à son tour par-dessus les gravats.

Il sortit une potion et en aspergea de son modeste contenu le colosse au derme de pierre, qui émit à peine un grondement de maigre soulagement. Ce n'était probablement qu'un pansement sur une jambe cassée, mais c'était déjà ça.
Avec quelques encouragements, il aida le Tyrannocif à se relever, au moins en pensée que le géant le tira à lui lorsqu'il lui tendit la main, oubliant sa monstrueuse masse, et se choppa une belle migraine en se ramassant tête la première contre le plastron de pierre. Ce petit incident passé, l'indomptable colosse prit la tête de leur petit groupe de recherche improvisé et commença à libérer la route.
Se massant le crâne, Varro réalisa plusieurs chose. La montagne, c'était de la merde. Deux fois qu'il y foutait les pieds, deux fois que ça partait en bananes. Mais au moins, Khârn était moins...sauvage qu'il ne l'avait craint. A défaut d'être docile, il savait différencier ses amis de ses ennemis, c'était un véritable pas de géant en avant.

Maintenant, ne restait plus qu'à comprendre pourquoi Arkhay avait défendu avec une telle violence ce Grahyena, la ressemblance de leurs races ne pouvant pas être logiquement la seule explication, quitte à enrager un peu plus l'impulsif Tyrannocif, et surtout pourquoi il s'était lancé à sa poursuite, même si mal en point, et en défiant ses ordres.


Dernière édition par Varro Vladovski le Ven 5 Jan - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 196
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 11/03/2017

MessageSujet: Re: Le hurlement du coeur noble   Ven 8 Déc - 22:29

C'était avec peine qu'il se traîna jusqu'au pied d'un surplomb rocheux, la langue pendante et les pattes flageolantes. Il avait la gorge sèche et le souffle court. Le canidé soupira en regardant la hauteur à sauter, et dut prendre un instant pour respirer profondément avant de bondir pour avoir un meilleur point de vue.
L'effort lui donna un vertige, et il se laissa tomber à plat ventre pour conserver le peu de forces qui lui restaient. Il avait encore de belles années devant lui pourtant, mais le temps passait et il faiblissait. Certes, Khârn était un adversaire des plus redoutables, mais cela le blessait dans son orgueil de n'être pas capable de maintenir ne serait-ce que le statut quo par ses seuls moyens, lui, le leader de l'équipe...son heure serait-elle passée ?
Arkhay secoua la tête. Il n'était pas le plus fort par la puissance pure, et même autrefois il ne l'avait pas toujours été...mais il savait que Varro avait besoin de lui, de sa sagesse, de sa loyauté...et l'équipe avec. Ce n'était pas sa puissance pure qui inspirait ses compagnons et les amenaient à croire en lui, à lui faire confiance pour les guider.
Et aujourd'hui, c'était au nom des qualités qui lui valaient cette confiance qu'il devait agir pour cette créature que Khârn avait failli tuer. Il l'avait compris au premier regard...

L'Arcanin leva la truffe au vent. La Grahyena avait pris de l'avance et avait disparu de son champ de vision dans ce terrain accidenté...mais rien ne pouvait échapper à son flair. Il huma l'air et le vent, cherchant la moindre trace d'une odeur et trouva une direction. Il fit quelques petits bonds pour retourner au sol, le nez au ras de la terre et retrouva bientôt la piste du pokémon Ténèbre.
Au moins, sa cible était elle-aussi en mauvaise santé et progressait lentement. L'adrénaline se dissipant, Arkhay ressentait douloureusement les dégâts de son combat avec le Tyrannocif, mais il n'avait pas le temps de se reposer pour récupérer. En quelques heures, le minimum qu'il lui faudrait pour se retaper, l'autre canidé aurait sûrement disparu. Il serra les mâchoires et allongea le pas, fier une fois de plus d'appartenir à l'une des races les plus nobles et rapides du monde.

Parvenu dans un recoin sécurisant, il chercha la truffe au sol, tournant en rond en quête de la moindre information transpirant dans l'odeur que laissant sa "proie". Elle était consciente qu'il était sur ses talons, et ne devait pas avoir beaucoup de retard. Il était épuisé, mais disposait encore de ses quatre pattes et était naturellement vif.
Ses oreilles se dressèrent en entendant un fracas épouvantable. Ca, se dit l'Arcanin, c'était signe que Khârn le suivait, et probablement Varro avec. Une seconde, le chien regretta d'avoir désobéi à son dresseur, mais se consola bien vite en se disant que c'était pour la bonne cause, et puis, le vieux briscard comprendrait plus tard, il le savait.
Toutefois, il n'allait pas les laisser dans le flou. Ses compagnons l'aimaient, et devaient s'inquiéter de son comportement. Il bondit deux fois pour prendre de la hauteur, glissant au dernier rebord atteint et dut racler contre la roche avec les pattes arrières pour se hisser, avant de japper deux fois de suite pour signaler sa présence. Mais le silence lui répondit. Peut-être avaient-ils mal entendu ? Eux aussi étaient mal en point, il jappa à nouveau deux coups successifs. Puis un double fracas retentit. "Boum Boum". Deux fois. Arkhay se fendit de son sourire, et émit un long cri de confirmation avant de reprendre la chasse. Varro avait réussi à improviser le code à l'aide du Tyrannocif, ils étaient sur ses traces.

Il rattrapa sa cible en l'espace de quelques minutes, la pauvre créature étant incapable d'acrobaties pour essayer de le semer, et nul ne pouvant échapper à son fantastique odorat. Comme il s'y attendait, l'autre canidé tenta d'accélérer en l'apercevant si proche. Les Grahyenas étaient des pokémons de meutes, qui chassaient et luttaient en groupe avec une remarquable précision pour se couvrir les uns les autres. Que l'un d'entre eux soit ainsi isolé était une énigme que l'Arcanin devinait douloureuse...
D'un bond puissant, il dépassa son homologue Ténèbre et lui barra la route sans hostilité, retenant sa langue de pendre malgré l'épuisement qui lui tiraillait les poumons. Il devait avoir l'air fort, toujours. En particulier devant une créature apeuré qu'il essayait d'aider...et ce n'était pas gagné, car elle se ramassa sur ses trois pattes en montrant les crocs, la fuite n'étant pas envisageable dans son état.

Sans empressement, et il ne s'en plaignit pas, Arkhay s'avança un pas après l'autre, ses larges pattes ne le privant pas d'une démarche noble malgré sa situation. La Grahyena gronda de plus belle, claquant des mâchoires lorsqu'il se trouva à moins d'un mètre. Il recula à peine la tête, comme si ce geste le surprenait, et s'avança encore, tendant la truffe pour renifler la sienne.
Mais acculée, paniquée, la canidé préféra la violence et lui mordit le museau lui arrachant un jappement plaintif, cependant il ne chercha pas à la repousser. Il leva seulement une patte pour essayer de lui faire lâcher prise, sans la brusquer, mais l'effort lui était réellement pénible. Finalement en secouant la tête il lui fit desserrer les mâchoires, et tenta à nouveau d'établir un contact.
Pour toute réponse, elle lui sauta au cou et lui mordit la nuque à travers son épaisse crinière. Ses poils se hérissèrent, il y a vingt ans, il lui aurait éclaté la tête contre la paroi rocheuse pour avoir fait ça...mais il avait changé, et ne se donnait pas autant de mal pour céder lui aussi à la violence pour "si peu". Bien qu'au fond de lui, Arkhay savait déjà qu'il passerait les trois prochains jours à laver sa crinière avec un acharnement à la limite du toc.

Il essaya à nouveau de se dégager, sans violence ni flancher. La morsure se voulait dominante, destinée à le faire se coucher ou se retourner pour montrer sa soumission...mais il était le dominant, le leader. Même un Leviator avait baissé les yeux devant lui autrefois, ce n'était pas elle qui le ferait céder. Bien au contraire, il se redressa même encore plus fièrement sur ses pattes tremblantes, en dépit des dommages supplémentaires qu'elle lui infligeait, la Morsure paraissait lui redonnait un second souffle, confortant son coeur noble que sa décision était la bonne.
Comprenant bien assez vite que sa tentative était perdue, le puissant Arcanin demeurant plus stable et fier qu'elle, la Grahyena lâcha prise et essaya de se reculer. Déterminé, Arkhay la suivit encore. Elle aboya avec tant de violence que ses oreilles sensibles se mirent à siffler, lui provoquant une migraine si intense qu'il en eut des vertiges, mais secoua la tête, et un pas après l'autre, pour assurer son équilibre incertain, avant encore la truffe pour toucher la sienne. Il y parvint enfin, mais la réaction ne se fit pas attendre, et ses crocs étincelants d'éclairs, elle se jeta à nouveau sur son museau pour le mordre. Cette fois, la douleur le fit réagir plus violemment et il la repoussa d'un coup de patte.
Paraissant sous le choc de cette violence soudaine, elle marqua un arrêt, craintive à nouveau. Pour rattraper sa boulette, Arkhay s'assit simplement et pencha la tête de côté en jappant doucement. Le grondement préventif de l'autre canidé commença à diminuer. Sentant que c'était là un progrès, il tendit un peu le museau en avant, reniflant doucement. Boitillant sur ses trois pattes, la Grahyena s'avança à son tour, avec toute la méfiance du monde et tendit la truffe vers la sienne, reculant à plusieurs reprises simplement en sentant le souffle de l'Arcanin sur son pif. Mais en dépit de ses avantages, le chien ardent demeurait...apaisant, quelque part, et bientôt elle se risqua à accepter le contact, truffe à truffe.

Pour manifester son soucis pour sa "semblable", Arkhay baissa un peu la tête et renifla, sans la toucher, la patte folle de la Grahyena qui paraissait mal à l'aise, mais voyant que malgré son énorme gabarit l'Arcanin prenait garde à ne pas faire de faux mouvement, elle émit quelques aboiements. Compatissant avec l'âge, Arkhay lui répondit d'un grondement long qui se voulait amical.
Il tourna l'oreille en entendant le très subtil Khârn se rapprocher. Bien évidemment, sa cousine Ténèbre l'entendait aussi. Il aboya doucement pour la rassurer et s'avança de quelques pas, s'interposant entre elle et la direction d'où allaient bientôt arriver ses compagnons sans finesse, et hurla à leur attention en une série bien définie. Presque aussitôt, le vacarme du Tyrannocif cessa. Arkhay répéta son hurlement et tendit l'oreille, attentif à la réponse. Le signal répercuté avec la délicatesse d'un Grolem poussé d'une pente ne fut pas bien clair en revanche, et il hurla à nouveau pour demander de répéter. Cette fois, Varro fut plus clair, ou Khârn plus attentif, et le code renvoyé était explicite. Son équipe arriverait bientôt, et à peu près en douceur.
Un soulagement, car il avait assez galéré pour calmer la Grahyena. Si elle l'avait encore attaqué ne serait-ce que deux fois, elle aurait certainement pu l'envoyer au tapis.
Il se tourna vers elle, et s'assit à nouveau en essayant de lui sourire, étirant ses larges babines pour signifier que tout allait bien, mais la pauvre était très mal à l'aise à l'idée de voir débarquer un humain, un pokémon combat, et le monstrueux géant qui avait tenté de lui faire la peau...et Arkhay n'aurait su lui en tenir rigueur.


Varro essayait de se calmer malgré son inquiétude. Avec le temps, son fidèle Arcanin avait appris à prendre des décisions en autonomie, lorsque la barrière de la langue risquait de provoquer un temps mort qui compromettrait l'action. Comme à cet instant, où le canidé avait bondit en avant sans aucune instruction, mû par une idée que lui seul connaissait. S'il avait une confiance aveugle en les talents et la ruse du grand chien, c'était toujours une véritable angoisse de le voir disparaître sans avoir la moindre idée de ses intentions.
Quel soulagement quand il l'avait entendu aboyer un signal signifiant qu'ils pouvaient avancer ! Varro avait alors imaginé ce qui s'était passé, supposant sans grand mal que l'Arcanin avait rejoint le Grahyena et l'avait fait s'arrêter, s'empressant ensuite d'annoncer que tout allait bien et qu'il ne fallait pas débarquer comme des boulets de canon dans une crèche. Aussi avait-il fait signe à Khârn s'arrêter de tout détruire et avait pris la tête de leur marche, imposant le rythme aux côtés d'une Anaïs aussi perturbée que curieuse.

Et bientôt il aperçut les deux canidés, fronçant d'abord les sourcils en découvrant de nouvelles blessures chez son très cher Arcanin, mais le voyant assis comme s'il était au coin du feu le rassura et il leva une main en guise de salut. Arkhay lui retourna un aboiement guilleret qui réconforta également la Riolu.


"Alors mon vieux, qu'est-ce qui t'as pris de filer comme ça ? C'est une vielle connaissance ?"

Il ignorait les limites de la mémoire de l'Arcanin, mais n'aurait pas été surpris si, fidèle à la réputation des caninos, il n'avait jamais oublié aucune odeur sentie, si bien qu'il aurait aisément pu reconnaître un ancien camarade de très longue date. Après tout, ça n'aurait pas été la première fois qu'ils rencontrent des canidés.
Mais des Grahyenas ? Varro se rappela qu'ils venaient de Hoenn et non Johto...mais peut-être que...Bah ! Peu importe. Il s'avança doucement, en essayant de parler à l'autre canidé pour le tranquilliser, assisté par Arkhay qui paraissait bien plus talentueux que lui en ce domaine.
Très familier des races canines, il s'arrêta à trois mètres, une distance tout à fait prudente, et s'accroupit péniblement, grimaçant lorsque ses genoux craquèrent, puis tendit une main ouverte, paume vers le ciel, vers le pokémon ténèbre. Montrant l'exemple, et qu'il n'y avait aucun risque, Arkhay rejoignit joyeusement son dresseur, lui léchant même largement la langue et le visage pour le faire râler, trop heureux de le retrouver malgré leur brève séparation. Il fit ensuite le tour de son maître, et s'assit à ses côtés, non sans se permettre de le bousculer "de façon tout à fait fortuite" et le faire tomber sur les fesses en adoptant un air innocent.
Décidé à assumer sa position de chef de meute, Varro lui pinça l'oreille, sachant très bien qu'il avait horreur de ça. En réponse, l'Arcanin lui colla un coup de langue exceptionnellement baveux en pleine figure, si bien que le dresseur dut cracher et s'éponger le visage en se demandant qui lui avait foutu un chien capable d'apprendre Ebullition et Léchouille.

La Grahyena regarda le spectacle avec un mélange de soulagement, la complicité entre le vieil humain et l'Arcanin étant une preuve qu'elle ne risquait rien, et un pincement au coeur. Cela lui rappelait des souvenirs douloureux et elle baissa un peu le nez. Cela n'échappa pas aux deux vétérans, Arkhay pencha la tête de côté et le dresseur l'appela à nouveau, lui faisant signe d'approcher de ses doigts tendus.
Une patte en l'air, et un regard noir adressé au Tyrannocif impassible qui se tenait plusieurs mètres en arrière, elle commença à s'avancer. Après deux petits pas, méfiante, elle remarqua la Riolu qui se tenait cachée derrière le manteau du dresseur, encore plus intimidée qu'elle. Cette gamine avait l'avantage du type, mais paraissait encore plus troublée qu'elle malgré son entourage...si bien que malgré son caractère méfiant, la Grahyena essaya de faire confiance au majestueux Arcanin qui la surveillait d'un regard bienveillant, et au sourire du borgne.
Elle s'avançait encore, la truffe tendue au maximum. A une portée de main des doigts du dresseur, elle commençait à identifier chacune des odeurs qu'il portait, devinant aisément qu'il possédait d'autres pokémons, mais surtout qu'il les côtoyait allègrement. L'odeur d'Arkhay en particulier était partout, de la tête aux pieds, le grand bonhomme aux cheveux blancs sentait l'Arcanin plus que n'importe quoi d'autre. En faisant attention, elle remarqua des poils roux et beiges partout sur ses vêtements. Elle en était certaine, ils s'aimaient, si profondément...
Involontairement, elle laissa échapper une plainte blessée, et le dresseur baissa lentement la main. Le canidé de feu s'avança doucement, et la poussa le bout de la truffe contre la sienne.


"Aaah, alors c'était donc ça..."

Varro s'en voulut presque d'avoir été à ce point aveugle, pourtant cela faisait si longtemps qu'il avait perdu son oeil qu'il ne se souvenait même pas ce que ça faisait d'en avoir deux. Mais maintenant, en voyant l'attitude de son compagnon de toujours il faisait vraiment attention aux détails.
Ce n'était pas un Grahyena...mais UNE Grahyena, une femelle d'une famille similaire à celle de son puissant leader. De là, une certaine forme d'empathie, de besoin de la protéger, se devinait sans mal. Mais en plus de ça, le vétéran voyait maintenant de près que la canidé n'était pas "juste" une Grahyena. Elle aussi, c'était une ancienne. Elle avait survécu à l'assaut de Khârn, et même s'il était épuisé elle était parvenue à blesser Arkhay. De plus, il voyait à ses traits fatigués, aux nombreuses cicatrices qu'elle arborait, certaines guéries depuis si longtemps par les voies naturelles qu'elle en changeaient sa couleur de près, qu'elle était loin d'être juste une vulgaire pokémon sauvage.
Et son attitude blessée, presque torturée, quand elle avait vu sa complicité avec Arkhay... Varro n'était pas un grand sociologue, en vérité il n'était même pas sûr de comprendre le sens de l'humour de la plupart de ses semblables, mais son côté "farouche" l'avait grandement rapproché de ses pokémons. Il savait les comprendre, lire leur attitude, leur posture, leur regard...il savait qu'elle avait été blessée, bien plus moralement que physiquement.
Il soupira en devinant un peu plus de son histoire. Pour qu'un pokémon "moyen" devienne si...différent, il fallait généralement qu'il appartienne à un dresseur. A un bon dresseur qui plus est. La trouver aujourd'hui dans la nature ne laissait aucun doute quant à son triste sort : L'abandon.
Qui plus est, il s'était étonné de l'apercevoir errant seule dans une région qui lui était inhospitalière... Varro imaginait que, pour une raison ou une autre, pourquoi pas une blessure mal guérie songea-t-il en regardant sa patte pliée, l'avait empêché de s'intégrer à une nouvelle meute et elle fut alors chassée par ses congénères hors de leurs territoires habituels.

Le vétéran se passa une main sur le visage, moralement abattu par les drames qu'il imaginait dans la vie de cette pauvre créature qu'Arkhay essayait de réconforter. Durant quelques instants, il croisa le regard de son vieux compagnon quadrupède, et secoua la tête d'une admiration muette. Ce chien était un véritable génie...trente ans, quarante après, il continuait à l'étonner.
Comprenant ce qui l'attendait à son tour, Varro s'avança doucement, toujours accroupi pour ne pas intimider la Grahyena qui eut un mouvement de recul, et tendit la main vers l'Arcanin qui présenta sa tête pour se faire caresser la crinière, puis présenta la deuxième à la canidé des Ténèbres, paume bien ouverte. Elle hésita, méfiante, bien que le dresseur n'aurait su dire si elle craignait plus de s'approcher de lui...ou de lui faire confiance car il était humain.
Elle eut un bref sursaut quand la Riolu se révéla vraiment, affichant la bouille la plus piteuse qu'elle n'ait jamais vu sinon dans son reflet, et ne songea même pas à reculer quand la renarde empathique s'avança vers elle, ressentant son chagrin, son angoisse, et ne résista pas au besoin d'apaiser toute cette souffrance et vint entourer son poitrail comme elle pouvait entre ses petites pattes noires, des larmes au coin des yeux.
Toujours anxieuse, la Grahyena ravala cependant la boule d'angoisse qui lui nouait la gorge, convaincue par la sérénité de l'Arcanin et l'empathie presque irraisonnée de la toute jeune Riolu. Malgré leur types contraires, elle ressentait sa sincérité, sa compassion, et regarda la main toujours offerte que lui présentait Varro. Il avait une tête de voyou, le genre si "sauvage" que même ses propres congénères préféraient qu'il reste à l'écart.
Peut-être était-ce là une preuve de sa fiabilité..? Elle repensa au fait qu'il était lui-même intervenu pour essayer de calmer son Tyrannocif. Au moins ne manquait-il pas de cran, tous ensemble, peut-être...
Finalement, elle se laissa aller à ce sentiment doux, qui lui réchauffait la poitrine. Depuis qu'elle l'avait perdu, elle rêvait de le retrouver, sans jamais espérer d'y goûter à nouveau. Et ici, elle en avait un aperçu, entre un Arcanin prêt à risquer sa vie, contre son propre ami qui avait l'avantage du type et de la puissance contre lui, pour elle et elle seule, une Riolu qui ne la connaissait pas le moins du monde mais qui voulait apaiser sa souffrance en la prenant un peu sur ses épaules, un dresseur encore plus atypique que son équipe, et le mastodonte qui regardait toute cette cérémonie sans rien comprendre.
Mais c'était agréable...fermant les yeux, elle se risqua enfin à présenter sa tête à son tour à la paume tendue, qui se posa entre ses oreilles avec douceur. Cela se sentit vite qu'il avait effectivement l'habitude des canidés.

Ils restèrent un moment comme ça, nouant un nouveau lien dans l'endroit le plus incongru pour les espèces présentes - sauf celui qui restait planté comme un arbre en pierre, m'voyez de qui je parle, sans être trop sûr de ce qui se déroulait devant ses yeux - avant que finalement Varro ne baisse les mains.
La Grahyena finit par s'asseoir elle aussi, regardant tour à tour l'Arcanin et le dresseur, et de temps en temps la renarde bleue qui se dandinait d'une patte à l'autre, mal à l'aise sous la tension morale ambiante. Puis Arkhay brisa le silence en mordillant la main de l'humain qui rouspéta de plus belle. Elle regarda le grand chien replier une de ses pattes avant en fixant intensément l'humain, qui fit la moue en réponse, puis soupira.


"Ca va, j'ai compris Arkhay...de toute façon, on a tous besoin de soins. Et il ne va pas y avoir trente-six façons de procéder, pas vrai ?"

Avec une pointe de jalousie, la canidé regarda son semblable aux allures de légendaire donner un affectueux coup de tête au dresseur qui tomba à la renverse, mais ne râla pas cette fois. Il caressa au contraire l'encolure de l'Arcanin et la regardait elle. Finalement, s'aidant de son compagnon fidèle pour se relever, il fouilla à sa ceinture, et tira la dernière pokéball qui y demeurait vide et la leva devant ses yeux, la contemplant sans exaltation, sans ferveur, juste avec un genre...de mélancolie.

"J'imagine que tu me comprends, pas vrai ? Tout comme j'pense que tu sais c'que c'est...et c'que ça implique."

La chienne émit un grondement bas en assentiment, stressée à nouveau à la vue de la balle rouge et blanche et chercha le regard de son semblable quadrupède, de son soutien. Celui-ci, sentant toute son angoisse, ne manqua pas d’ingéniosité et marcha sur le pied de son dresseur qui lâcha une exclamation de douleur, avant de lancer une insulte bien sentie au chien-lion qui n'en sourit que de plus belle.
Elle vit ensuite l'humain égarer sa main dans l'épaisse crinière de l'Arcanin, et sut qu'ils se comprenaient très bien. Des gestes qui paraissaient à la limite de l'hostilité, de la tension entre mâles, était pour eux un langage qui dépassait la barrière des espèces.
Non sans une certaine surprise, la Grahyena vit le borgne lui présenter la pokéball. Par réflexe, elle tendit la truffe et la renifla. Elle sentait la fourrure d'Arkhay, un peu la bave aussi étrangement, le vieux cuir et la forêt. D'une inspiration profonde, elle s'enivra de la moindre nuance d'odeur, de la plus petite fragrance subtil. Elle y reconnut la senteur du pin et de la mer, des étendues sauvages où l'on ne voyait que le vent couchant des champs entiers de blé doré ou d'herbes folles. Les yeux clos, elle sentait le bois qui brûlait dans l'âtre en hiver et la laine trop usée.
La canidé rouvrit les yeux, encore hésitante. La petite balle rouge et blanche avait le parfum d'une famille, d'une promesse merveilleuse à laquelle elle avait déjà cru, et qui hantait depuis ses pensées...

Sans un son de plus, elle baissa la tête. Arkhay émit une plainte douce, un son réconfortant et la Riolu essaya de l'imiter, provoquant un bruit pour le moins étrange qui lui donna envie de sourire devant l'attention. Le dresseur acquiesça, solennel. Il paraissait aussi nerveux qu'elle au fond de lui.
Puis il lâcha simplement la sphère bicolore, et laissa la technologie faire son œuvre dans un flash rouge. C'était à elle de faire son choix désormais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Hoenn
POKÉBALL LANCÉES : 982
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 10/06/2014

MessageSujet: Re: Le hurlement du coeur noble   Sam 9 Déc - 12:39


Fin du combat !





Je suis tellement admirative de tes histoires !  brille Un combat magistral.
Ton RP combat faisant plus de 13 000 caractères, tu obtiens 11 niveaux à répartir entre les Pokémons ayant participé !

N'oublie pas de le préciser ici.




Capture validée !






Après une telle empathie, la fragile Grahyena ne peut qu'accepter cette nouvelle main tendue.
Félicitations, ce nouveau Pokémon rejoint ton équipe !

Roulotte des shineys : Tu as choisi le six, voici le résultat !

Chanceux ? Pas chanceux ?:
 

N'oublie pas d'actualiser ta Carte Dresseur et de l'ajouter dans ton profil si tu y recenses tes petites bêbêtes ;-)


________________________
Rafaël explore en #708090


won't open my eyes
Sun is up, I'm a mess - Gotta get out now, gotta run from this - Here comes the shame, here comes the shame ...
Throw 'em back 'til I lose count ©️ alaska.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leclairdelambre.blogspot.com/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le hurlement du coeur noble   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hurlement du coeur noble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Aide]Riolu
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Nord - ONNEN :: Montagne et plaines rocheuses :: Sillons et plateaux-