Partagez | 
 

 Lynel | Je jure d'embrasser mes promesses ou d'y laisser ma peau [...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

REGION : Lointaine.
POKÉBALL LANCÉES : 47
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 19/11/2017

MessageSujet: Lynel | Je jure d'embrasser mes promesses ou d'y laisser ma peau [...]   Lun 27 Nov - 23:56

Crawford
Neva

Vesta
Lynel

Je jure d'embrasser mes promesses ou d'y laisser ma peau [...]
Vrillant le ciel dans un élan d'enthousiasme sincère et irrépressible, un cri s'était élevé à destination d'une région nouvelle et sublime qui, drapé par le voile des goélises prenait au loin des allures d'enchantement. C'était alors un regard pétillant qui avait harponné celui de son ami d'enfance pour finalement se traduire par une main glissant contre la sienne afin de lier leur doigt et l'attirer sur la proue du navire d'un mouvement aussi vif que ceux de ses pokemons. Son skitty avait d'ailleurs finit par se hisser sur le bois du vaisseau afin d'être en première ligne pour une contemplation qui lui arracha un ronronnement sonore, et ce bien qu'il manqua plus d'une fois par passer par dessus bord. Pauplie lui, spinda au teint olivâtre avait finit par rendre malade bien des passager à force de tourner encore et encore, entraînant quelque enfants à sa suite dans un périple maritime que beaucoup n'avait sans doute jamais fait. Pas étonnant alors que le Mal des eaux ait eut raison de leur foi... Quoi qu'il en soit l'étrange créature avait finit par stopper son hasardeux pas pour approcher de l'onde à son tour et chercher à rejoindre Raksha sur ce qui l'avait jusqu'à présent toujours coupé de l'eau et, sans l'intervention express de sa dresseuse, il aurait sans doute finit en compagnie de poissirènes et staris...

Enfin et pour qui était de Thâr, le pokemon avait finit par rentrer au sein de sa pokeball et ce, pour la première fois depuis que la demoiselle l'avait acquit, pour les mêmes raisons qui motivaient tout ces passagers à se pencher sur l'onde. Alors, Pauplie entre les bras et le regard accrochés aux ailes des goélises et Békipans qui planaient au loin, la jeune Crawford semblait voir en l'horizon une promesse d'aventure digne des plus grands romans. Son œil se tourna un instant en direction de Lynel pour harponner son âme et lui accorder un sourire aussi doux que confiant, s'accrocha rapidement au large chapeau qui trônait à ses côtés afin de le fixer sur sa tête et jeter sur son épaule un sac bien trop grand pour elle. Elle dû par ailleurs faire quelque pas en arrière afin de retrouver un équilibre mis à mal par le poids du dit sac, et ce avant de trouver place aux côtés de Lynel et lui accoler un baisé sur la joue. Etait-ce pour taire ce qu'elle avait interprété comme de l’appréhension au sein de l'esprit de cet ami, ou balayer l'anxiété qui battait dans ses propre veine ? Un peu des deux sans doute, il faut dire qu'elle avait agit sous le coup de l'instinct plus que de la raison, faisant alors preuve d'une familiarité des plus étonnante à l'égard d'un enfant qui avait décidément bien grandit. C'était sans doute idiot mais Neva n'avait jamais prit le temps de véritablement se poser pour observer les affres du temps, ni les changements qu'il portait avec lui, ni la course qui transposait une amitié de bac à sable à l'âge adulte. Peut être était-ce là simplement une forme de dénie après tout ? Un refus de véritablement grandir et de perdre tout les reperds qui avait fait de son enfance la plus folle de toute ses aventures ? C'était sans doute pour cela que, égoïstement, elle s'était accroché à Lynel peu avant son départ, rusant et minaudant pour voire éclore la promesse d'un départ à deux, comme lorsqu'ils étaient enfant, afin de ne pas faire face seule aux conséquences d'un choix pourtant décisif.
Son père avait quitté le nid familial bien tôt pour saisir sa destinée au vol, sa mère avait tourné le dos aux traditions et à son clan pour imposer ses choix, alors en qualité de fruit de cet union Neva s'était toujours sentit obligée d'imposer tôt ou tard un besoin de liberté, un désir d'émancipation qui ne venait pourtant pas. Pas qu'elle se soit un jour sentit de trop ou qu'elle eut été poussé par sa famille mais le poids d'un héritage chargé d'histoire s'était fait lourd à porter, semblable à un accord tacitement passé entre son nom et une destinée qui devait se voir chargée en événement épique. Puis elle s'était orienté vers une carrière de coordinatrice et l'ombre de sa mère s'était faite écrasante, ainsi,  incapable de se détacher de ce fameux « fille de » qui avait balayé son prénom Neva avait finit par déployer ses ailes de prendre son envol, jugeant qu'à son âge bien des dresseurs régnait déjà sur une solide carrière.

Alors, lorsque l'on amarra finalement le navire à Marivon pour offrir une nouvelle terre à ses passager, la demoiselle à la longue chevelure d'ébène se hissa en première ligne du débarquement pour fouler le port d'un pas emplit d'entrain et un sourire graver sur ses lèvres.  Bon, il fallait avouer qu'il y avait quelque chose d'oppressant qui se dégageait de toute la foule autour, une sensation de malaise qu'elle n'éprouvait que trop rarement et ce, à l'encontre d'un inconnu désiré mais qui ne s'inscrivait que véritablement maintenant dans une tangibilité inquiétante. Peut être que tout ceci avait été une mauvaise idée en fin de compte mais il était trop tard pour rebrousser chemin n'est-ce pas ? Et puis tous la savait bien trop fière pour admettre qu'elle eut à cet instant précis terriblement peur. Elle avait clamée vouloir faire ses preuves, elle les ferait. Alors, le visage un peu plus tendu et le regard désormais alerte, Neva scruta les alentours comme pour se faire une idée du chemin à prendre. Suivre les mouvements de foule la guiderait sans doute jusqu'à la ville mais était-ce véritablement là qu'il fallait aller ? Il y avait-il seulement un point définit qu'elle et Lynel avait prévu de rejoindre ?
… Attend Neva. Ne me dit pas que ton plan était seulement de rejoindre cet archipel et de faire carrière comme coordinatrice ? Tu as forcément en tête des lieux à rejoindre pour la nuit Prit connaissance de la configuration de cette nouvelle terre. Des pokemons qui l'habitent ! Et...

Livide, la toute jeune femme s'était brusquement tournée en direction de Lynel, incapable de retrouver au fond de ce gouffre aux bibelots que traînait la belle, la carte accordé par son père. Elle plongea alors une nouvelle fois sa main au plus profond de cette ombre, chercha à en extirper quelques objets, musela avec force ce qui aurait pu s'apparenter à des propos dénué de toute poésie et motivée par la peur, mais elle sû maintenir quelque instant supplémentaire un air sûr qui se voulait apaisant au cœur de Lynel, et au sien. Pour le coup elle avait merdé, c'était un fait, mais si son comparasse l'ignorait il n'y avait aucune raison de paniquer n'est-ce pas ? Alors elle extirpa soudainement son gros pull aux couleurs d'Otaria, l'enfila, rehaussa un col orné de deux canines brodés par ses soins et s'attela à se vêtir plus chaudement comme pour justifier silencieusement tout ce remue-ménage par la simple volonté de faire face au froid. Bon. Maintenant il fallait au mieux demander son chemin, au pire trouver une carte. D'accord mais pour aller où justement ?

« -Dit. Ca te tente d'explorer un peu ou tu as déjà une idée de ce que tu veux faire ?» Osa t'elle d'une voix si claire qu'elle sembla un instant dénuéede doute.
Mouais. Pouvait mieux faire Miss Crawford, mais la voilà déjà face à l'horizon, le visage dissimulé par l'imposante ombre de son chapeau à plume et alors qu'elle rejetait une nouvelle fois son sac sur ses épaules dans un mouvement déterminé.  

________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Lynel | Je jure d'embrasser mes promesses ou d'y laisser ma peau [...]   Ven 1 Déc - 21:44

C'est sur un ciel azuré qu'un regard perlé c'était posé avec appréhension, dénué du courage d'observer l'horizon. Si pendant un instant l'arrivée d'un Miamiasme dans son équipe lui avait mit le baume au cœur et l'impression que tout ceci n'était pas une grosse erreur ou une folie mortelle, Lynel avait vite finit par revenir sur ses positions. C'était trop tard pour faire marche arrière, il le savait. Une fois sur le bateau, il ne pouvait plus en descendre si ce n'était à destination. Et même ? Que dirait-il une fois de retour ? Cette option avait tout de fois été vite relayée au loin dans son esprit, balayée par quelques chants de Wailord qu'il tentait de graver en lui. Quelque part, il avait peur, quelque part il en avait honte. Les bruits des vagues n'y changeraient rien et si une résolution avait tenté de se frayer un chemin dans son cœur, c'était une appréhension et une nervosité renouvelée qui l'assaillait à chaque fois qu'il pensait à ses premiers pas sur Alera. Heureusement avait-il Neva. Amie d'enfance, elle l'avait poussé à l'accompagner. D'aucun dirait qu'il l'avait suivit contre son gré, quelque part, il aurait été capable d'avouer qu'il lui emboîtait le pas plus par fascination que par dépit.
Depuis aussi loin que sa mémoire le lui permettait, il se souvenait avoir toujours vécu avec Neva. Ils avaient grandit ensemble, mais en quelques semaines, quelques jours seulement, elle lui avait prouvé qu'elle avait pris de l'avance sur lui. Fière, déterminée, c'était avec un aplomb qu'il lui ignorait qu'elle avait présenté son plan de quitter Rigel et qu'elle n'en avait pas démordu. C'était courageux de sa part, tout quitter, faire ses preuves loin des siens... Il n'aurait jamais osé, jamais seul en tout cas. Pourtant, il était là, assis en tailleur sur le pont d'un bateau qui l'emmenait vers une destinée qu'il n'arrivait pas à entrevoir. Y croyait-il seulement ? Il y voyait plus un rêve duquel il se réveillerait dans quelques heures et duquel il rirait nerveusement. Pourtant il ne se réveillait pas, même pas quand la main de Neva prit la sienne pour l'entraîner vers la proue et l'obliger à faire face à la réalité. Alors seulement aurait-il put réaliser ce qui était en train de lui arriver, mais son regard ne fit que s'attarder sur les côtes et se rendre compte que... Tout ceci ressemblait beaucoup à ce qu'il connaissait déjà. Les côtes de Buccanie lui avaient déjà offert pareil spectacle. Et s'il pouvait se sentir rassurer à cette idée, une certaine crainte de ne pas trouver ce qu'il était venu chercher lui tordit un instant les entrailles.
Alors seulement un baiser apposé sur sa joue le rappela sur terre et il adressa un pâle sourire à Neva, elle qui semblait si sûre, affublée d'un chapeau à plumes trop grand pour elle et d'un sac décidément bien massif. Quelque part, il songea un instant à l'en débarrasser et à le porter lui même, mais la fille Crawford était fière, elle n'avait pas besoin d'un porteur de bagages. Alors il se chargea des siens, se libérant par la même occasion d'écouteurs qu'il enroula et glissa dans l'une de ses nombreuses poches. Le bruit de la vraie vie l'assomma un bref instant. Il y avait des voix humaines, des cris d'oiseaux, le bruit des vagues, la sonnerie du ferry. Il s'était décidément arraché de bien cruelle manière à la sérénité que les chants de Wailord avaient sut bâtir dans son esprit. Ainsi accostèrent t-ils Marivon, dans une normalité que l'on n'entrevoit généralement pas lors d'un début de voyage initiatique. Il n'y avait pas eut d'aventures, de détours ou d'imprévus lors du voyage. La seule frayeur qui bouleversa Lynel fut de se rendre compte que pendant quelques instants, il avait perdu sa comparse de vue, comparse qu'il retrouva bien vite sur la terre ferme et qui semblait observer les alentours d'un œil expert. Alors il l'imita sans grand succès, conscient que ses lunettes lui faisaient défaut mais manquant cruellement de l'envie de les pêcher dans ses affaires. Alors il devina bien plus qu'il n'observa la foule, le paysage et certainement quelques békipans représentés par des tâches blanches.
Puis une certaine agitation à ses côtés attira à nouveau son attention et coupa court à son envie de lâcher un « Et maintenant, on fait quoi ? ». Neva, ayant fouillé avec ardeur dans son énorme sac en ressortit un pull à l'effigie d'Otaria duquel elle s'affubla sans plus attendre. La brise était fraîche, certes, mais à ce point ? Ceci dit, Lynel ne fit aucun commentaire, se contentant de réajuster la hanse de son sac sur son épaule nerveusement. Pour un peu, il aurait put toussoter sa gêne.

« -Dit. Ca te tente d'explorer un peu ou tu as déjà une idée de ce que tu veux faire ?»

Le regard à moitié perdu, à moitié confus, Lynel fixa quelques secondes Neva, l'air hébété. Il était venu faire ses preuves en tant que dresseur, chose dont il n'était pas certain de vouloir, et s'était vaguement renseigné sur la marche à suivre. Alors il y avait une arène par ville avait-il compris, de même que les centres pokemons – ça il l'avait supposé – et... C'était basiquement tout ce qu'il savait. De là à tenter sa chance directement à l'arène de Marivon ? Meh, pas sûr.

-Bah... Non ?

Finit-il par déclarer, plus penaud qu'éloquent. Magnifique. Balayant donc un instant la mer du regard, il tenta de reprendre un semblant de consistance. Ils étaient à terre, il ne pouvait plus se contenter d'attendre patiemment le dénouement avec une apathie flagrante. Alors, à son tour il se concentra sur son sac, le faisant glisser jusqu'à son coude pour retirer d'une poche latérale une carte sagement rangée, offerte par le capitaine Crawford en personne. « Tu y fais attention » lui avait-il soufflé alors qu'il se rappelait piteusement de la carte en mauvaise état – et certainement pas à jour – que lui avait tendu son père quelques jours avant. Il avait bien sûr pris les deux – pas de favoritisme – mais ce fut celle du père de Neva qu'il déploya avec un soin presque religieux.

-Je crois que, en ce qui me concerne, je peux trouver des arènes un peu partout... Je n'ai pas trop à m'en faire là dessus... Je crois ? Alors je suppose que visiter un peu ne ferait pas de mal ?

Souffla t-il peu sûr de lui. Au moins avait-il émit une opinion, n'est ce pas ?

-Je sais aussi qu'ici, il y a des hôtels et une plage... Et un parc aquatique... Enfin... Sûrement ? Ca ressemble un peu à Port Miara en fait.

Tentait-il de se raccrocher à quelque chose de vaguement familier ? Absolument !
________
[Quand tu as la flemme de te chercher une fiche de réponse de rp décente, et que tu envois donc ton message tout nu, à l'ancienne :,D]
Revenir en haut Aller en bas
 

Lynel | Je jure d'embrasser mes promesses ou d'y laisser ma peau [...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINÉ ] Episode n°3 : Parler, soigner, embrasser [ A & P ]
» Fin du rp : Qu'attends-tu pour m'embrasser bordel ? {OK}
» Obama a tenu ses promesses.
» Je le jure sur ma vie : ces scientifiques paieront [Emmy, Aaron]
» Les promesses n'engagent que ceux qui y croient... Et ceux qu'on motive à les tenir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Sud - MARIVON :: Zone portuaire :: Port face à l'océan (Embarcadère)-