Partagez | 
 

 Seul, ce soir, je pense à toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

REGION : Sinnoh
POKÉBALL LANCÉES : 53
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 17/09/2015

MessageSujet: Seul, ce soir, je pense à toi   Mar 27 Sep - 22:21

Il avait commencé à pleuvoir. Légèrement au départ, puis les gouttes s'étaient intensifiées avant que les éclairs n'éclatent. Le ciel ambré par les lumières de la ville grondaient de colère et déversait sa fureur sur la terre.

Il faisait chaud malgré l'orage. L'été était présent, il n'y avait aucun doute. La mer était pourtant calme et les bateaux étaient bercés par le chant délicieux. Les Pokémons d'ordinaire courants avaient disparu. Peut-être quelques raies de lumière les avaient effrayés, à moins que la pluie leur ait fait se cacher.
Et les humains ? Ils avaient tous déguerpis aux premières gouttes. Pauvres créatures qui ne savent pas quoi penser des éléments...
Biensûr, quelques uns devaient être en train de courir après un taxi ou un bus pour se réfugier dans l'hôtel qu'ils avaient sans aucun doute réservé.

Plus haut, les goélises zigzaguaient entre les éclairs. Ils dansaient dans l'enfer de l'orage. Peut-être chantaient-ils aussi mais leurs voix étaient effacées par les percussions célestes.

Etrangement, au sol, une petite forme gigotait sur le quai.  

Seul sous la pluie, Phantom était arcbouté de toutes ses forces. Sa petite bouche serrait la sangle d'un sac visiblement lourd et d'au moins quinze fois sa taille. L'eau ne le dérangeait pas. Il était un pokémon ayant besoin d'humidité et il avait vécu quelques semaines dans la nature avec de rencontrer son dresseur.
En parlant de lui, où pouvait-il être ? Phantom n'en avait aucune idée. Sa dernière trace de vie était juste dans sa bouche. Son sac. Lui ? Le petit mucuscule l'avait cherché pendant une demi-heure après l'avoir perdu. La foule les avait séparés. Entre les jambes des inconnus, il avait vu la forme du jeune homme qui s'échappait. Il avait couru le rejoindre, manquant à de nombreuses reprises de se faire écraser par des pieds de toutes tailles. Il avait slalomer en tous sens, couinant à chaque pied qui passait trop près.
C'est presque en roulant qu'il avait atteint la sortie du ferry. Il s'était réfugié derrière une bite d'amarrage pour reprendre son souffle. De ses grands yeux, il guettait Christian. Ne le voyant pas, il décida de s'éloigner.

Ce ne fut qu'après une demi-heure qu'il comprit que le jeune homme n'était pas à la sortie de l'embarcadère. Etait-il à un café ? Le cherchait-il comme lui ? Il espérait mais il fit demi-tour et revint vers le bord du port où ils avaient été débarqué. Malheureusement, la porte du ferry était fermée. Quelques hublots étaient allumés mais pas de signe de Christian... Le mucuscule avait gémi avec tristesse. Où était son ami ?

C'est alors qu'il avait aperçu une ombre plus loin. Il s'était approché joyeusement. Il l'avait retrouvé ! Il... mais son sourire s'évanouit bien vite. Ce n'était qu'un humain inconnu. Le petit dragon s'approcha.

(... en fait quoi ? On l'a trouvé dans la cale. La police tu penses ? Oui c'est sûr, le bâtiment des objets perdus est fermé. Ho merde ! Il commence à pleuvoir ! J'crois que je vais le laisser là. Quelqu'un viendra le chercher.)

Le marin coupa la communication et remit le portable dans son pantalon. D'un geste las, il jeta le sac à dos contre le mur le plus proche. Puis, sans demandé son reste, il s'éloigna vers le navire.
Doucement, Phantom se rapprocha. Ses antennes se redressèrent d'un coup ! C'était le sac de Christian !
Alors, de sa petite bouche, il commença à tirer sur une sangle.

C'est ainsi que le petit mucuscule se retrouva au milieu de l'embarcadère, sous la pluie battante et les éclairs zébrant le ciel. Splendide début de nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Seul, ce soir, je pense à toi   Dim 2 Oct - 14:00

Bowen
Nathan

Daaé
Christian

Seul, ce soir, je pense à toi

Le brun poussa un grognement peu élégant en sentant des gouttes chaudes tomber sur son nez. Un grondement se fit entendre au loin, couvrant le bruit des vagues, faisant tendre la musculature du jeune homme sous ses vêtements déjà humides. Autour de lui, les quelques personnes se promenant sur le port fuyaient se réfugier ailleurs, à l’abri de l’eau ; le brun, lui, n’éprouva pas cette nécessité. Il sortait de l’eau, heureusement encore chaude à cette époque de l’année, merci à l’air chaud, humide et stagnant de la région. Pourquoi fuir la pluie quand on courait à la mer, de toute façon ? Non, il resterait un peu sur le port et rentrerait si la tempête devenait désagréable. Sa chevelure trempée lui donnait de temps à autre un frisson lorsque des gouttes froides perlaient sur ses épaules, mais il n’avait pas spécialement froid, à part ça ; et, à ses côtés, Thétys se réjouissait de la bruine qui chutait sur eux, s’amusant dans les flaques et semblant plus énergique que jamais à mesure que le déluge s’intensifiait. Les Pokémon eau ne se plaindraient jamais de la météo.

Les Goélise gémissaient dans le ciel, comme à leur habitude, semblant elles aussi revigorées malgré l’eau qui glissait sur leurs plumes. De temps à autres, l’étudiant en archéologie levait les yeux vers elles, les yeux grands ouverts. Finalement, la foule présente après l’arrivée d’un ferry se dispersa à une telle vitesse que Nathan ne le remarqua qu’après coup. Il s retrouva rapidement seul sur les quais, avec quelques courageux, quelques retardataires, quelques marins qui riraient sans doute de tempêtes bien plus dramatiques. Parfois, le son grésillant d’un talkie walkie se faisait entendre, faisant sursauter Bowen ; le cri d’une jeune femme tremblant de froid, puis ses murmures amoureux lorsque son petit ami plaçait sa veste sur sa chevelure trempée ; les cris joyeux des Pokémon eau, y compris son Mateloutre… tous ces bruits couvraient l’orage. Puis, celui d’une conversation téléphonique ; un marin parlant d’on ne sait trop quoi. Un objet laissé à son sort, si il comprenait bien les quelques paroles qui parvenaient jusqu’à son oreille. D’ailleurs, lorsque le marin tourna les talons, il le repéra assez vite ; un sac… dont la sangle était tirée par un petit Pokémon. Un Mucuscule ? C’était plutôt rare comme bestiole, surtout par ici… Il ne pouvait pas être sauvage. Peut-être un Pokémon abandonné là avec le sac… ?

Nathan, curieux, s’approcha lentement de la petite bête. Celle-ci semblait tenir à garder le sac, qu’elle tentait de trainer avec acharnement. Haussant un sourcil, le brun s’approcha légèrement du dragon miniature, ce qui arracha un soupir à Thétys ; le Mateloutre avait été témoin d’une scène similaire très récemment, et pour cause puisqu’il avait adopté un Pokémon blessé non loin de là. Mais Nathan n’y pouvait pas grand chose ; c’était un cœur tendre sans l’admettre et si il râlait volontiers contre les Pokémon sauvages qui l’agressaient ou les siens, il ne pouvait pas laisser un Pokémon en danger à son sort. Peut-être qu’il aurait dû faire Ranger ; mais tourner en rond comme un abruti autour de bestioles capables de le tuer dans l’espoir de les calmer n’était pas son fort. Le jeune homme aux yeux violets saisit le sac, le passa autour de son épaule, et prit le Mucuscule dans ses bras.

« Hey, toi. Tu as été abandonné ? »

Bon… qu’est-ce qu’il allait en faire, maintenant ? Difficile de l’emmener dans un Centre, il n’était pas blessé après tout. Peut-être qu’il pourrait le garder un peu dans son appartement. Si il avait été abandonné, il ne pourrait pas le capturer directement, d’autant que si il se fiait à son attachement pour le sac, il devait encore avoir un peu d’espoir pour son dresseur. Oui… mieux valait le ramener. Et puis, cette bestiole était plutôt adorable ; la garder ne le dérangerait pas. Le brun saisit une serviette dans son propre sac, qu’il n’avait pas utilisée puisqu’il pleuvait dehors ; il la plaça sur la tête de son nouveau protégé, puis se dirigea vers une boutique assez proche où un jeune homme vendait encore quelques Poké Blocs et autres nourritures similaires pour Pokémon.

« Peut-être que t’as faim… je sais pas. » hasarda-t-il.

Il acheta quelques Poké Blocs au hasard, voulant les essayer sur la bestiole, lui tendant un vert. Mais le Musucscule refusa de l’avaler.

« Fais pas ta fine bouche ! Je sais pas ce que tu manges d’habitude, moi… »

Ce fut alors qu’il se remémora de quelque chose. Le sac ! Peut-être qu’il y avait des affaires pour le Pokémon dedans. Posant un pied sur un banc et le sac sur son genou désormais plié, Nathan commença à fouiller le sac, se sentant un peu mal à l’idée de faire ça. C’était assez indiscret et ça ne se faisait pas vraiment, mais… il n’avait pas le choix, peut-être qu’il en apprendrait plus sur comment ce Mucuscule était traité. En espérant qu’il l’ait bien été… il tomba assez rapidement sur la carte du dresseur. Christian Daaé ? C’était bizarre, comme nom. Très Kalosien. Pourquoi avait-il laissé sa carte ici ? Et son sac entier ? Ses affaires semblaient toujours dedans, pas seulement celles liées au Muscuscule… mais comment aurait-il pu perdre son Pokémon et son sac ici ? Il les avait forcément laissés volontairement, personne ne serait assez stupide pour paumer deux choses aussi importantes à un endroit pareil… continuant à fouiller le sac en quêtes d’explications, gardant dans une main le Mucuscule fermement serré contre son torse pour ne pas qu’il tombe, il ne fit pas attention à qui l’approchait ou le voyait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

REGION : Sinnoh
POKÉBALL LANCÉES : 53
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 17/09/2015

MessageSujet: Re: Seul, ce soir, je pense à toi   Mar 8 Nov - 0:09

Il devait rejoindre Christian. Le pauvre garçon devait être perdu, paniqué, si ce n'est terrorisé et en prenant en compte l'averse qui s'abattait sur le port, en approche d'être malade comme un chien. Expression amusante, soit dit en passant, car Christian était allergique aux poils canins... Hum. Non ce n'était pas drôle ! Pas drôle du tout ! Le mucuscule soupira. Il voyait déjà les gros titres : Un jeune homme a été retrouvé dans le port, mort de [veuillez insérer toutes formes de décès possibles, merci]

Avec un peu de chance, il avait rejoint sa sœur et était dans un endroit à l'abri, bien au chaud et en sécurité. Il espérait... cela lui enlèverait un soucis du dos ! Dos, qui commençait à souffrir !
Il fallait avouer que Phantom avait un peu de mal avec la sœur de son dresseur. Elle n'aimait pas son état gluant (assez ironiquement car il fallait la voir avec les garçons, une vraie limace), le faisait savoir et de manière forte comme elle seule savait le faire, et quand elle ne critiquait pas la bave sur le sol de la maison, elle lui étirait les joues et l'appelait par des petits noms comme la petite crotte de nez. Très classe !
Phantom savait que l'adolescente n'était pas méchante (fort heureusement) mais qu'il puisse être redevable auprès d'elle lui ferait mal (dans tous les sens du terme).

Le petit dragon soupira. A ses côtés, le sac était étalé sur le sol comme un wailord échoué. La pluie tombait à grand fracas, résonnant contre les toits. Plus loin, un lampadaire cliqueta.

Non, ça ne fonctionnait pas... il fallait qu'il s'y prenne d'une autre façon ! Prenant son courage à deux … pattes (?), il fit le tour, laissant une bande de mucus derrière lui. Déterminé, il colla sa tête contre la toile trempée et poussa.... poussa... jusqu'à … ce que son front s'écrase.
Une petite plainte retentit tandis qu'il reculait, son corps flageolait à la manière d'un Flambi. Il mit quelques minutes à se remettre du choc et piailla de colère et de frustration. Il détestait ce corps ! Quand grandirait-il ?! Etait-il destiné à vivre comme la petite crotte qu'il devait être selon les dires d'une certaine personne. De temps en temps, il craignait que son dresseur l'appelle comme cela ou le déteste pour ses faiblesses. Heureusement, Christian n'était pas ainsi. Il l'aimait ! Même seul et trempé, il en était sûr.

Soudainement, une ombre sortit de l'obscurité de la nuit tombante. Les petites antennes du dragon se redressèrent à la manière des oreilles d'un chien reconnaissant les pas de son maître. Il pailla de joie et bomba le torse, heureux de montrer qu'il avait garder le sac. Quelle fut sa déception, quand il vit que l'homme qui s'approchait n'avait rien en commun avec Christian. C'était une personne au physique de surfeur que l'on voit à la télévision, la stature haute et la peau délicieusement bronzée par le soleil et aillant l'odeur du sel marin.  Le genre de gars qui plaît à toutes les adolescentes, collèges et lycées confondus.

Phantom recula, se collant contre la toile humide mais l'homme l'avait vu. Il s'approcha et se pencha. Sa voix était chaude et masculine. Tout le contraire de Christian. On saisit le sac et Phantom poussa un cri de colère, essayant de sauter pour attraper dans sa gueule, la sangle qui pendait. Sans succès. Il allait gonfler ses joues pour balancer une attaque Bulles d'O mais deux mains le souleva. Il se colla contre la personne, ayant peur de tomber. Il leva les yeux vers le lui et le fusilla du regard. Bien sûr que non, il n'était pas abandonné ! Il … était juste égaré. Nuance !

L'homme sembla réfléchir. A ses pieds, une créature bleu le fixait, les moustaches frémissantes. Le petit dragon se trémoussa, n'appréciant pas la proximité du pokémon eau et décida de se tenir tranquille tout le trajet jusqu'à une boutique de nourriture pokémon. Ouverte 24/7 sauf le mardi, y avait-il marqué très étrangement...

Après un achat très rapide et quelques pokécubes en poche, l'humain ressortit, les deux monstres de poches contre lui. Il s'arrêta sur le perron du magasin et tendit un petit carré coloré au mucuscule. Celui-ci tourna la tête, dédaignant la nourriture. Il ne voulait pas de nourriture ! Il voulait son dresseur ! Mais l'autre ne semblait pas vouloir le comprendre... Phantom n'était pas abandonné. Il le savait.

L'humain réfléchit. Puis, il posa le sac à dos et commença à fouiller dedans. Bien entendu, cela ne plu pas au dragon qui tenta de repousser les mains. Cependant, épuisé comme il était, il n'arrivait pas à faire grand chose, sauf peut-être recouvrir la peau nue de couches de morve. Le jeune homme sortit la carte de dresseur de Christian. On pouvait y voir la photographie prise à l'arrache par Clarence lorsque son frère ne portait pas ses lunettes. Son visage n'était plus mangé par les verres de contact et la jeune fille avait été particulièrement fière d'elle. Prendre Christian sans était un exploit !
Phantom se détendit légèrement. Peut-être que l'humain allait l'aider à retrouver son dresseur ou que...

Un son retentit parmi la nuit. Le mucuscule eut le temps de voir une ombre surgir de l'obscurité avant que deux pieds ne faillissent l'écraser. Une fille sauta sur le dresseur, l'enlaçant.

(Chris ! Je te cherch... Mais attends, tu n'es pas Christian !)

Alors que le dragon se remettait de ses émotions, il put reconnaître cette voix : Clarence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Seul, ce soir, je pense à toi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seul, ce soir, je pense à toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01.02/09.C.Les rues de Las Vegas {Ou comment marcher tout seul le soir}
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Seul et perdu...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Sud - MARIVON :: Zone portuaire :: Port face à l'océan (Embarcadère)-