Partagez | 
 

 Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/08/2016

MessageSujet: Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]   Jeu 15 Sep - 0:12


Ticket n°1

15:28
Venelles Silencieuses | Elara
En forme | Excité

Elara, petit village tranquille, voir, vide de toute vie, se profil sur les plaines de l'île d'Alera. Ancien village des natifs, il ne reste, à ce jour, qu'une quinzaine de ces derniers, la moitié étant, pour ainsi dire, des vieux plus proches du sapin que de la grande forme.
Zone un peu oublié et abandonné des arrivants, il y fait pourtant bon vivre, si on apprécie le calme et l'absence d'être vivants. Presque sordide, l'ambiance générale, sans âme qui vive apparente, avec le souffle du vent au son quasi spectral, traversant les pilotis des anciennes bâtisses ou faisant grincer les toits de palmes sèches.
L'arène qui s'y est installé ne doit pas beaucoup aider à la réputation du village primordial, ajoutant à cette atmosphère inquiétante une touche toujours plus inquiétante.
Pourtant, il suffit de s'arrêter un instant, de se poser et d'attendre, d'écouter tous les sons environnants, et de comprendre que la force d'Elara est effectivement son calme, mais c'est une douce mélodie, chantante et onctueuse en bouche, qui se laisse entonner. Le bruit des vagues, lointains, la végétation qui pousse sans limite, les rares habitants qui prépare le déjeuner ou le petit déjeuner, les locataires qui roupillent encore un peu, mais surtout, le bruit du monde.
Le silence de la terre, de l'île, le calme et la paix de l'îlot. Elara n'est qu'un miroir des évènements qui se déroulent sur Alera. Si jamais quelque chose devait advenir, l’amas d'ancienne bâtisse serait le premier lieu à subir un changement, physique ou psychologique dans les habitudes de ses citoyens.
Là, une fesse sur une marche, l'autre dans le vide, un être humain se trouvait là, poser sur un escalier de bois flotté.

Peut-être trop jeune. Peut-être trop caractériel. Peut-être trop tôt pour un jeune adolescent, comme Akoni. Commencer une aventure de dresseur Pokémon, surtout dans son cas, n'était peut-être pas la meilleure des décisions qu'ait pu prendre son professeur principal. Mais il n'avait plus la mainmise sur le garçon. C'était déjà... trop tard, il avait déjà mis, à la tutelle du gosse, trois Pokémon pour que ce dernier puisse commencer son aventure.
Il avait simplement menti en révélant, auprès de l'adulte, qu'il comptait suivre la quête des badges. Après tout, il n'avait aucunement besoin de savoir qu'il comptait, de fait, nettoyer l'île de tous ces enfoirés qui sont en trains de salir son sol.
Erreur ou non, cela serait difficile à définir dans l'immédiat.

L'enfant écarta les bras devant le soleil qui commençait à irradier de sa douce chaleur les environs, comme un appel à une embrassade brûlante et sulfureuse. L'air marin, encore frais de la nuit, entrait dans ses poumons, revigorant son corps de natif des îles.
Pas un nuage à l'horizon, à priori, mais le climat des îles est beaucoup trop aléatoire pour décréter une journée sans accroc. De toute manière, ce n'est pas en restant dans l'expectative qu'il en apprendrait plus sur le futur et ses futurs compagnons.
S'il n'avait rien à faire dans l'immédiat, maintenant qu'il avait sa licence et ses "starters", il ne restait qu’une chose à faire. Commencer à faire connaissance avec les trois créatures.

Le même nombre d'éclair rouge dessinèrent devant le natif des formes bien distinctes les unes des autres. Une boule recouverte de poils et de deux grands yeux et antennes lui faisait face, accompagné de prêt par un ours en peluche vivant ainsi que d'une créature assez connu dans les kaijus japonais, une espèce de Tengu.
Une drôle d'équipe que voilà, intéressante, a priori, bien qu'il ne connaissait rien d'eux, de leurs capacités ou simplement s'il avait leurs accords, ou non, pour être leur dresseur.
A priori, aucune des trois créatures ne semblait réagir de manière trop excessives, ou avec un rejet quelconque envers sa personne. Savaient-elles seulement ce qu'elles faisaient ici ? Devait-il s'expliquer ? Pour cela, leur parler suffirait ? Est-ce que chacun d'entre eux le comprendrait ?
Tant de question, et tellement d'indécision. Il ne sut quoi faire, se posant un instant. Il devait réfléchir. Il ferma les yeux, quoi, l'espace de cinq secondes tout au plus. Il avait décidé d'aborder la chose simplement, ce serait plus simple.
Lorsqu'il les rouvrit, il ne vit qu'un seul des trois Pokémon présent face à lui, le Pifeuil. D'accord. Ok. Il venait déjà de perdre deux Pokémon. Nice ! Super ! Ça commençait bien cette affaire !
Soudain affolé, il jeta son regard à droite et à gauche avant de voir une boule de poil disparaitre derrière le mur d’une bâtisse. Ses yeux se reposèrent sur le type plante qui le fixait simplement, sans aucune animosité ou appréhension. Son attitude étrange et bizarre m'était le jeune homme mal-à-l'aise mais il avait peut-être le moyen de lui demander son aide.
Enfin ! Pas le temps ! Il devait d'abord se jeter après le Mimitoss ! Ou était-ce le Teddiursa ? Il devrait juste suivre les traces de pas dans le sable, ce serait plus rapide, très certainement. Mais là, il était juste un peu trop pressé pour penser à cela.

Il se leva et commença à galoper après la créature qu'il avait vu disparaitre avant de se retourner, remarquant que le Pokémon qui n'avait point bougé... n'avait pas bougé d'un poil. Ah ! Bien entendu ! Il devrait peut-être s'expliquer avant ? Lui donner un ordre de le suivre ? Pas le temps ! Bon, s'il restait là, il ne risquait pas d'aller bien loin, non ?
Il reprit sa petite trotte, se retournant en même temps en heurtant un élément extrêmement dur et plat. Il avait oublié que foncer dans les murs ça n'aidait pas à gagner du temps, surtout quand on en avait perdu beaucoup comme lui en cet instant. Il espérait que personne ne l'avait vu... il nierait tout en bloc de toute façon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 46
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 17/09/2015

MessageSujet: Re: Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]   Jeu 15 Sep - 21:45

Le vent murmurait d'obscènes menaces à l'oreille du voyageur. Celui-ci posa sa paume contre son orifice auditif et le vent caressa ses doigts. La ville était enveloppée dans un nuage brumeux, mystérieuse, étrange. Il neige, se dit l'homme. Il neige en plein juillet. Totalement irréel, n'est-ce pas, mais cela avait plus de sens que leur arrivée.
Ses pas de course ne faisait aucun bruit sur le sol recouvert de poudreuse sale. Il appela à l'aide, appela sa fille. Pas de réponse. D'une main tremblante, il recueillit un flocon grisâtre. L'homme déglutit. Il ne neigeait pas. Il pleuvait des cendres.


En ce moment même Christian se sentait comme Harry Mason. Pas de réseau téléphonique, une ville abandonnée (dans laquelle il hésitait à pénétrer) et la sensation d'être perdu au milieu de nulle part. Heureusement, il n'était pas seul, Phantom le suivait de près. L'air était frais et Christian avait vidé le reste de sa bouteille d'eau sur son mucuscule, il y avait une demi-heure. Le coordinateur avait chaud avec son pull en laine et son jean déformé mais Phantom se déshydratait beaucoup plus vite que lui. Il ne regrettait en rien son geste.
Le jeune homme se gratta se gratta le coude (nervosité). Non, il n'y avait pas de Pokémon spectre, fantômes d'enfants ou de machopeur armé de haches ! Qu'il se sorte ces idées de la tête ! Ce n'était qu'un film stupide adapté d'un jeu vidéo stupide !

Il soupira. Yuki lui avait montré qu'il pouvait être fort ! Que lui et Phantom étaient forts ! Alors, il inspira profondément et avec assurance (mais pas trop), il rentra dans le village, son pokémon sur les talons.

L'effet de l'extérieur du village... était le même à l'intérieur : triste, sale et vide. Les maisons semblaient abandonnées. Un peu de sable c'était accumulé au coin des murs à la manière de tas de poussière oublié. Y avait-il de la vie par ici ? Christian ne se sentait pas plus courageux qu'avant et il ne comptait que traverser le village. Il avait voulu trouver une indication pour retrouver les courses de Pokémon mais il n'y avait personne. Il ferait mieux de traverser cette ville, en sortir et ne pas se retourner.
Le jeune homme sentit une petite masse contre sa jambe. Phantom s'était rapproché et regardait tout autour de lui, méfiant. Christian le ramassa et le garda contre lui.

Ils avançaient lentement. L'imagination de Christian s'était mis à galoper et les moindre ombres le rendaient mal à l'aise. Phantom fit un petit bruit.

"Oui, il y a quelque chose ?"

Il n'eut pas besoin de réponse. Une ombre venait de se faufiler dans une ruelle. Christian faillit partir en courant. Il faillit. Mais Yuki lui avait appris ! Prenant son courage à deux mains et serrant le petit pokémon avec force, il commença à la suivre. Elle disparu...

Le duo abandonna et continua son chemin.

Christian commençait à mieux se sentir lorsqu'une forme apparue au loin.
Quelqu'un était debout au milieu de la rue. Le coordinateur se rapprocha. Ce n'était pas quelqu'un. Ce n'était pas un enfant ! C'était un pokémon... Un pifeuil ? Phantom tenta de communiquer avec lui mais un bruit retentit. Un choc suivit d'un cri ? Le jeune homme se crispa et son mucuscule poussa un couinement. Sans attendre, il couru en sens inverse, percutant quelque chose.... s'étalant de tout son long.

La tête contre le sol, il grogna. Zut, où étaient ses lunettes ? Phantom couina, écrasé par son dresseur. Il se redressa aussitôt pour se mettre à genoux.

"Ho tu vas bien ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]   Jeu 22 Sep - 23:44


Ticket n°1

15:29
Venelles Silencieuses | Elara
En forme | Ronchon

Décidément, ce n'était pas sa journée. Après avoir cogné une maison de location de plein fouet, il n'avait pas eu le temps de se relever que quelque chose venait s'harnacher à lui. Qu'est-ce que ? Depuis quand les créatures difformes se jette sur les humains ? Peut-être que ce monstre était bien décidé à le dévorer, ou bien, à chercher à prendre sa vie.
Une seconde, depuis quand les créatures éthérées ressembles à des humains ? Loin de croire à toutes ces bêtises qui pourraient effrayer des enfants, il s'était juste posé sur ses coudes, la tête légèrement relevé, et jetant littéralement des éclairs haineux de ses yeux verts, qui auraient pu transpercer quoi que ce soit s'ils avaient été réel.

Cependant, l'écrasement fut de bien courte durée, et fort heureusement d'ailleurs. L'autre humain s'était relevé à demi, lorsqu'il lui demanda, à lui ou bien à une boule gluante situé juste à côté, si tout allait bien ?
Il n'avait pas le temps pour ces bêtises, a vraie dire, il n'en avait plus. Il ne pourrait pas retrouver ses compagnons de cette manière, surtout après avoir perdu leurs traces. Bien que techniquement, elles soient encore fraiche dans le sable, rien ne dit qu'ils soient resté sur des zones aussi meubles et capable d'être aussi facilement marqué que les micro grains de roches polie par le temps.
Il jeta le haut de son corps en arrière et, d'une poussée de ses épaules, se remis sur pied en un clin d’œil. Il s'épousseta succinctement, histoire de ne pas devenir un Hippopotas, il y avait déjà suffisamment de brouillard en ce moment, nul besoin de lancer une tempête de sable avec les reliquats du sol dispatché sur ses coutures.

Bon ! A qui avait-il faire ? Peut-être devrait-il lui répondre que tout allait bien. Enfin, au vu de ses ressentiments actuels, il y avait peu de chance que ce qu'il allait dire soit très amical. Il devait vite réfléchir à un moyen de se calmer, comme lui trouver des excuses. La purée de pois n'avait pas dû l'y aider, et peut-être poursuivais-t-il lui aussi un de ses Pokémon soudainement échapper, récalcitrant à rester en place.
Non ! Pas moyen ! Il allait pousser son coup de gueule, et plutôt tout de suite que plus tard. Il allait ouvrir la bouche avant de recevoir un très violent coup de tête en plein dans l'estomac, le pliant littéralement en deux. Ses organes internes étaient en train de lui hurler toute une souffrance peu engageante. Le mal irradiait ses intestins au même titre que s'il avait pris un coup de poignard directement sous la cage thoracique.
Une seconde... c'est bien ce qu'il a pris, il avait, actuellement, le nez du Pifeuil qui lui chatouillait gentiment le dessous du poumon. Il n'y avait pas de sang car il n'y a, pour ainsi dire, aucune perforation, mais ce n'est pas comme si cela faisait plaisir. Et puis, pourquoi ce bâtard venait lui donner un arrière-gout de ce que pourrais, peut-être, ressentir les personnes de la gens féminine lors de leurs semaines peu agréables du mois ?

Une chose était certaine, il avait changé de sujet de conversation, voir, de cible sur sa rancœur. Le type ? Quasiment oublié. Non, là, il voulait étrangler l'un de ses starters qui venait juste de lui trifouiller la tripaille avec sa tête comme un boulet de canon.
— Fort bien, merci.
Réussi-t-il à marmonner entre deux crispations, serrant les dents comme jamais.
Le type plante finit par retirer son globe frontal de ses dessous de côtes. Un plaisir, assurément. et se positionna simplement aux côtés d'Akoni, sans réagir ou exprimer ne serait-ce qu'une simple émotion, même pas un air légèrement sadique.
— Toi ce soir tu passes à la casseroles.
Aucune réaction de son compagnon, mais peut-être avait-il dit ça un peu trop fort et avec une pointe de colère. Et son phrasé, suffisamment ambigu, pouvait être mal compris de l'autre être humain. Tant pis, il n'avait pas que ça à penser.
Il chercha un mur sur lequel s'appuyer et tenta de marcher. Cela ressemblait plus à une manière désespéré de rester debout, un peu plus et on pourrait penser qu'il a consommé des fruits un peu trop mûr, à la saveur musquée.
Il sentit quelque chose à ses pieds, qui failli le faire trébucher, encore. Il se baissa, toujours une main autour de son ventre, et ramassa deux ronds de culot de bouteilles liés avec du fil de fer.
— Qui peut porter des fonds de carafe comme ça, on y voit rien à travers. C'est à se demander si elles ne sont pas faites pour vous rendre aveugle. Encore quelqu'un qui a perdu sa monstruosité.
Aoutch. Peut-être pas la manière la plus délicate de présenter les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 46
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 17/09/2015

MessageSujet: Re: Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]   Lun 26 Sep - 0:47

Se ramasser comme une crêpe avait été une spécialité chez Christian Daaé. Cela avait impliqué le plus souvent un croche-pied ou une bousculade dans un couloir remplis d'élèves en manque de sensations fortes. La chute avait était toujours la même : douloureuse (physiquement et mentalement), moqueuse et laissant un goût amer au fond de la gorge. Maître Daaé jura mais un peu tard qu'on ne lui reprendrait plus et le lendemain, malgré sa promesse, son visage embrassait encore le carrelage.
Cependant, une question pouvait se poser : comment se faisait-il qu'il ait toujours toute sa dentition ? La réponse était simple ! Grâce à la superbe technique made by Christian ! Tomber mollement comme une vieille chaussette (toutes blessures ne sont pas prises en charge par la société).  
Heureusement, le jeune homme avait cessé de s'éclater au moins une fois par jour dès lors qu'il avait quitté le lycée. Le bac en poche et loin de ses camarades, son état physique c'était améliorer. Adieu, bleus, hématomes, lunettes brisées. Enfin le calme et des journées entières à composer... Mais, il semblerait que le proverbe, le naturel revient au galop, est vrai. La preuve, le sol était soudain bien trop près de son visage. Disons plutôt qu'il était collé contre sa joue. Une trace de poussière y était même présente, et Christian ne prit même pas peine de l'essuyer.

Ses mains étaient enfoncées dans le sable fin, il pouvait presque sentir les grains sous ses ongles mal taillés. Il avait posé sa question, inquiet pour son pokémon mais une voix répondit. Par réflexe, il se retourna. Ce ne pouvait pas être Phantom ?! Phantom ne savait pas parlé... enfin, aux dernières nouvelles. Pour appuyer sa réflexion, une masse fine se trouvait juste à côté de lui. Il plissa des yeux comme s'il regardait le soleil sans lunette. Les formes étaient pixelisées et floues avec grossièreté. Que regardait-il ? Un simularbre ou un panneau de signalisation ?
Il opta pour le simulabre de signalisation.

Christian se releva. Son pull était parsemé de sable qui lui faisait comme un voile de paillettes. Il s'agita un peu, les grains coulant dans son dos et son pantalon le grattait furieusement. Il roula des épaules, fixant le pokémon panneau avec curiosité. C'était la première fois qu'il voyait ce genre de créature, le rendant mi-dubitatif mi-excité.
Le jeune homme se tourna d'un coup entendant le cri aigu et lasse de son pokémon. La petite masse violette était plus loin légèrement penchée, l'attendant (sûrement ?) Sans attendre, Christian se dirigea de son ami. Il faillit trébucher dans un creux mais se rattrapa inextrémis. Chancelant et myope comme une taupe, il rejoignit le pokémon. Pokémon qui sauta sur le côté et sautilla dans la ruelle adjacente.

"Attends moi ! Phantom"

Sans attendre et ayant totalement oublié ses verres de contact, le coordinateur s'enfonça entre les maisons vides, la boule violette le devançant joyeusement.

Phantom avait toujours été proche de Christian, il l'avait toujours suivi où qu'il aille sans se poser de question. L'humain pouvait l'oublier dans un port ou l'impliquer dans un combat, la petite boule gluante n'éprouvait aucune rancœur pour son ami... mais cette fois-ci lorsqu'il le vit poursuivre un mimitoss, l'abandonnant dans le sable, le mucuscule dû avouer qu'il accusa le coup !
Il regarda son dresseur s'en aller les larmes aux yeux alors que son corps en manque d'eau l'empêchait de le retenir.
Ses antennes pointèrent vers le sol tristement.  

Il se tourna vers l'humain qui venait se recevoir un coup de boule dans le ventre. Au moins, il n'était pas seul... Il soupira. Ce n'allait pas être deux clowns qui lui rendrait son ami !
Peut-être devrait-il rester ici ? Ou suivre le jeune humain et l'étrange pifeuil (qui semblait être sorti de son état catatonique pour frapper son dresseur, semblait-il) ?
Le doute ne fut plus possible quand il vit l'éclat sortant du sable. Soudain, requinqué, le petit dragon se redressa. Il glissa autour de l'humain, tournant en rond en poussant de petits bruits joyeux.... qui se changèrent très vite en cri de rage. Comment ce gringalet osait-il insulter les lunettes de Christian !?  

Si c'était ça... ...
... ...  
...
ECUME DANS TA FACE !

La nuée de bulles éclatèrent sur le visage du jeune garçon et Phantom en profita pour lui arracher des mains l'accessoire dénigré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je pensais y arriver seul mais il a fallu que je te trouve [Chris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» je suis seul,mais pas pour longtemps
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Flood : Mais t'es qui toi ?
» Noël est le seul jour de l'année où les hommes se conduisent comme les oies du Périgord, mais sans se forcer. | Willow & Kassim & Zohra
» "En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout." Amandine Duciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Est - ELARA :: Village déserté :: Venelles silencieuses-