Partagez | 
 

 You'd rather die ? This can be arranged || ft. Riddle Freak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 319
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/01/2015

MessageSujet: You'd rather die ? This can be arranged || ft. Riddle Freak   Jeu 8 Sep - 22:38



You know you've always been different They'll just drag you down don't you see You don't have to sit and play good boy take a stand and tear this world all apart Time draws short you've gotta make up your mind I don't offer these things every day

 

Oh, quelle journée merveilleuse. Outre son éternel ennui et sa fatigue (tout Flare avait besoin de son beauty sleep, c’était bien connu), la première chose qu’on lui avait annoncée était la disparition soudaine d’un objet destiné à la Team Flare. Enfin… on ne lui avait pas annoncé directement. Il l’avait deviné dans le regard embarrassé du premier sbire venu le voir. Il avait bien tenté d’éviter le sujet, de l’aborder de manière sympathique, mais Novak avait été plus rapide. Ce n’était pas pourtant comme si il était effrayant ou méchant, pourtant. Il était un excellent boss…

… Se demandant actuellement pourquoi la crème de l’humanité comportait des gens assez stupides pour perdre un caillou, et si il ne devait pas se débarrasser de quelques membre superflus. Mais il essaya de prendre ça avec flegme et un grand sourire serein. Comme d’habitude. Se faire passer pour le plus admirable et gentil des hommes était son plus grand talent, vous savez ? Si bien qu’il arrivait à tromper jusqu’à sa propre personne, la plupart du temps. Aussi il n’était pas surprenant que la majorité de ses plans consistent à agir d’une manière qui inspirait la confiance de ceux qui l’entouraient. Toujours plus facile et… classe que foncer dans le tas, comme le faisaient la plupart des Teams. Mais ils ne jouaient pas dans la même catégorie. C’est bien pour ça, d’ailleurs, qu’il se faisait souvent passer pour un policier et intégrait leurs rangs comme une fleur. Outre le fait qu’il les connaissait absolument par cœur pour avoir travaillé pour eux autrefois – amusant mais désespérément linéaire et inutile – quel autre rôle vous permettait d’accéder n’importe ou sans qu’on vous pose trop de questions ?

Oh, et il appréciait l’ironie de la chose, aussi.

Et il avait pas mal d’infos sur eux. Comment ? Oh, il gardait un œil sur le FPI pour des raisons assez diverses. Et apparemment, ils comptaient enquêter sur cette perte aussi. C’aurait été dommage qu’ils tombent dessus avant les Flare, tout de même… oh, pas qu’Edward pense une seule seconde qu’ils en soient capables, bien sûr ; mais chercher la même chose qu’eux en parallèle était une mauvaise idée. Non, il avait une idée bien plus intéressante, et moins ennuyeuse qui plus est. Il espérait juste que ce salaud d’Armin Bronev ne serait pas là… mais quand bien même, il ne pouvait rien contre lui et il serait assez drôle de l’embêter.

Un gosse dans un corps de trentenaire sociopathe. Mais il n’était pas le seul dans ce cas.

C’est pour ça qu’il se dirigea, accompagné de quelques sbires qu’il estimait un minimum compétents (dans le cas contraire, il n’aurait vraiment plus le moindre espoir pour l’humanité). En parfait costumes d’abru— ahem, de dignes membres des Forces de Police Internationales, ils se mêlèrent au groupe assez ridicule envoyé à Roza pour enquêter sur la disparition de cet artefact. Ce ne fut pas exactement difficile ; il suffit de prétexter un renfort – et Arceus sait qu’ils en avaient bien besoin. Aussi il se présenta de manière sympathique, prenant plus ou moins les rênes tout en laissant ses subordonnés faire leur travail. Ils savaient ce qu’ils avaient à faire. En soi, il aurait sans doute pu résoudre l’enquête seul, mais il avait besoin de figurants et de bras.

Alors que le petit groupe discutait des directives à suivre et de quelques hypothèses – ou de leurs problèmes personnels, du goût du café du commissariat, de la femme de l’un qui l’avait quitté, selon les murmures qu’il épiait telle la commère qu’il était – Edward commença lui-même à faire le tour des personnes présentes.

Autant dire que ce qu’il aperçut causa un choc assez puissant.

Et pourtant ce n’était pas peu dire, puisqu’il était presque totalement anesthésié au niveau émotionnel. Honnêtement ? Il savait qu’il était dans les forces de police, et à Alera – il le tenait à l’œil, de manière assez frustrante pour lui d’ailleurs. Mais tomber sur lui par hasard lors d’une enquête était… plutôt surprenant. Impossible de se tromper ; il l’aurait reconnu entre mille, même si il était de dos, un peu à l’écart, en train de faire je ne sais quoi – peut-être enfin terminer son Rubik’s Cube défait depuis plus de trois ans maintenant ? Inscrire de nouvelles énigmes sur le carnet qui avait lié leurs destins ? Oh, ils s’ennuyaient probablement autant l’un que l’autre ici, alors tout était possible.

Johan Holst.

Ca faisait presque trois ans qu’ils ne s’étaient pas vus. D’un côté, il n’y croyait pas, parce qu’il avait toujours gardé un œil sur lui ; de l’autre, c’était les trois ans les plus longs de sa vie. Le Lieutenant n’était pas exactement déçu de le voir. Content ? Peut-être, même si une certaine part de rancœur, d’agacement et d’envies de meurtres subsistaient à l’égard de l’autre brun. Cela dit, il était probablement la personne la plus intéressante qu’il ait jamais rencontrée. Et ce jour-là, il ne pouvait rien contre lui… ce serait stupide de hurler dans sa position. Et si le nombre de personnes qu’Edward estimait un minimum intelligentes était infinitésimal, malheureusement, son Némésis en faisait partie.

L’occasion parfaite pour le sortir de son ennui constant.

Nonchalamment, il s’approcha de l’autre brun, plaçant une main « amicale » sur son épaule. Il sentait sa présence, peut-être son souffle chaud sur son cou décoré de cette vieille écharpe bleue, mais il ne se retourne pas assez vite pour voir son sourire doux…

… ou carnassier ?

« Bonjour~ Je t’ai manqué ? » lança-t-il d’un ton musical, comme si il parlait à un vieil ami.

Un vieil ami. Ah, quelle mascarade. C’en était presque touchant.

« Ca faisait longtemps, Johan. »




CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

________________________
I'm surrounded by idiots
Edward teste les lois de la gravitation en crimson × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: You'd rather die ? This can be arranged || ft. Riddle Freak   Ven 9 Sep - 13:53

You'd rather die ? This can be arranged × ft. Him.
La journée était partie pour être aussi ennuyeuse que les autres. Johan était arrivé au commissariat d'humeur maussade, avait tenter d'assassiner quelqu'un avec son regard, n'avait bien entendu pas réussi et c'était donc contenté d'essayer de faire une surdose de caféine pour avoir une raison de rentrer chez lui. Mais comme d'habitude, c'était sans compter sur le timing légendaire de son inspecteur préféré, qui venait toujours lui parler pile avant le lancement du plan « surdose de café ».

Et finalement, la journée ne paraissait plus si ennuyeuse que ça. Le brun avait eu un petit sourire victorieux quand Levasseur lui avait annoncé d'un ton amusé qu'une enquête un peu spéciale venait d’être lancée. Le vol d'un artefact. Destiné à la team Flare. Le trentenaire avait donc essayé de retenir son enthousiaste quant au fait de pouvoir emmerder royalement cette organisation de fous furieux qu'il méprisait au plus haut point. Enfin. Depuis le temps qu'il attendait qu'on trouve ces salopards.

C'était donc tout naturellement que le consultant avait suivi les autres flics sur le terrain, espérant pouvoir comprendre les nouveaux plans de son cher nemesis. Sauf que, il ne pensait pas devoir aller dans la si charmante forêt de Roza, un endroit beaucoup trop grand pour le faible nombre de policiers dépêché pour l’enquête. Le brun se frappa la tête mentalement. Qu'était-il supposé cherché dans ses sentiers buissonneux ? Trop enfouis dans ses propres pensées, il ne nota pas l'arrivée d'un nouveau groupe de recherche. Il ne daigna même pas bouger quand Levasseur lui demanda de rejoindre un groupe. Il n'allait tout de même pas fouiller des buissons avec cette bande de crétins, si ? L'homme se retrouva donc seul, en retrait, réfléchissant aux sombres desseins de l'organisation criminelle qu'il pourchassait.

Chassant son instinct qui lui criait qu'un danger guettait, Johan observa les arbres face à lui, essayant de reconstruire la scène du vol dans sa tête. Peut-être devrait-il sortir son carnet pour noter tout cela, avant d'oublier ?
Mais Johan fut rapidement sorti de sa torpeur lorsqu'une main vint se poser sur son épaule. Son instinct, lui, criait au brun de fuir loin d'ici, mais il était trop tard pour cela. Et son cœur manqua un battement.

- Bonjour~ Je t’ai manqué ?

Non. Non, c'était impossible. Juste impossible. Il refusait d'y croire. Ça ne pouvait pas arriver, là, maintenant. Cela devait sûrement être son traumatisme qui s'amusait avec lui, le faisant halluciner comme cela lui arrivait de temps en temps. Pourquoi son esprit devait lui faire ça ? Pourquoi maintenant, alors qu'il était au beau milieu d'une foutu forêt, entourer de policiers inutiles ? Pourquoi... Pourquoi est-ce qu'Edward était-il là ?

- Ca faisait longtemps, Johan.

L’intéressé s'était retourné, les yeux écarquillés par la panique. Il était bien là. Son ancien meilleur ami. L'homme qui avait tenté de le tuer. Son nemesis. Edward Novak.
Instinctivement, Johan recula, gardant ses yeux fixés sur le nouvel arrivant. La peur fut immédiatement suivie par la colère. Une haine si pure qu'elle était prête à exploser au moindre mouvement brusque de l'homme face au brun.
La main sur le cœur, tentant de reprendre le contrôle de son corps, Johan remit ses pensées en ordre. Une partie de lui refusait de croire que tout cela était véritablement en train de se passer, mais il savait, au fond de lui, que tout était réel. Une brusque pulsion essaya d'émerger dans l'esprit du brun, mais il l'a réprima avec toute la force qu'il pouvait utiliser. Non. Il ne pouvait décemment pas tenter d'assassiner Edward devant autant de monde. Et ce dernier n'était pas assez stupide pour venir seul au milieu d'un groupe de policier. Il était venu avec ses sous-fifres. Et Johan n'avait aucune idée du nombre d'ennemis qui l'entourait. Laisser la colère prendre le contrôle était donc un mauvais plan, il fallait la jouer fine et cela allait s'avérer être extrêmement difficile pour le consultant.
Il trouva néanmoins la force de faire face à Edward, le fixant dans les yeux avant de finalement lui répondre.

- En effet. Tu es parti tellement vite que je n'ai pas pu te remercier pour les fleurs que tu m'as laisser à l'hopital.

Le sarcasme allait être son seul moyen de défense dans cette situation désespérée. Et Arceus savait que le pire restait encore à venir.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar

REGION : Kalos
POKÉBALL LANCÉES : 319
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/01/2015

MessageSujet: Re: You'd rather die ? This can be arranged || ft. Riddle Freak   Ven 9 Sep - 18:55



You know you've always been different They'll just drag you down don't you see You don't have to sit and play good boy take a stand and tear this world all apart Time draws short you've gotta make up your mind I don't offer these things every day

 

Suite à sa deuxième phrase, Johan se retourna brusquement et recula, laissant la main d’Edward en suspension quelques secondes. Il l’abaissa, sans prononcer un mot, fixant son ennemi du regard. Il semblait… paniqué – plutôt facile à lire dans ses yeux, même si il tentait probablement de rester stoïque. Exactement la même réaction que lors de leur dernière rencontre. Et ça l’amusait – il s’en délectait presque. Il peinait à y croire, aussi. Qu’une personne équivalente à lui et pour laquelle il avait… disons, une once d’estime se retrouve dans un tel était de faiblesse était assez difficile à imaginer. Mais ça l’amusait énormément.

Non, même si il l’avait voulu, il n’aurait pas pu effacer ce petit sourire de son visage. Ce n’était pas comme si il en avait envie, de toute manière ; peut-être parce que c’était un moyen de remuer le couteau dans la plaie… ce sourire si chaleureux et rassurant – ou moqueur et mauvais ? - que son Némésis avait probablement envie d’arracher. Du moins si il se fiait à son expression. Il lui en voulait tant que ça, simplement pour avoir caché quelques secrets et avoir obéi aux ordres ? Pourtant la mort aurait été un sort préférable à vivre dans ce monde corrompu. Mais Johan avait toujours été un poil naïf. Il aurait pu dire que ça faisait partie de son charme… si ça ne le dégoûtait pas.

« En effet. Tu es parti tellement vite que je n’ai pas pu te remercier pour les fleurs que tu m’as laissées à l’hôpital. »

Du sarcasme ? Les regards ambrés et de glace des deux hommes se croisèrent alors que l’autre brun prononçait ces paroles. Ah, donc il avait apprécié les fleurs ? Passer à côté d’une personne profondément endormie par votre faute, voir les médecins affligés par les larmes de crocodile du proche dévasté qu’il était, déposer un message terriblement ironique… ça l’avait plutôt amusé, en vérité. Le plus dur ayant été de ne pas débrancher tout ce à quoi il était relié… oh, il n’en serait probablement pas mort, non plus. Mais il aurait dégusté.

« Tu t’en souviens encore ? Content que l’attention t’ait touché ! N’empêche… quel accident tragique. Si seulement j’avais pu empêcher ça… »

Oh, quoi ? Si il s’agissait d’user de sarcasme, lui aussi était très bon avec ça, et il ne se gênerait pas. Et s’en souvenir encore ? Bien sûr que Johan s’en souvenait encore ! Il était devenu son cauchemar, l’objet de sa vengeance, un souvenir persistant dont il ne pourrait jamais se débarrasser, qui reviendrait en boucle assaillir son esprit. C’était réciproque d’ailleurs, d’une certaine manière ; meilleur ami, ennemi mortel, ce n’était pas tant ce qui préoccupait Edward, même si c’était avec plaisir qu’il jouait avec lui comme avec une proie. Non, Johan Holst était surtout la seule personne a avoir marqué son esprit suffisamment pour qu’il soit certain de ne jamais l’oublier. Quelque chose de trop exceptionnel dans un monde d’illusions tout juste bonnes à balayer du revers de la main.

« Je serais bien venu te voir plus tôt, mais tu sais combien mon travail est prenant… »

Le Lieutenant baissa légèrement le regard d’un air désolé, mais pas assez pour perdre de vue son interlocuteur, et le mouvement de ses lèvres ne suivit pas, le laissant souriant. Il aurait bien étudié sa réaction plus en détail, mais un agent décida de les approcher pour leur demander si ils se connaissaient et ce qu’ils faisaient à l’écart alors qu’ils étaient supposés rejoindre des groupes. Du coin de l’œil, Novak observa le nouveau venu et l’assemblée derrière lui. Apparemment, ses collègues se fondaient très bien dans la masse et étaient bien répartis malgré le petit nombre de personnes présentes, et tout semblait aller bien (après tout, il était bien connu que les membres du FPI et les Flare troquaient régulièrement leurs places). Ce que l’homme qui les avait interpellés ne semblait pas penser, cela dit. L’exaspération dans son regard était lisible. Il se doutait qu’il n’avait pas une haute opinion de Holst – compréhensible – et il ne semblait voir Edward que comme un énième renfort inutile car trop stupide et incompétent pour faire quoi que ce soit.

Abruti. Edward était probablement bien plus capable que lui à tous les niveaux de son travail. Mais bon, ça lui donnait l’occasion de le surprendre en beauté… lorsqu’il aurait retrouvé ce stupide artefact.

« Désolé, je saluais juste un ami perdu de vue, s’excusa-t-il, sans penser au fait que se prétendre ami de Holst était une excuse assez improbable, pour lui comme pour n’importe qui. Cela dit, nous avons déjà établi comment commencer cette enquête... Permettez que je vous l’emprunte ? »

Pas moyen qu’il dise non ; décidément, il était trop gentil… les aider à retrouver ce cristal et les débarrasser de leur consultant ? Quelle aubaine… Ah, et évidemment, il tenait à garder un œil sur Johan, même si on leur collerait sûrement une ou deux autres personnes sur le dos. Il connaissait les capacités de l’enquêteur à l’écharpe violette, et il aurait été fâcheux qu’il trouve la pierre avant lui… enfin, bien entendu, ce n’était même pas cette idée rationnelle qui le motivait le plus.

Non, son si cher ami lui avait manqué et il aurait été dommage de le quitter tout de suite après une si longue séparation.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

________________________
I'm surrounded by idiots
Edward teste les lois de la gravitation en crimson × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You'd rather die ? This can be arranged || ft. Riddle Freak   

Revenir en haut Aller en bas
 

You'd rather die ? This can be arranged || ft. Riddle Freak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Just Freak Out ! - El'
» Dafuq ? - No worries, it's just some freak girls.
» Un FREAK est née [ Sheamus / Bryan / Edge ] P1
» ★ Le Freak Show de Jack ★
» there are days i freak out, so i drink ~ pollochon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Ouest - ROZA :: Forêt :: Sentiers forestiers-