Partagez | 
 

 Whoops ! Killed the puppies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/08/2016

MessageSujet: Whoops ! Killed the puppies   Sam 20 Aoû - 21:21

Petit fond musical (ne me demandez pas pourquoi celle-ci, j'ai eu envie



J'ai doublé la hauteur de certaines zones, je peux remettre comme avant, c'est juste que pour mon confort personnel, j'apprécie mieux sur une zone plus importante, donc j'ai agrandi, mais je peux remettre comme il faut si c'est trop déformé, enfin voilà, j'ai le feu flam

J'ai peut-être même trop le feu, j'ai collé peut-être beaucoup trop d’élément au contexte, et ait peut-être pensé à une généalogie un peu trop avancé (je me suis assuré de ne déranger personne avec des images de persos que personnes n'utilise).
Il y à plein d’élément que je n'ai pas abordé car... je tien en garder un peu en rp.

Bref, ça m'a pris un peu de temps (parce que je sors pas mal ces derniers temps bam )

Akoni Vac'Th'Ahal


Barrez-vous de notre île, bande de bat... Batracné !






ID. CARD _________________________ Anecdotes


Surnom(s): Django ♦️
Âge: 16 ans ♦️
Date de naissance: 29 février ♦️
Ville de naissance: Elara ♦️
Orientation sexuelle: ♪ Ooohh you touch my Arkenston ♫ ♦️
Métier, statut: Natif = Travaux manuel en tout genre pour faire survivre la communauté de l'anneau, Guide de l'île, pickpocket à ses heures et accessoirement étudiants ♦️
Signe particulier: Tatouage religieux à l'épaule gauche et tatouage familiale à l'épaule droite ♦️
Région: Alera ♦️
Groupe: Dresseur ♦️



- "Légèrement" caractériel *tousse*
- Ne supporte pas que l'on détruise la nature ou la vie
- Rusé, il sait très bien se sortir de multiple situation
- Débile profond pour comprendre que quelqu'un ressent des sentiments pour lui ou même est en train de le draguer
- Il se sent mal à l'aise en présence de fille de son âge (pas l'habitude de les côtoyer)
- Très proche de sa famille, et en froid, malgré lui, avec un de ses frères
- N'arrive pas à pardonner l'absence de son père
- Ne pleure pas devant les autres, il niera en bloc si vous l'avez vu, jusqu'à s'énerver s'il le faut
- Il a une habitude alimentaire très épicée et sucrée, ce qui n'est pas du goût de tous, à l'inverse, il ne consomme tous ce qui est acide qu'en de très faible quantité, le Soda cool, c'est trop acide pour lui, il en a des larmes de douleur (mais celle-ci il les assume).
- A bien connu Mr. Cannelle et est presque le seul non-natif qu'il respecte vraiment pour avoir sauvé l'île. Lui voue presque un culte.


--------

Descriptions physique & caractère

Plutôt mate de peau, tanné par le soleil et le typage de ses gènes, il bronze très facilement. Il a de rares grains de beautés sur les parties visibles de son corps, mais en est presque infestés sur le dos, les bras et les jambes, une vraie carte aux étoiles. Ils restent cependant assez peu discernables quand il a pris le soleil. Son corps est marqué de multiple cicatrice un peu partout sur ses bras, ses jambes et son visage. Pas mal d’anciennes blessures, un peu trop casse-cou le sale gosse. De plus, et surtout à cause de la religion particulière des natifs, il possède deux tatouages, effectués par son grand-père lorsqu’Akoni avait 12 ans. Sur l'épaule gauche, il possède un tatouage spirituel, il s'agit simplement d'un Demanta tout en point et en courbe sinueuses, c'est un peu son Pokémon totem, celui qui le représente au sein de leurs croyance, l'esprit qui est censé le protéger et l'aider à grandir, son identité aux yeux de l'autre-monde. Tandis que de l'autre côté, sur l'épaule gauche, il s'agit de la marque de la famille, similaire point pour point à tout ceux de sa famille.
Ses cheveux sont châtains foncés, voir brun une fois humide. Il possède de très léger reflet cuivré. Ils sont rasés court sur les côtés et l'arrière, et sont plutôt mi- long, une dizaine de cm tout au plus, sur la partie haute, coupé franc, sans dégradé. Naturellement ondulés, sec et fin. Il ne se coiffe presque jamais, dès qu'il se lève, c'est yolo.
Ses orbites abrites deux yeux verts, hérité d'une mère aux yeux noisettes et d'un père qu'il n'a jamais vu, même en photo, mais d'après sa mère, ils étaient bleu. Ses paupières sont légèrement tombante, triste et émotive de son père, d'après sa reum, mais il trouve qu'il a les orbites plus relevés, direct et sec de cette dernière.
1m77 pour 69 kg, fin et léger pour sa taille. Souple et agile, il est en fin de croissance et ressemble déjà à un adolescent dont les muscles ont été travaillés plus en longueurs qu'en largeur à cause d'une vie majoritairement saine, de travail manuel et de crapahute dans les arbres et sur les monts. Il se tient droit, même s'il a l'air assez débonnaires, il n'a aucune raison de courber le dos comme le font la majorité des jeunes qui ne sont pas originaires de cette île. Enfin, ça reste un de ses meilleurs profil, il n'y a pas de doute qu'il peut très vite passer à un style plus patibulaire et violent s'il est en colère.


Akoni est quelqu'un de relativement réfléchi ET impulsif, même si ces deux termes sont plutôt contraires. En soit, il sait se poser, comprendre et réagir calmement à une situation, qu'elle soit critique ou non. Cependant, c'est aussi quelqu'un qui a le sang-chaud, dans le genre vénere, c'est le petit chef. Si quelque chose l'emmerde, les gens autour de lui le sauront vite, très vite. En soit, pour résumer, on peut le décrire comme calculateur, capable de prévoir des plans à l'avance ou différents scénarios éventuel pour son bénéfice personnel, dans un autre sens, son côté sanguin peut vraiment détruire tout ce qu'il a pu prévoir. C'est un éternel impatient avec les êtres humains, et étrangement, qu'avec eux, il est capable d'attendre tout est n'importe quoi, mais dès qu'il doit attendre quelqu'un pour quoi que ce soit, il ne va pas turlupiner plus de deux minutes sans pousser son coup de gueule. Cela peut très facilement le faire passer pour quelqu'un de très vindicatif, surtout avec tous ceux qui auront le malheur de vouloir lui faire la morale ou qui oseront lui donner des ordres. D'ailleurs, il n'y a que sa mère qui sait comment elle doit jouer avec son caractère pour lui faire faire ce qu'elle veut. De fait, quand il se trouve en présence d'autre être humain, il n'est plus du tout aussi calme que lorsqu'il est seul ou en présence de Pokémon, c'est quelqu'un que l'on pourrait dire de survolté.
Il est peu communicatif sur ses sentiments et sur ce qu'il ressent, il n'est vraiment pas du genre à raconter sa vie, ou s'il le fait, c'est qu'il vous ment pour qu'on arrête de lui demande si ça va. Non, sérieux, ne lui demandez pas cela, ça va finir par les lui briser sévère. En somme, c'est quelqu'un de relativement secret et plutôt bon menteur, et ça il l'assume plutôt bien. Peu scrupuleux quant-à ses paroles et exactions, il n'accorde aucune importance au mal qu'il peut faire, que ce soit dans ses dires ou dans ses exactions.
En vrai, tout cela est une carapace qu'il s’est construit d'une vie bouleversée par le monde moderne. Ses expériences passées ont clairement entachés son caractère originel qui est celui d'un garçon capable d'une grande affection, très facile à berner et vraiment capable d'être adorable. Malheureusement, de peur des "envahisseurs" et de tous ceux qui ont pu lui mentir pour profiter de ses services de guide, de tous ceux qui ont profité de sa gentillesse, tout ce petit monde l'a plus ou moins rendu ainsi. Tel un Crustabri, la coquille est, de fait, très dur, mais à l'intérieur, on trouve une guimauve, capable d'apprécier les autres et d'être parfaitement en communion avec eux, mais ce temps est révolu.
En somme, c'est un mauvais garçon si on le définit par ce qu'il est aujourd'hui, mais pas le genre de bad boy en moto et veste en cuir, plutôt dans son attitude, influencé par les autres jeunes, les moqueries de ses différences culturels, et peut-être à t-il eu la malchance de croiser des personnes assez peu respectueuses de l'environnement, heureusement, ce genre de gestes irrespectueux ne se fait plus, ou trop peu souvent.
Son côté mauvais garçon est en fait surtout représenté par un charme inconscient, ayant appris plus ou moins sur le tas, il a tendance à draguer sans le savoir, coquin et beau-parleur, voir vantard si l'occasion se présente. Mais ce n'est toujours qu'une couche supplémentaire sur sa carapace de colère et d'incompréhension.
Tenace, fort d'une volonté de fer, il n'est pas du tout du genre à abandonner, très peu pour lui, bien qu'il l'est depuis sa naissance, cela s’est transformé en une détermination froide et glaciale, prêt à tout, quasiment, pour arriver à ses fins. Ce qui lui donne un côté confiant et un peu trop fier, légèrement pédant.
Heureusement, si on sait le prendre, comme sa mère qui est le maître en la matière, on peut en faire quelqu'un dans le bon sens, travailleur et à peu près aimable, si on lui insuffle beaucoup d'espoir et qu'on laisse germer cette graine, qu'on l'encourage et qu'on lui prouve qu'il n'est pas une vermine, pire qu'un merdeux ou le voleur dont on l'accuse, alors il a peut-être une chance. Même s'il faut l'avouer, c'est un pickpocket très habile.
Malheureusement, beaucoup d'élément le bouscule, les ordres et les directives ont un sens totalement contraire sur lui, le rendant paresseux, fouteur de merde et ennuyeur de première.
En somme, c'est vraiment la petite frappe des lycées du reste du monde, le meneur, qui se laisse pas marcher sur les pieds et qui répond par un poing dans ta gueule, mais il a évolué ainsi. La vérité est tout autre, sinon son tatouage aurait été celui d'un Typhlosion et non pas détendu, calme, rêveur et dynamique d'un Démanta.



Histoire


Il y a 16 ans, un petit bout de merdeux vit le jour. Dernier né de la famille Vac'Th'Ahal, une des dernières grandes familles presque complètes. Mais ce fut aussi le dernier né du peuple d'Elara qui vit le jour sur l'île. Leur culture à beau disparaitre petit à petit, cela est principalement dû à la migration de certaines familles, de leurs installations dans des cités plus riches, plus modernes causé par l'installation de l'entreprise et le vieillissement de la population.
Avant que Mr. Cannelle ne puisse arriver, le mal avait déjà était fait. La peuplade avait déjà décidé de se séparer de l'île, en tout cas, pour une partie d'entre elle.

Valère Vac'Th'Ahal, géniteur du petit Akoni, et plus ou moins le chef de tous les natifs qui souhaitaient partir, car il fallait bien une figure d'autorité pour inciter tout le monde à partir. Loin d'être fou, il invitait juste tout son peuple à s'en aller, l'île avait perdu tout ce qui faisait d'elle un bon lieu de vie, et il fallait s'y faire, le monde moderne allait les rattraper, ils ne pourraient pas contrer cette montée en puissance de la technologie humaine, alors autant y participer, pour la guider dans le bon sens, ou pour influer ce qu'elle pourrait devenir pour leur île. Pour cela ils devaient partir, apprendre, étudier, comprendre comment marche la vie dans ce monde. Ils n'avaient rien pu faire contre l'installation de l'usine, ils ne pourraient rien stopper, pas seul. Ca ne servait à rien d'aller se plaindre, les indigènes n'étaient ni les bienvenus ni expérimentés en la matière. Leurs paroles de bobos protecteurs de la nature et de gardien de l'île n'intéressaient nullement une si grande firme qui s’installait de force, ratiboisant déjà une surface importante des lieux, futurs zones d'implantations de palmier à huile et de cacaoyer.
Ils devaient partir, leurs peuples n'avait plus sa force d'antan, beaucoup d'anciens avaient passé l'arme à gauche en voyant le mal fait sur l'île, et ils ne pouvaient pas lutter face à des êtres humains armés de machines et de toute une technologie qu'ils ne comprenaient qu'assez peu.
S'ils s'étaient isolés sur cette île, c'était pour vivre en paix et dans la tranquillité depuis des générations. Oui ils savaient que le monde avait évolué, les visites de personnes venu profiter du bienfait des sources chaudes était assez communs. Chaque nouvel arrivant, qui restait provisoirement, apportais son lot d'actualités, les instruisait un peu plus sur l'évolution du monde.
Cependant, peu d'entre eux était partis, même pour quelque temps. Seul Valère était l'un de ceux qui avaient un contact à peu près constant avec le monde moderne, une fois tous les trois ou six mois, tout au plus. Ils n'étaient pas des ignorants, mais ne ressentaient ni le besoin ni l'envie de se mêler au monde, enfin, jusqu'à ce que la fameuse industrie chocolatière ne décide d'élire domicile sur Elara, premier nom de l'île.
La mondialisation les rattrapait, et Valère savait qu'ils n'avaient aucun moyen de faire face. Un petit peuple éloignée de tout face à une multinationales capables de verser des pots-de-vin pour faire taire les autorités, ils n'avaient aucune chance, seul, et personne ne les aiderait. Ils devaient partir.

Ce n'était pas du tout du gout de Krishnen Vac'Th'Ahal, de son nom maternel Lev'Th'Uli. Elle, tout comme Valère et les siens, avait toujours vécu ici. Elle avait aussi toujours été contre l'installation de cette usine, mais personne n'avait rien pu y faire. Cependant, elle n'avait jamais abandonné l'espoir d'arrêté ce monstre industrielle. Elle s'était battue, autant que son mari. En vérité, c'était peut-être les femmes du village qui étaient les plus têtues et protectrice. Leurs cadres de vie a toujours été idyllique, nul besoin de partir.
Ils avaient une école, et bien qu'ils ne fussent pas à la dernière pointe de la technologie, leurs progénitures n'étaient pas des abrutis devant leurs écrans, répondant aux ordre de n'importe qui. Ils étaient fort et indépendant, capable de se débrouiller seul et de survivre dans un environnement aussi sauvage. Leurs peuple survivrait et passerait le cap de cette fabrique. Ils ne pourraient pas les éjecter, ils avaient un minimum de droits, et celui de vivre comme bon leurs semble sur cette île en était celui du sang et de leur culture.
Hors de question de partir, et hors de question que ses fils ne mettent ne serait-ce qu'un pouce sur un bateau en partance pour le continent. Ils resteraient ici ! Qu'il s'en aille, disait-elle, il s'est laissé affaiblir par le monstre industriel des continentaux, sa détermination n'est plus celle d'un père de famille, il ne souhaite plus nous protéger ! Qu'il parte, que son sang se mêle aux femelles continentales, mais mon sang restera ici !
Ouais, un sacré petit caractère la reum d'Akoni, et encore, elle tient ça de son père.

Et puis, ça, c'est sans compter son grand-père maternel. C'est le genre de pépé qui n'est pas encore à l'état de vieux truc tout cassé. Un vieux de la vieille, tout en muscle et en chair. Ici, son surnom c'est La Montagne, et c'était l'un des principaux participants du conseil du village dont-il ne reste que trois membres à ce jour, en le comptant lui.
Dario Lev'Th'Uli n'est pas le genre de bonhomme à qui on manque de respect, et était le principal problème de l'usine avant que Mr. Cannelle n'arrive. Mais bien avant que le sauveur n'arrive, le vieux tout en muscle avait déjà confronté son beau-fils dans son choix. Qu'il parte, en abandonnant ses enfants, mais qu'il ne revienne jamais, lui et tous ceux qui avaient décidé d'abandonner. Parmi eux, il y avait sa seconde fille, la tante d'Akoni.

Mily, sa tante, plus âgé que sa mère, et aussi une ancienne participante du conseil du village. Le peu dont se souvienne le garçon d'elle, quand il n'avait pas plus de 6 ans, était une personne relativement sage, calme et posé, tout le contraire de son grand père ou de sa mère, plus comme sa grand-mère en fait. Mais elle aussi avait décidé de s’exiler sur le continent, emportant les deux grandes cousines d'Akoni.
Elle avait été peut-être la plus engagée dans ce combat contre l'industrie, mais elle avaient mené quelque procédure administrative comparé à Dario qui lui s'infiltrait de nuit pour démonter les machines, détruire leurs mécanismes ou arracher les plantations d'arbres destinés à la production de cette fameuse huile indigeste. Oui, tout comme son père, elle faisait partie de ces rares natif à connaitre le monde extérieur et à comprendre comment il marche.
Elle était partie en connaissances de causes. Ils n'y pourraient rien, à moins d'un miracle.

Bien malheureusement, Mr. Cannelle était arrivé quelques mois trop tard. plus de 50% de la population étaient partie de l'île, pratiquement chassé par l'industrie, mais aussi par les derniers natifs.
Dario et Krishnen n'y était pas non plus pour rien dans cet histoire, c'était peut-être ceux qui avaient eu le plus de franc parler et de rancœur envers ceux qui avaient baissé les bras. Ils n'avaient pas voulu être compréhensif, et ne le serait surement jamais.
Enfin, l'île allait retrouver son calme d'antan grâce à ce vieil homme qu'Akoni ne connaissait pas, par contre, Dario ce souvenait de lui. Ils s'étaient côtoyés dans leurs jeunesses, et c'était lui qui l'avaient souvent guidé ici durant leurs enfances. Il se souvenait de ce garçon malades, aimables et très respectueux.
Akoni n'avait jamais vu son grand père si heureux, et ce n'était pas fini. Quand Mr. Cannelle leurs annonça qu'il allait se charger de l'entreprise qui s'était installé de force, il n'en croyais pas ses yeux.
Le jour de la libération de l'île, La Montagne pleura. Akoni devait avoir pas loin de 7 ans, et il pleura lui aussi sans comprendre pourquoi, il copiait juste son grand père devenu sa figure paternel.

Avec l'aide des derniers habitants, une dizaines d'adultes, et les petites mains des 4 frères et de la jeune fille du fils du soigneur, les seuls enfants natifs, l'île allait retrouver son caractère, ou plutôt, elle allait devoir évoluer, comme un Pokémon.
Elle ne pourrait plus revenir à son état passé, alors Mr. Cannelle proposa un plan qui sauverait l'île et son peuple, un plan de protection de l'île et de reconstruction. Cependant, il n'y aurait plus de déforestation, plus d'échappements de déchets ou d'eau polluées. Tous les plans de réhabilitation de l'île se feraient dans une logique de respect de la nature, et la majorité des matériaux seraient importés, voir tous, pas d'arbres coupées pour créer ne serait-ce qu'un meuble "à l'essence d'Alera". Car oui, l'île aussi prit un nouveau nom, pour éviter de confondre avec celui du village, Alera, pourquoi pas, on inversait deux lettres, ce n'était pas tellement grave, aucun texte ni aucune gravures sur roches de leurs culture passé n'indiquait de nom à l'île ou au village, les références englobait les deux, vu qu'ils étaient un tout, il n'y avait pas de problème culturel de ce côté.

C'est ainsi que grandi le jeune Akoni, dans cet univers ou le reste du monde allait les découvrir et les faire évoluer, petit à petit. Cependant, le jeune homme ne réagit pas aussi bien à la mondialisation, ses frères, eux, s'y étaient, au moins pour deux d'entre eux, beaucoup trop plus. Et ce n'était vraiment pas du gout du préadolescent. Ils n'avaient pas du tout vécu les mêmes expériences pour avoir évolué différemment.

Keanu, le plus âgé de ses frères, et aussi celui avec qui il a le plus de mal à s'entendre. Neuf ans les séparent, et ça suffit presque à entamer une frontière entre eux deux.
Déjà, Keanu voulait partir avec son père, bien qu'il se soit presque fait dessus quand sa mère l'eut appris. Le jour du départ, il n'osa même pas sortir de sa chambre, il avait beau avoir 15 ans, il était terrorisé par ce que lui avait dit celle qui l'avait mis au monde face à ses grands-parents et à ses autres frères. Akoni était trop jeune pour se souvenir de son discours, mais il se souvint que Dario avait soufflé à sa vieille femme que leurs filles avait le caractère d'une mère Kangourex à qui on aurait tenté d'arracher son enfant associé à celui d'un Leviator en colère. C'est peut-être même ça qui l'avait le plus marqué car il avait imaginé la scène, la tête de sa mère sur le corps d'un Leviator et les bras et les jambes d'un Kangourex, crachant flamme et éclair de sa bouche.
Enfin, cela n’empêcha quand même pas Keanu de partir, une fois les 18 ans atteint, pour faire des études et vivre avec son père. Cependant, sa mère c'était peut-être un peu calmée entre temps, et son grand père n'avait plus son mot à dire, c'était le problème de Krishnen.
Elle l'avait laissé partir, à contrecœur, ne pouvant pas lui refuser cela bien que cela lui ait toujours laissé un gout amer en bouche. Pour autant, quand Keanu revenait, parfois, pour passer un peu de temps avec les siens, elle faisait semblant de ne pas être un peu déçu et ennuyée, après tout, il avait une vie plus épanouie et il allait commencer à travailler et à gagner véritablement sa vie.
Elle qui avaient toujours cru que l'école de l'île avaient un niveau trop bas pour que leurs enfants puissent faire autre chose que vivre ailleurs, elle devait se tromper, ou c'était peut-être parce que Keanu s'en était donné les capacités.
Mais pour Akoni, Keanu, c'était le grand con avec qui il avait toujours un accrochage. Le jeune adolescent lui reprochait toujours d'être parti, ou même, de vivre chez leurs géniteurs, ne pouvant se décider à l’appeler père. C'était d'ailleurs un sujet très sensible pour eux d'eux. Et leurs père revenait toujours dans la conversation, en même temps Akoni n'arrivait pas à parler d'autre chose en face de cette grande tête de con qui se moquait de lui et de son attitude d'enfant. Il ne supportait pas qu'il le traite comme une sous-merde juste parce que monsieur faisais des études et avais compris comment ça marche le monde. Des fois où ils en venaient au mains, Akoni perdait la majorité du temps, du fait de son âge, de sa taille et de sa force bien moindre que celle de son frère.

Enfin, c'est sans compter sur Loe, son grand-frère de presque 18 ans, le plus jeune après lui. Lui aussi à tendance à énerver le natif, mais pas de la même façon que Keanu. Loe c'est le charmeur, il n'arrête pas de parler de sa petite amie, ou de ses soirées, car oui, monsieur a eu 18 ans il y a peu, donc lui aussi et partie mener une vie étudiante sur le continent. Même si, d'après Keanu, ce n'était pas comme ça qu'il y arriverait, avec des notes aussi catastrophiques.
Mais c'était loin, déjà loin dans la tête de Loe. Lui, il aime le faste, et papa à les capacités de lui payer car papa travaille pour un poissonnier, et il est l'employé du mois presque à chaque fois. Alors monsieur Loe exhibe sa technologie, le casque, le portable, l'ordinateur. Keanu à l'avantage d'être plutôt discret avec ça, même s'il ne quitte jamais son téléphone.
Non, Loe, ce n’est pas le con, mais l'ennuyeur, celui qu'on ne supporte pas parce qu'il n'arrête pas de te parler de lui ou de ce qu'il vit tous les jours sans forcément te demande si tout se passe bien sur l'île. Bah oui, monsieur a d'autre chose à penser, comme savoir ce que sa copine veut pour la saint-valentin plutôt que de s'informer sur l'état de l'île actuellement. Il va encore ramener une connerie du genre un plat typique ou un bracelet de bois qui va la charmer. Si elle savait que c'était des trucs de pacotilles sans histoires et même pas fait par son petit ami, elle le verrait peut-être autrement.
Enfin, il n'a pas vraiment d'accrochage avec Loe, parfois ça lui arrive de sourire parce que ce dernier a toujours le moyen de le faire rire, même s'il doit faire le con au final. Il ne le déteste pas, c'est juste que ça dépend des fois

Heureusement qu'Areiti est là pour lui assurer un pilier protecteur. Le second plus vieux de la famille, du haut de ses 22 ans, est peut-être celui qui lui accorde le plus de temps et d'attention après sa mère, bon c'est peut-être aussi parce que c'est le seul qui est resté sur l'île pour s'intégrer avec les programmes investi pour que les natifs restant puisse s'insérer dans un travail qui puissent leurs correspondre.
C'est le seul de ses frère avec lequel il ne pique pas de crise ou ne se fait pas emmerder par un oui ou par un non. C'est accessoirement le seul qui le prend dans ses bras quand il en a besoin, soit, assez souvent, voir tous les jours. Areiti est, avec sa mère, et ses grands-parents, les seuls personnes à le connaitre vraiment, et à savoir qu'il est très souvent mal à l'aise avec tout ce qu'il se passe sur l'île.

Il n'a pas eu la chance de ne voir que de bons voyageurs aussi. La malchance a fait qu'il servit souvent de guide de l'île à plusieurs arrivants sur l'île. Du fait de son jeune âge, crédule, pensant que ces gens ne cherchaient que les plus beaux endroits de l'île, où il les amenait, il se rendit compte, très vite, qu'il était utilisé afin que ces derniers puissent s'offrir à des séances de braconnages, enfin, des captures de Pokémon sauvage. Sois disant que c'était normal et que tous les dresseurs faisaient ainsi. Sans parler des rares personnes qui laissaient derrière eux leurs restes de repas ou papier de tout genre. Ça a beau être biodégradable, ce n'est pas de cette façon que l'on traite la nature, encore moins en retirant un être vivant de son lieu de vie sans même lui demander s'il était d'accord avec cela, sans même savoir s'il avait une famille ici, si ça lui plairait d'être un Pokémon domestiqué.
Et puis, au vu de son caractère devenu plus malsain, il s'était aussi pas mal frotté à des groupes de jeunes de son type, sauf qu'ils étaient sur le territoire de son peuple, pas question que ces derniers s’annoncent comme les propriétaires d'une rue ou même, soi-disant, d'un coin qui n'est qu'à eux.
Mr. Cannelle n'a pas lancé l'ouverture de l'île au monde pour que des idiots puissent en faire leurs possessions individuelles. L'île était à tout le monde en soit et à personne, ils avaient aidé à sa reconstruction, il avait abimés ses mains pour cela, et des groupes se permettaient de lui dire "Qu'est-ce tu fais sur le territoire des ...".
Il était peut-être celui qui voyait le plus de ces choses-là à cause de l'évolution de son caractère face aux non natif, lui qui s'attirait le mauvais karma.

L'école ? Ouais, il y va, enfin, quand ça lui chante. Sa mère lui fait toujours la leçon sur la question, mais elle ne peut malheureusement pas trop le réprimander. Certes, sécher les cours, c'est vraiment pas ce qu'il devrait faire, mais ses résultats sont quasiment les meilleures de sa classe, et l'école à bien évolué, arrivant au même niveau que les occidentales. Il avait eu un grave retard d'ailleurs, ne comprenant rien des premiers cours. Il avait dû prendre des cours avec ses profs, et s'y étaient accrochés, dur comme fer, car s'il y a bien une chose qu'il ne supporte pas, c'est qu'on lui dise qu'il ne sait rien et qu'il est juste bon à travailler la terre ou à pêcher.
Il sait qu'il vaut mieux que ça, mais il n'arrive pas à s'y faire. Ses camarades de classes ne le dérangent pas vraiment, même s'il y à, forcément, un groupe qui maîtrise tout le monde par l'autorité, c'était avant qu'ils comprennent qu’il ne fallait pas se frotter à lui.
Il avait dû se faire entre des deux garçons à la mesure de ses poings, rentrant chez lui contusionné et ouvert à l'arcade, à la lèvre, et au poings, et c'était son seul sang. Il n'était pas assez con qu'eux à frapper jusqu'au sang, il avait encore du respect pour l'être humain, même pour des adversaires, même s'il avait envie d'exploser tout sa colère. La fille, qui formait le trio d'autorité de la classe avec les deux autres, ce fut presque plus facile. Elle se pavanait tellement de ses atours et de son Snubbul qui lui semblait fidèle. Sauf qu'il lui avait brisé son Pokémon, ou plutôt, son lien avec lui. Il avait réussi à amadouer le bouledogue, très simplement. La culture de son peuple réside dans le respect de la vie et de la nature, et notamment, la compréhension des autres formes de vie. Donc comprendre un Pokémon, même inconnu, ce n'était pas vraiment compliqué, qu'il ait été réticent ou non.
Il l'avait coincé, très simplement. Il lui avait promis un meilleur Pokémon contre son Snubbul, chose qu'elle se mit tout simplement à dénigrer, au début, en prétendant que rien ne remplacerait son "Snubby". Loin d'être idiot, il connaissait ses cours, et n'avait pas hésité à lui parler d'un Draco que sa famille détenait depuis longtemps, originaire de cette île. Son visage avait totalement changé.
Bien sûr, elle n'y croyait pas, elle en voudrait la preuve avant, alors il l'invita à venir au bord des ruines un jour ou elles étaient immergées.

Elle vint, accompagner de son Snubbul bien attendu, mais elle arriva bien en retard. C'était le genre d’élément qui le mettait hors de lui. Mais il prit sur lui, il allait pouvoir se venger.
Il l'invita à regarder dans l'eau, chose assez étrange surtout si on veut faire un échange. Là, dans un remous, un bout de corps long et bleuté, comme un serpent, traversa la surface et disparu. Bref et rapide, elle sursauta. Ce n'était pas possible, les Draco étaient des Pokémon rare, et de prime, pourquoi lui échangeraient-il contre son Snubbul, et puis de tout façon, ce n'était pas possible, elle avait dû rêver.
Akoni, légèrement exaspéré, siffla, faisant apparaitre encore une fois une partie du serpent bleu, plusieurs fois, sans jamais voir la tête ou la queue, juste quelques fragments de corps. Puis il sortit une Pokéball qui rappela la créature qui se trouvait dans l'eau.
Il lui proposa donc le Draco, en échange du Snubbul. Elle semblait hésiter. Il devinait qu'elle accepterait, un Draco, c'était un Pokémon puissant en plus d'être charismatique et rare, elle serait la numéro 1 partout où elle irait, et ce ne serait pas avec un Snubbul qu'elle aurait ça.
Elle lança la Pokéball de son Pokémon soit disant favori, en échange de celle du Draco. Le Snubbul, encore à l'extérieur, était sous le choc. Sa maîtresse, avec qui il avait toujours vécu, venait de l'échanger, faisant fi de tout ce qu'ils avaient vécu, de leurs liens, sans même le consulter ni savoir s'il le souhaitait.
Elle avait un Draco, que pouvait-elle faire d'un Snubbul, elle pourrait toujours en avoir un autre. Vénale, et il le savait, il l'invita à l'impressionner, en appelant le fameux dragon.
Ni une, ni deux, elle fit apparaitre le serpent bleu. Mais pas de Draco.
Un Serpang venait d'arriver sur la plage, et sa gueule, béante, se rapprochait de la jeune fille, serpentant sur le sable comme il le pouvait.
Elle eut un mouvement de recul, à la fois apeurée et incompréhensive. Elle trébucha sur son Snubbul fraichement échangé, l'insultant au passage d'incapable avant de reposer son regard sur le Serpang qui allait bientôt la toucher. Elle se mit à pousser des petits cris, demandant des explications à Akoni, sur un ton qui ne lui plaisait pas.
"Regarde Snubby, regarde le fait de ta maîtresse, elle t'a échangé contre un autre Pokémon, regarde comme elle est heureuse de lui, regarde comme elle t'as considéré jusqu'ici".
C'en était trop pour elle, des larmes d'effroi étaient monté à ses yeux, mais de colère aussi, pour s'être fait rouler, elle partit un peu plus loin, en colère et effrayé par la créature des abysses. Elle se retourna au dernier moment, hurlant au chien de venir tout de suite.
Mais il n'en fit rien. Bien qu'il ait hésité tout du long, ce dernier ordre était de trop, il n'avait jamais ouvert les yeux mais elle était un monstre, et on venait de lui montrer la vérité. Il refusa de la suivre, se détournant d'elle.
Elle partit, furieuse, hurlant qu'il le paierais et qu'elle récupérerait son Pokémon. En attendant, le jeune homme rappela la Serpang de sa mère et se tourna vers le bouledogue.
"Bon, mon petit gars, je suis désolé que ça se finisse ainsi avec ton ancien dresseur, mais tu es libre à présent, fait ce que tu veux".

Depuis ce jour, le Snubbul vit dans la maison familial d'Akoni, l'ayant suivis le soir venu, par dépit, et surtout sans savoir ou aller, il ne pouvait que le suivre. Ce n'était pas du ressort du jeune homme mais sa mère n'y vit aucun inconvénient, surtout après que son fils lui eut raconté comment il a fait pour ramener cette boule de poil. Depuis, c'est le Pokémon de la famille, le gardien des lieux, très fidèle, et très apprécié, même par Akoni.
Ah, et la vengeance de l'autre ? Elle a eu beau se plaindre à ses parents, le Pokémon ne voulait pas revenir, et ça, elle ne pourrait pas l'y obliger, même si ce sont ses parents qui lui ont offert. Les Pokémon ont aussi des droits, s'ils ne veulent pas d'un dresseur, ils peuvent parfaitement le refuser et ne pas lui obéir.
Toutes ces affaires n'était pas pour arranger le jeune homme. Depuis son histoire il préférait sécher que de devoir rétablir la loi de l'égalité à l'école, même si pour cela, il devait utiliser certains élève innocent.

Et puis, disons-le, il a plutôt tendance à se fritter avec les bandes de jeunes, même s'il doit rentrer perdant car ils n'ont pas eu le courage de se battre en 1 contre 1. Mais il devait changer cela. Il devait reprendre l'île, en tout cas, casser des gueules pour qu'elle retrouve une notion de libre à tous.
Il devait devenir un dresseur pour ça, la majorité de ces bandes de jeunes les utilisent sans vergognes, il devait devenir comme eux, en tout cas, s'y prendre de tel manière, mais il respecterait toujours les Pokémon ainsi que leurs décisions de le suivre ou non. Pour faire ça bien, il voulait faire comme la majorité des jeunes dresseur, commencer par un starter, et pour cela, il avait demandé à un de ses professeur s'il lui était possible qu'il lui trouve un Pokémon, ou plusieurs, qui veuillent bien faire partie de son équipe. Il ne savait pas s'il pouvait partir de rien, et aller dans la nature faire connaissance avec différentes créatures.
C'est pour cela qu'il s'adressa à un adulte qui pourrait l'aider dans ses dérogations pour lui obtenir une licence de dresseur ainsi que un ou des Pokémon. Il avait bien spécifié qu'il voulait des Pokémon qui soit volontaire. D'ailleurs, s'il y avait des œufs abandonné, il était prêt à les aider pour les sauver d'un possible abandon. Oui il irait en cours, plus souvent, il ne partirait pas comme ça voyager dans le monde, il n'était pas inconscient à ce point, mais il dû faussement avouer qu'il voulait défaire les arènes, et dans le futur, voir d'autres continents.
Il garda pour lui son idée de "purge" des teams et des bandes organisées, cela n'aurait pas plaidé sa cause.
Peut-être que sans le vouloir, il avait déjà acquis un Pokémon, en gagnant sa confiance face au mensonge d'un ancien dresseur.
Peut-être qu'on lui dirait simplement qu'il pouvait partir ainsi dans la nature et capturer son premier Pokémon seul sans aucun problème.
Tout se jouerais maintenant, son sac à dos était prêt pour l'aventure et il ne se promenait pas sans deux objets cruciaux. Ses lunettes d'aviateur, qui peuvent servir de lunettes de plongée accessoirement, qu'il a reçu d’Areiti, ainsi qu'un livre racontant les aventures de Mr. Cannelle et de son grand-père quand ils étaient gosses. Etrangement, c'était quelque chose qu'il aimait beaucoup lire, peut-être parce qu'il appréciait le vieil homme autant que Darios. Un jour, il faudrait qu'il le remercie pour tout ce qu'il a fait de l'île.


--------

team Pokémon






Pack starter

Sac à dos ♪ sac à dos ♫


Lunette d'aviateur/plongée de Areiti (dans le sac)


Vieux livre sur la région de Mr. Cannelle (dans le sac)

---------------------

toi derrière l'écran

Pseudo: Ahhhhhh j'en ais tellement changé que je ne peux pas en citer un sans tous les citer ♦️
Âge: Un truc comme 24 ans, une bouteille un peu bouchonnée ♦️
Pays: France... i supposed... i'm not sure ♦️
Comment as-tu connu le forum ? Partenariat, maybe
Fréquence de connexion : Si on se fie à la fréquence de la résonance des boson de Higgs, je dirait, tous les soirs ♦️
Crédit de ton avatar: Kai [Avatar of Korra] ♦️
Double-compte ? Nap ♦️
Le mot de la fin: Et la marmotte emballe le chocolat, dans le papier d'alu ♦️




Dernière édition par Akoni Vac'Th'Ahal le Dim 21 Aoû - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

REGION : Johto
POKÉBALL LANCÉES : 1111
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 19/04/2014

MessageSujet: Re: Whoops ! Killed the puppies   Dim 21 Aoû - 8:47

Bienvenue sur le forum !!

Voilà une belle fiche ! J'ai beaucoup aimé lire ton idée de l'histoire de l'île à partir de ce nous avions donné. n_n C'est toujours sympa de voir l'interprétation de chacun. Un personnage bien complet en tout cas !

Pour tes pokémons... alors là, je suis nulle pour choisir XD Mais je veux bien essayer. Est-ce que... ces trois là te vont ?

La demande étant un peu particulière, tu es bien sûr libre d'accepter ou de refuser !

________________________


Prepare for trouble, and make it double.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 18
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Whoops ! Killed the puppies   Dim 21 Aoû - 10:20

J'ai eu tellement peur d'en faire trop, du style "Non mais ça c'est pas possible, c'est trop lié au contexte, ça risque de bloquer quelque part".

Oui ils me vont, toute façon j'aime absolument tous les Pokémon (avec un ordre de préférence, certes) donc ils me vont foufou

Du coup, je pense que je ferais leurs introduction dès mon premier rp pour expliquer tout cela \o_ Enfin si tout roule bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

REGION : Johto
POKÉBALL LANCÉES : 1111
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 19/04/2014

MessageSujet: Re: Whoops ! Killed the puppies   Dim 21 Aoû - 10:53

Entendu ! n_n Dans ce cas :



Hello, nouveau cinnamonien ♥️


Félicitations, tu es validé(e) ! Nous sommes heureux de te compter parmi nos chers et tendres tarés de membres ♥️ A présent ta fiche archivée, ta couleur va t'être donnée. En attendant, tu peux entamer ta Carte Dresseur, mais également gérer tes éventuelles demandes de liens et/ou de RP. Ceci fait, tu peux à présent poster un peu partout, alors n'hésite pas à participer à notre flood et nos jeux afin de mettre une nouvelle pierre à l'édifice !

love ya coeur



________________________


Prepare for trouble, and make it double.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

POKÉBALL LANCÉES : 478
A DÉBARQUÉ SUR L'ÎLE LE : 20/02/2015

MessageSujet: Re: Whoops ! Killed the puppies   Mer 24 Aoû - 0:37

J'ai la flemme de copier/coller le nom du perso, amicalement a écrit:
"Non mais ça c'est pas possible, c'est trop lié au contexte, ça risque de bloquer quelque part"

MAIS SI c'est possible avec la carte Kiwi !

Plus sérieusement, ce personnage est intéressant, j'ai hâte de voir ce qu'il volera donnera~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Whoops ! Killed the puppies   

Revenir en haut Aller en bas
 

Whoops ! Killed the puppies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haitian official says 2 journalists killed in mob attack
» We could be killed, or worse, expelled - Hermione granger
» Kino- Croisé Côton et caniche- 8 mois (IDF)
» Arsenic Slaughter - Or how to get killed by a horse in two lessons (finished)
» Curiosity killed the cat [Indira & Arabella]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novum Elit x Cinnamon Rolls :: Administration :: Formulaire d'embarquement :: Présentations validées-